Célestins : le quinquennat Macron dégoupillé par Hugues Duchêne

Théâtre Documentaire | Aux Célestins, avec Je m’en vais mais l’État demeure, Hugues Duchêne et Royal Velours décryptent en cinq volets distincts le quinquennat Macron.

Nadja Pobel | Mercredi 19 mai 2021

Photo : © Simon Gosselin


En 2017, avec Le Roi sur couleur, l'équipe de Royal Velours pas même trentenaire et formée à l'Académie de la Comédie-Française, faisait de bisbilles d'entre-soi (la non-reconduction d'Olivier Py à la tête du Théâtre de l'Odéon) une saga rapide et désopilante sur les enjeux du pouvoir à l'ère sarkozyste.

Voici que le metteur en scène et comédien Hugues Duchêne analyse le quinquennat Macron, dans Je m'en vais mais l'État demeure, a raison de cinq spectacles d'une heure comme autant d'années écoulées, déclinées sur le versant électoral, judiciaire, parlementaire, médiatique et diplomatique. Ce théâtre documentaire réalisé à l'économie (juste quelques accessoires, notamment des indications de temps et de lieu) est assez jubilatoire tant il est rapide, malin, bâti sur ce qu'on a traversé communément, à plus ou moins grande distance : le procès Merah, celui du militant antifa Antonin Bernanos, le mouvement des Gilets jaunes…

En s'appuyant à la fois sur des ouvrages (La France périphérique : comment on a sacrifié les classes populaires du géographe Christophe Guilluy) et des chansons du moment (Juliette Armanet…), la troupe séduit par sa rigueur — mais laisse poindre dans cette tchatche que les propos s'étouffent les uns les autres, que « la matière à faire une bonne scène » comme le confiait Hugues Duchêne sur France Info lors du festival d'Avignon Off 2018, ne soit décisive sur le reste. Et que la gravité de l'actualité soit simplement « une jolie tragédie contemporaine ». Réponse sur le long court d'une fresque dont nous n'avons vu que les deux premiers volets.

Je m'en vais mais l'État demeure
Aux Célestins du lundi 24 au samedi 29 mai


Je m'en vais mais l’État demeure

Épisodes 1, 2 et 3 : 3h10 Episodes 4 et 5 à 18h30 Intégrale : 5h30
Célestins, théâtre de Lyon 4 rue Charles Dullin Lyon 2e
ce spectacle n'est pas à l'affiche actuellement


entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

Emmanuel Macron au crible du théâtre

Théâtre | Phénomène du théâtre émergent de ces toutes dernières années, Hugues Duchêne et sa compagnie Royal Velours repassent par ici avec l'intégralité de leurs chroniques annuelles sur le quinquennat Macron. Drôle, vif, malin et... mécanique.

Nadja Pobel | Mardi 10 mars 2020

Emmanuel Macron au crible du théâtre

Natif de Lyon (en 1991), passé par l’École supérieure d'Art dramatique de Lille puis l’Académie de la Comédie-Française où il a rencontré ses acolytes, Hugues Duchêne est aussi, comme ces derniers, électeur de Mélenchon et fils de votants Macron. Il le clame haut et fort car c'est de ce constat que naît Je m'en vais mais l’État demeure, désormais quadrilogie sur la présidence. Ce "quatrième" spectacle fait suite à une trilogie inspirée de l'ère sarkozyste où il était question de Polanski dans la première partie et, dans sa dernière (Le Roi sur sa couleur, présenté dès 2018 aux Clochards Célestes, qui détectent tout avant tout le monde dans nos contrées) des rapports politiques et de pouvoir avec l’éviction d'Olivier Py de l'Odéon et le choix de Luc Bondy pour le remplacer. Déjà virtuose, très bien documenté, ce travail était aussi un entre-soi parfois étrange. La célébrité venant (grand succès au Off d'Avignon 2018, série à la Scala), Hugues Duchêne ne s'est pas rangé à son milieu qu'il fustige, ici encore, via la figure de Stéphane Braunschweig, nouveau locata

Continuer à lire