Alex Vizorek : « je ne m'attendais pas à ce que l'humour soit ma meilleure facette »

Humour | À quelques jours de son nouveau spectacle au centre culturel Charlie Chaplin à Vaulx-en-Velin le samedi 9 octobre, rencontre avec celui qui a choisi de se rire de la mort : l'humoriste / journaliste / animateur télé / animateur radio / comédien, Alex Vizorek.

Louise Grossen | Mercredi 6 octobre 2021

Photo : © Jeanne Claudel


Télévision, radio et nouveau spectacle : vous dormez parfois ?
Peu. Tout le monde voulait faire les choses en septembre à cause de cette angoisse de devoir refermer. J'ai fait des dates de report, la rentrée radio et la télévision… Ce rythme, je ne pourrai pas le tenir sur la longueur, c'est clair.

Et pourtant, vous avez fait un billet sur le sommeil pendant le confinement ?
Putain de sa mère… c'est vrai, il faudrait sans doute que je me réécoute. Je me suis rendu compte que jusqu'en juin 2022, j'ai deux week-ends de libres. Tout le reste, c'est le boulot. Mais j'adore ça ! Je suis l'héritier d'un patronyme polonais de mineur… Moi, je ne descends pas à la mine. Je monte sur scène et c'est plutôt joyeux.

Présentez-nous Ad vitam, votre nouveau spectacle...
La thématique, c'est la mort. Dans toutes ses nuances. Je parle du comportement aux enterrements, de la vie, de la mort en philosophie, de la petite mort — le cul — et je parle de la mort dans l'art qui a inspiré énormément d'artistes. Ça fait un peu la passerelle avec mon précédent spectacle. Mais je n'aime pas trop raconter. Quand on commence on est obligé de donner quelques extraits pour donner envie aux gens de venir. Là, j'ai la chance de pouvoir ne pas en donner. Ceux qui l'ont déjà vu disent qu'il sonne plus personnel et effectivement, sans doute un peu. Mais je crois que ça reste les bases de mon humour. On rit et éventuellement, on apprend. En tout cas, on sort en se questionnant. Et dieu sait si la mort, ça intéresse tout le monde. De près ou de loin.

Ma grande angoisse était qu'ils préfèrent le premier

Ça fait quoi de remonter sur scène ?
J'ai enfin pu tuer cette angoisse en jouant à Avignon. Ça s'est très bien passé. J'avais fait une quinzaine de dates en Belgique mais je me suis enfin confronté à la presse et au public français. Beaucoup de gens m'ont dit qu'ils avaient aimé le premier, mais qu'ils ont encore plus aimé celui-ci ! Ma grande angoisse était qu'ils préfèrent le premier. Je l'ai joué pendant dix ans, il est passé sur France TV, a été rediffusé sur Culture Box pendant les confinements… Finalement les gens avaient envie de voir le suivant et ne semblent pas déçus.

Dix ans de tournée... Même plan pour celui-ci ?
Non… Mais quatre ou cinq ans au moins. J'aime bien jouer longtemps et me balader dans toute la France. D'abord, on fait Vaulx-en-Velin en date exceptionnelle le 9 octobre : ce sera la première fois où j'aurais l'attirail, la scènographie complète. Ce sera l'occasion de voir comment ça fonctionne. Avant d'attaquer Paris la semaine qui suit.

Vous êtes Belge, adaptez-vous votre spectacle selon l'endroit où vous jouez ?
Selon la ville, un peu. Mais surtout le pays. Toutes les références politiques sont changées quand je joue en Belgique. Les politiciens français ne sont pas les politiciens belges, pareil pour les stars. Donc je m'adapte !

Ça, j'en parle pas

Avez-vous toujours voulu faire de la scène ?
Petit, j'étais toujours dans les cours de théâtre. Mais après, j'ai fait de vraies études. Et je me suis dit que c'était peut être un métier pour les happy few. Je n'avais pas d'exemple, pas de famille, pas de contacts, il n'y avait aucune raison que je réussisse. J'ai réussi mes études et je me suis dit qu'en travaillant, on peut sûrement y arriver. Alors j'ai fait pareil avec le théâtre et je suis monté à Paris. Je ne m'attendais pas du tout à ce que l'humour soit ma meilleure facette mais comme j'aime écrire, être drôle et léger et que les gens m'écoutent, l'humour me correspondait vachement bien.

Le public vous connait aussi par le biais de France Inter. Doit-il s'attendre à moins vous entendre à la radio ?
Non. Depuis deux ans, je suis les mardi, mercredi et vendredi chez Inter. Souvent je pars le jeudi jouer quelque part, je reviens faire la radio et je repars le week-end.

Vous vous êtes confié un jour sur votre anosmie (le manque d'odorat) : vous savez que la mort, ça pue ?
Il parait. Mais ça, j'en parle pas ! (rires)

Alex Vizorek, Ad Vitam
Au Centre Culturel Charlie Chaplin à Vaulx-en-Velin le samedi 9 octobre à 20h



Centre culturel Charlie Chaplin Place de la Nation Vaulx-en-Velin
ce spectacle n'est pas à l'affiche actuellement


entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

Humour à Lyon : Deux festivals et des stars

Humour | Commençons par ce qui gratte : deux festivals d'envergure pour le café-théâtre à Lyon, c'est une belle idée et clairement, il y a un public pour les faire vivre (...)

Sébastien Broquet | Mardi 6 septembre 2016

Humour à Lyon : Deux festivals et des stars

Commençons par ce qui gratte : deux festivals d'envergure pour le café-théâtre à Lyon, c'est une belle idée et clairement, il y a un public pour les faire vivre tous les deux. Sauf que... quelle idée saugrenue de les organiser exactement aux mêmes dates, tous deux prenant fin le 1er octobre ! Collision regrettable, mais programmations délectables pour qui aime les bons mots. À l'Espace Gerson, c'est la 4e édition du festival d'Humour qui accueille en parrain Vincent Roca cette année, lequel donnera deux soirs d'affilée son Délirium Très Mots (26 et 27 septembre) créé en 2010 : virtuose de la langue, jongleur de mots, concurrent direct des titreurs de Libé, il s'est offert une belle notoriété en alignant les chroniques sur France Inter durant onze ans, dans le Fou du Roi de Stéphane Bern. Côté découvertes, se côtoieront Jérémy Vaillot, Margot Winch et Félix Dhjan (le mercredi 28 septembre), Ben H, Timothé Poissonnet et Pierre Daverat qui oscillent entre chanson et humour (jeudi 20 septembre) ou encore Haroun, Mathias Pradenas et Perrine Rouland (vendredi 30 septembre) avant un final hors-les-murs en c

Continuer à lire

Les pitres et jeunes acteurs

SCENES | Les demi-saisons café-théâtrales se suivent et ne se ressemblent pas : là où le premier semestre de l'année 2012 se résumait à des prolongations et des big names, (...)

Benjamin Mialot | Vendredi 4 janvier 2013

Les pitres et jeunes acteurs

Les demi-saisons café-théâtrales se suivent et ne se ressemblent pas : là où le premier semestre de l'année 2012 se résumait à des prolongations et des big names, celui qui débute ces jours fait la part belle aux concepts inédits et aux futurs grands. Au Comédie-Odéon par exemple, deux rendez-vous réguliers peuvent valoir le détour. D'un côté La Revue de presse, sorte de Petit rapporteur

Continuer à lire