Yuval Pick : « la pratique physique sculpte notre expressivité dans le lien avec l'autre »

Danse Contemporaine | Le chorégraphe Yuval Pick crée actuellement une nouvelle pièce et son mandat à la direction du Centre Chorégraphique National de Rillieux-la-Pape a été exceptionnellement prolongé. Une double occasion de nous entretenir avec l’artiste.

Jean-Emmanuel Denave | Mercredi 17 novembre 2021

Photo : © Sébastien Rome


Votre mandat à la tête du Centre Chorégraphique National de Rillieux-la-Pape (CCNR) a été prolongé exceptionnellement… Pourquoi ?
Yuval Pick :
Mon mandat a été prolongé de trois ans, jusqu'à la fin de l'année 2024. La raison principale c'est que, suite à un incendie criminel, nous sommes hors les murs du CCNR depuis quatre ans. Je suis chargé d'imaginer la réouverture du bâtiment à l'horizon de l'automne 2023, de défendre ce lieu important pour la danse en France.

Avec toutes les tutelles (commune de Rillieux, État, Métropole…), nous avons constaté que le CCNR en l'état, construit en 2002, doit être amélioré, pour le rendre plus accessible et plus ouvert à l'extérieur. Avec notamment tout un travail à effectuer sur le parvis que l'on souhaite plus poreux au voisinage, plus ouvert aux Rilliards. À l'intérieur du bâtiment, il y aura aussi un nouveau studio dédié au travail de médiation, en lien avec le tissu associatif de la commune.

Quel est le projet global du CCNR aujourd'hui ?
À Rillieux, le CCNR est l'un des principaux lieux culturels de la ville. De notre place, il s'agit à la fois de développer l'art chorégraphique à haut niveau, et de renforcer le sentiment d'appartenance des Rilliards à travers la danse. Selon moi, la danse est particulièrement à même de renforcer ce sentiment d'appartenance vis-à-vis de la ville, du lieu, où l'on vit.

Comment cela ?
Le corps est le premier lieu de chaque individu. Quand on active son corps, on active qui on est : on sait alors ce que l'on peut donner à l'autre, puis ensuite recevoir de lui. Cet ancrage par la danse est d'autant plus important pour moi, que je suis moi-même un immigrant en France : c'est la danse qui a défini, créé mon ancrage en France.

La danse a pour fondement le lieu le plus important pour chacun d'entre nous : notre corps. L'objectif ensuite c'est de faire se rencontrer les gens à travers certaines formes de mouvements : les gens, à partir de la danse, à partir de leurs "soi-corps", trouvent ensuite comment ils peuvent contribuer à ce que j'appelle "l'espace-entre", l'espace entre moi et l'autre. Et cela, à partir de son sentiment d'appartenance, d'ancrage corporel.

L'espace-entre est modifiable, on peut le travailler par la danse, par ce langage originel qu'est le mouvement qui permet d'aller au-delà des frontières et des codes fixes, prédéfinis. À partir du mouvement et de certaines tâches chorégraphiques, on peut réellement faire vivre l'espace, l'élargir, enrichir les perceptions de l'espace commun, la relation de chacun avec un groupe ! Pour contribuer au groupe, la seule condition préalable c'est l'engagement. Ma philosophie de la danse c'est : quand je danse, je sens mon "soi", je peux alors recevoir et donner, participer à un groupe.

À Rillieux, il y a des quartiers très éloignés les uns des autres, et une population avec 73 différentes nationalités d'origine ! Je souhaite que le CCNR soit un centre où les gens peuvent traverser ce processus-là, et devenir à même de contribuer au collectif.

Comment s'articulent aujourd'hui votre direction du CCNR et votre travail de chorégraphe ?
J'ai longtemps travaillé surtout sur les liens entre la musique et la danse. Depuis mon arrivée à Rillieux, le lieu lui-même du CCNR et du quartier est entré, consciemment ou inconsciemment, dans ma création, sa géographie et sa spécificité influencent mon travail.

À Rillieux, il y a donc tous ces groupes hétérogènes et ce problème d'espace commun (comme je le disais précédemment) de mise en lien entre eux. Et ma pensée de l'art et de la danse consiste à interroger à quoi la danse sert pour faire société et construire des valeurs communes.

Aujourd'hui, le commun, la fraternité, la considération de l'autre manquent dans notre société. Les lieux de spectacle sont des lieux de rassemblement très importants, mais j'aimerais qu'ils s'ouvrent davantage pour la danse contemporaine, que les salles programment des séries plus longues (comme c'est le cas à la Maison de la Danse et dans certaines salles parisiennes ; ailleurs les salles proposent seulement un soir de représentation). Il n'y a pas assez de visibilité de la danse dans ces lieux de rassemblement.

Le théâtre n'est pas seulement un lieu de consommation de spectacles : ce rituel du théâtre, la communication non verbale avec la danse, l'art en temps réel, c'est précieux ! La danse passe à travers les corps des interprètes, et c'est un manifeste de vie et de sensible en temps réel.

Il y a aussi l'importance de sortir des théâtres, du mouvement en temps réel, de l'émotion in situ : dans les musées, les espaces publics… Après deux ans de Covid, je multiplie les initiatives en ce sens, pour donner à nouveau confiance dans les rassemblements.

Pour refaire société, il faut pratiquer

Vous insistez sur la notion de pratique, avec votre méthode Practice par exemple…
Pour refaire société, il faut pratiquer, et chaque pratique du corps est la bienvenue (le yoga, les arts martiaux…), toutes les connexions corps-esprits. Il s'agit là de renforcer l'humain, d'enrichir l'humain. On ne peut pas, pour cela, compter seulement sur les interfaces numériques. La pratique physique sculpte notre expressivité dans le lien avec l'autre.

Pouvez-vous nous dire quelques mots de votre création en cours, FutureNow ?
Au début ce devait être une pièce pour le jeune public, et elle s'adresse finalement à la part d'enfant en chacun de nous, quel que soit notre âge. L'enfance, ce cristal, ce moment d'innocence qui comptera toute notre vie. J'ai posé à chacun des quatre danseurs de la compagnie les deux questions suivantes : Comment étiez-vous créatif enfant ? Quand avez-vous ressenti une différence avec les autres ? La pièce explore des souvenirs d'enfance à travers ces deux questions, et les quatre solos entremêlés sont co-créés avec les danseurs. C'est un manifeste de l'enfance cristal, à partir d'une matière quasi documentaire donnée par les danseurs, tirée de leurs biographies.

Pourriez-vous vous-même répondre à ces deux questions ?
Enfant, j'ai pratiqué beaucoup les danses traditionnelles en Israël, je dansais pour les mariages, les fêtes de famille, avec costumes, orchestre... Je faisais partie de groupes folkloriques et je n'ai appris la danse savante qu'à partir de l'âge de seize ans. J'ai aussi beaucoup dansé seul, dans ma chambre. Cet enfant créatif que l'on a tous été, on a tendance à l'oublier devenus adultes, et on l'attribue seulement aux artistes. Mais il y a une créativité dans la vie quotidienne qui consiste à trouver des solutions, de s'engager autrement, etc. Cette créativité permet d'aller au-delà des frontières, d'aller au-delà de ce que je connais, pour rencontrer l'autre.

Dans cette nouvelle pièce, comme dans d'autres, l'interprète n'y est donc pas un simple exécutant ?
Je défends dans mon travail et au CCNR cette place centrale de l'interprète qu'on a un peu oublié. Or, l'interprète est un créateur, c'est lui qui fait naître chaque soir le spectacle ! On privilégie trop l'auteur à son détriment, on écrit rarement sur les danseurs par exemple… Ce danseur qui crée un manifeste de vie sur scène, une cristallisation de l'âme par le corps sans objet médiateur.

Je valorise le danseur à travers trois mots : créateur, interprète, transmetteur. En tant que transmetteur, le danseur peut faire œuvre citoyenne, en partageant cette expérience avec le public hors scène, en donnant cette expérience à partager : la pratique du corps. Je pense que la danse, par exemple, n'a pas assez de place dans l'Éducation Nationale, à l'école. À Rillieux, nous avons quelques expériences avec les lycées, les écoles primaires et autres établissements, mais ça reste rare en France. Paradoxalement, la danse contemporaine est beaucoup soutenue par les collectivités publiques en France, mais elle manque encore de visibilité (à travers les séries en salles, ou un lien plus fort avec l'Éducation nationale). Il faudrait aller jusqu'au bout !

Quelle est votre actualité artistique à venir ?
Je présenterai FutureNow à Rillieux en janvier 2022, et, en mars une pièce pour huit danseurs du Ballet de l'Opéra de Lyon, intitulée There's a blue bird in my heart au Toboggan de Décines. Pour 2023, je suis sur le projet d'une pièce pour douze danseurs, âgés de 23 à 55 ans. On va travailler sur la notion du multiple et du rituel moderne pour construire un commun, en s'appuyant sur des procédés traditionnels : des chants, des instruments traditionnels, des danses rituelles…

Centre Chorégraphique National de Rillieux-la-Pape
30ter avenue du Général Leclerc, 69140 Rillieux-la-Pape
T. 04 72 01 12 30


Une vie chorégraphique organique

À cinquante et un ans, Yuval Pick a déjà derrière lui une belle carrière de danseur (avec Ohad Naharin, Tero Saarinen, Russel Maliphant…) et quelque vingt pièces à son actif. Il a succédé, en 2011, à Maguy Marin à la direction du CCN de Rillieux-la-Pape, et a pris à bras le corps son engagement dansé dans cette ville complexe. À bras le corps, c'est le cas de le dire pour cet artiste qui, que ce soit dans ses créations ou ses fonctions au CCNR, fonde l'essentiel de sa pratique sur le corps. Un corps vivant, organique, assujetti à la pesanteur, grevé d'Histoire et de mémoire, qui est une part essentielle de l'identité de chacun. Le lien avec l'autre, comme le rapport à soi, passeraient selon Yuval Pick par le corps et ses affects, avant les mots et les récits, ou du moins de manière aussi importante. On dirait du Spinoza dans le texte, mais Yuval Pick est toujours rétif aux références trop appuyées, ou aux étiquettes trop enfermantes. De pièce en pièce, d'expérience en expérience, il trace son chemin sans trop s'embarrasser de théories ni de modèles ou de contre-modèles, tout en prenant le temps, après coup, de la pensée et du retour réflexif sur sa pratique.

Practice

Que ce soit pour ses propres créations ou pour sa transmission de la danse, Yuval Pick a peu à peu élaboré une méthode et une philosophie de la danse dénommée Practice. Qui propose à chaque danseur (amateur ou professionnel) une écoute et une attention singulières de son corps, corps entendu comme un ensemble fait de masses, de muscles, de strates organiques, de chair sensitive… Plutôt que de chercher la belle forme et d'échapper à la pesanteur (image d'Épinal de la danse), le mouvement se crée à partir de la subjectivité intime et organique du danseur. On ne s'oublie pas par la danse, mais on s'y déploie, on s'y révèle, on s'y réinvente. D'où, parfois, pour les spectateurs des pièces de Yuval Pick une gestuelle troublante et inhabituelle. Mais c'est une écriture fondée sur une recherche de longue haleine, sincère, persévérante : une quête à même les corps de notre potentiel créatif individuel et collectif.


Yuval Pick en quelques dates

1970 : Naissance en Israël

1991 : Intègre la Batsheva Dance Compagy de Ohad Naharin. Et à partir de 1995, danseur pour Tero Saarinen, Carolyn Carlson, Russel Maliphant…

1999 : Intègre durant deux ans le Ballet de l'Opéra de Lyon

2002 : Premiers pas comme chorégraphe et fonde sa propre compagnie The Guests

2011 : Succède à Maguy Marin à la tête du Centre Chorégraphique National de Rilleux-la-Pape


Pierre Pontvianne + Russell Maliphant + Yuval Pick

"BEASTS" (chor Pierre Pontvianne), "Two Times Seven" (chor Russell Maliphant), "There's a blue bird in my heart" (chor Yuval Pick), par le Ballet de l'Opéra de Lyon, 1h30
Le Toboggan 14 avenue Jean Macé Décines
Du 2 au 4 mars 2022, mer, jeu à 20h30, ven à 19h30


entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

Yuval Pick, prolongé au CCN de Rillieux-la-Pape

Danse | Nommé à la tête du Centre Chorégraphique National de Rillieux-la-Pape en 2011, Yuval Pick a vu son mandat prolongé jusqu’en 2024. Pour une double (...)

Jean-Emmanuel Denave | Jeudi 9 septembre 2021

Yuval Pick, prolongé au CCN de Rillieux-la-Pape

Nommé à la tête du Centre Chorégraphique National de Rillieux-la-Pape en 2011, Yuval Pick a vu son mandat prolongé jusqu’en 2024. Pour une double raison : la crise sanitaire bien sûr, mais aussi un bâtiment du CCN toujours fermé après l’incendie de la fin 2017 (les danseurs travaillent provisoirement au Studio Velette à Rillieux). Actuellement, le chorégraphe travaille sur sa nouvelle création FutureNow, et le CCN lance un nouveau programme dit YuPi, destiné à l’insertion professionnelle et à l’aide à la création de jeunes danseurs. Quelques dates de spectacles de Yuval Pick à retenir aussi cette saison : Pazaz ce 19 septembre à la Chapelle de la Bussière à Rilleux, Hydre au Musée des Confluences le 23 octobre, et une création pour le Ballet de l’Opéra qui sera présentée au Toboggan du 3 au 5 mars.

Continuer à lire

Cocotte, un festival de danse et de musique à Rillieux-la-Pape

Danse | Le temps d’une après-midi et d’une soirée, le festival Cocotte propose plusieurs spectacles de danse, de la musique et des événements festifs dans le (...)

Jean-Emmanuel Denave | Mercredi 23 juin 2021

Cocotte, un festival de danse et de musique à Rillieux-la-Pape

Le temps d’une après-midi et d’une soirée, le festival Cocotte propose plusieurs spectacles de danse, de la musique et des événements festifs dans le quartier de la Vellette à Rillieux-la-Pape. La plupart gratuits et dans l’espace public. Deux autres en salle et (modestement) payants : Love me tender de la chorégraphe Léa Tirabasso, Délices de Aina Alegre. Le festival est propulsé par le Centre Chogrégraphique National de Rillieux dirigé par Yuval Pick, et l’un de ses danseurs permanents, Thibault Desaules, présentera son projet Brasero, pièce participative et coopérative avec trente danseurs amateurs. Festival Cocotte À Rillieux-la-Pape le ​samedi 3 juillet

Continuer à lire

Lyon : la Biennale de la Danse dévoile son programme

Danse | Repoussée, remodelée, raccourcie, la 19e Biennale de la Danse aura cependant bien lieu. Et c’est avec une certaine joie que nous vous en présentons les grands axes et quelques spectacles à ne pas manquer.

Jean-Emmanuel Denave | Lundi 3 mai 2021

Lyon : la Biennale de la Danse dévoile son programme

Réduite à quinze jours, la 19e Biennale de la Danse n’en reste pas moins foisonnante dans sa programmation, avec vingt-eux créations et une quarantaine de compagnies internationales invitées ! Nouveauté remarquable, la Biennale propose cette année aux anciennes usines Fagor ("L’expérience Fagor" du 8 au 16 juin) une multitudes de pièces ou formes expérimentales gratuites, ouvrant la danse contemporaine à un public possiblement plus large, et sans pour autant lésiner sur la qualité des intervenants : le chorégraphe français Noé Soulier, deux anciens danseurs de William Forsythe, Brigel Gjoka et Rauf Yasit, le Collectif Es… Pour le reste, l’ADN de la Biennale demeure le même : un savant mélange des genres chorégraphiques, et de grandes pointures et de chorégraphes moins connus… Même si, période oblige, certains créations phares ont été annulées comme Le Lac des cygnes d’Angelin Preljocaj (mais il sera présenté cet automne à la Maison de la Danse). Le défilé associé à la Biennale, sous les couleurs de l’Afrique (comme une partie de la programmation) aura lieu, quant à lui, ex

Continuer à lire

Yuval Pick en latin

Danse | Il est amusant d'observer que le chorégraphe Yuval Pick reprenne cette semaine l'une de ses meilleures pièces (Acta est fabula, 2018), juste avant (...)

Jean-Emmanuel Denave | Mardi 8 octobre 2019

Yuval Pick en latin

Il est amusant d'observer que le chorégraphe Yuval Pick reprenne cette semaine l'une de ses meilleures pièces (Acta est fabula, 2018), juste avant l'ouverture du Festival Lumière, qui a pour tête d'affiche le réalisateur d'Apocalypse Now, Francis Ford Coppola. A priori, rien à voir entre la pièce dépouillée de l'un et le film exubérant de l'autre. Mais, si l'on admet que la remontée du fleuve du capitaine Willard est aussi une remontée dans le temps historique, et même vers ce qu'il y a de plus archaïque et primitif chez l'être humain, alors Yuval Pick n'est plus si loin de Coppola. Acta est fabula est une avancée-remontée vers l'archaïque à travers des éclats de gestes ou des éclats de voix, des réminiscences de musiques quasi tribales (les coups de reins vocaux de Prince, des rythmes de techno...), le grotesque d'une grimace ou l'angoisse d'un cri muet... Soit une saccade de séquences qui creusent, par la danse (avec quelques détours vers le thé

Continuer à lire

Beauté, matin, midi et soir

Colloque | Faire se croiser arts, sciences et soins, telle est l'ambition roborative de l'association L’Invitation à la beauté. Elle propose cette semaine deux journées de rencontres et de spectacles autour de ce thème.

Jean-Emmanuel Denave | Mardi 8 janvier 2019

Beauté, matin, midi et soir

De la catharsis (purification) grecque à l’art-thérapie contemporaine, les liens entre création et santé ont depuis longtemps été défrichés en tous sens, et même parfois en sens contraires... L'association L'Invitation à la beauté, co-présidée par le neurologue toulonnais Pierre Lemarquis et par la psychologue lyonnaise Laure Mayoud, relance le débat et les investigations transdisciplinaires sur les fonctions préventives et curatives de « la rencontre avec la beauté ». Le terme de "beauté", bien sûr, ne va pas sans poser quelques (lourds) problèmes esthétiques et philosophiques, et le concept clef de Pierre Lemarquis « d'empathie esthétique » demeure à nos yeux un peu fruste : la confrontation à une œuvre (tableau, musique, pièce de danse...) induit en l'humain une certaine activité cérébrale d'obédience mimétique (via notamment les fameux neurones miroirs), ainsi que la sécrétion de substances chimiques plutôt sympathiques (dopamine, sérotonine, endorphines...). Dit autrement, le cerveau du spectateur fonctionne, et ce plutôt dans le bon sen

Continuer à lire

Une Biennale tonique avec Maguy Marin et Peeping Tom

Biennale de la Danse | La programmation de la prochaine Biennale de la Danse a été dévoilée cette semaine, et réunit, a priori, tous les ingrédients d'une édition réussie : risquée, créative, pluridisciplinaire.

Jean-Emmanuel Denave | Dimanche 10 juin 2018

Une Biennale tonique avec Maguy Marin et Peeping Tom

À deux exceptions japonaises près, la Biennale de la Danse 2018 est une Biennale européenne. Elle s'annonce donc moins exotique qu'à l'accoutumée, mais plus exigeante artistiquement, et plus aventureuse dans ses formes d'expression... L'un des fils rouges de cette édition est celui des liens entre la danse et les images, images issues des nouvelles technologies notamment. Ce fil rouge ira, par exemple, de l'utilisation par Merce Cunningham (1919-2009) du logiciel informatique DanceForms (mouvements et enchaînements générés par ordinateur) pour sa pièce Biped, à des créations s'étayant sur la réalité virtuelle par le chorégraphe suisse Gilles Jobin ou par le poète circassien Yoann Bourgeois (artiste très présent dans cette Biennale avec trois spectacles). 27 créations et premières Parmi les 42 spectacles programmés en salles, on compte 27 créations et premières françaises qui constituent le cœur de cette Biennale et, bien souvent, celui de nos attentes... Maguy Marin cré

Continuer à lire

Une hydre signée Yuval Pick

Danse | Créé par Yuval Pick en 2016 au Monastère de Brou, le trio Hydre confronte le mouvement organique des danseurs à la mémoire minérale d'une architecture, et (...)

Jean-Emmanuel Denave | Mardi 27 juin 2017

Une hydre signée Yuval Pick

Créé par Yuval Pick en 2016 au Monastère de Brou, le trio Hydre confronte le mouvement organique des danseurs à la mémoire minérale d'une architecture, et redonne corps et sensibilité à un lieu. En l’occurrence, le 30 juin, à l'ancienne halle du marché de gros de la Confluence, dans le cadre du festival artistique, sportif et citoyen Kiosk (jusqu'au 2 juillet).

Continuer à lire

Kraftwerk Pické

Yuval Pick | De plus en plus préoccupé par les questions du collectif et les rapports complexes entre l'individu et le groupe, Yuval Pick se lance, dans sa dernière pièce, (...)

Jean-Emmanuel Denave | Mardi 17 janvier 2017

Kraftwerk Pické

De plus en plus préoccupé par les questions du collectif et les rapports complexes entre l'individu et le groupe, Yuval Pick se lance, dans sa dernière pièce, dans l'univers du groupe légendaire Kraftwerk. Une musique qui, pour le chorégraphe, connote un possible romantisme contemporain, avec des pulsions-pulsations technos reliées à notre mémoire collective, qui remplacent celles, plus acoustiques mais pas moins lyriques, du romantisme allemand et notamment, des lieds de Schubert (présent lui-aussi dans la bande-son). Are friends electric ? (au CCN de Rillieux-la-Pape les 24 et 25 janvier) réunit concrètement six danseurs et explore tout à la fois le corps dans ses éléments les plus bruts, physiques, et des configurations plus codées de mouvements collectifs... Yuval Pick n'hésite plus, même, à y libérer les élans et les gestes de ses interp

Continuer à lire

Yuval Pick présente Ply

Danse | En marge de la Biennale de la Danse, le chorégraphe Yuval Pick reprend au Centre Chorégraphique National de Rillieux-la-Pape (le samedi 24 septembre à 12h) (...)

Jean-Emmanuel Denave | Mardi 20 septembre 2016

Yuval Pick présente Ply

En marge de la Biennale de la Danse, le chorégraphe Yuval Pick reprend au Centre Chorégraphique National de Rillieux-la-Pape (le samedi 24 septembre à 12h) l'une de ses plus belles pièces, Ply (2014), avec les nouveaux danseurs de sa compagnie. Sur la bande son de l'américaine Ashley Fure, composée pour l'occasion, les cinq interprètes de Ply explorent les couches successives de la musique, en mouvements centrifuges, jusqu'à la rencontre avec l'autre, jusqu'à la constitution progressive d'un groupe aux intensités émotionnelles des plus singulières !

Continuer à lire

Voilà l'été : un jour, une sortie #3

SAISON ESTIVALE | Durant toutes les vacances, c'est un bon plan par jour : concert ou toile, plan canapé ou expo où déambuler.

La rédaction | Mercredi 20 juillet 2016

Voilà l'été : un jour, une sortie #3

15 / Mercredi 20 juillet : cirque Obludarium Puisque les gens normaux n'ont rien d'exceptionnel (et l'urbanité en juillet ça va bien cinq minutes), hâtez-vous au domaine de Lacroix-Laval voir les grosses caboches toutes biscornues et étranges d'Obludarium. Signé des fils jumeaux du cinéaste Miloš Forman, ce spectacle qui a fait le tour du monde s'arrête depuis hier et jusqu'au 31 juillet dans ce village dédié au cirque. Si vous le pouvez, venez même dès 18h profiter des lampions, du bar digne d'un diners US et du plancher en bois où vous pourrez faire résonner vos tongs (en bois, les tongs). Fourvière version campagne : c'est ici ! Au domaine de Lacroix-Laval dans le cadre des Nuits de Fourvière 16 / Jeudi 21 juillet : chanson Michel Polnareff Moins on l'attend, plus il revient, le Polnaroïde. On a arrêté de compter avant même notre naissance, mais le

Continuer à lire

Yuval Pick : Une "Hydre" à Brou

Plus Loin | Dans le cadre de la 2e édition de l'événement national Monuments en mouvements, Yuval Pick présentera au Monastère Royal de Brou à Bourg-en-Bresse (les 23 et 24 (...)

Jean-Emmanuel Denave | Mardi 28 juin 2016

Yuval Pick : Une

Dans le cadre de la 2e édition de l'événement national Monuments en mouvements, Yuval Pick présentera au Monastère Royal de Brou à Bourg-en-Bresse (les 23 et 24 juillet) une création in situ, Hydre. Pièce en trois parties, Hydre se veut la confrontation de la vie organique et pulsionnelle des danseurs à celle, minérale et figée, du monument historique. La danse si singulière de Yuval Pick tentera de redonner une dimension humaine à une architecture démesurée et chargée de symboles.

Continuer à lire

Cocotte au CCN

Danse | Nouveau rendez-vous au CCN de Rillieux-la-Pape (ce samedi 11 juin à partir de 19h), Cocotte fait bouillir la danse dans sa dimension performative (...)

Jean-Emmanuel Denave | Mardi 7 juin 2016

Cocotte au CCN

Nouveau rendez-vous au CCN de Rillieux-la-Pape (ce samedi 11 juin à partir de 19h), Cocotte fait bouillir la danse dans sa dimension performative avec pas moins de 16 performances proposées durant cette soirée : des six minutes interprétées par le metteur en scène Michel Raskine sur une proposition chorégraphique de Yuval Pick, aux cinq heures (et jusqu'à épuisement) de la danseuse et chorégraphe japonaise Mikiko Kawamura...

Continuer à lire

Play Time : Carolyn & Cie

SCENES | Un bal pour les enfants, un concert de musiques du monde (Trio Bassma + Tram des Balkans), une nouvelle création de Jozsef Trefeli et Gabor Varga (...)

Jean-Emmanuel Denave | Mardi 29 mars 2016

Play Time : Carolyn & Cie

Un bal pour les enfants, un concert de musiques du monde (Trio Bassma + Tram des Balkans), une nouvelle création de Jozsef Trefeli et Gabor Varga revisitant les danses folkloriques hongroises, une création participative sur les sonorités de la ville... La 4e édition du festival Play Time (concoctée par le Centre Chorégraphique National et d'autres structures, se déroulant du 1er au 8 avril) à Rillieux-la-Pape se veut à nouveau festive et hétéroclite. Le chorégraphe Yuval Pick y reprendra aussi Playbach, œuvre courte en hommage à Bach. Et les plus jeunes, à partir de huit ans, auront la chance de découvrir la nouvelle création de Carolyn Carlson (auteure entre autres nombreuses pièces du solo Blue Lady) : Seeds (graines en anglais), en collaboration avec le dessinateur Yacine Ait Kaci et son petit personnage simplifié Elyx. Pièce pour trois danseurs entremêlant la danse et des animations vidéo, Seeds est un voyage imaginaire abordant avec poésie les problèmes d'écologie. JED

Continuer à lire

L'élan retenu de Yuval Pick

SCENES | Créée en 2014 pour cinq danseurs, en collaboration avec la compositrice Ashley Fure, Ply est la pièce idoine pour apprécier l'univers du chorégraphe Yuval (...)

Jean-Emmanuel Denave | Mardi 8 mars 2016

L'élan retenu de Yuval Pick

Créée en 2014 pour cinq danseurs, en collaboration avec la compositrice Ashley Fure, Ply est la pièce idoine pour apprécier l'univers du chorégraphe Yuval Pick. Couche par couche (Ply signifie "couche" en français), voire grain par grain, Yuval Pick déconstruit les mouvements essentiels de ses interprètes, avant de les ré-assembler autrement, d'en inventer de nouvelles variations, de les faire entrer en échos collectifs. Au cœur du vocabulaire du chorégraphe, il y a ce que l'on pourrait nommer, en reprenant l'expression du poète Francis Ponge, un « élan retenu ». L'élan retenu chez Yuval Pick, ce sont ces bras qui se tendent, ces jambes qui s'aventurent hors de la sphère individuelle, ces pas qui s'élancent en courses, tout en restant aimantés, retenus par le corps et le rythme propre du danseur. Jamais un geste n'ira se perdre complètement dans une ligne ou une cadence continues, se fondre dans un bel ensemble uniforme. Au risque de décevoir nos attentes esthétiques habituelles, Yuval Pick demeure attentif, si ce n'est attaché, à la spécificité rythmique et gestuelle d'un individu. La construction d'une entité collective ne s'effectuera jam

Continuer à lire

Chronique d'une Biennale 2/3

SCENES | Quelques petites déceptions encore cette semaine, mais le chef-d’œuvre "Sounddance" de Merce Cunningham et "Ply", la création âpre et singulière de Yuval Pick, nous ont restitué notre enthousiasme pour la danse. Jean-Emmanuel Denave

Jean-Emmanuel Denave | Lundi 22 septembre 2014

Chronique d'une Biennale 2/3

Mélange des genres et mélange des époques au programme du Ballet de Lorraine, avec cette question sous-jacente : qui des anciens (Picabia et Satie en 1924), des modernes (Merce Cunningham en 1975) ou des contemporains (le jeune Noé Soulier en 2014) a produit la pièce la plus "barrée", la plus osée ? On aurait volontiers parié a priori sur le Dadaïste Picabia mais Relâche, qui fut certainement provocateur et rafraîchissant à l'époque (avec des danseurs dans la salle, une infirmière à barbe...) s'avère aujourd'hui assez ennuyeux et "muséal". Seul le film foldingue de René Clair (Entr'acte, projeté en plein milieu de la pièce) sauve les meubles et nous embarque dans une blague surréaliste aux effets de montage et de mouvements de caméra aujourd'hui encore surprenants ! Le montage, le démontage et le remontage, c'est aussi le "truc" de Noé Soulier, qui s'empare des codes de la danse classique pour les déstructurer, les cogner les uns aux autres, les accélérer ou les ralentir. Sa création Corps de ballet contient bien des idées mais ici encore à l'état de friche, de recherche inaboutie... La pièce la plus folle, et même

Continuer à lire

Sur la même longueur d'onde

SCENES | La formule du festival Aire de jeu est aussi simple qu'originale : inviter des chorégraphes à créer des pièces à partir d’œuvres musicales d'un même compositeur. (...)

Jean-Emmanuel Denave | Vendredi 24 janvier 2014

Sur la même longueur d'onde

La formule du festival Aire de jeu est aussi simple qu'originale : inviter des chorégraphes à créer des pièces à partir d’œuvres musicales d'un même compositeur. Un retour aux amours classiques entre la musique (jouée live sur scène) et la danse qui est aussi un "retour en avant" puisque chaque invité est une figure de la musique contemporaine. Après David Lang et Julia Wolfe, c'est le jeune et prolifique Nico Muhly qui est à l'honneur et dont on pourra découvrir le travail à travers celui de quatre fortes individualités. Ancien ingénieur en chimie, longtemps metteur en scène de théâtre et d'opéra à Berlin, Laurent Chétouane (né en 1973) se tourne vers la danse en 2007 et s'intéresse tout particulièrement aux problèmes de communauté politique et de vivre-ensemble (il est inspiré par Roland Barthes !), ainsi qu'aux notions connexes de frontière, de territoire, d'espace commun. C'est lui qui signera la pièce la plus longue du festival (15 variations autour de l'ouvert), plongeant nouvellement dans la matière brute et émotionnelle de la danse, et interprétant la musique de Muhly comme «une invitation à la vie, un appel à chanter, un concentré d’ancien et de nouveau créant une const

Continuer à lire

Sur Stravinski ou New Order

SCENES | Jusqu'au 5 décembre, le Centre Chorégraphique National de Rilleux-la-Pape propose son deuxième temps fort, "Play Time", ouvert à tous les publics (dès 3 ans (...)

Jean-Emmanuel Denave | Mercredi 20 novembre 2013

Sur Stravinski ou New Order

Jusqu'au 5 décembre, le Centre Chorégraphique National de Rilleux-la-Pape propose son deuxième temps fort, "Play Time", ouvert à tous les publics (dès 3 ans pour Têtes à têtes de Maria Clara Villa-Lobos) et rassemblant les propositions les plus diverses. Les "grands" pourront ainsi s'immerger dans le Sacre du printemps de Roger Bernat (également au programme du festival Micro Mondes) pour une expérience scènique inédite en hommage à Pina Bausch, et les "petits" dans Partituur de la très renommée performeuse croate Ivana Müller, pièce dans laquelle trente enfants sont invités à imaginer une histoire et une chorégraphie dans un pays fictif - et qui sera reprise à la Maison de la danse du 11 au 18 décembre.  Il y aura aussi du hip hop féminin avec le duo Yonder Woman d'Anne Nguyen et un spectacle promettant son pesant de cold rock : The Him de Yuval Pick (directeur du CCN). Cette pièce inspirée de la musique de New Order (et tout particulièrement de leur premier album, le bien no

Continuer à lire

Tournez manège !

SCENES | Malgré de beaux moments dans le "Sacre du Printemps" de Thierry Thieû Niang, la dernière semaine de la Biennale de la danse nous laisse à nouveau sur notre faim d’inédit et de créativité. Jean-Emmanuel Denave

Jean-Emmanuel Denave | Dimanche 30 septembre 2012

Tournez manège !

Au TNP la semaine dernière, il y eut une sorte de précipité (comme on dit en chimie) de l’histoire de la danse et du théâtre modernes : Patrice Chéreau, pieds nus, lisant le journal de Nijinski où celui-ci pourfend le théâtre et défend le «sentiment», peste contre Serge de Diaghilev et Igor Stravinski, ces personnages selon lui ennuyeux, prône la vie, le mouvement, l’écriture et la masturbation contre l’esprit de sérieux, la scène guindée… On aurait cru entendre Artaud dans son Théâtre de la cruauté, et on assistait alors à de singuliers courts-circuits entre les histoires du TNP, de la danse, de Chéreau, du Sacre du Printemps (dont on fêtera l’an prochain les 100 ans), de ce qui fît scandale en 1913 mais ne le fait plus, de ce qui fît modernité mais ne le peut plus… Épuisement. C’est dans la neige que se termine le récit de Nijinski et que démarre alors la musique du Sacre de Stravinski et s’ébranle le "tournez manège" de vingt-quatre danseurs amateurs âgés. Une belle spirale sans fin plutôt émouvante, un mouvement en hélices multiples non sans charme, des corps fatigués mais fiers, précis et poignants…

Continuer à lire

David Lang mis en corps et en mouvements

SCENES | Les Subsistances, dites «Laboratoire international de création artistique», se lancent dans une nouvelle formule... Un nouveau tube à essais intitulé Aire (...)

Jean-Emmanuel Denave | Jeudi 26 janvier 2012

David Lang mis en corps et en mouvements

Les Subsistances, dites «Laboratoire international de création artistique», se lancent dans une nouvelle formule... Un nouveau tube à essais intitulé Aire de jeu (première édition du 2 au 7 février) où il s'agit de précipiter des chorégraphes dans le liquide musical d'un compositeur contemporain, ici l'américain David Lang aux œuvres minimalistes ou au contraire plus lyriques, influencées aussi bien par Steve Reich que par Karlheinz Stockhausen ! Le Lyonnais Yuval Pick, tout nouveau directeur du CCN de Rillieux-la-Pape, en profitera pour aller à l'encontre de ses habitudes chorégraphiques et, à une danse lyrique et pulsionnelle, opposera une danse beaucoup plus décomposée et analytique, simple et basique. Maud Le Pladec proposera deux pièces : un solo où un danseur ira lui aussi contre sa formation et une autre pièce... sans danseur !  L'Américain Andros Zins-Browne s'essaiera quant à lui pour la première fois à une chorégraphie sur une musique potentiellement envoûtante, alors qu'il travaille habituellement uniquement sur des bande-sons bruitistes ou pop. Les musiques de ces trois spectacles seront jouées en direct par des interprètes du Conservatoire National Supérieu

Continuer à lire

La danse, de Lyon à Cuba

SCENES | Commençons notre tour d'horizon dansé par un chorégraphe lyonnais, Denis Plassard dont nous avions redécouvert il y a deux ans la superbe adaptation du (...)

Jean-Emmanuel Denave | Mercredi 21 décembre 2011

La danse, de Lyon à Cuba

Commençons notre tour d'horizon dansé par un chorégraphe lyonnais, Denis Plassard dont nous avions redécouvert il y a deux ans la superbe adaptation du Terrier de Kafka. Sa prochaine création, Encore quelques illusions (les 26 et 27 janvier au Théâtre de Vénissieux, le 15 mars au Théâtre Astrée dans le cadre du festival Chaos Danse), jouera avec les codes, les techniques et l'esthétique des spectacles de magie. Autre Lyonnais à suivre : le tout nouveau directeur du CCN de Rillieux-la-Pape, Yuval Pick, s'essaiera (ainsi que les chorégraphes Maud Le Pladec et Andros Zins-Browne) à une création sur l'une des œuvres du compositeur américain contemporain David Lang (Aire de jeu aux Subsistances du 2 au 7 février). Maguy Marin quant à elle reprend sa pièce fulgurante et plongée quasi continuellement dans l'obscurité, Salves, du 3 au 5 avril au Toboggan. Du côté de la Maison de la danse, on notera la première venue à Lyon de deux grandes compagnies contemporaines d'outre Atlantique : le Cedar Lake Contemporary Ballet de New York (du 31 janvier au 5 février) avec une pièce du turbulent Hofesh Schechter et une autre de Crystal Pite, et le Danza Contemp

Continuer à lire

Yuval Pick ouvre le bal à Rillieux

SCENES | Danse / Le programme "Bonjour !" marque le début de la saison publique du CCN de Rillieux-la-Pape dirigé depuis peu par Yuval Pick. À l’Espace Baudelaire, (...)

Jean-Emmanuel Denave | Jeudi 3 novembre 2011

Yuval Pick ouvre le bal à Rillieux

Danse / Le programme "Bonjour !" marque le début de la saison publique du CCN de Rillieux-la-Pape dirigé depuis peu par Yuval Pick. À l’Espace Baudelaire, le chorégraphe reprend sa pièce Score, fruit d’un voyage en Israël, son pays d’origine. Score est un trio où l’on retrouve la gestuelle physique et instinctive de Yuval Pick sur une bande sonore constituée de bruits de rue, de témoignages et de musiques diverses, échos aux pulsions de vie qui traversent le pays malgré la guerre. Trois jeunes (et très bons) danseurs se frottent ainsi à l'univers vif et organique du chorégraphe : ils exécutent des courses dispersées puis "rembobinées" sur un morceau de cold wave, se resserrent violemment en grappe, se jettent soudainement les uns sur les autres ou, dans une ambiance techno, s'adonnent à des motifs plus répétitifs, saccadés et mécaniques... À ce spectacle succédera au CCN une journée ouverte à tous et gratuite avec une performance de Julie Nioche, des spectacles de la Cie Entorse et du Suisse toujours surprenant et ludique Foofwa d’Immobilité.Jean-Emmanuel Denave

Continuer à lire

Plis intérieurs

MUSIQUES | Danse / Yuval Pick présente sa nouvelle création, Look white inside, sondant les tréfonds du corps et de l'inconscient. Il y découvre aussi bien des forces terriennes et brutes, qu'aériennes et délicates. Jean-Emmanuel Denave

| Mercredi 14 février 2007

Plis intérieurs

Place au corps. Dire le corps, ses possibles, ses agencements. Etre au plus près de lui. Lorsque le chorégraphe Yuval Pick parle de ses créations, il emploie un vocabulaire physique (au sens des sciences physiques), chimique et organique : des forces, des champs de force, des polarités, des rencontres entre danseurs comme des chocs entre particules, des transformations et des transmutations d'un état du corps vers un autre, des précipités... «Je voudrais dévoiler les structures communes au genre humain au travers du corps, de ses réactions. Presque organique ou physique au sens scientifique du terme, mon travail interroge les processus de construction de nos individualités, de nos relations aux autres et à notre environnement», écrit-il. Cette approche abstraite de la danse (au sens où la théâtralité, l'expressionnisme, la psychologie et la narration sont évacuées au profit d'un dispositif physique concret, d'une logique de la sensation) est commune aujourd'hui à bien des chorégraphes : on pense en particulier au Suisse Thomas Hauert que l'on a pu découvrir récemment à la Maison de la Danse avec sa pièce Modify, rien moins qu'un chef-d'œuvre et l'un des plus grands moments de danse

Continuer à lire