La Forge, entre passé et avenir

Florence Barnola | Mardi 31 mars 2015

Photo : DR


En 2006, le Chambon-Feugerolles inaugure une salle de spectacle « moderne », La Forge, fruit de la rénovation d'un ancien bâtiment de l'usine des Platanes (datant de 1867) appartenant à la Compagnie des Forges et Aciéries Jacques Claudinon et Cie. Cette usine métallurgique a été la plus importante de la commune pendant plus d'un siècle. Elle représentait 10 hectares d'ateliers où l'on produisait des canons, des enclumes, des outils d'agriculture, des étaux etc. Jusqu'à 1800 ouvriers y ont œuvré durant la 1ère Guerre mondiale. En 1964, l'usine Georges Claudinon ferme. Le site est démoli sauf cet atelier de mécanique qui devient propriété de la ville en 1984 pour être transformé en salle de spectacle. En 1999, la commune lance la réhabilitation du lieu pour en faire une salle dédiée aux musiques actuelles. Le bâtiment garde alors son caractère industriel, témoin d'un passé métallurgique. En 2007 la Fédération française du bâtiment décerne un « Ruban du Patrimoine » au Chambon-Feugerolles pour la réussite de cette réhabilitation. La Forge aujourd'hui marque l'une des deux entrées de la ville. FB

La Forge
92, rue de la République 42500 Chambon-Feugerolles

entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

Mohamed Naitl ‘Khadir : « Déployer plus d’actions en faveur de la création et du public »

Grand entretien | À 42 ans, Mohamed Naitl ‘Khadir est le responsable culture au Chambon-Feugerolles depuis 2013. Mais il s’implique plus largement dans la vie culturelle ligérienne avec notamment un poste de co-président de l’association Loire en Scène. Nous avons voulu prendre avec lui le pouls du secteur culturel alors que les spectacles et la vie culturelle en présence du public reprennent progressivement.

Nicolas Bros | Mercredi 9 juin 2021

Mohamed Naitl ‘Khadir : « Déployer plus d’actions en faveur de la création et du public »

Quel est votre parcours ? Je suis un pur produit du Chambon-Feugerolles, né là-bas. Concernant mes études, j’ai suivi un cursus de droit à la fac de Jean Monnet à Saint-Etienne. En parallèle de mes cours, je gravitais autour de l’école de musique, en participant à l’organisation d’événements musicaux. C’est là qu’est née ma vocation pour le secteur culturel. J’avais même créé avec quelques amis une structure de deejaying. En parallèle, je suis tombé sur une opportunité d’emploi-jeune au Chambon-Feugerolles en 2000. Je fais partie de cette génération qui a pu bénéficier de ce dispositif. C’était déjà un poste dans le secteur culturel ? Oui, mais j’avais auparavant postulé à un emploi-jeune afin de redynamiser la vie économique locale. Malgré un très bon entretien, je n’avais pas été retenu. Mais Stéphane Frécon, le directeur de la culture de l’époque au Chambon et qui faisait alors partie du jury, avait gardé mon CV. Six mois après, il m’a rappelé et m’a proposé un poste. J’ai tout de suite accepté. Stéphane m’a mis le pied à l’étrier et c’est là que tout a commencé pour moi. Deux ans après mon arrivée, j’ai ensuite

Continuer à lire

Le site Le Corbusier de Firminy en lice pour le monument préféré des Français

Concours | Et si le site Le Corbusier de Firminy représentait la région Auvergne-Rhône-Alpes lors du prochain concours télévisé du monument préféré des Français ? C'est une (...)

Nicolas Bros | Mardi 25 mai 2021

Le site Le Corbusier de Firminy en lice pour le monument préféré des Français

Et si le site Le Corbusier de Firminy représentait la région Auvergne-Rhône-Alpes lors du prochain concours télévisé du monument préféré des Français ? C'est une possibilité puisqu'il fait partie des trois lieux emblématiques régionaux encore en lice cette année. Aux côtés du Château de Menthon-Saint-Bernard (Haute-Savoie) et de la Rotonde ferroviaire de Chambéry, le site Le Corbusier a toutes ses chances de remporter la mise et ainsi être mis en avant par Stéphane Bern sur France 3 à l’occasion des 38e journées européennes du Patrimoine. Encore faut-il que les internautes votent pour lui. Vous pouvez d'ores et déjà aller donner votre voix pour Firminy sur cette page.

Continuer à lire

Saint-Etienne Métropole annule les Journées du patrimoine

ESCAPADES | Après l'annonce de Firminy, c'est au tour de la Ville de Saint-Étienne et Saint-Étienne Métropole d'annuler les Journées européennes du patrimoine prévues (...)

Nicolas Bros | Mardi 15 septembre 2020

Saint-Etienne Métropole annule les Journées du patrimoine

Après l'annonce de Firminy, c'est au tour de la Ville de Saint-Étienne et Saint-Étienne Métropole d'annuler les Journées européennes du patrimoine prévues les 19 et 20 septembre. « Dans un souci constant de santé publique et de sécurité sanitaire, face à la recrudescence de l'épidémie de la Covid-19 dans le département de la Loire, la Ville de Saint-Étienne et Saint-Étienne Métropole, en lien avec la préfecture de la Loire, l'Agence régionale de santé (ARS) et le CHU ont pris la décision d'annuler à Saint-Étienne et dans les structures de Saint-Étienne Métropole, les manifestations, visites et animations organisées dans le cadre des journées européennes du patrimoine qui devaient se dérouler samedi19 et dimanche 20 septembre. » En guise de consolation, les musées d'Art et d'industrie, de la Mine et d'Art moderne et contemporain seront en entrée libre et

Continuer à lire

Firminy annule ses journées du patrimoine et le Hall Blues Club reporte des concerts

ACTUS | Après le passage en rouge du département de la Loire, les annonces d'annulation d'événements continuent de tomber.

Nicolas Bros | Mardi 15 septembre 2020

Firminy annule ses journées du patrimoine et le Hall Blues Club reporte des concerts

Alors que la Loire est passée en zone rouge, signifiant que le département subit une circulation active de la Covid-19 et que Firminy fait partie des communes dans lesquelles le port du masque va devenir obligatoire dès demain, la Ville de Firminy a décidé d'annuler la tenue des Journées européennes du patrimoine sur son sol. « Du fait du contexte sanitaire local, avec une circulation active du virus dans la Loire (classée en rouge depuis le 11 septembre) et dans notre ville, l’équipe municipale a décidé d’annuler les évènements proposés à Firminy dans le cadre des Journées du Patrimoine ​» explique la municipalité sur son site internet. Le Site Le Corbusier reste cependant ouvert aux horaires habituels : samedi et dimanche de 10h à 12h30 et de 13h30 à 18h. Parallèlement, le Hall Blues Club de Pélussin vient également d'annoncer l'annulation des concerts qu'il devait accueillir entre aujourd'h

Continuer à lire

Le thème des prochaines Journées du patrimoine dévoilé

Patrimoine | La 37ème édition des Journées européennes du patrimoine devrait se dérouler, si tout va bien, les vendredi 18, samedi 19 et dimanche 20 septembre. Le thème de cette cuvée 2020 vient d'être dévoilé.

Nicolas Bros | Lundi 20 juillet 2020

Le thème des prochaines Journées du patrimoine dévoilé

Pour leur 37e édition, les Journées européennes du patrimoine prennent un parti très pédagogique. Le thème choisi cette année tourne autour de "Patrimoine et éducation : apprendre pour la vie". Il est vrai que cet événement est propice à la découverte du patrimoine mais également à l'éveil et à l'apprentissage. « La 37ème édition des Journées européennes du patrimoine a pour ambition de reconnecter les visiteurs aux connaissances, aux traditions et aux savoir-faire qui définissaient jadis le lieu de vie, et, ce faisant, réinventer ce que signifie l'éducation au 21ème siècle » explique le ministère de la Culture. Pour la région Auvergne-Rhône-Alpes, ce sont près de 5 000 monuments historiques qui ouvritont leurs portes aux visiteurs. Notamment des châteaux, usines, églises, jardins, ponts, fermes, moulins, écoles, musées... Il y en aura pour tous les goûts. Dans la Loire, deux sites participent pour la première fois à l'événement : Saint-Julien-Molin-Molette et Doizieux Le programme complet de l'événement sera mis en ligne dans le courant de l'été à cette adresse.

Continuer à lire

Le patrimoine stéphanois se visite à nouveau

Visites | Ce début d’été se place sous le signe du retour à la normale pour le milieu de la culture. Après la réouverture des bars, des restaurants et des salles de concert, les visites du patrimoine stéphanois, organisées par le service Ville d’art et d’histoire, peuvent reprendre leur programme estival.

Antoine Desvoivre | Mercredi 8 juillet 2020

Le patrimoine stéphanois se visite à nouveau

De la place Jean-Jaurès au tracé du Furan (affluent de la Loire qui traverse Saint-Étienne, NDLR), le patrimoine stéphanois révèle ses secrets. Sous l’impulsion du service Ville d’art et d’histoire de Saint-Étienne (VAH), la capitale ligérienne propose au public, visites et ateliers pour (re)découvrir l’histoire de Sainté. Un patrimoine labellisé Le label Ville d’Art et d’Histoire, décerné par le ministère de la culture, reconnaît « les collectivités qui mettent en avant leur patrimoine et qui le font découvrir aux habitants, aux jeunes publics et aux touristes » explique Grégory Charbonnier, animateur de l'architecture et du patrimoine. « Ce ne sont pas forcément des régions avec un patrimoine impressionnant et monumental » ajoute-t-il, « mais ce sont des collectivités volontaristes, qui essayent de faire comprendre et découvrir ce que l’on peut voir aux alentours. » Afin de promouvoir la culture et l’architecture stéphanoise, « on crée un service avec des guides conférenciers, des auteurs et des personnels dont le métier est d’expliquer l’histoire et le patrimoine local. » La Ville d’art et d’histoire prop

Continuer à lire

Contact

Cirque | La compagnie catalane Eia nous emmène dans le monde du cirque toujours très présent dans l'imaginaire collectif, pour aller cueillir l'humanité et nous (...)

Monique Bonnefond | Mercredi 5 février 2020

Contact

La compagnie catalane Eia nous emmène dans le monde du cirque toujours très présent dans l'imaginaire collectif, pour aller cueillir l'humanité et nous plonger dans un univers en constante transformation fait de In Tarsi, mot d'artisan utilisé en marqueterie pour désigner l'art délicat d'assembler de minuscules fragments. Fragments de vie, avec ses rencontres, ses contacts, ses incompréhensions, ses complicités et ses moments de solitude, qui renvoient à une expérience humaine connue de tous. Sur une piste circulaire et multigéométrique, 13 praticables en bois, un mât chinois, une corde à sauter, autant d'agrès pour construire, transformer, aligner, superposer, basculer. Quatre circassiens à l'énergie débordante, se livrent, à un rythme endiablé, à un exercice de haute voltige où cirque et danse se mêlent à un humour plein de tendresse. De portés acrobatiques en sauts sur trampoline et escalades de mât chinois, ils créent un cirque en perpétuel mouvement qui les rassemble, les disperse, les réunit à nouveau, composant une mosaïque d'exploits comme le ferait un kaléidoscope mettant en lumière la grandeur de la rencontre et la constante transformation des sentiments et de

Continuer à lire

Faire étape(s) sur la ViaRhôna

ESCAPADES | Avec ses plus de 800 km de voies, la ViaRhôna offre, sur son parcours, de nombreuses pauses dans des villes et villages à se pâmer. Exemples en série pour se départir du mistral.

Nadja Pobel | Mercredi 4 septembre 2019

Faire étape(s) sur la ViaRhôna

Le Lac du Bourget Et si le départ était fixé au Lac du Bourget ? Le trajet Lyon / Aix-les-Bains est l’un des plus agréables qui soient en TER, tant il longe le lac. Si jamais prendre la voie cyclable pour rallier la ViaRhôna n’était pas assez exotique, il est possible, dès cet été, d’emprunter la navette bateau-vélos ! Autre nouvelle infrastructure dans ces environs : la passerelle de la Balme à Virignin reliant sur 160 mètres la Savoie à l’Ain en évitant la RD 1504 chargée de camions. Grâce au financement d’1, 8M€ porté par ces deux départements, la Région, l’Europe et la CNR (Compagnie Nationale du Rhône, premier producteur français d’énergie renouvelable qui exploite et aménage le fleuve depuis plus de 80 ans), place aux modes doux. Tout doux ! Vienne Il n’est pas interdit de grimper dans un train entre Miribel et Vienne (changement à Lyon) pour garder la tête hors des pots d’échappement de ces goulots d’étranglement urbain. Descendre à Vienne, qui n’est pas seulement une porte vers le Sud mais aussi une cité antique dont les amphithéâtres sont si saisissants pleins (Jazz à Vienne, chaque mois de juillet et 17500 spectateurs par jour) que vid

Continuer à lire

Des Oreilles affûtées

Chanson | Les Oreilles en Pointe constituent un festival de chanson à la saveur un peu particulière. La preuve encore cette année avec une place (...)

Nicolas Bros | Mardi 3 septembre 2019

Des Oreilles affûtées

Les Oreilles en Pointe constituent un festival de chanson à la saveur un peu particulière. La preuve encore cette année avec une place inédite faite à des artistes issus des 1ères nations du Grand Nord Canadien. Une soirée toute spéciale est prévue le 14 novembre à la Forge du Chambon-Feugerolles. Trois artistes francophones issus des peuples Innu et Inuit partageront alors l'affiche. On pourra notamment retrouver Elisapie, une artiste qui fait voguer loin les traditions inuit avec émotion et puissance brutes. Festival Les Oreilles en Pointe 2019, du 12 au 17 novembre au Chambon-Feugerolles, Roche-la-Molière, Firminy et Planfoy

Continuer à lire

Des Oreilles affûtées

Festival chanson | Depuis 1991, le festival Les Oreilles en Pointe fait vibrer dans la vallée de l'Ondaine - mais pas seulement - les sonorités francophones d'où qu'elles viennent. L'édition 2019 du festival se recentre sur cinq soirées hautes en couleurs !

Nicolas Bros | Lundi 24 juin 2019

Des Oreilles affûtées

Il en existe de nombreux festivals destinés à la chanson en France. Parmi ceux-là, Les Oreilles en Pointe possèdent une saveur un peu particulière. Est-ce sa configuration étendue sur la vallée de l'Ondaine et au-delà ? Serait-ce à cause des choix artistiques orientés chanson francophone très large – notamment vers des régions souvent peu mises en valeur dans l'Hexagone telles que l'Acadie... ? Difficile à dire mais toujours est-il que le festival existe désormais depuis 1991 et donne chaque année à écouter des découvertes et des valeurs sûres s'enchaînant dans un mois de novembre où la tendance va plutôt au confinement à domicile... Miossec, Barcella mais aussi les premières nations du Grand Nord Canadien Comme chaque année, le festival propose sa liste de jolis noms et de têtes d'affiches. Cette année, citons le retour du Breton Christophe Miossec (qui a sorti son onzième album studio en 2018 intitulé Les Rescapés), le poète sautillant Barcella et l'éternel Renan Luce. Au rayon des découvertes, Alexandre Castillon (lauréat du tremplin des Polysons de Montbrison en 2018) et la "folkeuse" suissesse Meimuna devraient régaler les spectateurs.

Continuer à lire

Tendres oreilles

Festival chanson | L'herbe n'est pas forcément plus verte ailleurs. La preuve avec une sélection d'artistes qui vont faire des Oreilles en Pointe 2018 une prairie radieuse avec une bonne place pour les découvertes.

Nicolas Bros | Mercredi 31 octobre 2018

Tendres oreilles

« Quel est ce parfum que le vent dépêche ? / On dirait que la chair brûle / Viens, suis-moi / / Je connais l'endroit / Où l'herbe est encore fraîche » nous entraîne Feu ! Chatterton sur le titre Ginger. Ce lieu où le parfum est doux se trouve assurément du côté de l'Ondaine en ce mois de novembre. Plus précisément avec les dates proposées par le festival Les Oreilles en Pointe et sa - déjà - 28e édition. Si nous introduisons notre papier par cet extrait de Feu ! Chatterton, c'est bien parce que le groupe sera l'une des têtes d'affiche et assurément notre coup de cœur. Lumineux, enlevé et diablement bien écrit, leur dernier opus L'Ivresse nous berce et laisse traîner une douce mélancolie enjouée dans les tympans. Les "dandys" bien "frenchies" sont également de redoutables bêtes de scène et avoir la chance d'assister à l'une de leurs prestations est un moment unique. De vertes prairies parées de jeunes pousses Si le festival accueille des "confirmés" tels Feu ! Chatterton et les Négresses Vertes, c'est aussi un évén

Continuer à lire

Notre sélection

Journées européennes du patrimoine 2018 | Les 35e journées européennes du patrimoine se déroulent les 15 et 16 septembre 2018, autour du thème : "L'art du partage". Au-delà des jeux à gratter ou des opérations de sauvegarde du patrimoine, ce week-end est l'occasion de découvrir le territoire sous un autre regard, avec parfois quelques lieux insolites, ouvert de manière inédite.

Nicolas Bros | Mercredi 12 septembre 2018

Notre sélection

À Saint-Étienne : - La Maison François Ier ouvre ses portes exceptionnellement pour quelques visites guidées dimanche matin (prévoir des chaussures adaptées à une visite de chantier) mais également pour des concerts, lectures et projections organisés par le service Ville d'art et d'histoire, les médiathèques et la cinémathèque le samedi de 14h à 18h. Enfin, une exposition de quelques pièces réalisées par le Conservatoire des Meilleurs ouvriers de France est prévue dimanche à partir de 14h. - Une belle occasion aussi de découvrir les nouveaux bâtiments de La Comédie de Saint-Étienne, pour les mauvais élèves qui ne seront pas venus à La Fête de rentrée ! de vendredi 14 septembre, à 18h, avec la répétition publique de Ervart ou les derniers jours de Frédéric Nietzsche avec Vincent Dedienne, un Apéro festif avec Le Turak Théâtre, un bal animé par la Cie La Guinche... Des visites des bâtiments sont prévues pour ces retardataires le samedi de 9h30 àç 11h et de 11h30 à 13h. Inscription au 04 77 25 14 14 - Des shows devant

Continuer à lire

Plongée en eaux troubles

SCENES | Librement inspiré de Moby Dick, l’Ombre de la Baleine nous plonge dans les méandres des rapports familiaux observés à travers l’œil de l’enfant. Seul en scène - (...)

Cerise Rochet | Mardi 4 septembre 2018

Plongée en eaux troubles

Librement inspiré de Moby Dick, l’Ombre de la Baleine nous plonge dans les méandres des rapports familiaux observés à travers l’œil de l’enfant. Seul en scène - ou presque - Mikaël Chirinian incarne les différents membres d’une même famille confrontée à l’irruption de la folie et de la violence d’un des leurs. Un récit personnel qui touche pourtant, avec humour et délicatesse, à tout ce qu’il y a de plus universel. L’Ombre de la Baleine, le 14 décembre à 20h30 à l’espace Albert Camus au Chambon-Feugerolles

Continuer à lire

93 montées et toujours pimpante

Sport-loisir | La plus célèbre épreuve cycliste ligérienne, la montée Vélocio, fête ses 93 printemps avec toujours le même état d'esprit, prôné par Paul de Vivie : ouverture et bonne humeur.

Nicolas Bros | Jeudi 31 mai 2018

93 montées et toujours pimpante

« La bicyclette n'est pas seulement un outil de locomotion ; elle devient encore un moyen d'émancipation, une arme de délivrance. Elle libère l'esprit et le corps des inquiétudes morales, des infirmités physiques que l'existence moderne, toute d'ostentation, de convention, d'hypocrisie – où paraître est tout, être n'étant rien – suscite, développe, entretient au grand détriment de la santé. » Cette longue citation, datant de 1903, est celle de Paul de Vivie, plus connu sous le nom de Vélocio. Et elle résume assez bien dans quel état d'esprit se déroule l'épreuve phare du vélo dans la Loire : la montée Vélocio. Correspondant à la montée du Col de la République (1 161 m), l'événement attire chaque année plusieurs centaines de participants de tout âge. Créée en 1922 par Albert Raimond, Jean Frédéric Boudet et Jules Barellon, la montée chronométrée d'un peu plus de 12 kilomètres fait partie des plus anciens rendez-vous consacrés au cyclotourisme en France. Pour sa 93e édition, ce dimanche 3 juin, Vélocio propose, outre l'épreuve reine, plusieurs autres parcours dont une nouveauté : le parcours VTT. Pour résumer, ce seront quatre épreuves qui seront proposées pour cette jo

Continuer à lire

L'ex-Family Cinéma devient une salle de spectacle

Nouvelle salle de spectacle | La mairie de Saint-Just-Saint-Rambert a confirmé la réhabilitation des anciens locaux du Family Cinéma en une salle de spectacle qui ouvrira ses portes dès septembre 2018.

Nicolas Bros | Mardi 6 février 2018

L'ex-Family Cinéma devient une salle de spectacle

Finis les spectacles au Prieuré de Saint-Just-Saint-Rambert, salle ne répondant plus aux normes d’accessibilité PMR (Personne à Mobilité Réduite). La commune ligérienne va désormais pouvoir s'appuyer sur La Passerelle, nom donné au projet de réhabilitation du bâtiment où se situait l'ancien Family Cinéma jusqu'à son déménagement boulevard Jean-Jaurès. Cette nouvelle infrastructure sera destinée à accueillir les spectacles et artistes de passage. Composée d'une salle pouvant accueillir 240 places assises, d'une salle de répétition possédant un plateau de taille équivalente à celui de la grande salle, ainsi que de plusieurs espaces dédiés aux réunions et conférences, La Passerelle accueillera également la maison des associations de la commune. Avec une terminologie qui suit la thématique déjà empruntée par les services municipaux pour d'autres bâtiments (L'Embarcadère ou Les P'tits Mariniers), ce nouvel équipement vient combler un manque en termes de capacité d'accueil culturel pour la commune pontrambertoise. Selon le site Le Petit Furania, l'inauguration officielle devrait se dérouler les 13 et 14 septembre prochains avec une tête d'affiche en attente de confirmation.

Continuer à lire

Caméléon

ARTS | Avec les différents personnages dans lesquels l’artiste s’est glissé, l’extraordinaire carrière de David Bowie a été jalonnée d’une foultitude de costumes (...)

Niko Rodamel | Mardi 3 octobre 2017

Caméléon

Avec les différents personnages dans lesquels l’artiste s’est glissé, l’extraordinaire carrière de David Bowie a été jalonnée d’une foultitude de costumes de scène plutôt barrés, comme le montrait d’ailleurs très bien l’exposition David Bowie is à Londres puis à la Philharmonie de Paris. Des élèves du lycée des Métiers de la Mode Adrien Testud du Chambon-Feugerolles ont imaginé à leur tour des créations textiles inspirées des tenues de David Bowie, présentées jusqu’au 24 octobre au Château du Jarez, 11 rue Benoit Oriol à Saint-Chamond.

Continuer à lire

Matmatah : « Pour avoir des choses à raconter, il faut vivre des choses »

Interview | Lambé An Dro, Emma, L'Apologie... Autant de titres qui évoque forcément l'un des plus grands groupes de rock français et bretons de la fin du 20ème siècle. Matmatah a fait un grand retour en 2017 avec un album énergique et pure : Plates Coutures. Avant son passage aux Oreilles en Pointe, le bassiste de ce groupe de scène, Eric Digoire a répondu à quelques questions sur le pourquoi de ce retour qui bat le rythme à plates coutures.

Nicolas Bros | Mardi 3 octobre 2017

Matmatah : « Pour avoir des choses à raconter, il faut vivre des choses »

Comment êtes-vous "revenus aux affaires" avec Matmatah ? Eric Digaire : Nous nous sommes arrêtés en 2008 après une petite tournée. Nous avons eu notre groupe d'ados attardés. Au bout d'un moment, il y avait quelques distensions humaines avec un des membres du groupe et l'impression de commencer à nous essouffler. De ce fait, avant de manquer de sincérité envers le public, nous avons décidé d'arrêter. Chacun a pris un chemin différent. Petit à petit, nous avons perdu l'habitude de nous voir, jusqu'à n'avoir plus aucun contact pendant 4 ans avec Stan (chanteur et guitariste du groupe). Mais quand on a vécu une expérience humaine aussi forte, au moment où l'on se retrouve, ça repart comme si rien ne s'était arrêté... Nous avons refait un peu de scène. Nous avions également en projet de créer une compilation balayant toutes les époques du groupe. Nous avons travaillé sur la partie visuelle de ce disque et nous sommes rendus compte que nous avions deux titres inédits sous la main que nous n'avions jamais enregistrés. Nous avons proposé à Emmanuel Baroux, guitariste, de rejoindre le groupe. Cela a donné Antaology fin 2014. Et nous n

Continuer à lire

L'épopée des cartes

Musée | Au XVIIe et XVIIIe siècles, la donne cartographique en France a fondamentalement changé grâce aux Cassini. César-François Cassini et son (...)

Nicolas Bros | Mardi 5 septembre 2017

L'épopée des cartes

Au XVIIe et XVIIIe siècles, la donne cartographique en France a fondamentalement changé grâce aux Cassini. César-François Cassini et son fils Jean-Dominique Cassini ont ainsi réalisé, à l'échelle 1/86 400, la cartographie de l'ensemble du Royaume de France. Une prouesse à l'époque qui continue d'être une référence pour tout géographe qui se respecte. À la Maison du patrimoine et de la mesure de La Talaudière, l'exposition Les cartes de Cassini, l'histoire d'une fantastique épopée propose de plonger dans les cartes et leur parcours de création. Les cartes de Cassini, l'histoire d'une fantastique épopée, jusqu'au 27 avril 2018 à la Maison du patrimoine et de la mesure

Continuer à lire

Les gardiens du patrimoine

Patrimoine | Dans le but de valoriser le patrimoine industriel social et culturel de la Loire et de créer une force d'action plus grande, le collectif “Lieux et Mémoires de nos Vallées“ a vu le jour en 2016. Composé par 23 associations et 2 musées municipaux, situés en majorité dans la zone de Saint-Étienne Métropole, le regroupement travaille sur la thématique Eau et Feu. Explications. Léa Pternitis et Nicolas Bros

Léa Pternitis | Mardi 6 juin 2017

Les gardiens du patrimoine

Bien décidées à mutualiser leur force et leurs moyens pour se faire entendre, 25 structures ligériennes du patrimoine - 23 associations de sauvegarde du patrimoine et 2 musées municipaux (Maison du patrimoine et de la mesure de La Talaudière et la Maison du Passementier de Saint-Jean-Bonnefonds) - se sont regroupés au sein du collectif “Lieux et Mémoires de nos Vallées“. Travaillant autour de la thématique Eau et Feu, cette nouvelle structure doit permettre de créer une synergie entre les différents participants. « Ce collectif a pour but un enrichissement commun et une coopération accrue entre les différents adhérents », explique Jean-Michel Chauvet, Président de l'Association de Sauvegarde et d'Animation de la Chartreuse de Sainte-Croix-en-Jarez. « La vocation de chaque membre du collectif est sensiblement la même : conserver, protéger et faire de la veille patrimoniale. Il était logique de se regrouper afin de continuer à agir collectivement pour davantage de diffusion de nos actions auprès du grand public et des décideurs locaux. » Autres points communs de chaque structure fondatrice de ce nouveau collectif : un travail axé sur le patrimoine industriel, soc

Continuer à lire

Les rubans du patrimoine pour Roche-la-Molière

Patrimoine | La commune de Roche-la-Molière vient de recevoir le prix des Rubans du patrimoine au niveau départemental pour la rénovation des salons et de la cour de (...)

Nicolas Bros | Jeudi 8 décembre 2016

Les rubans du patrimoine pour Roche-la-Molière

La commune de Roche-la-Molière vient de recevoir le prix des Rubans du patrimoine au niveau départemental pour la rénovation des salons et de la cour de leur château. Ce prix, lancé en 1994 sous le nom de "Villes et Villages gagnants", récompense avec des prix nationaux, régionaux et départementaux, des communes qui ont entrepris des travaux de rénovation et de mise en valeur de leur patrimoine bâti. Concernant le château de Roche-la-Molière, ce sont plus d'1, 1 M d'Euros qui a été investi dans ces travaux depuis 2002. Retrouvez l'ensemble des opérations lauréates ici.

Continuer à lire

Emily Loizeau : « Croire que demain tout ira mieux »

Rencontre | L'auteure-compositrice-interprète Émily Loizeau est revenue en 2016 avec un projet très intime : Mona. Un dyptique avec une pièce de théâtre mais aussi un album magnifique qu'elle présente avec ses cinq musiciens sur scène pour les Oreilles en Pointe. Au Chambon-Feugerolles, elle apportera lumière, espoir et humanisme à travers ses textes et sa musique enjôleurs.

Nicolas Bros | Lundi 7 novembre 2016

Emily Loizeau : « Croire que demain tout ira mieux »

Mona est un projet basé sur une création de théâtre musical ? Oui, tout à fait. Je suis allée toquer à la porte du 104 à Paris (ndlr : grand lieu de création et de production) pour cette création. Je ne savais pas encore de quoi j'allais parler. J'avais écrit cette histoire deux ans auparavant comme une nouvelle. Mais je ne pensais pas particulièrement à l'adapter pour la scène. J'avais simplement envie d'écrire autrement pour mon prochain album, par exemple créer une bande originale de film. Mais j'avais aussi envie de remettre un pied dans le théâtre. Du coup, écrire une pièce, un spectacle pour lequel je devais écrire une musique était la solution. Je voulais que la démarche d'écriture de ce nouvel album soit de servir une histoire, une narration et une scénographie. Qu'une chanson serve une émotion, éclaire une situation, se mette en retrait, ... qu'elle permette à un personnage de s'exprimer autrement qu'en parlant, que des passages instrumentaux qui puissent transporter l'émotion. Et puis, j'ai décidé d'adapter Mona, cette histoire que j'avais déjà écrite, tout en la transformant pour la scène. J'ai commencé à écri

Continuer à lire

La vie quoi !

Cali | Énergique et boulimique de scène(s), le Perpignanais Cali repart en format solo juste après avoir mis un terme à sa tournée en groupe pour son dernier album L'âge d'or. Un passage aux Oreilles en Pointe qui s'annonce plein d'émotions.

Nicolas Bros | Lundi 7 novembre 2016

La vie quoi !

Avec le soleil dans la voix, Cali (Bruno Caliciuri de son nom à la ville) fait partie de ces artistes qui n'hésitent pas à s'engager pour les causes qui sont importantes à ses yeux. Ce combat passe très souvent par la scène qu'il affectionne tout particulièrement. La preuve : sa tournée suivant la sortie son dernier alubm au nom en forme d'hommage à Léo Ferré (L'âge d'or) à peine terminée, qu'il annonçait déjà l'écriture d'un nouvel album et un nouveau départ en tournée, cette fois-ci en solo. Une occasion immanquable pour le festival de le faire revenir lors de la vingt-sixième édition avant de continuer sa route qui le mènera jusqu'au Bataclan en mars 2017. Une date qui s'annonce exceptionnellement forte en émotions pour celui qui avait publié trois jours après les attentats du 13 novembre 2015, une chanson pour toutes les victimes intitulée On ne se lâchera pas la main. C'est donc avec le coeur chargé comme un fusil que le chanteur perpignanais repart sur les routes, toujours aussi généreusement. Il prévient que la vie est une menteuse mais que c'est La vie quoi !. Une vie qu'il aime par-dessus tout et qui l'inspir

Continuer à lire

Journées du patrimoine 2016 : notre sélection

ESCAPADES | Même si, de prime abord, l'expression "Journées européennes du patrimoine" fait très pompeuse, il n'en est rien de l'événement en lui-même qui demeure une fantastique occasion de découvrir des lieux de la région sous un autre oeil ou bien d'en visiter d'autres que l'on ne peut pas visiter le reste l'année. Petit tour d'horizon de quelques étapes que nous avons sélectionnées pour l'édition 2016, qui porte la thématique Patrimoine et citoyenneté.

Nicolas Bros | Jeudi 15 septembre 2016

Journées du patrimoine 2016 : notre sélection

Site Le Corbusier à Firminy-Vert Incontournable, forcément. Avec l'inscription de la Maison de la culture au Patrimoine mondiale de l'UNESCO en juillet dernier, l'ensemble de constructions érigé par l'architecte suisse Le Corbusier à Firminy fête désormais cette entrée en grandes pompes dans ce cercle prestigieux. Les Journées européennes du patrimoine 2016 seront l'occasion de visites libres mais également d'ateliers gratuits destinés au jeune public, "l'architecture et l'urbanisme d'hier et d'aujourd'hui" le samedi et le dimanche à 14h pour les 5-12 ans, à 15h et à 16h pour les 7-12 ans. Le chantier de la nouvelle Comédie de Saint-Étienne La Comédie de Saint-Étienne va vivre sa dernière saison du côté de l'avenue Émile Loubet. En effet, dès 2017, les équipes du Centre dramatique national investiront de nouveaux locaux situés entre Le Fil et le Zénith, dans le futur "quartier des spectacles". Pour les Journées européennes du patrimoine, vous pourrez enchaîner la visite de la désormais future-ex-Comédie le samedi 17 à 11h (réservation obligatoire au 04 77 25 14 14) puis vous rendre sur le chantier de la future nouvelle Comédie avec une visite gu

Continuer à lire

Firminy, une candidature bétonnée

ESCAPADES | Passionnant parcours au cœur de l’architecture du XXe siècle, le site Le Corbusier de Firminy, le plus important d'Europe du maître franco-suisse, est depuis le 17 juillet inscrit au Patrimoine mondial de l'UNESCO avec seize autres réalisations. Description des enjeux de ce changement de statut. Nadja Pobel

Nadja Pobel | Mardi 5 juillet 2016

Firminy, une candidature bétonnée

Depuis le 17 juillet, à l'issue d'un vote à main levée, Firminy se trouve aux côtés de Rome, Grenade, New York ou Jérusalem dans la liste des villes abritant un site culturel classé au Patrimoine mondial de l'UNESCO. En Rhône-Alpes, la cité a rejoint le site historique de Lyon, la Grotte Chauvet (et le Puy-en-Velay, compris dans le Chemin de Saint-Jacques-de Compostelle). Le sort a en été décidé à Istanbul, lors de la quarantième session du Comité de cette prestigieuse émanation de l'ONU. Retoqué en 2011, le dossier avait cette fois-ci de très fortes chances d'être accepté. En effet, si comme la première fois, Firminy ne se présente pas seule devant les jurés, elle a su s'entourer cette année d'un allié de choc : la ville de Chandigarh, qui abrite la plus grande étendue réalisée au monde par Le Corbusier. Et, comme le relève Marc Petit, maire communiste de Firminy, « puisque l'UNESCO considère qu'aujourd'hui trop de biens culturels sont situés dans les pays occidentaux, la venue de l'Inde est un atout de taille ». Jusque-là, cette ville se heurtait au gouvernement indien qui craignait les règles strictes de protection qui nécessitent les ouvrages classés.

Continuer à lire

La cinémathèque

CONNAITRE | Créée en 1922 sous le nom d'Office du Cinéma Éducateur, la Cinémathèque de Saint-Étienne est une des seules en France à être municipale. Situé depuis 1993 à côté de la (...)

Nicolas Bros | Mercredi 20 avril 2016

La cinémathèque

Créée en 1922 sous le nom d'Office du Cinéma Éducateur, la Cinémathèque de Saint-Étienne est une des seules en France à être municipale. Situé depuis 1993 à côté de la Médiathèque du quartier de Tarentaize, l'établissement est caractérisé par son gigantesque fonds d'archives. Ce dernier est constitué de films pédagogiques, amateurs, publicitaires et de répertoires (7800 titres) ainsi que de 2 800 ouvrages et 120 titres de revue de cinéma de 1924 à nos jours. Une collection de matériel est également conservée avec notamment des projecteurs ou des appareils photo. Enfin, elle accueille également jusqu'à 110 spectateurs dans sa salle de projection. NB Cinémathèque de Saint-Étienne, 24 rue Jo Gouttebarge

Continuer à lire

Les maisons sans escaliers

GUIDE URBAIN | Elles sont connues en tant que "Chalets de Bizillon", un nom rappelant celui du cabaret qui occupait les lieux auparavant. Situées à proximité du centre (...)

Nicolas Bros | Mercredi 20 avril 2016

Les maisons sans escaliers

Elles sont connues en tant que "Chalets de Bizillon", un nom rappelant celui du cabaret qui occupait les lieux auparavant. Situées à proximité du centre commercial Centre Deux (qui a pris la place d'une ancienne prison lors de son ouverture en 1979), les deux maisons sans escalier siègent aux numéros 54 et 56 du boulevard Daguerre. La particularité de ces deux immeubles, conçus par l'architecte Auguste Bossu, se situe dans le hall : une unique rampe hélicoïdale avec une pente faible (« une montée par galerie en plan incliné » dixit Bossu), permettant à tous les appartements d'être desservis. Avec un décor des parties communes très art déco, cette réalisation n'entraînera pas un mouvement architectural massif, mais inspirera notamment la célèbre rampe du musée Guggenheim de New-York. Rien que ça ! Maisons sans escaliers, 54 et 56 bd Daguerre à Saint-Étienne

Continuer à lire

Lafayette l'Altiligérien

GUIDE URBAIN | À Chavaniac-Lafayette, en Haute-Loire, on est fier. En effet, cette petite commune abrite la demeure dans laquelle Gilbert du Motier de La Fayette, (...)

Nicolas Bros | Mercredi 20 avril 2016

Lafayette l'Altiligérien

À Chavaniac-Lafayette, en Haute-Loire, on est fier. En effet, cette petite commune abrite la demeure dans laquelle Gilbert du Motier de La Fayette, plus connu en tant que marquis de La Fayette, est né le 6 septembre 1757. Si le nom de La Fayette, héros de l'indépendance américaine, a été donné à plusieurs dizaines de lieux aux États-Unis (dont le square faisant face à la Maison Blanche), c'est aussi dans ce château qu'une partie de l'histoire rocambolesque du marquis s'est déroulée. Aujourd'hui, le château accueille un musée dédié au fameux général et arbore devant son entrée la bannière étoilée conjointement au drapeau français. À Chavaniac-Lafayette, il flotte ainsi encore un lien fort entre l'Amérique toute jeune et le "Vieux Continent". NB www.chateau-lafayette.com

Continuer à lire

Les collections du MAMC

GUIDE URBAIN | Si Archéologie du Présent, l'exposition passionnante en place actuellement au Musée d'art moderne et contemporain de Saint-Étienne, présente quelques 150 (...)

Nicolas Bros | Jeudi 14 avril 2016

Les collections du MAMC

Si Archéologie du Présent, l'exposition passionnante en place actuellement au Musée d'art moderne et contemporain de Saint-Étienne, présente quelques 150 oeuvres issues des collections de l'établissement muséal, ce n'est qu'une infime partie des créations composant ce fonds artistique hors normes. En effet, ce sont plus de 19 000 oeuvres ou ensembles monographiques uniques qui sont inscrits dans les registres du MAMC. Il y a notamment des ensembles dans la photographie, l'abstraction américaine, la peinture allemande... C'est tout simplement la deuxième plus grande collection publique en France d'art moderne après celle du Musée National d'Art Moderne ou Centre Georges Pompidou de Paris. Musée d'art moderne et contemporain, rue Fernand Léger à Saint-Priest-en-Jarez (www.mamc-st-etienne.fr)

Continuer à lire

Les musées au numérique

ACTUS | Pendant une semaine, du 28 mars au 3 avril, les internautes peuvent découvrir les institutions muséales du monde entier sous différents prismes via la (...)

Nicolas Bros | Mardi 29 mars 2016

Les musées au numérique

Pendant une semaine, du 28 mars au 3 avril, les internautes peuvent découvrir les institutions muséales du monde entier sous différents prismes via la Museum Week. Chaque jour de cette semaine, par le biais d'un hashtag dédié ( #secretsMW, #peopleMW, #architectureMW, etc), les établissements mettront en avant un aspect de leur quotidien ou de leur histoire. Ainsi le personnel, les bâtiments, les collections, ... seront présentés de manière inédite via les réseaux sociaux. Une occasion de découvrir le patrimoine différemment. À titre d'exemple, la Ville de Saint-Étienne via un hashtag propre (#saintéculture) s'est lancée dans cette initiative. NB

Continuer à lire

Sous nos pas danse le monde

SCENES | «C'est le destin» entend-on parfois dire. Eternelle question de la liberté et du déterminisme. Le petit Noureev, né dans un train, était-il prédestiné à devenir (...)

Monique Bonnefond | Mardi 1 mars 2016

Sous nos pas danse le monde

«C'est le destin» entend-on parfois dire. Eternelle question de la liberté et du déterminisme. Le petit Noureev, né dans un train, était-il prédestiné à devenir le plus grand danseur du monde ? Sous nos pas explore ce thème du chemin, des parcours de vie, des traces que nous portons, de nos déterminismes, familiaux, sociaux-culturels... L'idée du chemin était déjà dans la tête de Catherine André Traoré. Un déclic s'était produit devant une œuvre de l'artiste anglais Richard Long : Winter Slate Line; un chemin fait de lauzes qui tintent dans ses souvenirs et qui a inspiré une ébauche de travail chorégraphique en mai 2013, à l'occasion de sa participation au festival 1, 2, 3, dansez. Une longue gestation enrichie du travail au Sénégal a abouti à Sous nos pas, oeuvre à laquelle les "danseurs-enfants" ont participé activement. «Nous sommes ce que nous laissons derrière nous» explique Carolyn Carlson. Nul doute que la naissance de cette première création laissera une trace dans le parcours de vie des participants et derrière eux, bien au-delà de nos régions. Monique Bonnefond Sous nos Pas, samedi 5 mars à 20h30 à l'Espace

Continuer à lire

Claquettes forgées

SCENES | Le mot "claquettes" fait presque invariablement surgir l'image de Fred Astaire et Ginger Rogers dans Top Hat, de Gene Kelly dans Singing in the rain (...)

Monique Bonnefond | Mardi 5 janvier 2016

Claquettes forgées

Le mot "claquettes" fait presque invariablement surgir l'image de Fred Astaire et Ginger Rogers dans Top Hat, de Gene Kelly dans Singing in the rain ou de Grégory Hines descendant en claquetant un immense escalier dans The Duke Ellington Sophisticated Ladies. Ces danseurs de claquettes entrés au panthéon de la danse sont tous américains, on le sait. D'ailleurs, ne parle-t-on pas de claquettes américaines ? Les Français seraient-ils incapables de s'illustrer dans cette discipline ? Vincent Pausanias, chorégraphe et metteur en scène, passionné de claquettes, a créé Tap Factory, un spectacle où cette discipline est à un très haut niveau. Il s'est entouré pour cela de danseurs confirmés tels que Gilles Guénat, champion du monde. Mais ce qui fait l'originalité et le succès de ce projet, c'est que l'expérience créative accumulée par Vincent Pausanias, lui a permis d'intégrer d'autres disciplines dans ce spectacle : danses urbaines, acrobaties au sol et aériennes ainsi que des percussions. Cela donne un spectacle très original où le rythme est roi et qui plus est, se déroule dans un cadre parfaitement adapté à ce mix artistique, à savoir une usine, l

Continuer à lire

BigFlo & Oli reprogrammé aux Oreilles en Pointe

MUSIQUES | Initialement prévu le 14 novembre à la Forge au Chambon Feugerolles dans le cadre du festival les Oreilles en Pointe et déprogrammé suite aux attentats de (...)

Nicolas Bros | Mercredi 2 décembre 2015

BigFlo & Oli reprogrammé aux Oreilles en Pointe

Initialement prévu le 14 novembre à la Forge au Chambon Feugerolles dans le cadre du festival les Oreilles en Pointe et déprogrammé suite aux attentats de Paris, le concert de Bigflo et Oli est programmé à nouveau mercredi 16 décembre à 20h dans la même salle. NB

Continuer à lire

CharlÉlie Couture : «J'ai le sentiment d'avoir été un peu mis à l'écart»

MUSIQUES | Avec "I m M o r t e l", CharlÉlie Couture a sorti à la rentrée 2014 son dix-neuvième disque studio. Une épreuve où, pour la première fois, il a confié les clefs de sa réalisation à un autre artiste, à savoir Benjamin Biolay. Un peu boudé par les médias français, le dandy blues-rock, à qui l'on doit notamment le célèbre "Comme un avion sans aile", vient en ce mois de juillet faire résonner sa voix nasillarde si particulière à la Forge dans le cadre de l'Estival de la Bâtie. Propos recueillis par NB.

Nicolas Bros | Jeudi 18 juin 2015

CharlÉlie Couture : «J'ai le sentiment d'avoir été un peu mis à l'écart»

Comment est intervenu Benjamin Biolay sur I m M o r t e l ? Benjamin Biolay s'est occupé de la réalisation de l'album. Comme un metteur en scène va travailler sur un scénario existant, il a apporté une couleur particulière à l'album, sa patte. C'était une nouveauté pour moi. J'ai été ravi de faire cette expérience du fait de la complicité avec Benjamin. Sur les vingt disques que j'ai faits, c'est vraiment la première fois que je « laisse les clefs » à quelqu'un. Je suis ravi du résultat. Est-ce que votre live a évolué depuis le début de la tournée I m M o r t e l ? En fait, je suis sans cesse en train d'expérimenter différentes formules. Hier soir, j'étais par exemple en concert à Harlem en duo avec Karim (NDLR : Karim Attoumane, guitariste complice de longue date de CharlÉlie Couture), deux jours auparavant j'étais en quartet à Alphabet City dans un club avec deux musiciens américains en plus ave

Continuer à lire

Les dessous de Feurs

CONNAITRE | C’est une cité antique qui ne se voit plus, et pourtant, tous ses vestiges sont encore là. Feurs, en plein Forez, possédait notamment un théâtre en pierre en (...)

Nadja Pobel | Mercredi 8 avril 2015

Les dessous de Feurs

C’est une cité antique qui ne se voit plus, et pourtant, tous ses vestiges sont encore là. Feurs, en plein Forez, possédait notamment un théâtre en pierre en 50 après JC, version "moderne" d'un ancien théâtre en bois bâti par le prêtre Tiberius Claudius Capito. Cet homme riche était un haut responsable de la ville, alors nommée Forum Segusiavorum et capitale de l'actuelle et approximative zone Loire-Rhône. "Peuple libre", les Ségusiaves avaient obtenu pour leur territoire le statut de cité de droit latin, soit les mêmes droits civils (mais pas les mêmes droits politiques) que les citoyens romains. Stratégiquement située sur la voie Lyon-Saintes via Clermont et Limoges, la bourgade de Feurs s’est rapidement urbanisée avec des thermes, des palais, une basilique et un forum monumental construit sous Tibère, comptant jusqu’à 10 000 habitants, chiffre comparable à l'époque à Paris-Lutèce (mais bien inférieur à Lyon-Lugdunum ou Vienne). Tout cela fut recouvert par les siècles, après que la ville a périclité pour des raisons inconnues au IIIe. Des fouilles ont permis de faire remonter à la surface cette vie disparue, qui aujourd’hui s’expose au musée d’ar

Continuer à lire

Novaciéries, une ville dans la ville

CONNAITRE | Situé dans le cœur de ville de Saint-Chamond, Novaciéries est l’un des plus gros projets de réhabilitation de Saint-Étienne Métropole. L’ancien site de GIAT industrie s’étale sur 45 hectares. Pascal Premillieu, responsable du service aménagement opérationnel de Saint-Étienne Métropole explique le projet. Propos recueillis par Florence Barnola.

Florence Barnola | Mardi 31 mars 2015

Novaciéries, une ville dans la ville

Qu’était à l‘origine le site Novaciéries ? Les Forges et Aciéries de la Marine de Saint-Chamond sont la plus grosse partie de l’histoire industrielle du site. Au milieu du XIXe siècle, c’était une entreprise très importante connue presque au niveau mondial. Elle fabriquait d’abord des blindages pour faire des coques de cuirassiers puis s’est spécialisée dans l’industrie de l’armement jusqu’après la deuxième guerre mondiale. Le site a connu par la suite des restructurations successives. Une fusion d’entreprises a donné lieu à la naissance de Creusot Loire, l’aventure a duré une trentaine d’années. Enfin, il y a eu GIAT Industrie qui a fabriqué des véhicules blindés entre 1985 et 2005. Comment le projet Novaciéries est-il né ? Dès que les pouvoirs publics ont su que GIAT allait fermer, les premières réflexions ont été engagées pour récupérer le site et envisager un projet de transformation assez important. Il est situé en pleine ville aujourd’hui ce qui n’était pas le cas au XIXe siècle. Très vite, il a été question de récupérer une partie du site industriel pour le transformer en secteur à vocation urbaine. Les études ont

Continuer à lire

Cerise sur le gâteau avec Saint-Victor

CONNAITRE | Avec la particularité d'être rattaché depuis 1969 à la commune de Saint-Étienne, le village de Saint-Victor-sur-Loire conserve une saveur particulière. Depuis (...)

Nicolas Bros | Mardi 31 mars 2015

Cerise sur le gâteau avec Saint-Victor

Avec la particularité d'être rattaché depuis 1969 à la commune de Saint-Étienne, le village de Saint-Victor-sur-Loire conserve une saveur particulière. Depuis son centre historique teinté par l'époque médiévale jusqu'à sa plage de sable donnant un accès à la baignade à seulement quinze kilomètres du centre-ville stéphanois, Saint-Victor est un concentré de richesses. D'ailleurs, les "Croque-Cerises", surnom donné aux habitants pour le passé lié à la culture de la cerise dans le village, peuvent s'enorgueillir d'abriter plusieurs atouts en plus de cette "plage des Stéphanois" : l'un des plus importants ports de plaisance en eaux intérieures de France, la roseraie du Berland qui regorge de belles plantes avec ses quatre-cingt cinq variétés de roses et un château datant du XIIIème siècle accueillant concerts et expositions. Saint-Victor-sur-Loire, village médiéval perché au-dessus des magnifiques Gorges de la Loire et situé dans un écrin de verdure protégé, se pose comme une cerise sur le gâteau ligérien. NB Village de Saint-Victor-sur-Loire Le Bourg 42230 Saint-Victor sur Loire Accès libre

Continuer à lire

Le prieuré de Pommiers, un héritage millénaire

CONNAITRE | Situé au nord de la plaine du Forez, le Prieuré de Pommiers est l’un des quatre sites touristiques ligériens entretenus par le Conseil général à qui il (...)

Florence Barnola | Mardi 31 mars 2015

Le prieuré de Pommiers, un héritage millénaire

Situé au nord de la plaine du Forez, le Prieuré de Pommiers est l’un des quatre sites touristiques ligériens entretenus par le Conseil général à qui il appartient depuis 1990. A l’origine, le site fut occupé par une villa gallo-romaine qui lui donna un nom latin, Pommaria, "verger", ou Pomerium signifiant la limite tracée par un sillon de charrue lors d'un rite de fondation. Au IXe siècle, une communauté de moines bénédictins de l’abbaye de Nantua s’y installa. Un siècle plus tard, la communauté se rangea sous l’influence de l’abbaye de Cluny et le restera jusqu'à la Révolution où le prieuré sera confisqué comme "bien national". L'église prieurale "Saint-Pierre et Saint-Paul" a été édifiée au XIe siècle et agrandie au XIIe siècle. L’église paroissiale Saint-Julien (de Brioude) date quant à elle du Xe siècle. Des remparts ont été construits pour protéger le village durant la guerre de Cent Ans. Aux XIXe et XXe siècles, le prieuré devient la propriété de la famille Bourganel avant d’être transformé en maison de repos pour les prêtres. Aujourd’hui, c’est un lieu de visites mais aussi de concerts et d’expositions. FB Prieuré de Pommier-en

Continuer à lire

Le prieuré de Saint-Romain-le-Puy domine le Forez

CONNAITRE | Niché au sommet d'un pic volcanique, le prieuré de Saint-Romain-le-Puy surplombe la plaine du Forez. Le lieu, dont l’architecture est à la charnière de l’art (...)

Florence Barnola | Mardi 31 mars 2015

Le prieuré de Saint-Romain-le-Puy domine le Forez

Niché au sommet d'un pic volcanique, le prieuré de Saint-Romain-le-Puy surplombe la plaine du Forez. Le lieu, dont l’architecture est à la charnière de l’art carolingien et de l’art roman, a conservé son église de style roman avec ses peintures murales anciennes. Classée aux monuments historiques depuis 1899, on peut noter que l’église a eu plusieurs phases de construction: son édifice funéraire est du Ve siècle, sa nef de la fin du Xe et son choeur date du XIe siècle. Les murs et les colonnes sont en partie recouverts de pans de fresques réalisées aux X, XI, XII, XIII, XVe siècles où l’on peut notamment admirer une annonciation et le martyre de Saint-Romain d’Antioche. Il ne reste que des vestiges de l’habitation des moines et du château dont la destruction avait été ordonnée en 1633, par Louis XIII. A la révolution l’ensemble est devenu propriété de l’état, un paysan s’y installera quelques années plus tard. Depuis une trentaine d’années le prieuré est géré par l’association Albertus, du nom du premier prieur, qui y organise notamment des nombreux événements culturels. FB Prieuré de Saint-Romain-le-Puy Montée de Leyniec, 42610 Saint-Romain-le-Puy

Continuer à lire

Il était une fois le tram…

CONNAITRE | Créé par des passionnés, le Musée des transports urbain de Saint-Etienne et sa région a été inauguré en juin 1993 dans un hangar de 1200 m2 de la STAS. (...)

Florence Barnola | Mardi 31 mars 2015

Il était une fois le tram…

Créé par des passionnés, le Musée des transports urbain de Saint-Etienne et sa région a été inauguré en juin 1993 dans un hangar de 1200 m2 de la STAS. Aujourd’hui il est toujours géré par une dizaine de bénévoles qui ont mis à disposition du grand public leur collection personnelle. Cent trente ans du transport ligérien sont exposés : véhicules, machines, équipements, costumes… 1881 marque l’arrivée des premiers trams à Saint-Etienne tirés par une locomotive. C’est alors la CFVE (compagnie des chemins de fer à voie étroite) qui se charge du transport et le fera jusqu’en 1981, date de création de la STAS. Le musée recèle quelques beaux spécimens dont certains fonctionnent encore comme la motrice H2 de 1907, le premier tram électrifié qui desservait Bellevue-La Terrasse. Aux côtés de cette machine à la carrosserie de bois, le fameux tram aux liserés verts mis en service en 1958 et visible jusqu’à la fin des années 90, des trolleybus et autobus des années 50 et 60… F.B Musée des Transports Urbains - Stas Avenue Pierre Mendès-France 42 272 Saint-Priest-en-Jarez (06 75 07 10 16) Visites les mercredis de 14

Continuer à lire

«Les cabinets de curiosités sont des maisons de collectionneurs»

CONNAITRE | Depuis 15 ans, d’avril à octobre, à Chazelles-sur-Lavieu, le Couvent – Cabinet de curiosités donne à voir chaque année une exposition. Rencontre avec le propriétaire des lieux. Propos recueillis par Florence Barnola

Florence Barnola | Mardi 31 mars 2015

«Les cabinets de curiosités sont des maisons de collectionneurs»

Qu’est-ce qu’un cabinet de curiosités ? Les cabinets de curiosités ont commencé au XVIIIe siècle. Ce sont des maisons de collectionneurs. De quand date le Couvent ? Il a été fondé en 1760 à l’initiative d’un groupe de religieuses arrivant de la Haute-Loire. elles disparaissent à la Révolution. En 1838 d’autres religieuses appartenant à l’ordre des Saint-Joseph arrivent de Gaillac-sur-Tarn et s’y installent. Elles vont y rester jusqu’en 1904 à la séparation des biens de l’Eglise et de l’Etat. C’étaient des soignantes ce qui explique l’existence de l’apothicairerie. Par la suite, la maison a été transformée en tout et n’importe quoi, il y a même eu une période colonie de vacances. Depuis 15 ans, sur 1500 m2 de surface habitable nous avons rénové les deux tiers. Vous en êtes à votre 15e exposition, quel en est le thème ? A chaque fois les expositions sont en rapport avec ce que je possède en collection et ce que je peux obtenir en prêt. Cette année est évoquée «l’histoire des parfums, or des dieux, soins des corps et de l’esprit». C’est une des plus grandes expositions que j’ai

Continuer à lire

L’Hôtel de Villeneuve, écrin du Musée du Vieux Saint-Etienne

CONNAITRE | Inscrit à l’inventaire supplémentaire des Monuments Historiques depuis 1967, cet hôtel particulier a été construit au XVIIe siècle dans le vieux Saint-Étienne. (...)

Florence Barnola | Mardi 31 mars 2015

L’Hôtel de Villeneuve, écrin du Musée du Vieux Saint-Etienne

Inscrit à l’inventaire supplémentaire des Monuments Historiques depuis 1967, cet hôtel particulier a été construit au XVIIe siècle dans le vieux Saint-Étienne. Claude Jullien-Chomat le fait bâtir sur la parcelle qu’en dot son épouse Madeleine de Forcieu de Rochetaillée lui a apportée. Quant au nom de Villeneuve, il provient d’un fief proche de Firminy rentré dans la famille Jullien-Chomat en 1725. D’un point de vue architectural, le bâtiment possède d’exceptionnels plafonds à caissons à la fougère résultant du croisement typiquement régional de deux techniques : le plafond à caissons de la Renaissance italienne et le plafond à la française. Les bâtiments ont été achetés par la ville de Saint-Étienne entre 1974 et 2004. En 1932, l’association Histoire et Patrimoine de Saint-Étienne (anciennement Les Amis du Vieux Saint-Étienne) s’installe dans l’Hôtel qu’elle transforme en musée. L’entrée actuelle de l’Hôtel de Villeneuve se situe au 11 rue Gambetta. FB Musée du Vieux Saint-Étienne Hotel Jullien-Chomat de Villeneuve, 11-13bis Rue Gambetta, 42000 Saint-Étienne (04 77 25 74 32) Ouvert du ma

Continuer à lire

Rewind again

MUSIQUES | Rewind est un artiste passionné. Ce beatboxer aime aller au-delà des carcans et des étiquettes en créant des travaux musicaux inédits. Après Bach in the Days, il est de retour en 2014 avec Numéric Limbo, un projet mêlant musique, vidéos et arts numériques. N.B.

Nicolas Bros | Mardi 4 février 2014

Rewind again

Attaché à ses racines, Rewind est un artiste dynamique. Passionné de culture au sens large, il aime repousser les frontières. En 2010, il lançait sur scène son projet Bach In the Days où le beatboxer rencontrait un pianiste classique. Avec ce spectacle il a écumé les scènes pendant trois ans en France mais aussi au Mexique et même en Libye. En ce début d'année 2014, Willy Amarat aka Rewind est reparti à la conquête d'un nouveau territoire musical. "Bach in the Days a été un projet très enrichissant, explique Rewind. J'ai été moi-même du début à la fin, authentique. Je suis quelqu'un de trop entier. Je ne suis pas capable de faire semblant. J'ai eu de bons retours mais au bout d'un moment, la formule à deux n'avait plus assez de dynamique pour répondre à des sollicitations artistiques plus importantes." Après une expérience avec le GRM (Groupe de Recherches Musicales) à Paris, Rewind se lance alors dans la conception d'un projet entre la musique, les arts numériques et la vidéo. Passer à un stade supérieur Après avoir structuré son approche du métier, Rewind a fait le pari de créer une équipe. "Le projet Numeric Limbo est un projet hip hop élect

Continuer à lire

Oxmo Puccino : "Je suis fier que le rap vive encore !"

MUSIQUES | Oxmo Puccino, c'est le rap français taille patron. Lyriciste de grand talent, le "Black Jacques Brel" comme on le surnomme, a su transcender sa musique jusqu'à la porter aux frontières du jazz tout en conservant une aura dans le monde du hip hop, pas toujours facile à satisfaire. Rencontre avec un grand monsieur avant son passage au Chambon-Feugerolles samedi 9 novembre. Propos Recueillis par Nicolas Bros

Nicolas Bros | Dimanche 22 septembre 2013

Oxmo Puccino :

Petit Bulletin : Pourriez-vous décrire en quelques mots ce que vous souhaitez transmettre à travers votre musique ? Oxmo Puccino : C'est une excellente question, très compliquée de répondre à cela. Transmettre des émotions, partager, échanger, réfléchir sur les mots, jouer avec pour rendre les choses plus belles. Vous avez évolué au cours de votre carrière du rap "classique" vers d'autres sphères musicales, pourquoi ce choix de repousser les frontières ? Il ne s'agit pas de quelque chose de réfléchi. C'est un sillon que je creuse, parfois je me trompe, parfois je désarçonne le public. Je

Continuer à lire

Les Tropiques clairs-obscurs de Maissiat

MUSIQUES | Attention, concert garanti cent pour cent chargé en émotions. Maissiat, auteur-compositeur-interprète originaire de Lyon, a convaincu en ce début d'année avec (...)

Nicolas Bros | Jeudi 22 août 2013

Les Tropiques clairs-obscurs de Maissiat

Attention, concert garanti cent pour cent chargé en émotions. Maissiat, auteur-compositeur-interprète originaire de Lyon, a convaincu en ce début d'année avec son premier album solo Tropiques, contenant dix plages de haute volée. Mettant en mots fins et délicats nos petites vies fragiles et leurs tourments, Maissiat se charge de nous transporter avec elle dans de voyages oniriques, en délivrant ses œuvres issues de multiples inspirations. Accompagnée de son piano, elle n'hésite pas à aborder des thèmes tels que la séparation (dans le titre Trésor), les regrets (Jour de Chance) et même des questions aussi dures que la mort (Le Départ). On pense ainsi facilement à des artistes tels que Bashung faisant partie de ses références éclairées et assumées. Côté musical, Amandine Maissiat a bien évolué depuis ses débuts. En effet, elle se place désormais à des années lumières du côté rock qu'elle avait laissé s'exprimer avec les autres filles de son ancien groupe Subway. Aujourd'hui, elle s'exprime seule et sublime ses textes au moyen d'arrangements pouvant parfois rappeler le travail de compositeurs de musique classique. Elle aime d'ailleurs rappeler l'

Continuer à lire