3 jours de Fête et de lettres

Nicolas Bros | Lundi 9 octobre 2017

Photo : © NB


Trois journées bien remplies entre les dédicaces, les conférences-débats, la présence d'auteurs allemands, des master-class à l'université, les Mots en scène place Jean Jaurès qui ne désemplirent pas, une première des Mots en magie au Théâtre Métamorphosis, la place Dorian "végétale et gastronomique"... Bref, beaucoup d'animations et de rencontres pendant ce week-end.

Avec plus de 270 auteurs présents pendant le week-end, la Fête du livre de Saint-Étienne cru 2017 a attiré la foule. L'organisation réussit depuis deux ans la prouesse de garder une grande quantité d'auteurs présents malgré les nouvelles conditions imposées par le Centre National du Livre (CNL). Ce dernier n'apporte son soutien seulement aux manifestations qui rémunèrent les auteurs invités à prendre la parole. De ce fait, le nombre de conférences a été diminué afin de rentrer "dans les clous".

Désérable obtient le Grand Prix de la Ville de Saint-Étienne

D'autre part, la Fête du livre est aussi l'occasion de découvrir de belles pépites de la (fameuse) rentrée littéraire. Cette année, parmi les 581 romans sortis pour cette période unique (dont 390 romans français), plusieurs auteurs étaient dans les travées du chapiteau de la Grande Librairie stéphanoise. Parmi ceux-là, se trouvait notamment François-Henri Désérable, potentiel Goncourt, auteur de l'excellent Un certain M. Piekielny, roman en forme d'hommage à la causticité de Romain Gary. Le jeune auteur de 30 ans, ancien hockeyeur, est reparti avec le Grand Prix de la Ville de Saint-Étienne. 8 autres prix ont été distribués pendant cette 32e édition de la Fête du livre de Saint-Étienne. Vous retrouverez la liste ci-dessous.

Palmarès complet de la Fête du livre 2017 :

Grand Prix de la Ville de Saint-Étienne : Un certain Monsieur Piekielny de Francois-Henri Désérable

Prix jeunes adultes : Superman mon éditeur et moi d'Audrey Woodhill

Prix BD Stas : Tracer d'Ulric Stahl

Prix littérature jeunesse : Y a pas de héros dans ma famille de Jo Witek

Coup de cœur : La vie volée de Martin Sourire de Christian Chavassieux

Prix littéraire des étudiants de l'université Jean-Monnet : Nous les déviants de CJ. Skuse

Prix Fauriel : Comme des fourmis d'Ella & Pitr

Prix Exbrayat : Aveu de faiblesses de Frédéric Viguier

Prix MaisonThomas / Lucien Neuwirth : L'industrie textile dans la Loire de Michel Redon

entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

Michel Bussi, parrain de la Fête du livre 2018

Fête du livre | À l'occasion de l'organisation d'un "Mini-salon du livre by Saint-Étienne" dans la salle des mariages de la mairie du 1er arrondissement de Paris, la Ville de Saint-Étienne a dévoilé le nom du prochain parrain de la Fête du livre 2018 qui se déroulera du 11 au 14 octobre prochain : Michel Bussi.

Nicolas Bros | Jeudi 15 mars 2018

Michel Bussi, parrain de la Fête du livre 2018

La prochaine édition de la Fête du livre de Saint-Étienne se déroulera du 11 au 14 octobre prochain et aura pour parrain l'écrivain-géographe Michel Bussi. Auteur à succès (Nymphéas noirs, Un avion sans elle, Ne lâche pas ma main...) et fidèle du rendez-vous littéraire annuel stéphanois, Michel Bussi a sorti en octobre 2017 On la trouvait plutôt jolie aux éditions Les Presses de la Cité. L'annonce de sa participation en tant que parrain de la prochaine Fête du livre a été faite officiellement lors de l'édition spéciale d'un "mini-salon du livre by Saint-Étienne" à la Mairie du 1er arrondissement de Paris le 15 mars 2018. À cette occasion, la Ville de Saint-Étienne a convié l'auteur normand aux côtés de François-Henri Désérable, à participer à une séance de dédicaces sur les tables Redesign Moi un Salon (décrites comme du « mobilier intelligent, connecté et créatif » par l'organisation de la Fête du livre), déjà expérimentées lors de la dernière édition de la Fête du livre. Ces moments privilégiés au contact des lecteurs ont été accompagnés par plusieurs interventions d'artistes stéphanois. Tout d'abord, Delphine Chapuis, de la maison d'éditio

Continuer à lire

La 32e page à écrire

Fête du livre 2017 | Avec plus de 270 auteurs attendus du 6 au 8 octobre, la Fête du livre 2017 devrait être une belle réussite. En proposant de nombreuses nouveautés cette année, l'événement écrira une trente-deuxième page de son histoire qui rencontre toujours autant de succès auprès du public. Preuve que le livre est loin de disparaître.

Nicolas Bros | Mardi 3 octobre 2017

La 32e page à écrire

Qu'elle est belle cette 32e affiche de la Fête du livre de Saint-Étienne. Didier Decoin en parrain, Romuald, Bernard Pivot, la révélation François-Henri Désérable, Monica Sabolo, Sorj Chalandon, Jean-Luc Barré... Nombreux seront les grands noms de la littérature à venir fouler, comme chaque année, le tapis de la Grande Librairie de l'Hôtel-de-Ville, construite pour l'occasion. Outre les signatures et rencontres - classiques - avec les auteurs, cette édition réserve aussi de nombreuses nouveautés. Tout d'abord un focus sur l'Allemagne place Jean Jaurès (avec la présence d'auteurs germanophones, réplique du pavillon français du salon du livre de Francfort, conçu par les étudiants stéphanois, initiation à la langue allemande...). Ensuite, la mise en place de masterclasses avec des auteurs référents dans leurs domaines, à la Maison de l'Université de Saint-Étienne. L'occasion de plonger dans l'univers et la connaissance de manière simple et expliquée. Puis une extension sur la Place Dorian, avec un espace dédié à la nature et au jardin, et la Rue de la République des Livres où sont ouverts six pas-de-porte éphémères autour du livre, de l'édition ou de l'art moderne et contemporain.

Continuer à lire

François-Henri Désérable : « Le point de départ de ce livre vient d'une somme de hasards »

Fête du livre 2017 | Le jeune auteur François-Henri Désérable, ancien hockeyeur professionnel, nous emmène dans les rues de la belle capitale lituanienne, Vilnius, sur les traces de Romain Gary, avec son dernier roman Un certain M. Piekielny. On retrouve dans cette enquête des touches d'humour et de malice si chères à l'auteur de La Promesse de l'Aube. Un roman d'une grande réussite, sélectionné dans la liste des potentiels Goncourt 2017, dont nous avons discuté avec son auteur.

Nicolas Bros | Mardi 3 octobre 2017

François-Henri Désérable : « Le point de départ de ce livre vient d'une somme de hasards »

Quel a été le point de départ de l'histoire de votre livre ? Est-ce vraiment tel que vous le racontez dans le livre, une somme de petits événements, et donc le hasard, qui vous ont guidé jusqu'à l'immeuble où avait vécu Gary enfant ? Oui, le point de départ de ce livre vient d'une somme de hasards – un vol pour Minsk qui se transforme en vol pour Vilnius, un portefeuille volé, un train raté, telles rues empruntées plutôt que telles autres – dans lesquels j'ai voulu voir une injonction à mener l'enquête sur ce M. Piekielny qui avait fait promettre au jeune Romain Gary – qui s'appelait alors Roman Kacew – de prononcer son nom devant "les grands de ce monde". Vous êtes le narrateur dans ce roman. C'est un changement par rapport à Évariste et Tu montreras ma tête au peuple... Pour la première fois, l'auteur et le narrateur se confondent. Je suis comptable de chacune des paroles prononcées par le narrateur. Il y a une frontière très ténue dans votre roman entre le réel et la fiction. Est-ce plus difficile, mais peut-être plus excitant, d'écrire dans cette optique là ? Le réel

Continuer à lire