Villa Gillet & Le Petit Bulletin
Immersion dans
L’Atelier des Récits 2022

Alyah

Faux polar suivant la dérive existentielle d’un dealer juif qui tente de raccrocher pour s’exiler à Tel Aviv, le premier film d’Elie Wajeman opère un séduisant dosage entre l’urgence du récit et l’atmosphère de la mise en scène. Christophe Chabert

À 27 ans, Alex Rafaelson est dans l’impasse. Dealer de shit tentant de se ranger des voitures, il n’arrive pas à se décoller d’un frère, Isaac, dont il éponge les dettes et dont il dissimule les embrouilles sentimentales. Un soir de shabat, son cousin Nathan lui propose de devenir son associé pour ouvrir un restaurant à Tel Aviv ; mais pour cela, Alex doit faire son Alyah — la procédure de demande d’exil en Israël — et réunir 15 000 euros. Si Alyah possède les atours du film noir, avec son héros cherchant à échapper à son destin en s’offrant un nouveau départ, quitte à sombrer un peu plus dans la délinquance en passant au trafic de cocaïne, Elie Wajeman s’est fixé un cap plus complexe et ambitieux pour ses débuts dans le long-métrage.

Exil existentiel

C’est d’abord l’observation d’un milieu, la communauté juive, qu’il traite dans tous ses paradoxes, subissant autant qu’elle profite de sa culture — liens familiaux écrasants, ombre du sionisme transformée en point de fuite existentiel… C’est ensuite le beau dialogue qu’il instaure entre les urgences de son récit, de l’apprentissage de l’hébreu à la nécessité de se procurer la somme nécessaire pour quitter le pays, et la mise en scène, qui au contraire privilégie l’atmosphère des séquences et leurs moments de suspension. S’en dégage une belle vérité humaine, qui doit aussi beaucoup à une direction d’acteurs sans faille : Pio Marmaï trouve enfin un grand rôle qui confirme la palette de jeu qu’on soupçonnait chez ce beau gosse impétueux ; et face à lui, Wajeman a eu l’intelligence de confier à un Cédric Kahn débutant devant la caméra le personnage d’Isaac. Voix grave, regard perçant, corps massif : Kahn est une révélation, immédiatement crédible en grand frère jouant sur la culpabilité de son cadet pour conserver sa domination. Cet affrontement, tout de masculinité virile, est bousculé par l’irruption de Jeanne (Adèle Haenel, sans doute la plus anticonformiste des jeunes comédiennes françaises, alliant charme et caractère), qui renvoie ce combat de coqs à un concours de lâcheté. Dans Alyah, les femmes viennent régulièrement remettre les hommes à leur place, minuscule et pathétique, et ce n’est pas la moindre de ses vertus. On regrettera seulement que, dans un film plutôt tenu et subtil, Wajeman ait besoin d’en passer par un deus ex machina scénaristique grossier pour aboutir à une conclusion attendue, et que le rythme patine un peu dans le dernier tiers. Mais il déploie suffisamment de maîtrise pour avoir envie de le classer dans la liste des cinéastes français à suivre.

pour aller plus loin

vous serez sans doute intéressé par...

Vendredi 29 octobre 2021 Mûrie de longues années par Audrey Diwan, cette adaptation d’Annie Ernaux saisit l’ascèse et la précision de l’autrice, pour la transmuter en portrait dépourvu de pathos d’une éclaireuse engagée malgré elle dans une lutte à la fois intime et...
Vendredi 29 octobre 2021 En un quasi temps réel, Catherine Corsini passe au rayons X et à 360° le “moment“ social des Gilets Jaunes dans un lieu essentiel où se joue une comédie humaine si réaliste qu’elle en devient fatalement tragique. Mieux qu’un épisode inédit...
Mercredi 19 juin 2019 Revenant de quelques infortunes artistiques, Jean Dujardin se prend une belle veste (au sens propre) taillée sur mesure par Quentin Dupieux en campant un monomaniaque du cuir suédé. Un conte étrange et intrigant totalement à sa place à la Quinzaine...
Mercredi 31 octobre 2018 Pour compenser ses années de taule, un innocent commet des délits. Sans savoir qu’il est “couvert“ par une policière, veuve de celui qui l’avait incarcéré à tort, elle-même ignorant qu’un collègue amoureux la protège… Encore un adroit jeu...
Lundi 24 septembre 2018 Dans cette fresque révolutionnaire entre épopée inspirée et film de procédure, Schoeller semble fusionner Versailles et L’Exercice de l’État, titres de ses deux derniers long métrages de cinéma. Des moments de haute maîtrise, mais aussi d’étonnantes...
Mardi 6 juin 2017 D’une vendange à l’autre, une fratrie renoue autour du domaine familial… Métaphore liquide du temps et de la quintessence des souvenirs précieux, le (bon) vin trouve en Cédric Klapisch un admirateur inspiré. Un millésime de qualité, après une série...
Mercredi 1 mars 2017 De l’enfance à l’âge adulte, le portrait chinois d’une femme jamais identique et cependant toujours la même, d’un traumatisme initial à un déchirement volontaire. Une œuvre d’amour, de vengeance et d’injustices servie par un quatuor de comédiennes...
Mardi 1 mars 2016 Léa Fehner tend le barnum de son deuxième long métrage au-dessus du charivari d’une histoire familiale où les rires se mêlent aux larmes, les sentiments fardés aux passions absolues… Qu’importe, le spectacle continue !
Lundi 16 décembre 2013 Peut-on faire un mélodrame sans verser dans l’hystérie lacrymale ? Katell Quillévéré répond par l’affirmative dans son deuxième film, qui préfère raconter le calvaire de son héroïne par ses creux, asséchant une narration qui pourtant, à plusieurs...

restez informés !

entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter