article partenaire
Pic étoilé dans M16

Les Seigneurs

D’Olivier Dahan (Fr, 1h37) avec José Garcia, Jean-Pierre Marielle, Ramzy, JoeyStarr, Gad Elmaleh, Franck Dubosc…

Typique du cinéma industriel qui se développe en ce moment dans l’Hexagone, Les Seigneurs est avant tout un film de producteur, en l’occurrence l’ancien comédien Isaac Sharry. Olivier Dahan, certes réalisateur de La Môme mais qu’il avait tourné juste après une commande déjà bien foireuse pour Luc Besson (Les Rivières pourpres 2), ne vient donc qu’apporter sa griffe à un récit archi-calibré (en gros, un entraîneur à la dérive est engagé pour s’occuper d’une équipe de dernière zone sur l’île de Molène, Bretagne, et convainc tous ses anciens camarades de renfiler les gants pour défendre l’usine menacée de fermeture).

Le problème, c’est que Dahan est plus une erreur de casting qu’un atout : il ne sait manifestement pas mettre en scène de la comédie, sinon en surdécoupant le jeu de ses comédiens ou en les cadrant large quand ils font leur numéro, et en jouant sur des effets qui rappellent rien moins que Les Fous du stade avec Les Charlots. Quant au foot, n’en parlons même pas — de toute façon, seul Carlos Reygadas a su le filmer dans Batalla en el cielo. Dès qu’il esquisse un pas de côté vers la chronique sociale ou l’émotion, on sent Dahan pousser un véritable ouf de soulagement : il peut enfin faire du cinéma !

Ne reste donc que le casting pour sauver la comédie et, là aussi, l’affaire est boiteuse. Si José Garcia et Omar Sy restent dignes d’un bout à l’autre, si Ramzy et JoeyStarr font le boulot sans forcer, l’impossible Franck Dubosc confirme comme d’hab’ qu’il ne sait pas jouer devant une caméra. Quant à Gad Elmaleh, il remporte haut la main la coupe de l’embarras ; complètement égocentré, il grimace, pleurniche, s’agite et renifle son slip sale dans ce qui reste sa plus navrante prestation à l’écran.

Christophe Chabert

pour aller plus loin

vous serez sans doute intéressé par...

Mardi 1 mars 2022 Pour faire cesser les coups de son mari, une fan de kung-fu s’initie auprès d’un maître. Mabrouk El Mechri signe une proposition culottée (et forcément clivante) mêlant son amour du cinéma de genre à son intérêt pour les personnages déclassés. Un...
Lundi 16 août 2021 Faut-il mettre du piment ou du sel sur sa vie de couple ? Et comment faire son conjoint ne partage pas les mêmes goûts ? Les frères Foenkinos s’attaquent à la drôle de cuisine des fantasmes amoureux dans un film à sketches où les uns mitonnent, les...
Jeudi 12 octobre 2017 de & avec Fabrice Eboué (Fr., 1h30) avec également Ramzy Bedia, Guillaume De Tonquédec, Audrey Lamy…
Mercredi 15 mars 2017 Maladivement incapable de choisir, Juliette s’embarque dans une double relation avec deux hommes apparemment parfaits. Chacun lui proposant de (...)
Mardi 30 juin 2015 Hors les murs depuis l'annulation de son édition 2013, le festival Les Authentiks retrouvera cet été le chemin du Théâtre antique de Vienne. Connaissant le (...)
Mardi 17 février 2015 De Dominique Farrugia (Fr, 1h38) avec Franck Dubosc, Kad Merad…
Mardi 29 avril 2014 D’Éric Lavaine (Fr, h38) avec Lambert Wilson, Franck Dubosc, Florence Foresti…
Lundi 20 janvier 2014 D’Emmanuel Mouret (Fr, h35) avec JoeyStarr, Jasmine Trinca, Virginie Ledoyen…
Lundi 28 octobre 2013 D’Isabelle Doval (Fr, 1h43) avec José Garcia, Lucien Jean-Baptiste, Audrey Fleurot…
Jeudi 2 mai 2013 De Nick Quinn (Fr, 1h23) avec Pierre Arditi, Jean-Pierre Marielle, Julie Ferrier…
Jeudi 25 avril 2013 Avec cette adaptation du roman culte de Boris Vian, Michel Gondry s’embourbe dans ses bricolages et recouvre d’une couche de poussière un matériau littéraire déjà très daté. Énorme déception. Christophe Chabert
Mardi 26 février 2013 De Alexandre Charlot et Frank Magnier (Fr, 1h30) avec Marina Foïs, Frank Dubosc, Charles Crombez...
Lundi 12 novembre 2012 De Costa-Gavras (Fr, 1h53) avec Gad Elmaleh, Gabriel Byrne, Natacha Régnier…
Lundi 29 octobre 2012 De Pascal Chaumeil (Fr, 1h45) avec Diane Kruger, Dany Boon…
Mercredi 17 octobre 2012 Passant après le calamiteux épisode Langmann, Laurent Tirard redonne un peu de lustre à une franchise inégale en misant sur un scénario solide et un casting soigné. Mais la direction artistique (affreuse) et la mise en scène (bancale) prouvent que...

restez informés !

entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter