article partenaire
Nouveau cratère sur Mars

I've got the Blues

Résistance et adolescence, d’un point de vue social et éthique, nous savons tous que le jean n’est pas un vêtement très propre : par définition il décomplexe notre système économique. On le croit, il dénonce, clouté, à paillette ou baggy, il enraye et ravive les questions utopistes à chaque coin de rue.

Quarante ans de collaboration  entre les  stylistes-designers Marithé et François Girbaud, ça nous rémène dans les années 60. L’exposition « L’autre jean », affiche le denim au Musée d'art et d'industrie et c’est jusqu’au 6 mai 2013. Incarnation urbaine, il colle, dénude ou gaine. Il fait toujours du  bruit, branché, mythique et désinvolte, il sublime le temps et nourrit les symboles, souvent en éloge à la résistance. Au-delà des circonstances alternatives à son intégration dans le domaine de l’industrie, le jean est toujours le messager incontournable d’antan. On enfile son jean, avec difficulté, on s’apprête à quitter la fameuse entre jambe pour  enfin admettre de finir par le laver. Le jean, on le prête, on le fuse jusqu’à la moelle, même avec les toiles les plus extras résistantes ! L’objet fétiche et transitionnel, l’incontournable seconde peau nous accompagne fidèlement depuis plusieurs générations dans chaque étape de notre vie. Si porter un jean n’est plus vraiment un signe contestataire, il mûrit, se décline, se coupe, se fond dans les habitus. 1964 marque l’année de la rencontre de François Girbaud et Marithé Bachellerie. L’un vient du Tarn, fils d’ouvriers textile fondu de musique rock, l’autre est originaire de Lyon.

A l’époque, François Girbaud, travaille à Paris, et tous deux décident de se lancer dans les affaires avec l’idée du passage intermédiaire dans la vente du jean,   l’invention du stonewash ! Mystère, doctrine, révolution ou utopie, la toile a fait son chemin. Au départ utilisée sur les campements, fin XIXe, c’est l’alchimie de la paire de jambe taillée dans la toile de tente qui métamorphose les gambettes des chercheurs d’or. Le jean vedette s’entiche du don d’élixir de longue vie au fil des années. La fameuse  fermeture éclair rock and roll de la pochette des Stones Sticky Fingers n’est pas innocente. Andy Wharoll ne s’y est pas trompé, elle endigue les esprits, le tambour, et le rythme des pierres impressionne les mémoires collectives. Idyllique dans les années 50 avec James Dean et Marilyn Monroe. François et Marithé Girbaud engendrent les prolongations non pas seulement, avec le délavage du jean, la coupe aussi en aura pour son compte. Chemin faisant, on découvrira aussi que les Girbaud ont également créés des modèles cultes avec des étiquettes fixées sur la braguette (1975) ou les poches en X (1981). En 1999, ils renversent leur procédé : l’inverse du stonewashed s’impose, c’est le Blue Eternal, un jean indigo qui ne se délave pas. Aujourd’hui, grâce à quatre-vingt-dix tenues et un panel de manuscrits, croquis, vidéos, et d’entretiens réalisés par les créateurs, nous sommes accompagnés dans une visite mémorable. Pour l'anecdote, nous nous rappellerons que pour des raisons plus écologiques, chez François et  Marithé  Girbaud, depuis 2003, le délavage lapidaire de la toile denim, est exclusivement réalisé grâce au laser !

« L'autre jean », Marithé+François Girbaud, jusqu'au 6 mai 2013 au Musée d'Art et d'Industrie

 

à lire aussi

derniers articles publiés sur le Petit Bulletin dans la rubrique Expos...

Mardi 26 avril 2022 En pleine renaissance, le monde de la passementerie, du tressage et de la rubanerie a largement bénéficié de la recherche et de (...)
Mercredi 13 avril 2022 Le photographe Maxence Rifflet présente au Bleu du Ciel un travail particulièrement délicat et intelligent, réalisé dans sept prisons françaises, en étroite collaboration avec les détenus.
Mercredi 6 avril 2022 Le thème : Bifurcations. La promesse : quatre mois de grande fête autour du design, à laquelle tous les Stéphanois pourraient prendre part. Les questions : la biennale Design sera-t-elle accessible à tous les publics, suffisamment...
Mardi 29 mars 2022 Des dernières Biennales Design stéphanoises aux salons du Conseil de l’Union Européenne à Bruxelles, la créatrice textile Jeanne Goutelle marque peu à peu de son empreinte colorée et responsable une œuvre où le réemploi de tissus industriels permet...
Lundi 28 mars 2022 Désormais habillée de couleurs acidulées, Saint-Etienne joue à fond la carte « design » qu’elle revendique par-delà ses frontières. Dans l’espace public pourtant, le design permet surtout des transformations moins perceptibles mais dont le...
Mardi 29 mars 2022 Durant les quatre mois qui vont suivre, la Biennale Design de Saint-Étienne nous invite à « bifurquer ». Envisager la société telle qu’elle est, l’envisager ensuite telle que l’on aimerait qu’elle soit… Puis envisager les chemins possibles...
Mardi 29 mars 2022 L’exposition Espacements réunit quatre jeunes artistes issus de l’ESADSE. Les deux premiers, Chloé Pechoultres et Antoine Salle, diplomés (...)
Jeudi 17 mars 2022 Enfant terrible du monde de la photographie, William Klein n’a eu de cesse d’en bousculer les codes et les pudeurs. Jetant son corps dans la bataille du réel, ses images en conservent l’énergie, la violence, la vie. Retour sur les apports et le...
Mercredi 9 mars 2022 Mars arrive et la création contemporaine repart dans les musées et les galeries avec quelques belles affiches : William Klein, Christian Lhopital, Tania Mouraud, Thameur Mejri…
Mardi 1 mars 2022 L’exposition J'irai éclairer leurs images présente le travail quatre artistes dont le recours à la photographie est un moyen d'expérimenter des formes d'expression inédites. 
Mardi 1 mars 2022 Dans sa boutique-atelier nichée sous l’Hôtel de Ville, la sérigraphiste Delphine Chapuis propose une exposition collective d'estampes mettant à l’honneur la taille d’épargne, une technique archaïque de gravure sur bois.
Mardi 1 février 2022 Les champs de la photographie sont si vastes que le huitième art ne cesse d’inspirer ceux qui s’y frottent. Détournant les figurines en plastique de (...)
Mardi 1 février 2022 L’atelier-musée La Maison du Passementier accueille pour deux mois encore l’exposition Roadscapes de Maxime Crozet. Le photographe-voyageur (...)
Mardi 1 février 2022 Formé à l'école stéphanoise des Beaux-Arts au milieu des années 90, Moko Vey a repris les pinceaux en 2015 après 10 années passées dans le domaine audiovisuel. (...)
Mardi 1 février 2022 Vous l’avez sans doute déjà aperçue devant la Bourse du Travail, exposant ses créations : discrète et tout sourire, Anne Lordey est une artiste sensible à (...)
Mardi 4 janvier 2022 Remarquable, passionnante et très complète exposition que Sur la piste des Sioux proposée par le Musée des Confluences et portée par une sublime collection d'objets. Plongée terrible et magnifique dans la construction de cet Indien imaginaire qui...
Lundi 3 janvier 2022 Depuis sa création en 2006, la p’tite entreprise de François Ceysson et Loïc Bénétière ne connait pas la crise : avec des galeries à Lyon, Paris, Genève, Luxembourg et New York, la nouvelle adresse stéphanoise apparait aujourd’hui comme le véritable...
Lundi 3 janvier 2022 Absolument imprévisible et vaguement waterproof, le MUR stéphanois continue de surprendre le passant dès le premier samedi de (...)
Lundi 3 janvier 2022 Encore une chouette occasion de passer chez TAG : la galerie accueille une série d’œuvres récentes de Catherine (...)
Mardi 30 novembre 2021 Le Musée d’Art Moderne et Contemporain de Saint-Etienne Métropole présente actuellement une nouvelle expo dédiée à la donation récente du couple de galeristes Durand-Dessert, qui entre en dialogue avec la collection du musée.
Mardi 30 novembre 2021 Le MUR stéphanois n’en finit pas de s’offrir à tous les regards, avec déjà plus de 100 collages au (...)

restez informés !

entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter