"A la fougue qu'il vous reste"

Le chagrin des ogres est une œuvre forte écrite et mise en scène par Fabrice Murgia. Un temps pris pour décortiquer les méandres tragiques de l'adolescence dans ses ombres les plus techniques. Grégory Bonnefont

La poésie du titre possède en elle une noirceur inspirée des contes les plus sombres. Toutefois l'origine du texte de Fabrice Murgia se situe dans les faits divers de notre bonne société. Fabrice Murgia, jeune de surcroît, pense qu'il faut écrire le monde dans lequel on vit, comme une façon d'enterrer les auteurs. Le temps viendra certainement pour lui de les faire rescuciter. Le chagrin des ogres, c'est du théâtre réalité sur fond de conte. La pièce se fait en effet l'écho de l'histoire croisée de Bastian Bosse et Natascha Kampusch. Le premier, jeune allemand, déclarait sa violence au monde avant d'ouvrir le feu dans son lycée. La seconde fut cette jeune autrichienne kidnappée pendant huit ans. Deux visages, deux trajectoires, une seule et même vision de l'adolescence? Se prépare alors le spectre de la révélation sur cette période de la vie au delà de ces mêmes faits divers. Il s'agit dès lors de rappeler qu'avec l'adolescence est célébrée la mort du chant des possibles. Le tragique comme un hymne à la violence tournée soit vers les autres, soit contre soi. 

"Comme si la technique dépassait mon corps"

Que reste-t-il de cet adolescent en chacun de nous? Le dialogue intergénérationnel est lancé dans cette messe théâtrale dure mais ô combien atypique et surprenante. En maîtresse de cérémonie, le personnage de Dolores incarne une vierge en robe de mariée et déjà souillée de sang. Il faudra d'abord accepter ce premier cap au symbolisme poignant avant de voir se dérouler une mise en scène de deux adolescents pétris d'une souffrance indicible. Fabrice Murgia a fait appel à de nombreux processus techniques vidéos et sonores pour incarner l'étrangeté et bien sur le phénomène virtuel dans lequel baigne les adolescents. Entre l'illusion de la chambre d'hôpital d'un côté et la chambre informatisée de l'autre, les lumières coordonnent magnifiquement le masculin et le féminin adolescents. Aujourd'hui internet est le miroir aux reflets suicidaires d'une adolescence désenchantée. Un théâtre catharsis s'installe aux élans sociologiques mais qui ne sonne pas le glas du désespoir. En effet, au travers de la chanson Oh my love de John Lennon retentit une mélodie du possible. Celle qui nous appartient d'écrire pour tuer notre propre ogre, celui qui nous bouffe de l'intérieur. Car au final, voilà bien la seule violence qui devrait exister à ces âges-là.

Le chagrin des ogres, les 13 et 14 décembre, 20h au Théâtre Jean Dasté

à lire aussi

vous serez sans doute intéressé par...

Mercredi 5 juillet 2023 Alerte orange au Puy-en-Velay du 17 au 23 juillet : des rafales venant des 4 coins du monde sont à prévoir. Veillez à vous munir d’appuis bien solides, vous (...)
Lundi 5 décembre 2022 Le premier fils, Dimitri, impétueux, sanguin et violent, est le rival de son père, entiché de la même femme que lui. Le second, Ivan, cynique intellectuel athée (...)
Mardi 6 septembre 2022 Une femme aimante et disponible, un mari charmant et brillant : que pourrait-il arriver à ce couple en apparence parfait ? C’est l’intrigue qui rythme (...)
Mardi 26 avril 2022 Plus on progresse, plus on se fait du mal et plus on se tue, à petit feu. Avec Bienvenue dans l’espèce humaine, Benoît (...)
Mardi 26 avril 2022 Et si la vie, ce n’était pas choisir à tout prix, mais au contraire construire un tout ? Et si l’art, ce (...)
Mardi 26 avril 2022 On évolue tous avec le temps. On grandit, on comprend, on change. Qu’en est-il de notre débarras ? Lieu de la cachette par (...)
Mardi 26 avril 2022 Gerard Watkins revisite le chef-d’œuvre shakespearien à travers le prisme des sixties : pantalons pattes (...)
Mardi 26 avril 2022 Hugo, 23 ans, étudiant en sciences humaines, oscille entre ses origines algériennes et françaises. Lorsque sa mère le (...)
Mardi 29 mars 2022 Par Sibylle Brunel. Quand les petites bêtises entrainent les grosses, il est difficile de prouver que l’on peut encore répondre à la norme. A-t-on seulement (...)
Mardi 29 mars 2022 Notre civilisation s’effondre, tous les scientifiques le disent. Oui mais alors… Que faire ? Vaste sujet, pourvu que l’on (...)
Mardi 29 mars 2022 Et si la décolonisation n’avait été qu’une succession d’échecs dont on voit et paie encore les pots (...)
Lundi 28 mars 2022 Par Sibylle Brunel La Compagnie Momus Group revisite de nouveau ses classiques en donnant cette fois-ci un coup de jeune à Shakespeare. Le (...)
Mardi 29 mars 2022 Par Sibylle Brunel. Fred Radix, dans son nouveau spectacle La Claque, invite à une plongée dans l’effervescence des théâtres du XIXème. Le chef de claque (...)
Lundi 14 mars 2022 Drissa a 11 ans. Drissa est un jeune garçon noir. Drissa veut un chien. Car Drissa voudrait être banal. Avoir la vie « des blonds », qu’il voit à (...)
Lundi 14 mars 2022 En adaptant Candide, Arnaud Meunier convoque une nouvelle fois un Grand Texte de la littérature française au profit d'un discours des plus contemporains
Mardi 1 mars 2022 Du coup de foudre au coup du destin. Se rencontrer, s’enticher, s’aimer, s’installer, puis vouloir donner la vie… Et ne pas pouvoir. Confrontés à cette (...)
Mardi 1 mars 2022 Mettre en mouvement pour interroger les engrenages, systèmes, et forces puissantes de notre société. Danser, pour questionner notre possibilité à nous en (...)
Mardi 1 mars 2022 Inspiré du roman Quelques jours dans la vie de Tomas Kusar d’Antoine Choplin, Václav​ et Tomas met en scène la dissidence, la résistance, le combat, le (...)
Mardi 1 mars 2022 Elle avait tout pour être heureuse, mais rien ne va se passer comme elle l'imaginait. Fougueuse, pleine d'envies, sortant du couvent à 17 ans avec une (...)
Mardi 1 mars 2022 « Pardonnez mon retard… On va tous mourir ». Parce que le tri sélectif risque de ne pas suffire, la fin de l’espèce humaine est peut-être (...)
Mercredi 2 février 2022  Après une première moitié de saison d’une densité inédite, les théâtres attaquent 2022 sans baisser de rythme. Les six mois à venir seront riches comme rarement de découvertes et de grandes figures pour se clore sur la venue d’Ariane...
Mardi 1 février 2022 « Les premières nuits, tu ne dors pas ». Et puis après… Ca devient ta vie, d’être dans la rue, tout le temps. Un matin, l’homme seul se réveille, et (...)
Mardi 1 février 2022 On va le dire d’emblée : il s’agit sans doute de l’un des spectacles les plus puissants qu’il sera possible de voir cette année. Une gifle ? (...)
Mardi 1 février 2022 Par ailleurs romancier et accessoirement guitariste-chanteur au sein de l’improbable groupe de « rock en marche » The Disruptives, (...)
Lundi 24 janvier 2022   « Au voleur ! Au voleur ! À l'assassin ! Au meurtrier ! Justice, juste Ciel ! Je suis perdu, je suis assassiné, on m'a coupé la gorge, on m'a dérobé mon (...)

restez informés !

entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

En poursuivant votre navigation, vous acceptez le dépôt de cookies destinés au fonctionnement du site internet. Plus d'informations sur notre politique de confidentialité. X