article partenaire
Pic étoilé dans M16

Stoker

Stoker
De Park Chan-wook (ÉU-Ang, 1h40) avec Mia Wasikowska, Nicole Kidman...

Après avoir croisé "Thérèse Raquin" et un film de vampires dans "Thirst", Park Chan Wook se délocalise en Australie pour passer "L’Ombre d’un doute" au filtre de l’horreur gothique. Le résultat, ultra stylisé et plutôt distrayant, se présente comme une récréation dans son œuvre. Christophe Chabert

Une veuve éplorée, un oncle bellâtre prénommé Charlie revenu d’un long voyage à l’étranger et une adolescente introvertie nommé India à l’imaginaire macabre : voici les ingrédients de Stoker, drôle de film longtemps attendu qui marque les premiers pas de Park Chan Wook hors de sa Corée du Sud natale. Pas exactement aux États-Unis, mais sous la bannière australienne, avec deux actrices principales du cru — Mia Wasikowska, épatante, et Nicole Kidman, par ailleurs co-productrice, dont la carrière se risque de plus en plus vers des rivages troubles qui lui vont plutôt bien.

Plus exotique encore, le scénario est signé Wentworth Miller, le beau gosse de la série Prison break. On aimerait bien jeter un œil à son script tant celui-ci reprend — sans le citer, et c’est sans doute un tort — L’Ombre d’un doute d’Hitchcock. Dans son précédent Thirst, Park Chan Wook s’amusait déjà à relire l’intrigue du Thérèse Raquin de Zola dans l’univers contemporain et fantastique du film de vampires. C’est à une greffe du même ordre qu’il s’adonne ici, en déversant à l’écran une esthétique de conte gothique et horrifique pour redoubler l’inquiétante étrangeté qui s’empare de la famille Stoker.

Gothique pas toc

De fait, Stoker vaut surtout pour les trésors stylistiques déployés par la mise en scène, où chaque plan est prétexte à une invention graphique. L’histoire, elle, suit à peu près fidèlement le film d’Hitchcock, levant quelques sous-entendus sexuels tabous à l’époque et transformant India en une descendante à peine masquée des héroïnes de Stephenie Meyer.

On peut juger tout cela passablement désincarné et reprocher à Park Chan Wook de se reposer sur ses talents d’illustrateur virtuose. On peut aussi trouver que ce divertissement bizarre ne fait que prolonger en mode mineur les expérimentations menées dans son film précédent : en effet, Stoker montre que le cinéaste pense que les récits ont tous été déjà racontés, et que seule une sidération visuelle permanente et un certain sens de l’hybridation peuvent leur redonner de l’allant.

On prend donc un certain plaisir face à cette farce joyeusement amorale, quand bien même on a toujours un train d’avance sur le scénario, comme un nouveau genre de film pop-corn où le metteur en scène aurait repris ses droits.

pour aller plus loin

vous serez sans doute intéressé par...

Vendredi 4 novembre 2016 Expert ès dispositifs raffinés, Park Chan-wook emboîte ici combines et jeux de séduction dans un brasillant thriller esthético-érotique, où les retournements et rebondissement prolongent le plaisir comme le désir. D’une sensualité perverse aussi...
Mercredi 23 mars 2016 Critique du film Aux yeux de tous de Billy Ray (É-U, 1h51) avec Julia Roberts, Chiwetel Ejiofor, Nicole Kidman…
Mercredi 21 mai 2014 David Cronenberg signe une farce noire et drôle sur les turpitudes incestueuses d’Hollywood et la décadence d’un Los Angeles rutilant et obscène. Un choc ! Christophe Chabert
Mardi 4 février 2014 Retour en grande forme de Jim Jarmusch avec ce film à la force tranquille qui imagine des vampires dandy, rock’n’roll, amoureux et dépressifs, gardiens d’une culture mise en péril par la révolution numérique. Christophe Chabert
Mardi 23 avril 2013 Les films événements de mai sont-ils tous à Cannes ? Presque ! Heureusement, il y a quelques pépites qui s’intercaleront avant la déferlante festivalière… Christophe Chabert
Mercredi 17 octobre 2012 De Lee Daniels (ÉU, 1h48) avec Nicole Kidman, Zac Efron, Matthew McConaughey…

restez informés !

entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter