Jimmy P.

Changement d’époque et de continent pour Arnaud Desplechin : dans l’Amérique des années 50, un ethnologue féru de psychanalyse tente de comprendre le mal-être d’un Indien taciturne. Beau film complexe, Jimmy P. marque une rupture douce dans l’œuvre de son cinéaste. Christophe Chabert

Quelque part dans les plaines américaines au début des années 50 ; Jimmy Picard, Indien Blackfoot ayant combattu sur le front français durant la deuxième guerre mondiale, souffre depuis de vertiges et de malaises à répétition. Interné dans un hôpital, on diagnostique sa schizophrénie. Les médecins décident de faire appel à l’ethnologue français Georges Devereux, spécialiste des tribus indiennes mais aussi adepte des méthodes freudiennes, qu’il entend appliquer pour éclaircir le cas Jimmy P.

Le dépaysement que provoque le nouveau film d’Arnaud Desplechin tient autant à la transplantation de son cinéma dans un espace résolument en rupture avec ses films précédents, qu’à l’inflexion qu’il donne dès les premières images à sa mise en scène. Comme si la confrontation avec l’Amérique était aussi une confrontation avec le cinéma américain, Desplechin s’inscrit ici dans une lignée classique qui irait de Ford à Eastwood. Cette quête de fluidité et d’élégance peut dérouter au premier abord ; mais la recherche de la simplicité est un des enjeux narratifs de Jimmy P., et elle se fait à travers un pourtant complexe et tortueux chemin où la parole est une action.

Échange de bons procédés

Desplechin a toujours tourné autour du travail psychanalytique — Paul Dedalus dans Comment je me suis disputé… apparaissait aux premières images sur le divan de son psy. Ici, il est à la fois le centre et le moteur du film, et toute l’ambition de la mise en scène est d’en reproduire les phases, de l’euphorie à la détresse, du doute à la prise de conscience. La clé de l’édifice tient dans ce qu’échangent Devereux et Picard : d’abord de la confiance, puis de la gratitude, et enfin la compréhension de ce qui les unit.

Si Picard finit par identifier la source de son trauma — en l’occurrence, plusieurs figures féminines qui sont autant de plaies mal cicatrisées — Devereux entretient lui aussi des rapports complexes avec le sexe opposé. Plus latent encore, chacun transporte avec lui le déracinement d’un peuple — Indien pour Picard, juif pour Devereux — mais refuse d’en être le porte-parole. Ce qui, en fin de compte, scelle leur amitié, c’est la sensation d’être des gens doués de bonté, bonté qu’ils reconnaissent chez l’autre. Ça pourrait être naïf, mais ça ne l’est jamais, car Desplechin fait tout transiter par son duo d’acteurs, rencontre aussi improbable que celle de la fiction, mais qui finit par sonner comme une évidence : deux grands comédiens qui partagent une même générosité de jeu.

Jimmy P.
D’Arnaud Desplechin (Fr, 1h52) avec Benicio Del Toro, Matthieu Amalric…

pour aller plus loin

vous serez sans doute intéressé par...

Jeudi 30 décembre 2021 Adaptation d’un roman de Philip Roth qui lui trottait depuis longtemps en tête, la tromperie de Desplechin est aussi un plaidoyer pro domo en faveur du droit de l’artiste à transmuter la vérité de son entourage dans ses œuvres. Quitte à...
Mardi 2 juillet 2019 Arnaud Desplechin retourne dans son Nord natal pour saisir le quotidien d’un commissariat de police piloté par un chef intuitif et retenu. Un polar humaniste où la vérité tient de l’épiphanie, et la parole du remède. Le premier choc de la rentrée...
Mardi 5 mai 2015 Conçu comme un prequel à "Comment je me suis disputé", le nouveau et magistral film d’Arnaud Desplechin est beaucoup plus que ça : un regard rétrospectif sur son œuvre dopé par une énergie juvénile et rock’n’roll, un souffle romanesque et des...
Mercredi 30 octobre 2013 Une actrice, un metteur en scène, un théâtre et La Vénus à la fourrure de Sacher-Masoch : un dispositif minimal pour une œuvre folle de Roman Polanski, à la fois brûlot féministe et récapitulatif ludique de tout son cinéma. Christophe Chabert
Jeudi 12 septembre 2013 Rencontre avec Arnaud Desplechin autour de son dernier film, «Jimmy P.» et des nombreux échos qu’il trouve avec le reste de son œuvre, une des plus passionnantes du cinéma français contemporain. Propos recueillis par Christophe Chabert
Mardi 28 mai 2013 En couronnant ce qui est incontestablement le meilleur film de la compétition, La Vie d’Adèle d’Abdellatif Kechiche, Steven Spielberg et son jury ont posé un beau point final à un 66e festival de Cannes passionnant en son centre, moins stimulant...
Dimanche 19 mai 2013 Grand central de Rebecca Zlotowski. Jimmy P. d’Arnaud Desplechin. Inside Llewin Davis de Joel et Ethan Coen.
Lundi 13 mai 2013 De quoi le 66e festival de Cannes (du 15 au 26 mai) sera-t-il fait ? Les films français et américains trustent majoritairement les sélections, les grands cinéastes sont au rendez-vous de la compétition et les sections parallèles promettent leur lot...
Vendredi 21 septembre 2012 À travers un dispositif sophistiqué mais vite répétitif, Alain Resnais interroge l’éternel retour de l’art et la disparition de ceux qui le font vivre, dans une œuvre plus mortifère que crépusculaire plombée par le texte suranné de Jean Anouilh. Fin...

restez informés !

entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter