article partenaire
RCW 86, rémanent coloré.

Gravity

Gravity
D'Alfonso Cuarón (ÉU-GB, 1h30) avec Sandra Bullock, George Clooney...

Alfonso Cuarón propulse le spectateur en apesanteur dans un espace hostile et angoissant pour une expérience cinématographique hors du commun qui est aussi une réflexion humaniste sur l’idée de renaissance. Rien moins qu’une date dans l’histoire du cinéma. Christophe Chabert

Un carton en préambule nous annonce froidement que dans l’espace, il n’y a ni lumière, ni son, ni oxygène et par conséquent aucune chance de survie pour un être humain. Puis un long panoramique majestueux, intensifié par la 3D, survole la Terre vue depuis le télescope Hubble en cours de réparation par une équipe de scientifiques.

Parmi eux, Matt Kowalsky, un vieux briscard qui effectue sa dernière sortie spatiale (George Clooney, plus Clooney que jamais) et Ryan Stone qui, à l’inverse, passe pour la première fois du laboratoire au vide intersidéral (Sandra Bullock, absolument géniale dans ce qui est sans doute le meilleur rôle de sa carrière). Le dialogue, remarquablement écrit, croise conversation anodine, plaisanterie potache et interaction avec la NASA, qui finit par demander en urgence l’annulation de la mission ; les débris d’une station orbitale foncent directement vers les astronautes.

Il faut préciser que tout cela se déroule en temps réel et en un seul plan, avec une caméra qui semble elle aussi en apesanteur, créant un hyperréalisme jamais vu sur un écran. Dans Les Fils de l’homme déjà, Alfonso Cuarón cherchait à atteindre ce degré d’immersion. Il y parvient ici au-delà de tout ce qui a jamais été montré au cinéma : il n’y a plus ici ni effets spéciaux, ni distanciation par la fiction, simplement la sensation tétanisante d’être nous aussi perdus dans l’espace, pris au piège de l’infini.

(Sur)Vivre

Si Gravity, au gré de ses incessantes péripéties, s’affirme comme un spectacle total et inédit, qui tient autant du train fantôme que de la montagne russe, Cuarón réussit une prouesse plus grande encore que celle de la virtuosité technologique : faire surgir, au sein de l’urgence de son récit, un sous-texte qui passe uniquement par la puissance évocatrice des images.

C’est ce filin qui relie Kowalsky et Stone comme un cordon ombilical, cette soute libératrice dans laquelle Stone s’engouffre avant de se recroqueviller en position fœtale comme revenue dans un ventre fécond, ou encore la fin du film, que l’on ne racontera pas mais qui figure avec une grâce et une poésie inouïes l’exacte expression d’une re-naissance. Comme dans Et même ta mère et Les Fils de l’homme, Cuarón pose la femme comme seul avenir de l’Homme, qui choisit la pulsion de vie et l’espoir plutôt que la mort et la résignation.

Derrière l’expérience visuelle ultime se cache une œuvre intime et humaniste ; derrière le prototype révolutionnaire, il y a le film le plus abouti de son auteur.

Gravity
D’Alfonso Cuarón (ÉU, 1h31) avec Sandra Bullock, George Clooney…
Sortie le 23 octobre

pour aller plus loin

vous serez sans doute intéressé par...

Mardi 23 février 2016 Délaissant comme Tarantino les déserts arides au profit des immensités glacées, Alejandro González Iñárritu poursuit sa résurrection cinématographique avec un ample western épique dans la digne lignée d’Arthur Penn et de Sydney Pollack. Un...
Mardi 2 février 2016 Délaissant comme Tarantino les déserts arides au profit des immensités glacées, Alejandro González Iñárritu poursuit sa résurrection cinématographique avec un ample western épique dans la digne lignée d’Arthur Penn et de Sydney Pollack. Un survival...
Jeudi 29 octobre 2015 “Dans l’espace, personne ne vous entendra crier“ menaçait l’affiche d’"Alien". Trente-six ans plus tard, Ridley Scott se pique de prouver la véracité du célèbre slogan, en renouant avec l’anticipation spatiale. Et met en orbite son meilleur film...
Mardi 6 janvier 2015 Les saisons se suivent et ne se ressemblent pas : de janvier à juin, c’est le retour des super auteurs du cinéma américain avec des films qu’on dira, par euphémisme, excitants. À l’ombre de ces mastodontes vrombissants, une poignée de cinéastes...
Mardi 23 décembre 2014 Ridley Scott réussit là où Darren Aronofsky avait échoué avec Noé : livrer un blockbuster biblique où la bondieuserie est remplacée par un regard agnostique et où le spectacle tient avant tout dans une forme de sidération visuelle. Christophe Chabert
Mercredi 5 novembre 2014 L’espace, dernière frontière des cinéastes ambitieux ? Pour Christopher Nolan, c’est surtout l’occasion de montrer les limites de son cinéma, en quête de sens et d’émotions par-delà les mathématiques arides de ses scénarios et l’épique de ses...
Mardi 1 avril 2014 Moins foireux que les derniers Iron Man et Thor, ce nouveau Captain America séduirait presque par sa tentative de croiser son héros avec un film d’espionnage sombre et politique. Mais, comme d’hab’, ce sont les effets spéciaux et les incohérences...
Lundi 23 décembre 2013 Top 10 Gravity d’Alfonso Cuarón Inside Llewyn Davis de Joel & Ethan Coen Mud de Jeff Nichols Spring breakers d’Harmony Korine L’Inconnu du lac (...)
Lundi 23 décembre 2013 Top 10 Django unchained de Quentin Tarantino Gravity d’Alfonso Cuarón La Vie d’Adèle : chapitres 1 & 2 d’Abdellatif Kechiche Mud de Jeff (...)
Vendredi 29 novembre 2013 Le réalisateur de Margin call surprend avec cet étonnant huis clos à ciel ouvert où un homme seul, sans nom et sans passé, lutte pour sa survie face à un océan hostile, dans un film d’aventures minimaliste qui est aussi un documentaire sur son...
Lundi 18 novembre 2013 Avec un ultra-réalisme saisissant et une constante tension dramatique, Paul Greengrass reconstitue à travers une polyphonie de points de vue une prise d’otages au large des côtes somaliennes, où la star Tom Hanks se fond dans le dispositif...
Mercredi 23 octobre 2013 Le triomphe de Gravity sonne pour Alfonso Cuarón les cloches d’une renommée tardive, après pas mal de rendez-vous manqués. Christophe Chabert
Vendredi 30 ao?t 2013 Après un été en demi-teinte, les quatre prochains mois devraient confirmer le cru exceptionnel de cette année 2013. Avec les locomotives cannoises et une pléiade d’auteurs dont on trépigne de découvrir les nouveaux opus, la rentrée est en effet...
Mercredi 29 ao?t 2012 De septembre à décembre, le programme de la rentrée cinéma est riche en événements. Grands cinéastes au sommet de leur art, nouveaux noms à suivre, lauréats cannois, blockbusters attendus et peut-être inattendus. Morceaux de choix à...

restez informés !

entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter