Scarface, Cubain de vulgarité

Reprise de Scarface au Méliès dans une copie numérique flambant neuve qui rend toute sa flamboyance à ce monument bien de son époque, sur laquelle Brian de Palma porte un regard sarcastique qui apparaît aujourd’hui dans toute son acuité. Christophe Chabert

En 1983, les utopies politiques des années 70 sont déjà loin ; la rutilance reaganienne et le mauvais goût triomphant s’installent durablement en Amérique. Brian De Palma, rescapé d’un Nouvel Hollywood dont il fût une figure atypique, bricolant des hommages maniéristes à son maître Hitchcock, se pique pourtant d’en offrir la critique la plus cinglante, faisant de la résistance bien planqué derrière les apparats de l’époque. Il s’empare d’un scénario signé de cette vieille baderne d’Oliver Stone, une transposition du Scarface de Hawks à Miami au moment où Fidel Castro vide ses geôles et répand sur le sol américain des criminels endurcis découvrant conjointement le rêve américain et la corruption généralisée du système. Pour De Palma, tout devient prétexte à un étalage de vulgarité qui tient autant à la mode du moment qu’à un regard sarcastique sur un libéralisme sans frontière morale transformé en religion. Tony Montana (Al Pacino, génialement clownesque) est le héros ultime de ce carnaval d’arrogance blindée, un pauvre type que tout le monde traite de «plouc», de la femme qu’il convoite à sa sœur dont il est amoureux, qui s’avachit dans une montagne de coke avant de finir clamsé en passoire humaine dans sa piscine.

Arrogance et élégance

Le génie de De Palma, c’est de préserver l’élégance de sa mise en scène de ce torrent ininterrompu de bêtise. Au sommet de son art, il prend le temps de filmer les séquences avec des mouvements d’appareil dignes de Max Ophüls ou de Preminger. Ainsi, la durée du film tient à la patience avec lequel le cinéaste travaille chaque détail — la figuration dans la séquence mythique de la tronçonneuse, où il dispose dans la rue à égalité bimbos en maillots de bain et vieillards en déambulateurs — où laisse Montana s’étourdir de sa propre stupidité — la scène dans la baignoire où il agonise d’injures les politiciens qu’il considère comme les véritables gangsters. Le monde de Scarface vieillit, témoignage cauchemardesque d’une époque qui ne l’est pas moins ; le film, lui, est absolument éternel.

Christophe Chabert

Scarface
De Brian de Palma (1983, ÉU, 2h50) avec Al Pacino, Michelle Pfeiffer…
Au Méliès, dès le 13 Novembre.

pour aller plus loin

vous serez sans doute intéressé par...

Mardi 2 avril 2019 Comment une peuplade amérindienne fut à l’origine des cartels de la drogue colombiens. Ciro Guerra & Cristina Gallego déconstruisent le thriller sur fond de tragédie antique et ethnographique pour livrer un polar singulier fascinant de poésie et...
Mardi 23 décembre 2014 Ni docu rock, ni biopic, 20000 jours sur Terre est un objet aussi étrange que son sujet, Nick Cave. Du moins aussi étrange et énigmatique que ledit sujet (...)
Mardi 4 février 2014 Avec Phantom of the paradise, au menu du prochain Tout le monde il est beau… du Méliès, Brian De Palma réinventait en plein Nouvel Hollywood la comédie musicale rock, passée au prisme des films d’horreur, du queer et de son maître Hitchcock....
Vendredi 27 décembre 2013 La vie de Jordan Belfort, courtier en bourse obsédé par les putes, la coke et surtout l’argent, permet à Martin Scorsese de plonger le spectateur trois heures durant en apnée dans l’enfer du capitalisme, pour une fresque verhovenienne hallucinée et...

restez informés !

entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter