IAM : La scène reste le meilleur réseau social

IAM

Zenith de Saint-Etienne Métropole

ce spectacle n'est pas à l'affiche actuellement

Dans l'histoire du rap français, le groupe IAM fait figure de légende. Après la sortie de leurs supposés deux derniers albums (Arts Martiens et... IAM), les cinq Marseillais ont entamé une gigantesque tournée qui les emmènera jusqu'à début 2015. Shurik'n et Imhotep, de passage avec le groupe à Saint-Étienne le 1er février au Zénith, ont pris le temps de répondre à quelques questions. Propos recueillis par Nicolas Bros.

Votre dernier album ... IAM sorti en novembre 2013 a été enregistré en même temps qu'Arts Martiens. Est-il son jumeau ?

Shurik'n : Ces deux disques ont en effet été enregistrés à la même période mais ne sont pourtant pas «jumeaux» car chacun a son caractère propre. Mais il y a derrière ces deux albums le même état d'esprit.

Quelles caractéristiques les distinguent justement ?

Imhotep : Il y a des textes plus engagés, plus mordants sur ... IAM ainsi qu'une musique plus «uptempo». Au départ, ce n'était absolument pas calculé. Cela vient simplement du fait que lorsque l'on monte un tracklisting pour un album, au-delà de la qualité des titres que l'on apprécie ou pas, il faut trouver une unité et une cohérence. Nous sommes parfois obligés d'éliminer certains morceaux qui nous plaisent énormément.

A travers vos textes engagés, vous parlez de l'actualité en France qui n'est malheureusement pas souvent très réjouissante. Quel est votre point de vue sur ce que l'on vit en France depuis plusieurs années ?

Imhotep: On parle souvent de crise, nous préférons parler de braquage orchestré par les banquiers et les traders. Nous avons un système économique cruel. On a longtemps espéré que les politiques pourraient changer les choses mais on s'aperçoit aujourd'hui que les politiciens passent et que le système reste le même. On a perdu nos illusions et compris que les politiques ne sont que des marionnettes aux mains des grandes entreprises qui nous gouvernent.

Est-ce que selon vous, le rap doit continuer à dénoncer ce qui ne va pas et appuyer les bonnes initiatives ?

Shurik'n : Bien sûr ! Mais ce que nous demandons surtout, c'est un droit à la diversité et à une certaine nuance. Demande que les autres courants musicaux n'ont pas ou plus à faire. Nous sommes malheureusement en quête d'une place et d'une considération plus grande pour notre musique.

On a lu un peu de partout que ce dernier album pourrait être votre dernier disque. Est-ce que vous pourriez nous parler de votre relation au disque désormais ?

Imhotep : Les maisons de disques, malgré les changements de technologie et de consommation de la musique, ont voulu préserver leur marge. Partant de là, moins on vend, moins on investit sur nous. Il est vrai qu'avec IAM, nous nous sommes habitués à un certain confort de travail. Non pas que nous ne pourrions pas faire ce que nous faisons avec moins de moyens mais si l'on veut continuer à faire rêver les gens et à rêver nous-même, il faut pouvoir continuer à réaliser des clips, faire de la promo pour les albums, etc. Avec un groupe tel qu'IAM, toutes ces choses demandent certains moyens. Retrouver une maison de disques prête à nous suivre avec les conditions dans lesquelles nous avons l'habitude de travailler, c'est compliqué.

D'ailleurs, l'album... IAM n'était pas sûr de sortir. Sa publication dépendait des chiffres d'Arts Martiens ?

Shurik'n : Il était conditionné par les résultats d'Arts Martiens. Même si les titres présents sur... IAM ont été enregistrés au même moment et qu'une dizaine de morceaux avaient déjà été mixés. Mais cela était déjà arrivé pour certains de nos albums sauf qu'à l'époque, il y avait encore les maxis et nous pouvions offrir des bonus, des versions inédites que nous estimions de qualité.

Donc aujourd'hui, la scène est devenue primordiale pour IAM ?

Shurik'n : Elle l'a toujours été. Avant même de signer notre premier contrat en maison de disques, on avait déjà 200 concerts au compteur. On a commencé par là et c'est resté notre fil conducteur. La scène, la rencontre avec les gens et le feed-back immédiat restent ce que l'on a fait de mieux en matière de réseau social.

Êtes- vous déjà passés à Saint-Étienne ?

Shurik'n : Oui, nous sommes venus très tôt en promo et en concert. J'ai d'ailleurs une pensée émue pour Captain Bob, parti trop tôt, et son émission de radio à laquelle on avait participé avec grand plaisir.

Lors de votre retour le 1er février en terres stéphanoises, qu'allez-vous proposer au public ?

Imhotep : Ce sera le même show que sur les autres dates de la tournée. Même tarif pour tout le monde ! (rires) Nous n'avons pas l'habitude de faire de différence entre les salles. A Saint-Étienne, le public partira pour plus de deux heures de show avec nous, le même qu'à l'Olympia ou à Marseille. Nous allons voyager à travers le temps avec des classiques et des nouveaux titres. Bien sûr, ceux qui nous connaissent savent qu'il y a toujours quelques petites différences, parfois des petites exclus mais il n'y a jamais de grands changements.

Vous êtes mordus de ballon rond et surtout de l'Olympique de Marseille, mais est-ce que vous aimez un peu les Verts de Saint-Étienne ?

Shurik'n : Saint-Étienne, c'est un peu une madeleine de Proust. Ça me ramène des années en arrière. C'était Le Club ! Toute la France était derrière. Beaucoup de jeunes ne comprendront pas trop de quelle époque je parle mais les Verts, ça a été le club qui a donné de l'espoir à tout le pays. Comme pour l'OM, dans toutes les villes il y a des bars de supporters. C'est un phénomène existant seulement pour Marseille et Saint-Étienne.
Imhotep : C'est dans la ferveur des supporters que l'on voit les clubs qui ont une âme. Il y a certains clubs qui ont peut-être plus de budget et de réussite mais il n'ont pas autant d'âme que l'OM et l'ASSE.

Quelle est votre vision de la scène hip hop française actuelle. Est-elle encore créative ?

Shurik'n : Oui, elle reste vivace. Il ne faut pas confondre la partie émergée de l'iceberg et ce qu'elle est réellement. Le rap, comme nous l'appelons, qui est redevenu mainstream aujourd'hui, c'est le rap qui dans les années 90 était underground. Le rap français reste très dynamique. On le voit avec l'arrivée d'artistes comme Orelsan, très créatif autant au niveau visuel que musical, 1995 avec un esprit très «culture hip hop», Youssoupha qui est un auteur de talent, etc. Il faut juste une plus grande médiatisation de ces artistes.
Imhotep : Il faut que les radios de service public passent du rap. Ce serait bien, au bout de 25 ans, qu'elles commencent à diffuser la musique la plus écoutée dans leur pays... C'est pareil pour les radios privées car pour l'instant, il n'y en a qu'une, ce qui permet aux autres de se décharger de leurs responsabilités. Il y a encore du travail dans la reconnaissance de l'importance du rap en France. On le voit d'ailleurs dans la difficulté d'organiser de gros événements musicaux rap par rapport à d'autres pays comme l'Allemagne.

Certains de vos textes sont désormais utilisés par certains professeurs de français. Est-ce une fierté pour vous ?

Shurik'n : Déjà, ça ferait rire mes anciens profs de français. Ça les estomaquerait même ! (rires)
Imhotep : Cela nous fait extrêmement plaisir, bien entendu. Cela montre que ces profs qui prennent ces initiatives ont pris le temps d'écouter ou de lire nos textes. J'ai été moi-même enseignant et j'avais compris que pour qu'il apprenne, il faut d'abord éveiller le centre d'intérêt chez élève. Pour faire apprécier la poésie aujourd'hui, je ne vois pas d'autre moyen aussi fédérateur que le rap.
Shurik'n : Le rap est un outil conséquent. On peut amener certains jeunes à prendre goût à l'écriture et à l'utilisation des mots.
Imhotep : La prochaine étape consistera en la possibilité pour les profs de musique de créer des mixtapes et des albums avec les élèves et enfin remplacer la flûte à bec. J'ai bon espoir pour que dans une trentaine d'années on y arrive... 

IAM au Zénith de Saint-Etienne, le samedi 1er février 2014 à 20h30

pour aller plus loin

vous serez sans doute intress par...

Mardi 5 juillet 2022 Depuis des lustres (1988 pour être précis), Craponne-sur-Arzon fait figure de référence sur la planète Country Music. Mais après quelques éditions compliquées et à (...)
Mardi 26 avril 2022 Toujours là, ces types en costards Paul Smith et pompes en cuir qui brille. Toujours là, ces poignées de mains viriles à qui serrera le plus fort. Toujours là, (...)
Mercredi 13 avril 2022 Le photographe Maxence Rifflet présente au Bleu du Ciel un travail particulièrement délicat et intelligent, réalisé dans sept prisons françaises, en étroite collaboration avec les détenus.
Mercredi 30 mars 2022 On l’a compris : après les rayons de soleil et les terrasses de la semaine passée, ce week-end, il va falloir ressortir les moufles et les doudounes. Désespérant ? Un peu… Mais pas au point de ne pas bouger du canapé !
Jeudi 17 mars 2022 C'est le type de petit festival que l'on adore et qui, lui aussi, fait son retour : Vendanges graphiques, à Condrieu, réunit le temps d'un week-end, (...)
Jeudi 17 mars 2022 Enfant terrible du monde de la photographie, William Klein n’a eu de cesse d’en bousculer les codes et les pudeurs. Jetant son corps dans la bataille du réel, ses images en conservent l’énergie, la violence, la vie. Retour sur les apports et le...
Lundi 28 mars 2022 Par Sibylle Brunel La Compagnie Momus Group revisite de nouveau ses classiques en donnant cette fois-ci un coup de jeune à Shakespeare. Le (...)
Mardi 1 mars 2022 Né il y a tout juste un an, le collectif BigEye Prod regroupe de jeunes mais talentueux rappeurs qui rêvent de percer, mais aussi d’apporter le Twitch game à Sainté. Récit d’une histoire portée par l’ambition, la foi en un idéal, et une bonne dose...
Mardi 1 mars 2022 Il y a d’abord la voix de Silène Gayaud : une véritable invitation au voyage, notamment en Irlande d'où la chanteuse a ramené dans ses valises des textes (...)
Mardi 1 mars 2022 Ticket en poche, direction la queue pour les Montagnes Russes…  c’est le premier album solo de Lujipeka sorti en novembre 2021, que l’on aura (...)
Mardi 1 mars 2022 Après avoir sorti deux EPs (Genesis en 2019 puis Crack National en 2021), le rappeur stéphanois Mitchy arrive en force ce vendredi 4 mars avec un premier (...)
Vendredi 18 février 2022 Après Damso, Groundation, Emir Kusturica ou Ben Mazué, les organisateurs du Foreztival viennent d’annoncer que l’édition 2022 du festival forézien s’achèvera avec la venue d’IAM.
Mardi 1 février 2022 « Mon truc c’est la flûte traversière et j’trouve vraiment que cet instrument est sous-évalué : dans quel groupe aujourd’hui tu vois quelqu’un qui joue (...)
Mardi 25 janvier 2022 Pas de place pour se garer ? Bouchons ? Klaxons ? Flambée du prix de l’essence ? L’avantage à Sainté… C’est qu’on peut tout faire à pied. (...)
Lundi 24 janvier 2022   « Au voleur ! Au voleur ! À l'assassin ! Au meurtrier ! Justice, juste Ciel ! Je suis perdu, je suis assassiné, on m'a coupé la gorge, (...)
Jeudi 13 janvier 2022 On serait tenté de croire, voire, de dire, qu’on connait l’histoire par cœur… Et pourtant, on pourrait bien en apprendre encore un peu. NTM, c’est (...)
Lundi 3 janvier 2022 Tête connue de tous les musiciens stéphanois (et d’ailleurs), mec sociable et sympa, tatoué aux doigts de fée, Tony Bakk est de ceux qui, dans l’ombre, contribuent à la lumière des autres. Portrait d’un magicien du son.
Mardi 4 janvier 2022 En une poignée d’années le duo lyonnais Black Lilys a pris une belle épaisseur. Quelque part entre dark pop, rock (...)
Lundi 3 janvier 2022 Pour sa 19ème édition, le festival montbrisonnais Les Poly’Sons monte en puissance avec une riche et belle programmation qui, durant un mois entier, met à l’honneur la chanson francophone. Voici nos deux coups de cœur.
Mardi 30 novembre 2021 Riche de ses cinq mercredis (et donc d’un nombre de sorties lui conférant un profil d’oie farcie du réveillon), le mois de décembre tient du super calendrier de l’avent, qui distribuerait encore ses surprises après Noël. Dont certaines,...
Mardi 7 septembre 2021 Il n’aime pas qu’on le caractérise ainsi. Pourtant, Benjamin Epps est bien une des révélations de la scène rap française cette année. Avec son côté très old (...)
Mardi 7 septembre 2021 Venir écouter Raphaële Lannadère en concert, c'est se prendre une claque auditive. « L » (son nom à la scène, NDLR) possède un timbre de voix qui ne (...)
Mardi 7 septembre 2021 Cette soirée devait se dérouler lors du festival Paroles & Musiques pour marquer les 30 ans de l'événement. Elle n'a pu se tenir. Mais début octobre, la (...)
Mardi 7 septembre 2021 « Au voleur ! Au voleur ! À l'assassin ! Au meurtrier ! Justice, juste Ciel ! Je suis perdu, je suis assassiné, on m'a coupé la gorge, on m'a (...)
Mardi 7 septembre 2021 Contre vents et marrées, le festival Jazz au Sommet remet le couvert pour la quinzième année. Un rendez-vous qui se caractérise par la variété des lieux de (...)
Lundi 16 ao?t 2021 Faut-il mettre du piment ou du sel sur sa vie de couple ? Et comment faire son conjoint ne partage pas les mêmes goûts ? Les frères Foenkinos s’attaquent à la drôle de cuisine des fantasmes amoureux dans un film à sketches où les uns mitonnent, les...
Jeudi 24 juin 2021 Ils partirent quatre, mais par un prompt renfort, ils se virent quatre de plus. Le collectif de photographes stéphanois Parallax au format complet (...)
Mercredi 9 juin 2021 La photographe stéphanoise Myette Fauchère poursuit une résidence artistique de plus de six mois à La Maison du Passementier, ponctuée de nombreuses rencontres (...)
Mardi 13 avril 2021 ZED Yun Pavarotti est stéphanois et toujours fier de l'être. A l'instar de Dub inc qui sort régulièrement des vidéos tournées sur leurs terres ligériennes, le (...)
Lundi 14 décembre 2020 Prolongeant son exposition éponyme, le photographe Claude Benoît à la Guillaume présente le livre Rapetassage. L’ouvrage de 80 pages (...)
Mercredi 9 septembre 2020 A la toute fin du siècle passé (oui, le vingtième !), un collectif de jeunes cinéastes montréalais lançait le Kino : « mouvement (...)
Mercredi 9 septembre 2020 L’exposition du photographe Claude Benoît à la Guillaume à Saint-Jean-Bonnefonds avait été écourtée au printemps dernier par l’irruption du (...)
Mercredi 8 juillet 2020 Après avoir parcouru et photographié un nombre presque incalculable de pays, le photographe Hervé Nègre pose ses valises à Saint-Étienne. Fraîchement installée aux pieds du Crêt de Roch, la Galerie A témoigne du riche parcours artistique mais aussi...
Mercredi 8 juillet 2020 250 images du photographe Sebastião Salgado s’invitent à La Sucrière pour un voyage intercontinental époustouflant où le fantasme prend le pas sur la réalité du (...)
Lundi 23 mars 2020 Une bonne nouvelle dans cette période morose ? En voilà une : la venue d'Oxmo Puccino aux Mardi(s) du Grand Marais de Riorges. Sous couvert d'un retour à (...)
Mercredi 4 mars 2020 Evocation indirecte des lois de l’attraction et du magnétisme, "Radioactive" dépeint simultanément les atomes crochus entre Pierre et Marie Curie ainsi que les propriétés de ceux qu’ils mirent en évidence. De la science, des frictions et le regard...
Vendredi 31 janvier 2020 Le label stéphanois Le Cri du Charbon (Tom Bird, Louis Mezzasoma, Cyld, Karine Daviet...) poursuit son aventure avec le duo énergique Bottle Next. Ce (...)
Mardi 5 novembre 2019 La scène metal française est un vivier de talents aux styles multiples et variés. La preuve avec les Marseillais de Dagoba, qui proposent un metal qui (...)
Vendredi 11 octobre 2019 Alors qu’ils sortent d’une grosse tournée anniversaire pour les 20 ans de leur cultissime L’École du micro d’argent, les Marseillais du (...)
Mercredi 4 septembre 2019 Un seul être revient… et tout est dévasté. Cédric Kahn convoque un petit théâtre tchekhovien pour pratiquer la psychanalyse explosive d’une famille aux placards emplis de squelettes bien vivants. Un drame ordinaire cruel servi par des interprètes...
Mardi 23 juillet 2019 Le concours "révélateur de talents", organisé par la marque Cinna, récompense chaque année les meilleurs jeunes créateurs du moment. En 2019, c'est Myriam Peres, une Parisienne tout juste diplômée de l'ESADSE (École supérieure d'art et design de...
Vendredi 5 juillet 2019 Derrière cette vitrine bien singulière, rien n'est à vendre, bien au contraire. C'est une œuvre du quotidien qui s'offre gracieusement au regard des passants. Dans le laboratoire de permanence chorégraphique du Magasin, l'ouverture est une seconde...
Mardi 2 juillet 2019 Le quasi-mythique festival altiligérien remet le couvert pour la 32e année : "the Green Escape is coming back" avec, comme d’hab', le meilleur de la musique country, rock, folk et blues.
Mercredi 26 juin 2019 Un rappeur en échec se retrouve propulsé au sommet grâce à l’aide de son réfrigérateur intelligent, qui va peu à peu exciter sa jalousie… Une fable contemporaine de Benoît Forgeard sur les périls imminents de l'intelligence artificielle, ou quand...
Mercredi 29 mai 2019 À vos radios ! Dix artistes ligériens concourent pour devenir la "révélation 2019 de la musique". Au programme : du rap, de la pop, de la (...)
Jeudi 2 mai 2019 Gardien emblématique des Verts durant 16 ans, Jérémie Janot retrace les grandes étapes de sa vie et de son parcours dans un livre d’entretien, qui paraitra prochainement. Ou comment aller très loin en ne partant de rien.
Jeudi 2 mai 2019 Non ! Piaf n'est pas morte. Traversant le temps, toutes générations confondues, son hymne à l'amour s'exprime avec la même force dans l'une des 13 bulles (...)
Mardi 2 avril 2019 Formé à Saint-Étienne puis Genève, Nicolas Momein expose ses travaux depuis bientôt dix ans, de Nantes à Milan en passant notamment par Luxembourg, Bruxelles, (...)
Mardi 2 avril 2019 CHATON vient se faire les griffes au "Rozier". Cet animal poétique du rap a (re)surgi il y a un an, en mars 2018, avec Possible, un album composé de (...)
Mardi 5 mars 2019 Le musicien stéphanois Martin Nathan marque d’une pierre blanche les vingt ans du projet Brain Damage : une alléchante soirée live avec une belle brochettes d’invités accompagnera la sortie d’un album revisitant tout le parcours du serial dubber.
Mardi 5 mars 2019 Depuis quelques années, une énergie musicale pousse de plus en plus fort de l'autre côté de l'Atlantique, au Québec. Le rap local s'exporte de mieux en mieux à (...)
Mardi 5 mars 2019 Le duo de rappeurs stéphanois Gat & Rim ne cesse de faire parler de lui. Après avoir sorti en 2017 un très « stromaesque » titre Le (...)
Vendredi 22 février 2019 Le duo de rap stéphanois Gat & Rim se débrouille pas mal. À l'aune de la sortie de leur premier EP ou album - l'avenir nous le dira - ils ont remporté un joli tremplin qui les engage sur une belle voie musicale. Rencontre avec deux jeunes...
Mercredi 13 février 2019 C'est à un événement inédit que nous convie la toute nouvelle association L'Oiseau Moqueur. Le vendredi 15 février, la Fête de l'Ours prendra d'assaut tout (...)

restez informés !

entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter