article partenaire
Pic étoilé dans M16

André Dussollier : «Quand on joue, il n'y a plus de masques»

Diplomatie
De Volker Schlöndorff (Fr-All, 1h24) avec André Dussollier, Niels Arestrup, Burghart Klaußner...

En tournée pour la sortie de "Diplomatie" de Volker Schlöndorff, rencontre avec le grand André Dussollier autour du film, mais aussi du prochain film d’Alain Resnais, "Aimer, boire et chanter" dont, au moment de l’entretien, on ne savait pas encore qu’il serait le dernier… Propos recueillis par Christophe Chabert

Comment êtes-vous passé de ce texte, Diplomatie, que vous avez beaucoup joué au théâtre à sa version cinématographique ? Y avait-il une forme de désapprentissage ?

André Dussollier : Avec Niels Arestrup, on était prêts à tenter une aventure nouvelle. Il y a eu des moments en jouant la pièce où je me suis dit c’est dommage qu’il n’y ait pas une caméra. Au théâtre, on est souvent de profil face au public, qui est loin. Diplomatie, c’est un sujet qui correspond bien au cinéma, cela nous donne le privilège de parler de façon douce comme les diplomates, on va affronter ces grands problèmes en face à face, d’homme à homme, en susurrant parfois alors que c’est la guerre autour de nous. Je pense que la diplomatie se passe comme ça, à mots feutrés.

Ce n’est pas que ça n’allait pas au théâtre, mais on s’adaptait à des contraintes techniques différentes. Il fallait oublier tout ce qu’on avait fait au théâtre, et l’avantage, c’était de travailler avec un metteur en scène qui n’avait pas vu la pièce, et qui nous regardait comme s’il découvrait les personnages pour la première fois, comme s’il était le premier spectateur de notre duel. C’est vrai qu’on avait tellement expérimenté la pièce sur scène, les nuances des personnages, alors on discutait avec lui ; mais il a toujours été bienveillant et ouvert à notre égard, et nous étions toujours à l’écoute de ce qu’il proposait en termes de déplacements, des petites choses supplémentaires qu’il a amenées.

Il a vraiment réussi le passage du théâtre au cinéma, en enlevant tout ce qui était trop basé sur les mots et en mettant de l’image, en sortant de la pièce, en filmant la totalité de l’hôtel Meurice avec l’environnement de l’armée allemande, et puis dans Paris. On est sorti en restant cohérent avec le sujet, grâce aussi à la crédibilité qu’apportent les acteurs allemands.

Au-delà de cet aspect technique et du découpage, est-ce que le regard d’un cinéaste allemand a changé quelque chose dans l’approche de votre personnage ?

Profondément, non. On s’est accordé. Il savait beaucoup de choses sur Choltitz, sur ses écrits, des choses secrètes lorsqu’il a été prisonnier après la guerre. Mais sur les personnages, l’enjeu et la manière dont ça se passe, non. On a vu le film à Berlin et dans cette grande salle avec beaucoup de monde, les réactions du public allemand étaient exactement les mêmes que le public français, sur les mêmes répliques. On était rassuré qu’un metteur en scène allemand, qui a beaucoup traité ce sujet de la guerre, s’empare de ce texte. Volker Schlöndorff a une double culture, il est Allemand mais il a fait ses études en France, il pouvait traiter cette histoire avec beaucoup de vérités des deux côtés.

Dans ce film et dans la pièce, vous formez un duo avec Niels Arestrup, qui a la réputation d’être un acteur explosif, qui aime surprendre son partenaire, prendre des contre-pieds. Comment avez-vous préservé cette fraîcheur-là au théâtre puis dans le film ?

Je ne le connaissais pas du tout et on s’est très bien entendu. Il y a une grande honnêteté chez Niels, on a des valeurs communes sur le fait de servir son personnage. Il ne voulait pas faire de concession et supprimer toutes les phrases qui arrondissaient les angles. On s’accordait sur l’enjeu qui était : plus la partie est difficile, plus elle serait forte à jouer. C’est vraiment une partie d’échecs. On sait que Niels est quelqu’un d’entier, c’est un bloc, il doit être au cœur de la vérité et c’est une envie que je partage… J’étais face à cette forteresse difficile à prendre, et j’aimais cette façon de travailler, de créer des silences autant que des surprises, c’est un défi que j’adore en tant qu’acteur.

On a joué la pièce pendant un an et demi au théâtre, et quand on nous a proposé de la faire au cinéma, c’était une belle manière de boucler la boucle. Ni lui, ni moi ne sommes du genre à raconter nos vies, on aime bien vivre par le biais de nos personnages. Un acteur, quand il joue un personnage, est obligé d’être vrai. Et cette vérité est très touchante. Dans la vie, on peut avoir un masque, mais quand on joue, il n’y a plus de masques. C’est un engagement total de nos êtres, il faut y aller ; il n’y a pas de danger, mais vous êtes à nu. Je suis très touché par les rapports vrais qu’on a eus à travers des personnages dans lesquels on s’est beaucoup investi.

Est-ce que le cheminement des personnages dans le film et leurs rapports rejoignent ceux que vous avez eus en tant qu’acteurs ?

C’est vrai. Dans le film, ce cheminement représente aussi deux pays opposés, en conflit, mais ça repose sur les épaules de deux hommes. Et ces deux hommes ont réussi à s’entendre, parce qu’ils avaient sans doute des affinités. Quand on est en scène, on a le désir de se comprendre et de créer ce climat de confiance aussi, c’est vrai. Les démarches s’apparentent même si les enjeux sont différents…

Vous allez vous retrouver à l’affiche de Diplomatie mais aussi d’Aimer, boire et chanter d’Alain Resnais… Les deux films ont un rapport direct au théâtre, alors que les partis pris sont diamétralement opposés…

Diamétralement ! Volker Schlöndorff, à partir d’une pièce de théâtre, a décidé de faire un film en gardant le texte mais en sortant du décor. Resnais part aussi d’une pièce de théâtre avec des personnages en pleine crise sentimentale en train de jouer une pièce de théâtre, ou de la répéter, pour montrer qu’entre ce qu’ils sont et ce qu’ils jouent, il n’y a pas de différence. La manière de les représenter, c’est comme s’ils s’incarnaient eux-mêmes. Avec Resnais, chaque fois qu’on a fait un film à partir d’une pièce de théâtre, il n’a jamais caché cette origine théâtrale.

Il transforme les contraintes en avantages. Il voulait faire des décors assez solides, avec des vraies maisons, des vrais jardins comme dans Smoking / No Smoking, mais il n’avait pas d’argent, alors il a fait ces panneaux derrière qui sont comme des entrées de théâtre. Quand on s’approche au premier plan, ça lui permet de voir les acteurs en gros plans, car c’est un homme de spectacle qui utilise tous les arts, même la bande dessinée. On a l’impression qu’on est toujours à mi-chemin entre le théâtre et le cinéma, que les personnages sont en train de jouer leur vie, comme si les situations et les mots étaient toujours les mêmes dans ce genre de comédie humaine ou sentimentale.

Chez Resnais, ça se passe en Angleterre, mais tout le monde parle français !

Oui, on joue à être Anglais ! Il garde cette distance, comme s’il voulait montrer que les personnages étaient en représentation.

Il y a cependant cette scène exceptionnelle dans les escaliers entre Sandrine Kiberlain et vous, où d’un seul coup, cette distance fond, et on est face à du très grand cinéma classique…

C’est vrai. Resnais est tellement inventif qu’il connaît le cinéma par cœur, et tout d’un coup il nous replonge dans le cinéma classique. Quand on est dans les extérieurs, on est dans les toiles peintes, mais dans les intérieurs, on est sur du dur, avec des vraies chaises, de vrais escaliers et des plans de cinéma. Il s’amuse avec tout ça, avec tous les arts. On s’amuse de l’art du metteur en scène. Il y a toujours avec Resnais plusieurs degrés de lecture, plusieurs moyens de se réjouir face à l’écran.

Pour vous acteur, qu’est-ce qui est le plus dur ? Arriver sur un plateau avec un texte que vous connaissez par cœur mais un metteur en scène que vous ne connaissez pas ou découvrir un nouveau texte avec un cinéaste avec qui vous avez maintes fois travaillé, même dans un dispositif nouveau ?

À chaque fois, avec Resnais, c’est nouveau. Avec lui, j’ai l’impression de faire son premier film. J’ai beau connaître Resnais depuis pas mal de temps, et sept films au total, j’ai l’impression qu’il faut se surprendre. Ce n’est pas facile, même si c’est agréable. On a le confort de bien se connaître, mais on se demande si cette proposition de personnage va lui convenir. On a toujours plein d’inquiétudes. Dans Les Herbes folles, je jouais un personnage qu’il ne m’avait jamais donné, un type un peu bizarre, qui traînait dans les parkings, qui regardait les filles, et j’ai trouvé une voix et une façon d’être qui n’avaient rien à voir avec les personnages précédents. Avec un homme de spectacle comme Resnais, comme avec Volker Schlöndorff, ça sonne juste.

Ce sont des cinéastes qui n’ont pas d’idées préconçues sur les personnages, et ils sentent quand ça sonne juste. Pour répondre à votre question, c’est aussi difficile de travailler avec Resnais sur quelque chose que je ne connais pas que de travailler avec Schlöndorff sur quelque chose que je connais bien. On craint toujours de ne pas pouvoir donner ce que l’on pense, ce que l’on ressent et le meilleur de soi-même. À chaque fois, c’est un château à construire.

pour aller plus loin

vous serez sans doute intéressé par...

Mardi 7 septembre 2021 Un analyste opiniâtre du BEA ayant découvert que les enregistrements d’un crash aérien ont été truqués, se trouve confronté à l’hostilité générale… Yann Gozlan creuse le sillon du thriller politique, lorgnant ici le versant techno-paranoïde et...
Jeudi 16 février 2017 Désireux d’éveiller les consciences en période pré-électorale, Lucas Belvaux fait le coup de poing idéologique en démontant la stratégie de conquête du pouvoir d’un parti populiste d’extrême-droite. Toute ressemblance avec une situation...
Mardi 19 avril 2016 Critique du film "Adopte un veuf" de François Desagnat (Fr., 1h37) avec André Dussollier, Bérengère Krief, Arnaud Ducret, Nicolas Marié…
Mardi 25 mars 2014 Pour sa troisième adaptation d’Alan Ayckbourn et, donc, son tout dernier film, Alain Resnais choisit de laisser en sourdine ses ruminations crépusculaires pour une comédie qui célèbre la vie et la vieillesse, les artifices du théâtre et la force du...
Mardi 4 mars 2014 De Volker Schlöndorff (Fr-All, 1h24) avec Niels Arestrup, André Dussollier, Charlie Nelson…
Mardi 4 mars 2014 Une sélection 100% française pour ce mois de mars au cinéma, même si, entre Alain Resnais, Quentin Dupieux et le docu engagé de Julie Bertuccelli, il y a quelques abîmes… Christophe Chabert
Mardi 25 mars 2014 Une sélection 100% française pour ce mois de mars au cinéma, même si, entre Alain Resnais, Quentin Dupieux et le docu engagé de Julie Bertuccelli, il y a quelques abîmes… Christophe Chabert
Vendredi 3 janvier 2014 Après une année 2013 orgiaque, 2014 s’annonce à son tour riche en grands auteurs, du maître Miyazaki à une nouvelle aventure excitante de Wes Anderson en passant par les vampires hipsters croqués par Jarmusch et les flics tarés de Quentin Dupieux…...

restez informés !

entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter