Ces deux buts-ci...

Quatuor Debussy : fugues & requiem

Théâtre du Parc

ce spectacle n'est pas à l'affiche actuellement

Dans « fugues et requiem », le Quatuor Debussy met en lumière la continuité historique dans laquelle s'inscrit le « Requiem » du génial Mozart. Les évolutions chronologiques de « l'art de la fugue » dessinent l'arbre généalogique dans lequel s'insère la transcription de Lichtenthal de 1802. Le requiem, ou maillon de la fugue ? Alain Koenig

Peu d’œuvres ont généré autant de mythes que le célébrissime Requiem de Mozart. Au risque de décevoir les accros du joli film Amadeus, la vérité musicologique reprend ses droits lentement mais sûrement. Musicologue, spécialiste de Mozart, Florence Badol-Bertrand a contribué, à travers de nombreux ouvrages, au rétablissement d'une fiabilité historique souvent galvaudée. Entre une interview sur France Musique et deux « tables rondes » sur Mozart à la Cité de la Musique, elle commente : « aucun des arguments développés dans le film ne résiste à l'évidence des simples constats (...). En 1791, Mozart est un compositeur reconnu et payé en conséquence. Il vient de refuser trois propositions de postes prestigieux et vit dans un appartement confortable au cœur de Vienne. Pour le couronnement de l'empereur (...), on lui commande La Clémence de Titus, on donne son Don Giovanni ; sa musique religieuse accompagne chacune des cérémonies. En outre, on a identifié le commanditaire du Requiem, diagnostiqué les causes de sa mort, (…) et admis qu'il fut inhumé selon les conventions de son rang: dans un tombeau communautaire », explique-t-elle.

Un double objectif

Alors, quelle pourrait être la pertinence d'une transcription pour quatuor à cordes ? Tout d'abord, Mozart lui-même, à l'instar de ses grands aînés pratiquait régulièrement cet exercice, et les exemples de cette activité abondent dans son oeuvre. Enfin, parce que la transcription de 1802 que Lichtenthal propose du chef d’œuvre, a été immortalisée au disque par le Quatuor Debussy chez Decca, enregistrement suivi de nombreux concerts. Florence Badol-Bertrand précise: « Il est évident que Lichtenthal connaît ce répertoire de l'intérieur et ressent profondément ce rapport à l'essence même de l'écriture. La précision de la dimension chambriste et la perfection de réalisation qu'elle permet d'obtenir, tant dans le partage de l'émotion que dans l'exigence technique, révèlent l'évidence (…) : l'épure, comme le chef d’œuvre renvoient au sacré ». L'Art de la fugue de Bach, la Grande Fugue en mi bémol majeur de Beethoven, ainsi que Fuga e misterio de Piazzola, replaceront le Kyrie ou le Quam olim du Requiem dans une perpective d'une rare pertinence.

Quatuor Debussy « Fugues et requiem », samedi 12 avril à 20h, Théâtre du Parc, Andrézieux-Bouthéon.

pour aller plus loin

vous serez sans doute intéressé par...

Mardi 3 septembre 2019 Alors que son édition 2019 a accueilli 1450 spectateurs du 22 au 25 août au Château de Saint-Victor, le festival de musique de chambre BWd12 prolonge (...)
Mercredi 9 janvier 2019 Cette absence de frugalité aurait pu laisser présager des pires excès de bouche ! Jugez plutôt : « Heure exquise », « Prendre le thé à (...)
Mardi 30 juin 2015 Depuis son bucolique piton, le festival BWd12 peut s'enorgueillir de donner un tremplin à la relève musicale française. Les interprètes invités sont, pour la (...)
Mardi 2 juin 2015 Sous-exploité dans l'anthologie chambriste, l'hymen harmonieux de la flûte et de la harpe exhale un doux parfum estival. Hermès, bien avant d'avoir (...)
Mardi 6 janvier 2015 Fragile intermède dans le déchaînement des passions européennes, la Belle Époque est un marqueur-temps hors du temps. Temps des cerises mûres et de l'archétype proustien Madame Verdurin : reconstitution musicale d'un salon de la Belle-Époque par un...
Mardi 30 septembre 2014 Dans une lettre adressée à son père en 1777, Mozart confie : «comment écrire pour un instrument que je ne puis souffrir ?». Fidèle à lui-même, il relèvera le défi en (...)
Mercredi 3 septembre 2014 Cette année encore, l'évêché de Saint-Étienne propose aux «Sérénades du Dimanche» une terre d'accueil digne de ce nom, dans la belle acoustique du Centre (...)
Mercredi 30 avril 2014 Heureux le village de Pommiers qui verra le 11 mai se poser les ailes du Trio «L» ! Au piano Lyuba Zhezcheva, au violoncelle Louison Crès-Debacq, et (...)
Lundi 19 ao?t 2013 Loin des festivals buzzants et tonitruants, le vertigineux village de Saint-Victor-sur-Loire (42) convie tous les ans interprètes, mélomanes et simples (...)
Jeudi 20 septembre 2012 Tous les ans, l’association «Les sérénades du dimanche», sous l’impulsion musicale d’Hervé Cligniez et Cyril Goujon, met à l’honneur la musique de chambre à Saint Etienne. Vivement le dimanche ! Alain Koenig

restez informés !

entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter