Near Death Experience

Near death experience
De Gustave Kervern et Benoît Delépine (Fr, 1h27) avec Michel Houellebecq, Marius Bertram...

L’errance suicidaire d’un téléopérateur dépressif en maillot de cycliste, où la rencontre entre Houellebecq et le tandem Kervern / Delépine débouche sur un film radical, peu aimable, qui déterre l’os commun de leurs œuvres respectives : le désespoir face au monde moderne. Christophe Chabert

Un jour comme les autres, Paul, téléopérateur chez Orange, décide de mettre fin à ses jours. Il laisse sa famille sur le carreau, enfile son maillot de cycliste Bic et part se perdre dans la montagne. Near Death Experience enregistre son errance suicidaire comme un retour à l’état primitif, tandis qu’en voix-off ses pensées sur le monde et sur sa triste existence bientôt achevée se déversent.

Après la déception provoquée par Le Grand Soir, dans lequel leur cinéma de la vignette comique virait au système, Gustave Kervern et Benoît Delépine effectuent une table rase radicale. Il n’y a à l’écran qu’une âme qui vive, celle de Michel Houellebecq, dont le tempérament d’acteur a été formidablement déflorée par l’excellent L’Enlèvement de Michel Houellebecq ; les autres personnages sont des silhouettes dont on ne voit la plupart du temps même pas le visage, sinon ce marcheur avec lequel Paul entame une partie de Je te tiens, tu me tiens par la barbichette… Cette nudité est renforcée par une image sale et bruitée, fruit d’un tournage en équipe réduite à l’IPhone (!), au plus proche de la réalité racontée à l’écran : un homme veut mourir, point.

Sans issue

À l’exception de quelques passages plutôt drôles — Houellebecq qui improvise un pseudo-rap sur la boucle d’une alarme de voiture ou qui se jette sur une tente Quechua et ses occupants — Near Death Experience rumine un désespoir absolu et total contre le monde moderne, où l’individu est transformé en fourmi travailleuse et docile écrasée par le renoncement quotidien. Le film semble lui aussi errer de scène en scène, accompagnant la dérive de son personnage et ses atermoiements, ce qui en fait une œuvre peu aimable et parfois ennuyeuse à force de se refuser à toute concession à la dramaturgie traditionnelle.

Pourtant, quelque chose intrigue, et même passionne, dans cet objet rugueux et minimaliste : la fusion entre les obsessions de Houellebecq et ce qui constitue le cœur secret de tous les films de Kervern et Delépine. On ne sait plus qui parle à l’écran, de l’auteur ou des cinéastes, mais tous convergent vers l’expression d’une rage froide et résignée face à un présent désormais dépourvu de futur. Dans Mammuth, la poésie et l’art brut offraient à Depardieu une issue ; ici, il n’y en a aucune, sinon celle d’une mort la plus rapide possible, la plus douce possible.

Near Death Experience
De Gustave Kervern et Benoît Delépine (Fr, 1h27) avec Michel Houellebecq…

pour aller plus loin

vous serez sans doute intéressé par...

Mardi 25 ao?t 2020 Bienvenue dans un monde algorithmé où survivent à crédit des banlieusards monoparentaux et des amazones pas vraiment délivrées. Bienvenue face au miroir à peine déformé de notre société où il ne manque pas grand chose pour que ça pète. Peut-être...
Mercredi 9 mars 2016 Le millésime 2016 des plus illustres cinéastes grolandais est arrivé, et il n’a rien d’une pochade : derrière son nez rouge de clown, Saint Amour dissimule une histoire d’amour(s) tout en sobriété.
Mardi 6 janvier 2015 Pas grand chose à se mettre sous la dent en ce mois de janvier cinématographique… En attendant les locomotives américaines de février, conseillons un polar sud-coréen, une machine à oscars plutôt sophistiquée et… un téléfilm enfin à sa mesure sur...

restez informés !

entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter