Un homme idéal

Un homme idéal
De Yann Gozlan (Fr, 1h37) avec Pierre Niney, Ana Girardot...

À cause d’une imposture littéraire devenue succès de librairies, un jeune auteur est entraîné dans une spirale criminelle ; Yann Gozlan signe une réussite inattendue du thriller hexagonal, avec un Pierre Niney excellent en héros négatif. Christophe Chabert

Les yeux cernés, le visage fiévreux, un jeune homme hurle en jetant sa voiture contre une paroi rocheuse. Flashback : trois ans auparavant, on le découvre, pas forcément mieux dans ses baskets, suant sang et eau pour accoucher d’un roman finalement refusé par tous les éditeurs parisiens et contraint de végéter dans un emploi minable de déménageur. Lors d’une de ses missions, il tombe sur les carnets d’un homme fraîchement décédé où celui-ci raconte sa vie de soldat pendant la guerre d’Algérie. Ni une, ni deux, Mathieu fauche le tapuscrit, le rentre dans son Mac et l’expédie fissa à un éditeur… qui accepte instantanément de le publier. Succès critique et public ; voici l’imposteur promu star de la littérature française.

à lire aussi : Captifs

Dans ce premier acte, Yann Gozlan, auteur de l’oubliable Captifs, enclenche le turbo pour raconter à toute vitesse cette ascension fulgurante, non sans la pimenter d’un regard incisif sur les mœurs des lettres actuelles. La manière dont Mathieu invente son personnage en s’inspirant des apparitions télé d’auteurs célèbres — Gary, Houellebecq et… Yann Moix ! exprime avec ironie cette petite mécanique médiatique où le discours de l’écrivain est aussi important que son œuvre.

Un Niney idéal

Gozlan, toutefois, n’est pas là pour faire de l’analyse sociologique, mais pour raconter un thriller, un vrai, où Mathieu, pris au piège de cette falsification, voit sa nouvelle vie dorée de bourgeois parvenu se craqueler sous le poids des dettes, des soupçons de son entourage et des menaces d’un maître chanteur — génial Marc Barbé. Revenant à des sources bien françaises — le Plein soleil de René Clément, influence revendiquée — raréfiant ses dialogues et privilégiant une mise en scène purement visuelle des scènes de suspense, où son sens du découpage et du timing fonctionne à plein, Gozlan explore les eaux bourbeuses dans lesquelles s’enfonce son héros négatif, contraint à une sanglante escalade criminelle.

à lire aussi : Yves Saint Laurent

S’il a encore besoin de béquilles inutiles — comme cette musique pompière et envahissante — il peut compter sur un formidable atout : Pierre Niney, qui se livre à corps perdu à son personnage, cultivant sa double facette de "gendre idéal" et de grand échalas vampiresque. Pas de doute, il méritait son César, même si ce n’était pas pour le bon film !

Un homme idéal
De Yann Gozlan (Fr, 1h37) avec Pierre Niney, Ana Girardot, André Marcon…

pour aller plus loin

vous serez sans doute intéressé par...

Mardi 7 septembre 2021 Un analyste opiniâtre du BEA ayant découvert que les enregistrements d’un crash aérien ont été truqués, se trouve confronté à l’hostilité générale… Yann Gozlan creuse le sillon du thriller politique, lorgnant ici le versant techno-paranoïde et...
Mercredi 11 septembre 2019 Comment deux trentenaires parisiens confrontés à leur solitude et leur tourments intérieurs, s’évitent avant de se trouver. Cédric Klapisch signe ici deux films en un ; voilà qui explique qu’il soit un peu trop allongé, pas uniquement à cause des...
Mercredi 28 novembre 2018 Le parcours d’un pompier parisien de l’adrénaline de l’action à la douleur du renoncement après l’accident. Une histoire de phénix, né à nouveau par le feu qui faillit le consumer, marquant (déjà) la reconstruction d’un cinéaste parti de guingois...
Mardi 6 juin 2017 D’une vendange à l’autre, une fratrie renoue autour du domaine familial… Métaphore liquide du temps et de la quintessence des souvenirs précieux, le (bon) vin trouve en Cédric Klapisch un admirateur inspiré. Un millésime de qualité, après une série...
Mercredi 30 mars 2016 Critique du film Five de et avec Igor Gotesman (Fr, 1h42) avec également Pierre Niney, François Civil, Margot Bancilhon, Idrissa Hanrot…
Lundi 4 mars 2013 Une première au Méliès ce mois-ci : une nuit pour découvrir, gratuitement et dans son intégralité, la première saison d’une série télé. Pas n’importe laquelle : Les Revenants, accueillie comme la meilleure série française contemporaine par une...

restez informés !

entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter