Lost River

Lost River
De Ryan Gosling (EU, 1h35) avec Christina Hendricks, Saoirse Ronan...

Après un petit tour en salle de montage, le premier long de Ryan Gosling arrive sur les écrans dans une version sensiblement plus digeste que celle vue à Cannes. Et s’avère un objet singulier, dont la poésie noire se distille au gré de ses fulgurances visuelles. Christophe Chabert

À Cannes, ce premier long métrage de Ryan Gosling nous était tombé des yeux. Le hiatus entre une narration bordélique et l’envie flagrante de copier ses modèles tel un étudiant d’art passant sa journée au Louvre, donnaient à Lost River une dimension à la fois prétentieuse et vaine. À peine pouvait-on décerner à son chef opérateur, le brillant Benoît Debie, un satisfecit pour avoir créé une matière visuelle parfois fulgurante.

à lire aussi : Drive

Probablement refroidi par l’accueil glacial réservé au film, Gosling est donc retourné en salle de montage pour mettre un peu d’ordre dans ce foutoir et enlever dix-sept minutes qui ne manquent pas, loin de là, à la version définitive. On cerne donc enfin son propos qui, à défaut d’être particulièrement novateur, a maintenant le mérite de la clarté : un adolescent, Bones — référence sans doute au bouquin de Russell Banks — traîne dans les ruines industrielles de Detroit à la recherche de tuyaux en cuivre qu’il revend pour se faire un peu d’argent de poche.

Sa mère — la rousse Christina Hendricks, échappée de Mad Men — se voit proposer par un patron de club lubrique de devenir danseuse dans un cabaret macabre et gore — l’occasion pour Gosling de placer sa girlfriend Eva Mendes dans un étonnant numéro de Grand-Guignol. Pendant ce temps, leur jeune voisine (Saoirse Ronan) tombe sous le charme de Bones, et un skinhead tyrannique jure de leur faire la peau pour avoir empiété sur son territoire. Il y a aussi un chauffeur de taxi philosophe (Reda Kateb) et une ville engloutie dont n’émergent que des lampadaires éteints.

à lire aussi : Only god forgives

La cité des enfants perdus

L’ambition de Lost River, manifeste, consiste à capturer les peurs et les rêves de l’enfance : les monstres imaginaires tapis dans l’obscurité et ceux, bien réels, qui hantent les rues pour vous martyriser, mais aussi les légendes urbaines que les mamans racontent à leur bambin et qui, l’adolescence arrivant, deviennent des eldorados à sauver…

Le projet cinématographique, lui, reste maniériste à souhait : des ambiances lynchiennes, des vrilles de caméra comme chez Gaspar Noé, des touches de bis italien façon Argento ou Mario Bava et, bien sûr, la figure tutélaire de Nicolas Winding Refn comme styliste ultime. Gosling parvient, nonobstant la nonchalance de son récit, à faire de ce patchwork un objet singulier et personnel, baigné dans une poésie noire et un climat à la frontière du fantastique. Lost River n’est pas un grand film, mais c’est, hic et nunc, l’œuvre atypique d’un acteur qui l’est tout autant.

Lost River
De Ryan Gosling (ÉU, 1h35) avec Christina Hendricks, Saoirse Ronan, Iain De Caestecker…

pour aller plus loin

vous serez sans doute intéressé par...

Mardi 20 ao?t 2019 de Maxime Giroux (Can., int. -12ans, 1h34) avec Martin Dubreuil, Romain Duris, Reda Kateb…
Mercredi 26 septembre 2018 Capitaine des stups, Driss a grandi dans une cité où il a conservé quelques contacts. Dont Imrane, qui le tuyaute sur un gros coup à venir. Quand celui-ci (...)
Mardi 3 octobre 2017 Denis Villeneuve livre avec Blade Runner 2049 une postérité plus pessimiste encore que le chef-d’œuvre de Dick & Scott. Tombeau de l’humanité, son opéra de bruine crasseuse et de poussière survit à sa longueur ainsi qu’à l’expressivité réduite...
Mercredi 12 juillet 2017 Retour à une forme plus narrative pour le désormais prolifique Terrence Malick, qui revisite ici le chassé-croisé amoureux dans une forme forcément personnelle et inédite.
Mardi 17 mai 2016 de Shane Black (E.-U., 1h56) avec Ryan Gosling, Russell Crowe, Kim Basinger…
Mardi 19 janvier 2016 S’inspirant de l’affaire de l’Arche de Zoé, Joachim Lafosse confie à un Vincent Lindon vibrant un rôle d’humanitaire exalté prêt à tout pour exfiltrer des orphelins africains. L’année 2016 pourrait bien être aussi faste que la précédente pour le...
Mardi 31 mars 2015 Chaque mois, Le Petit Bulletin vous propose ses coups de cœur cinéma des semaines à venir en vidéo
Jeudi 2 avril 2015 Parmi les innombrables sorties de ce mois d’avril, notre préférence va aux films bizarres, modestes ou imparfaits signés Ryan Gosling, Wim Wenders et Stéphane Lafleur. Christophe Chabert
Mardi 6 janvier 2015 Adapté d’Albert Camus, le deuxième film de David Oelhoffen plonge un Viggo Mortensen francophone dans les premiers feux de la guerre d’Algérie, pour une œuvre classique et humaniste dans le meilleur sens du terme. Christophe Chabert
Mercredi 3 septembre 2014 Dans une séquence élégamment distanciée, les personnages d’Hippocrate, tous médecins ou infirmiers, internes, externes ou chefs de service, se retrouvent (...)
Mardi 13 mai 2014 L’éducation sentimentale d’une jeune Américaine névrosée chez ses cousins anglais en pleine troisième guerre mondiale : Kevin MacDonald mixe SF réaliste et romantisme sans jamais dégager de point de vue cinématographique sur ce qu’il...
Mardi 25 février 2014 Wes Anderson transporte son cinéma dans l’Europe des années 30 pour un hommage à Stefan Zweig déguisé en comédie euphorique. Un chef-d’œuvre génialement orchestré, aussi allègre qu’empreint d’une sourde inquiétude. Christophe Chabert
Mercredi 4 septembre 2013 Claire Simon tente une radiographie à la fois sociologique et romanesque de la gare du nord avec ce film choral qui mélange documentaire et fiction. Hélas, ni le dialogue trop écrit, ni les récits inventés ne sont à la hauteur de la parole réelle et...
Mercredi 22 mai 2013 Nicolas Winding Refn rate le virage post-Drive avec ce film vaniteux qui ressemble à l’œuvre d’un chef décorateur surdoué cherchant sans y parvenir quelque chose à raconter. Christophe Chabert
Mardi 19 mars 2013 Après «Blue valentine», Derek Cianfrance retrouve Ryan Gosling pour un ambitieux triptyque cherchant à ranimer la flamme d’un certain cinéma américain des années 70 tout en en pistant l’héritage dans l’indépendance contemporaine. Pas toujours à la...

restez informés !

entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter