Tale of Tales

Tale of tales
De Matteo Garrone (It-Fr-Angl, 2h13) avec Salma Hayek, Vincent Cassel...

Matteo Garrone donne sa version, auteuriste et cheap, des contes de fée, produisant une héroïc fantasy laborieuse qui rappelle les grandes heures du bis italien.

Que Matteo Garrone n’ait pas souhaité s’enfermer dans le réalisme suite au succès de Gomorra est une bonne chose ; d’ailleurs, lorsqu’il osait la stylisation dans Reality, il parvenait à déborder l’hommage à l’âge d’or de la comédie italienne pour en retrouver l’esprit esthétique. Avec Tale of Tales, les choses se compliquent : abordant un genre en vogue — les contes et l’heroic fantasy — via l’adaptation d’un classique de la littérature italienne, il tente le grand pont vers l’imaginaire pur, entrecroisant plusieurs récits où l’on retrouve des monstres, des sorcières, un roi, des reines et des princesses.

à lire aussi : Cannes 2015, jours 1 et 2. Le festival se la raconte…

Or, le style Garrone s’avère assez vite à la remorque de son ambition : jamais la mise en scène ne parvient à donner le souffle nécessaire pour nous faire pénétrer cet univers baroque et fantastique. D’où une suite d’hésitations fatales : entre le sérieux et la dérision, l’auteurisme et le divertissement, le film à sketchs et le film choral…

Mal construit — l’épisode des faux jumeaux est de loin le plus faible, et le scénario le traîne comme un boulet jusqu’à son terme — pas toujours convaincant dans ses décors et ses effets spéciaux, empêtrés dans des figures de style qui tournent vite au gimmick — les travellings à la steadycam sur des personnages de dos — Tale of Tales ressemble au descendant des produits commerciaux opportunistes que le bis italien était capable de produire à la grande époque, la prétention en plus. Garrone serait-il le nouvel Antonio Margheriti ?

Christophe Chabert

pour aller plus loin

vous serez sans doute intéressé par...

Mercredi 3 novembre 2021 Après Thanos, une nouvelle menace s’abat sur la Terre. Mais pas de panique, un autre groupe de super-héros va faire le job. Ni Dune, ni dieux, Chloé Zhao adapte le premier volet de la série signée par l’alter ego de Stan Lee, le dessinateur...
Mercredi 6 mai 2020 Cela se voyait comme le nez au milieu la figure : le Pinocchio de Matteo Garrone allait être le grand film d’art et d’essai familial des vacances de Pâques au cinéma. Les événements auront fait mentir cette prédiction : il sera celui de la rentrée...
Mercredi 5 septembre 2018 Un brave toiletteur pour chiens et une brute qui le traite pis qu’un chien sont au centre de Dogman, le nouveau conte moral de Matteo Garrone. Une histoire italienne d’aujourd’hui récompensée par le Prix d’interprétation masculine à Cannes pour...
Mardi 5 septembre 2017 Une année à part dans la vie de Godard, quand les sentiments et la politique plongent un fer de lance de la Nouvelle Vague dans le vague à l’âme. Une évocation fidèle au personnage, à son style, à son esprit potache ou mesquin. Pas du cinéma juste ;...
Mercredi 21 septembre 2016 Ébauche de renouveau pour Xavier Dolan qui adapte ici une pièce de Lagarce, où un homme vient annoncer son trépas prochain à sa famille dysfonctionnelle qu’il a fuie depuis une décennie. Du maniérisme en sourdine et une découverte : Marion...
Mardi 5 mai 2015 Sur le thème de la communauté repliée hors du monde, Ariel Kleiman fait beaucoup moins bien que Shyamalan et Lanthimos ; pire, son premier film, dépourvu de tension dramatique et incapable de déborder son programme scénaristique, est carrément...
Lundi 27 janvier 2014 Fin du diptyque de Lars von Trier, qui propulse très haut sa logique de feuilleton philosophique en complexifiant dispositif, enjeux, références et discours, prônant d’incroyables audaces jusqu’à un ultime et sublime vertige. On ose : chef-d’œuvre...
Mardi 7 mai 2013 De Danny Boyle (Ang, 1h35) avec James MacAvoy, Vincent Cassel, Rosario Dawson…

restez informés !

entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter