Helena Hauff : « Je fais de la musique pour le corps, pas de la musique de bureau »

Judaah + Maha + Helena Hauff

La Tanière

ce spectacle n'est pas à l'affiche actuellement

Sombre, hypnotique et terriblement addictive, la musique de la jeune Allemande Helena Hauff fait la part belle aux machines tout en conservant une chaleur humaine. Ses productions et ses dj set sont autant de gageures d'une techno exigeante mais dansante et accessible. À l'occasion de son passage au premier Positive Education festival, rencontre avec cette artiste pas aussi prolixe en mots qu'en musique. Propos recueillis par Nicolas Bros

Pourriez-vous nous expliquer comment vous êtes entrée dans les musiques électroniques et le deejaying ?
Helena Hauff : Il est difficile de répondre à cette question. Ce que je peux dire c'est que l'on fait des choses, on rencontre alors des personnes et les choses s'enchaînent. J'étais fascinée par l'art du deejaying et j'ai voulu le faire par moi-même. Du coup, j'ai acheté mes premières platines et j'ai commencé à jouer mes disques dans des bars et des clubs de Hambourg et de sa région.

Sur votre album Discreet Desires, votre production se tient en retrait des tendances actuelles des musiques électroniques où la deep house a fait un retour en forme et la noisy techno a explosée. Est-ce un réel choix de production d'aller à contre-courant ?
Je ne crois pas aux modes et aux choses comme ça. Je crée ce que je sens. Mais bien sûr, je reste influencée par ce qui m'entoure. On ne peut bien entendu pas se battre contre cela.

Le pouvoir de votre musique se situe dans le mélange entre un atmosphère sombre et froid créé par les sons de machines et une chaleur significative due à des mélodies plus « humaines ». Recherchez-vous depuis longtemps à atteindre cet équilibre ?
Les choses se passent ainsi...

Votre disque est-il plutôt tourné vers le dancefloor ?
Non, vous pouvez l'écouter vraiment où vous voulez. C'est à vous de décider !

Utilisez-vous seulement des équipements « hardware » pour produire vos titres ou également du « software » ?
Seulement du hardware. Je ne suis jamais rentrée dans les équipements électroniques qui mènent à une certaine confusion. Je fais de la musique pour le corps, pas de la musique de bureau. Mais pour autant, je connais un grand nombre de personnes produisant de la très bonne musique à partir d'ordinateurs. Ce n'est juste pas fait pour moi.

Pourquoi votre album n'est pas sorti sur votre propre label, Return To Disorder ?
J'aime travailler avec Ninja Tune parce qu'ils me permettent d'avoir les moyens d'un gros label comme la distribution et la promotion. Et surtout parce qu'ils me laissent une liberté artistique totale et faire réellement ce que j'ai envie de faire. Mon propre label vient tout juste de se créer et je souhaite tout d'abord sortir des titres d'autres personnes d'abord. Mais je devrais sortir assez rapidement mes productions sous cette étiquette.

Avez-vous déjà eu l'occasion de venir jouer en France ? Si oui, quel point de vue avez-vous sur le public français ?
J'ai joué plusieurs fois en France. J'ai eu de bonnes et de moins bonnes expériences. Un peu comme partout à vrai dire ! Le Batofar à Paris au même titre que Bootleg à Bordeaux furent de beaux moments. J'adore également La Machine du Moulin Rouge !

Helena Hauff + Judaah + Maha, jeudi 8 octobre à la Tanière, dès minuit

pour aller plus loin

vous serez sans doute intéressé par...

Mardi 26 avril 2022 De confinements en couvre-feux, la pandémie aurait presque fait oublier qu’un festival de musiques est avant tout un temps de convivialité partagée, entre amis, dans une foule de mélomanes raisonnablement...
Mardi 26 avril 2022 D’un point d’ancrage à un autre, l’artiste stéphanois porte en lui l’errance joyeuse de ceux qui savent accueillir la vie. Des sens en éveil, une gamberge qui va loin quitte à prendre son temps : portrait d’un poète en quête d’infini.  
Mardi 26 avril 2022 Comme chaque mois, le Méliès Saint-François vous convie à sa grande soirée Quiz, dédiée cette fois-ci (...)
Mardi 26 avril 2022 Voici une belle promesse que nous fait l'Opéra de Saint-Etienne. Tout le monde connaît l'histoire de Lancelot, chevalier de la Table (...)
Mardi 26 avril 2022 Fatigue passagère et moral dans les chaussettes ? La rédaction du Petit Bulletin est là pour prendre soin de ses lecteurs, avec un traitement imparable : les concerts. Et quoi de mieux que le Paroles & Musiques pour se...
Mardi 26 avril 2022 Plus on progresse, plus on se fait du mal et plus on se tue, à petit feu. Avec Bienvenue dans l’espèce humaine, Benoît (...)
Mardi 26 avril 2022 Gerard Watkins revisite le chef-d’œuvre shakespearien à travers le prisme des sixties : pantalons pattes (...)
Mardi 26 avril 2022 Hugo, 23 ans, étudiant en sciences humaines, oscille entre ses origines algériennes et françaises. Lorsque sa mère le (...)
Mercredi 13 avril 2022 Direction le restaurant de la Cité du Design pour un menu du jour digne d’une bonne brasserie avec une vue sur un jardin d’hiver étonnant.
Mercredi 6 avril 2022 Le thème : Bifurcations. La promesse : quatre mois de grande fête autour du design, à laquelle tous les Stéphanois pourraient prendre part. Les questions : la biennale Design sera-t-elle accessible à tous les publics, suffisamment...
Mercredi 6 avril 2022 Troupe amateure mais aussi qualitative que les pros, la LISA organise dès dimanche sa semaine de l’impro, avec au menu, différentes formules… Et pas mal de rigolade.
Mercredi 6 avril 2022 Envie de bamboche, d’une ambiance festive, et de gros son ? Check la liste des soirées qui arrivent, et prépare ton agenda (et ta tenue de gala) : ça sent la grosse bringue.
Mardi 29 mars 2022 Par Sibylle Brunel. Quand les petites bêtises entrainent les grosses, il est difficile de prouver que l’on peut encore répondre à la norme. A-t-on seulement (...)
Mardi 29 mars 2022 Des dernières Biennales Design stéphanoises aux salons du Conseil de l’Union Européenne à Bruxelles, la créatrice textile Jeanne Goutelle marque peu à peu de son empreinte colorée et responsable une œuvre où le réemploi de tissus industriels permet...
Mardi 29 mars 2022 Durant les quatre mois qui vont suivre, la Biennale Design de Saint-Étienne nous invite à « bifurquer ». Envisager la société telle qu’elle est, l’envisager ensuite telle que l’on aimerait qu’elle soit… Puis envisager les chemins possibles...
Mardi 29 mars 2022 Notre civilisation s’effondre, tous les scientifiques le disent. Oui mais alors… Que faire ? Vaste sujet, pourvu que l’on (...)
Mardi 29 mars 2022 Et si la décolonisation n’avait été qu’une succession d’échecs dont on voit et paie encore les pots (...)
Mardi 29 mars 2022 Il y a ceux qui font des goûters d’anniversaire, et puis il y a Positive Education. L’association stéphanoise, à l’origine du Positive Education Festival (que l’on ne présente plus) fête cette année ses dix ans, en sillonnant les routes de France...

restez informés !

entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter