JP Nataf : « Nous sommes devenus les amis que nous n'avions pas eu le temps d'être auparavant »

Les Innocents + Louis Ville

Centre Culturel L'Opsis

ce spectacle n'est pas à l'affiche actuellement

Désormais en duo, Les Innocents ont renoué avec la scène puis le studio en sortant un très bon nouvel album, "Mandarine", faisant oublier leurs quinze années d'absence sur disque. JP Nataf revient pour nous sur la genèse de ce come-back réussi. Propos recueillis par Nicolas Bros

Quand avez-vous décidé de relancer un projet d'album avec Les Innocents ?
Après 1999 et les deux/trois années d'éloignement avec Jean-Chri [ndlr : Jean-Christophe Urbain, autre moitié du duo], nous avons rapidement renoué amicalement. Nous nous sommes retrouvés assez tranquillement, en partant sur des bases différentes, sans les obligations liées au groupe. Nous sommes devenus les amis que nous n'avions pas eu le temps d'être auparavant. Nos vies nous ont rapprochés humainement mais aussi physiquement car nous sommes passés de cent cinquante kilomètres de distance à trois minutes à pied. À partir de 2007, on a commencé à reprendre les concerts ensemble. Nous avons toujours été très complémentaires et nous prenions du plaisir à jouer tous les deux. Jouer seul des titres des Innocents, ce n'est pas la même chose. Par exemple, jouer Un Homme Extraordinaire sans la voix de Jean-Chri ce n'est pas la même énergie, Un Autre Finistère sans la guitare de Jean-Chri ce n'est pas très drôle... De plus, le quatrième album des Innos n'avait jamais été joué sur scène puisque Jean-Chri était parti juste après sa sortie. Suite à ces concerts, nous nous sommes dits que nous voulions retourner dans le "laboratoire", afin de créer de nouvelles chansons et de voir si on pouvait encore séduire quinze ans après.

à lire aussi : Le beau geste frère des Innocents

A-t-il été simple de recomposer ensemble ?
La phase de composition s'est passée tranquillement et la période de production fut très longue, comme d'habitude. Une fois de plus, nous avons mis la barre un peu haut. Nous voulions des chansons qui gardent la saveur des premiers jets guitares/voix. On a essayé de renouer avec le groupe mais nous nous sommes rendus compte que l'on avait vraiment envie d'être tous les deux. Ce n'est pas facile de tout faire à deux mais nous sommes contents du résultat. C'est un vrai cinquième album, pas un disque prétexte à une reformation.

Vous avez enregistré cet album dans votre quartier de Ménilmontant, notamment au studio Le Garage. Pourquoi ce choix ?
Au départ, j'avais envie que l'on enregistre « au vert » mais Jean-Chri aime que la musique s'inscrive dans le quotidien. D'un côté pratique, travailler à côté de chez nous, nous a laissé une année pour travailler l'album en studio, pas tous les jours non plus mais c'était plus simple de faire une pause et d'y revenir. Une autre raison est le fait que Dominique Ledudal, notre réalisateur artistique depuis trente ans, travaille là-bas. Il était donc assez logique d'enregistrer au Garage.

Pourquoi ce titre d'album : Mandarine ?
Nous n'avions pas envie d'un titre qui date trop l'album ou qui raconte quelque chose des retrouvailles ou de la maturité... Ce n'est pas non plus un disque de « faux jeunes ». C'est un disque « pop ». Nous ne sommes pas partis dans un état d'esprit différent par rapport aux quatre autres albums. La mandarine est un fruit un peu « pop », de couleur orange, acidulé, avec une texture, une saveur... C'est un peu ce que l'on essaie de mettre dans nos chansons.

Pourquoi avoir continué à écrire en Français malgré une incursion en Anglais avec le titre Erretgia. Êtes-vous attaché à la langue française ?
Erretgia était une commande pour un film. Nous voulions adapter le titre en Français pour l'album mais une fois que l'on a composé en Anglais, il est difficile de transcrire en Français. C'est donc une parenthèse. Concernant le Français, c'est la langue qui est attachée à moi plutôt que moi à elle. C'est la langue que je parle, dans laquelle je rêve, avec laquelle je me lève et me couche... J'ai fait une profession de foi quand j'avais 16 ou 17 ans d'être le plus honnête et sincère possible dans ce que je dis. Je fais attention à ce qu'il n'y ait pas de leçon dans une chanson. Je n'ai pas l'impression d'avoir quelque chose de plus intéressant à dire que n'importe quelle autre personne sur cette planète. Le chanteur qui est en moi est très exigeant sur la place d'un mot, sur sa force d'expression, l'image véhiculée et au sens. J'ai mis du temps à trouver une langue que je maîtrise. Même à l'époque de l'Autre Finistère, ce n'était pas encore le cas. À l'époque, nombre de nos chansons étaient pleines de sens, de double sens. Avec le temps, je me suis rendu compte qu'il est intéressant que sur deux ou trois phrases il y ait des mots qui soient les "stars". J'ai plus de facilité désormais à écrire « pop » et à répéter certaines phrases.

La tournée que vous avez entamée se déroule comment ?
Nous sommes tous les deux sur scène. J'ai majoritairement une guitare électrique et Jean-Chri une guitare acoustique. Et nous faisons déjà pas mal de barouf'... Pour le moment, on ne s'ennuie pas avec cette formule et je crois que le public non plus. Donc on n'a pas prévu de modifier cela. C'est une proposition forte d'entendre certaines chansons à deux guitares. Cela permet de voir comment elles ont été composées. Il y a quelque chose de la suggestion : pour une musique qui est très pop et arrangée sur disque, sans le décorum, elle n'apparaît pas pour autant pauvre. Nous avons travaillé une trentaine de chansons différentes pour cette formule duo, ce qui nous permet de ne jamais faire le même concert.

Les Innocents [+ Louis Ville], vendredi 13 novembre à 20h30 au Centre Culturel L'Opsis à Roche-la-Molière dans le cadre du Festival Les Oreilles en Pointe

pour aller plus loin

vous serez sans doute intéressé par...

Mercredi 9 février 2022 Les Ambassadeurs du Méliès, ce sont des lycéens qui aiment le cinéma, qui voient les dernières sorties en salle, et qui livrent leur coup de cœur. Aujourd’hui, Thimothée nous parle de sa « Pépite » du mois, Les Innocents, dernier...
Jeudi 1 octobre 2020 Il existe des moments d’exception et de plénitude que seuls la culture et l’art peuvent apporter. Le premier album du duo Terrenoire est de ceux-là. Raphaël et Théo Herrerias sont une fierté pour notre territoire stéphanois. De véritables artisans...
Mercredi 4 décembre 2019 Après des expériences au sein d'Elephanz, Pegase et Rhum for Pauline, Thibaud Vanhooland s'est envolé en solo avec le projet Voyou. Coloré mais aussi profond, l'univers de ce jeune auteur, compositeur et interprète est intéressant. Rencontre avec un...
Mercredi 31 octobre 2018 Alors que le cinéma français lui fait les yeux doux depuis une petite dizaine d’années, Manu Payet remonte sur scène pour un deuxième one-man où il se livre… quasi entièrement. Rencontre.
Mardi 6 février 2018 Incontournable sur YouTube où il a successivement "cassé la télé", organisé une "tournée des barbeuks" et mis en ligne des sketchs et spectacles inédits, le jeune humoriste Haroun est désormais en tournée. Il passera au Centre des Congrès pour le...
Mardi 28 novembre 2017 Le funambule électronicien Rone est de retour avec "Mirapolis", un quatrième album plus coloré et aux sons mêlant encore davantage électronique et organique. Sublimé par une pochette et un univers dessiné par Michel Gondry, cet opus est une envolée...
Mercredi 29 mars 2017 À l’instar de ses héros humains améliorés par les machines, ce film en prises de vues réelles s’hybride avec toutes les technologies visuelles contemporaines pour revisiter le classique anime de Mamoru Oshii (1997). Une (honnête) transposition,...
Mercredi 1 mars 2017 Après l'impressionnant Aqualast, le vagabond Rover, revenu de tout et surtout de partout, a passé avec succès l'épreuve de la confirmation avec Let it Glow. Réussissant le tour de force, aux commandes de cette étrangeté apatride qui fait sa...
Mercredi 1 février 2017 Avec Et si je les tuais tous madame ?, l’auteur et metteur en scène burkinabé nous offre un spectacle poético-politique, mêlant la violence d’un texte incisif au rythme de la musique hip hop du groupe Faso Kombat. Propos recueillis par Houda El...
Mercredi 4 janvier 2017 Après avoir campé dans Steve Jobs un créateur d’ordinateur, Michael Fassbender endosse pour l’adaptation du jeu vidéo Assassin’s Creed le double rôle de Cal et d’Aguilar, coiffant en sus la capuche de coproducteur. Il mise gros jeu…
Jeudi 1 décembre 2016 Il a la fougue de la jeunesse et propose une musique sans pression. Théo Herrerias, petit-frère de Raphaël, propose, avec son projet 1 000 Chevaux Vapeur, un univers musical baignant dans une electronica très actuelle, où sa voix côtoie les sons...
Mercredi 30 novembre 2016 Après la sortie de son sixième album So What en septembre dernier, Dub Inc repart sur les routes d'Europe et du monde pour une nouvelle tournée avec quatorze nouveaux titres toujours aussi punchy. Avant le très attendu concert au Zénith de...
Mardi 1 novembre 2016 Loudblast, c'est plus de trente ans d'existence et six albums aussi furieux les uns que les autres. Un groupe de trash et de death metal, pionnier du genre en France, qui continue de représenter fièrement la scène française dans le monde et qui...
Lundi 7 novembre 2016 Après trente-deux albums studio, Arno est revenu en humain, tout simplement. Recentré sur la voix, la guitare, la basse et la batterie, Human Incognito est un album qui laisse apparaître une certaine nostalgie mais qui conserve l'énergie qui a fait...
Mardi 5 juillet 2016 Quatuor venu de Madagascar, The Dizzy Brains fait sensation depuis six mois par des prestations scéniques incandescentes où garage rock à la Stooges mâtiné de french pop sixties se mêlent pour en faire l'un des groupes les plus excitants du moment....
Mardi 31 mai 2016 Avec son dernier album Zarabi - "Tapis" en arabe - enregistré en partie dans le désert, la chanteuse marocaine Oum tresse des fils soyeux et chatoyants entre rythmes jazzy, langueurs orientales et percussions africaines. Rencontre avec une artiste...
Mardi 3 mai 2016 Fascinante hydre pop à cinq têtes, Feu! Chatterton est la créature la plus singulière du rock et de la chanson depuis des lustres. Entre transe(s) musicale(s) et textes ébouriffants, elle a su imposer un style aussi unique que volatile. Entretien...
Mardi 3 mai 2016 Parmi les multiples artistes de la "relève" de la scène musicale française programmés au festival Paroles & Musiques cette année, Grand Blanc vient avec son très attendu premier album Mémoires Vives. Sur cet opus, leur cold wave...
Mardi 1 mars 2016 Menant sa carrière avec passion, patience et sagacité, Sébastien Guèze, ayant conquis le monde, revient à Saint-Étienne, en « ténor frémissant », comme il lui plaît de se définir. Propos recueillis par Alain Koenig
Mardi 10 novembre 2015 Comment raconter une tragédie intime au sein de l’une des plus immenses et indicibles tragédies de l’histoire humaine ? László Nemes s’y risque dans son premier long métrage. Grand Prix à Cannes.
Mardi 3 novembre 2015 Loin du tapage d'une reformation hystérique, JP Nataf et Jean-Christophe Urbain ont ravivé avec l'impeccable "Mandarine" la flamme mélomane des Innocents. Réhabilitant au passage le souvenir parfois faussé d'un groupe qui compte finalement beaucoup...
Jeudi 4 juin 2015 Pour fêter les 25 ans d'existence du festival musical de novembre en Ondaine, Les Oreilles en Pointe, Tibert le programmateur, est allé chercher de beaux projets scéniques. Avec pour fil d'Ariane, une teinte très nineties. La preuve par trois (enfin...
Mercredi 18 décembre 2013 Auteur-compositeur ou accompagnateur des plus grands depuis plus de quinze ans, Albin de la Simone n'en reste pas moins un interprète de talent. Avec ses textes finement ciselés, il décrit les écorchures de la vie mais aussi ses petits bonheurs. Il...
Mercredi 22 février 2012 La saison culturelle de l'Horme programme "Face de cuillère". Un spectacle empli de poésie et de subtilité. L'occasion de s'arrêter un instant sur la compagnie "La mandarine blanche". Grégory Bonnefont

restez informés !

entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter