Les Fatals Picards : « Le moule des maisons de disques ne nous correspondait pas  »

Fatals Picards + Nordine le Nordec

Le FIL

ce spectacle n'est pas à l'affiche actuellement

Après deux créations live en 2015 : un album (14.11.14) et un DVD, le groupe de rock humoristique Les Fatals Picards est en pleine élaboration de son huitième album studio. Avant de dévoiler ce nouvel opus en 2016, le groupe sera en concert au Fil, le 19 novembre prochain. Laurent Honel, guitariste du groupe, a accepté de répondre à nos questions en toute honnêteté et sans langue de bois. Propos recueillis par Marlène Thomas.

Vous avez récemment sorti un DVD live entièrement financé par le crowdfunding. Pourquoi avoir privilégié ce financement ?
Laurent Honel :
C’est parti d’un constat relativement simple, nous avions décidé de ne plus avoir de maison de disque. Nous sommes devenus indépendants, mais qui dit indépendants ne dit pas forcément riches. Pour réaliser un DVD de qualité, il fallait un certain budget que nous n’étions pas capables de fournir par nous-mêmes. Nous avons souvent été boudés par les médias, les radios, les TV, mais notre public, lui, nous a toujours été très fidèle. Finalement, c’était une bonne manière de proposer quelque chose qui impliquerait les seules personnes sur lesquelles nous avons toujours pu compter. Le moule des maisons de disques ne nous correspondait pas, nous étions déjà notre propre tourneur depuis des années. Notre façon de travailler est très indépendante et notre timing ne correspondait jamais au leur. Ce n’est pas un reproche, mais un constat d’incompatibilité. Être indépendant nous permet de tout gérer à 100 %, c’est plutôt agréable. Pour notre prochain album, il y aura un distributeur, mais pour la production, nous sommes en train de relancer une campagne de crowdfunding. Pour nous, c’est le système idéal. J’ai également découvert qu’avec ce financement, nous sommes dans une position où nous nous sentons encore plus redevables vis-à-vis du public.

Vous avez pour projet de sortir un nouvel album en 2016. Pouvez-vous nous en dire un peu plus sur son contenu ?
Il devrait sortir entre avril, mai et juin, mais nous n’avons pas encore de date arrêtée. Le projet est encore en gestation. Disons que pour l’instant, ce qui se dessine est dans un esprit relativement rock. Quant aux sujets traités, ils sont un peu moins politiques et plus décalés. Il y aura sûrement aussi des sujets de société. Le fil rouge, chez les Fatals, c’est toujours le décalage et l’humour, c’est une constante chez nous et notre côté rock s’affirme de plus en plus avec les années. Nous avons la chance d’être un groupe qui marche avec sa propre identité, donc finalement les courants de mode, les obligations, nous n’en avons pas grand chose à faire. Pour le moment, nous n’avons pas défini de titre pour l’album. Nous allons commencer à en chercher un, mais cela dépendra certainement de son contenu. Le dernier album studio s'appelait Septième ciel, car c’était le septième au compteur et pas mal de chansons parlaient d’amour, de manière plus ou moins décalée. C’était donc légitime. Ce nouvel album s’appellera peut-être Les Fatals Picards contre les zombies, ou pas. (rires)

Le batteur de votre groupe, Jean-Marc Sauvagnargues, s’apprête à sortir un album solo de chansons d’amour. Ne craignez-vous pas que cela brise votre image de groupe rebelle ?
Non justement, c’est aussi ça la "rebellitude". J’aime beaucoup la littérature et je dis toujours que de nos jours, lire des livres, c’est une manière d’être punk quelque part, car c’est nager à contre-courant. J’ai écrit trois chansons dans l’album de Jean-Marc et je trouve cela génial de pouvoir vivre son rêve à fond. Les Fatals revendiquent totalement cet éclectisme. Je trouve cela sain, nous sommes quatre individus avec chacun des projets de vie très différents et nous nous retrouvons au sein des Fatals. De toute façon, la crédibilité, nous ne l’avons jamais eue pour les magazines comme Les Inrocks, Rock &Folk et compagnie. Ils considèrent que nous n’avons pas le droit de faire de l’humour dans le rock … Depuis quinze ans, nous avons donné plus de 1.200 concerts, les avis sont toujours constructifs, mais nous n’avons pas à prouver à qui que ce soit que nous faisons du rock, ou pas.

Finalement les courants de mode, les obligations, nous n’en avons pas grand chose à faire

Regrettez-vous votre participation à l’Eurovision en 2007 ?
Nous n’avons aucun regret. Au début, cela nous a permis d’être sous le feu des projecteurs, nous avons été invités à de nombreuses émissions de télévision, de radio que nous n’aurions jamais faites autrement. Pendant des années, le problème était que les personnes qui ne nous connaissaient pas avaient l’impression que nous n’avions fait que l’Eurovision, c’était le revers de la médaille. Mais cela a été globalement positif, plus les années passent, plus nous sommes fiers de l’avoir vécu. Cela a été une bonne expérience que peu d’artistes ont eu l’occasion de connaître. Pour un musicien, vivre l’Eurovision est très spécial, l’émission est vraiment organisée comme une compétition olympique.

A quoi doit s’attendre un spectateur qui n’est jamais venu à un de vos concerts ?
Aucune mise en scène n’est effectuée. Au niveau des éclairages, nous travaillons un minimum, c’est un vrai spectacle, nous ne prenons pas les choses à la légère. Mais, nous faisons de l’humour, donc cela suppose de l’interactivité, de la réactivité. L’énergie des chansons et le dialogue avec le public prévalent. Musicalement, nous avons tendance à jouer des morceaux des trois, quatre derniers albums. Le concert se divise en trois temps, un premier avec des chansons plutôt rock, puis, un passage acoustique qui nous permet de proposer des chansons plus calmes, comme Mon père était tellement de gauche et pour finir, une partie un peu plus énervée avec des chansons plus rock. Nous avons la chance, malgré une faible exposition médiatique, de bien remplir les salles. En quinze ans de carrière, j’apprécie toujours autant d’être sur scène et de jouer de la guitare. Même les moments pathétiques, quand nous nous retrouvons par exemple dans une station service pour la énième fois à nous demander quel sandwich triangle va égayer notre repas ou si la machine à café sera dégueulasse, infecte ou juste imbuvable, nous font plaisir en fait.

Quel souvenir gardez-vous de votre dernier concert à Saint-Etienne ?
Nous aimons beaucoup la salle du Fil : nous y sommes bien reçus et nous y mangeons bien ! Le public, je n’aime pas dire qu’il est meilleur qu’ailleurs, mais nous n’avons que de bons souvenirs avec lui. Ce que j’aime bien aussi, c’est l’after que nous faisons dans le bar. Nous pouvons toujours y passer du temps, ce n’est pas le genre de salle où le public est expulsé juste à la sortie du concert. C’est un principe chez nous, nous faisons des dédicaces depuis le début. Cela participe à l’esprit des Fatals. Ce qu’on trouve enrichissant, sans démagogie aucune, c’est dialoguer et partager. En fait, je pense que nous ferions des hommes politiques pas si mauvais que cela parce que nous finissons par avoir une bonne connaissance de la France, à force de fréquenter des riches, des pauvres, des gens de droite, des gens de gauche, des ouvriers, des profs, des punks, des sportifs, des flics, des voyous et des étudiantes (rires). Le Fil fait partie des salles, comme Le Transbordeur à Lyon, que nous apprécions bien. Et puis, Saint-Étienne est quand même la patrie de Bernard Lavilliers !

Les Fatals Picards, jeudi 19 novembre à 20h30, au Fil

pour aller plus loin

vous serez sans doute intéressé par...

Mardi 26 avril 2022 Toujours là, ces types en costards Paul Smith et pompes en cuir qui brille. Toujours là, ces poignées de mains viriles à qui serrera le plus fort. Toujours là, (...)
Mardi 26 avril 2022 Fatigue passagère et moral dans les chaussettes ? La rédaction du Petit Bulletin est là pour prendre soin de ses lecteurs, avec un traitement imparable : les concerts. Et quoi de mieux que le Paroles & Musiques pour se...
Mardi 26 avril 2022 Et si la vie, ce n’était pas choisir à tout prix, mais au contraire construire un tout ? Et si l’art, ce (...)
Mercredi 6 avril 2022 Troupe amateure mais aussi qualitative que les pros, la LISA organise dès dimanche sa semaine de l’impro, avec au menu, différentes formules… Et pas mal de rigolade.
Mardi 12 avril 2022 Retour derrière le micro pour Malik Bentalha, voix française de Sonic le hérisson dans le deuxième opus de la franchise Sega-Paramount. L’occasion de poursuivre la conversation avec ce fan absolu des années 1980, débordant d’enthousiasme et de...
Mercredi 30 mars 2022 À voir ★★★☆☆ En corps  À 26 ans, Élise est au sommet de son talent de danseuse classique. Mais une blessure (...)
Mardi 29 mars 2022 Il y a ceux qui font des goûters d’anniversaire, et puis il y a Positive Education. L’association stéphanoise, à l’origine du Positive Education Festival (que l’on ne présente plus) fête cette année ses dix ans, en sillonnant les routes de France...
Mardi 1 mars 2022 Ticket en poche, direction la queue pour les Montagnes Russes…  c’est le premier album solo de Lujipeka sorti en novembre 2021, que l’on aura (...)
Mardi 1 mars 2022 Ils nous avaient manqué, les 6 d’Asian Dub Fondation sont de retour et fouleront le sol de la salle Du Grand Marais de Riorges, le 15 mars. On se (...)
Mardi 1 février 2022 2020 : bien pourrie. 2021 : moyen pourrie, mais quand même pourrie. 2022 : incertain, mais ça part pas très bien. On est crevé, on traine des (...)
Mardi 1 février 2022 Un ancien acteur X retourne dans son Texas natal et navigue entre son ex et une jeune serveuse. Une métaphore douce-amère d’une Amérique vivant dans la dèche, sur sa réputation et l’espoir permanent de se refaire la cerise sur le dos des autres…
Mardi 1 février 2022 Faire rire sans faire mal à ceux qui n’ont rien demandé : alors que l’impertinence agit comme un exutoire à la sinistrose ambiante, les humoristes marchent sur un fil… Qui peut rompre à tout moment s’il n’a pas au préalable été suffisamment...
Mardi 1 février 2022 Des fidèles du festival, des spectacles inédits, des étoiles montantes du rire et des caméras de France TV : Arcomik remet le couvert en ce mois de février.
Mardi 11 janvier 2022 2022, tout va mieux ? Pas si sûr, pour un certain nombre de professionnels de la culture, qui une fois de plus se voient contraints de slalomer entre plusieurs pièces d’un bon casse-tête. Assis, on t’a dit !
Vendredi 10 décembre 2021 Après les after, la soirée en elle-même. Suite aux décisions gouvernementales du début de semaine, les discothèques ont été contraintes de fermer leurs portes ce (...)
Mardi 7 décembre 2021 Après une année 2021 chaotique pour les organisateurs d’événements culturels, l’année 2022 devrait, si tout se passe bien, comporter de belles surprises et redonner au public le goût du spectacle. Du côté des festivals, les premières programmations...
Mardi 30 novembre 2021 Nos régions ont du talent ! Il n’y a qu’à regarder le nombre de groupes originaires d’Auvergne-Rhône-Alpes qui (...)
Mardi 30 novembre 2021 Manta, c’est un peu l’enfant caché de Tame Impala et Moses Gunn Collective. Une énergie que le groupe lyonnais libère sur scène, un rock psyché envoûtant, avec (...)
Vendredi 29 octobre 2021 Du rock, du punk et un peu de pop : c’est ce que proposent Manon, Bastien et Maxime. Des rythmes rapides à la guitare et à la batterie, auxquels viennent (...)
Vendredi 29 octobre 2021 1001 Bass et le Clapier, c’est un peu une histoire d’amour. Depuis plusieurs années, l’association  investit régulièrement l’ancienne gare stéphanoise, pour y proposer des soirées techno, trance et électro. Avec la signature d’un bail de...
Mardi 5 octobre 2021 Mélomanes chevronnés, copains, associés, les patrons du Disorder Julien Haro et Thibault Llopis ont retrouvé depuis un peu moins de trois mois la vie, le bon son, la sueur et l’atmosphère si particulière de leur club stéphanois. Récit d’une histoire...
Mardi 5 octobre 2021 Au centre des réflexions durant la crise sanitaire, la question de l’accessibilité de la culture pour les publics éloignés se fond aujourd’hui dans un enjeu encore plus large.
Mardi 5 octobre 2021 Bottle Next, c’est batterie, guitare et une bonne dose d’énergie en prime. Avec leur second opus, Drift (2020), Marty et Pierre enfoncent le clou déjà (...)
Mardi 5 octobre 2021 A Saint-Etienne, les vacances de la Toussaint seront placées sous le signe de l'humour, grâce au festival Arcomik...  
Mardi 5 octobre 2021 D’organique à synthétique, la distinction est parfois très ténue. La preuve avec le duo AaRON, qui sortait il y a tout juste un an son quatrième album, Anatomy (...)
Lundi 6 septembre 2021 Les vacances sont finies, mais voici une date à bien marquer dans votre agenda tout neuf : le coup d’envoi de la nouvelle saison du Fil, ce jeudi à Saint-Etienne. Zoom sur l'un des derniers événements de l'été, ou, si l’on préfère, l’un des premiers...
Mardi 7 septembre 2021 Simon Buret et Olivier Coursier, le duo formant AaRON révélé en 2006 avec le titre U-Turn (Lili), BO du film Je vais bien, ne t’en fais pas, ont (...)
Mardi 7 septembre 2021 Les Clermontois de Mustang ont commis Memento Mori, un quatrième album qui s’est fait attendre – sept ans tout de même – et un album tout en (...)
Mardi 7 septembre 2021 Spectacle annulé. Les remboursements des billets sont possibles dans les points de vente dans lesquels ils ont été achetés.
Mercredi 9 juin 2021 Du côté du Fil de Saint-Etienne, en attendant l'arrivée d'une nouvelle direction et d'une nouvelle saison dès septembre,  on ne s'en laisse pas pour (...)
Mercredi 12 mai 2021 L'auteur stéphanois Pascal Pacaly revient avec le troisième volume de sa série La France est rock. Intitulé La France est (toujours) rock, cet opus (...)
Mercredi 5 mai 2021 L'avenir de la musique pop française, c'est Saint-Etienne. Attention, ne voyez pas là l'adjectif "pop" comme un épitèthe péjoratif. À l'instar de ce qu'a pu (...)
Mardi 13 avril 2021 6 lieux, 11 artistes et 8 heures de lives & dj sets : voilà ce que nous promet la soirée Ultranuit de vendredi 16 avril. Initiative lancée par le Fil « (...)
Lundi 29 mars 2021 La décision est tombée et était attendue. Le festival stéphanois d'humour Arcomik, est contraint de reporter à nouveau les spectacles prévus en avril. "Nous (...)
Jeudi 21 janvier 2021 L'actuel directeur du Fil, Thierry Pilat, va succéder à Thierry Téodori à la tête de la Halle Tony Garnier de Lyon. Lyonnais d'origine, il fait son retour sur sa terre natale en prenant en main l'avenir de cette grande salle du Rhône, dans un...
Mercredi 28 octobre 2020 « L'éloquence est la source des richesses » dit le proverbe. Il semblerait que l'équipe du Fil à Saint-Étienne a bien compris cette maxime avec son (...)
Lundi 19 octobre 2020 Avec l'éPOPée Verte qui s'est déroulée samedi 3 octobre au Fil à Saint-Étienne, c'est tout un pan de la nouvelle "scène stéphanoise" qui s'est produite en live, chez (...)
Mardi 6 octobre 2020 Le festival d'humour stéphanois, les Arts Burlesques, change de nom et devient Arcomik. Une modification d'identité qui s'accompagne d'une annonce de (...)
Mardi 6 octobre 2020 L’humoriste Thomas VDB, griffé service public, présente actuellement un nouveau spectacle, dans lequel il chronique son angoisse du monde qui l’entoure.
Jeudi 1 octobre 2020 Il existe des moments d’exception et de plénitude que seuls la culture et l’art peuvent apporter. Le premier album du duo Terrenoire est de ceux-là. Raphaël et Théo Herrerias sont une fierté pour notre territoire stéphanois. De véritables artisans...
Mercredi 9 septembre 2020 ★★★☆☆ De Sarah Gavron (G.-B., 1h33) avec Bukky Bakray, Kosar Ali, D'angelou Osei Kissiedu…
Mercredi 9 septembre 2020 En 2014, le chanteur et musicien scandinave Bror Gunnar Jansson sortait en France un premier album plutôt prometteur (auréolé d’un "coup de cœur blues" de (...)
Mardi 8 septembre 2020 Avec la révolution numérique, le monde de la musique a vu ses cartes complètement redistribuées en quelques décennies. L’apparition d’instruments de (...)
Mercredi 8 juillet 2020 La salle stéphanoise de musiques actuelles, le Fil, reprend elle aussi ses activités. On retrouve les afterworks dont une jolie fête le 15 juillet en forme (...)
Mercredi 8 juillet 2020 Les vacances d'été approchent et chaque année on en attend beaucoup... surtout les années où on a dû garder nos débiles de gosses à la baraque depuis mars à cause (...)
Mardi 9 juin 2020 Exit les Raqoons, bonjour BUL ! Le trio de groove-rock stéphanois, qui a notamment joué sur la scène de l'Olympia parisien en décembre 2017 grâce au tremplin Muzik'Casting, a décidé de changer de nom mais aussi d'amorcer un virage musical plus pop...
Mercredi 4 mars 2020 Groupe mythique, légendaire et surtout inclassable, Magma a sorti un nouvel album en 2019, intitulé "Zëss – Le Jour du Néant". L’occasion également d’une tournée pour marquer les 50 ans du groupe. Nous avons échangé avec Christian Vander, son...
Mercredi 4 mars 2020 Déjà une 3e édition pour le Mi-Nuit Festival. Et comme à l'accoutumé, c'est à une programmation sans accroc à laquelle nous convient les organisateurs. Outre les (...)

restez informés !

entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter