article partenaire
Nouveau cratère sur Mars

Un goût d'enfance acidulé

Mon Bel Oranger

Chok Théâtre

ce spectacle n'est pas à l'affiche actuellement

Le roman de l’auteur José Mauro de Vasconcelos, "Mon Bel Oranger", trouve dans l’adaptation théâtrale de la compagnie Ondes de Chok une interprétation sensible et émouvante, qui évoque avec finesse les nombreux thèmes de ce classique brésilien. Florence Barnola

Certaines œuvres, littéraires, cinématographiques, plastiques, marquent à jamais. Celles découvertes durant l’enfance gardent une aura particulière, leur statut ne supporte guère des adaptations ou remakes. Au rayon littérature jeunesse, un livre a fait pleurer plusieurs générations. Mon Bel Oranger de José Mauros Vasconcelos publié en 1968 a d’emblée connu un succès international. L’histoire demeure poignante au fil des décennies, les enfants devenus parents la donnent à lire à leurs progénitures qui eux-mêmes la feront découvrir à leurs petits…

Ainsi naissent des légendes. Pour autant la fable s’avère simple : Au Brésil, un petit garçon vit au milieu d’une famille nombreuse pauvre où certains membres le battent. Le jeune enfant doté d’une grande intelligence, n’est pas le dernier à commettre des bêtises. Il a pour ami un oranger à qui il se confie et qui lui parle en retour... Les dernières pages se révèlent tristes et pleines d’espoir mêlé. L’auteur raconte en partie son histoire qu'il transcende en roman initiatique, de nombreux thèmes liés au passage de l’enfance au monde adulte sont suggérés.

Une adaptation théâtrale qui reste fidèle à la poésie du roman

En 2014, trois membres de la compagnie Ondes de Chok choisissent ce texte pour l’adapter sur la scène du Chok Théâtre. Abdenour Mazari joue le personnage central de ce classique, Marko Nicolic le met en scène et Stéphane Montmailler signe la scénographie. « Ce texte nous a tous marqués quand nous étions petits. Nous avions vraiment envie de le monter, cela nous paraissait évident. » Le livre mêle le rêve, l’imaginaire et la réalité, mettant en scène un nombre conséquent de personnages autour de la figure centrale du garçonnet de 5 ans. « Nous avons pris le parti de monter le texte avec un seul comédien, Abdenour, qui a 44 ans. »

La pièce démarre avec l’auteur qui revient sur le lieu de son enfance. Sur ce terrain vague, les souvenirs ressurgissent, José redevient le petit Zézé. « Nous avons essayé de garder un maximum la poésie du texte. Des passages ont été coupés mais pas un mot n’a été changé. Nous avons beaucoup dialogué par rapport aux descriptions. Le gamin évolue au milieu d’un monde d’objets. Tout est figuré à l’extrême. » La scénographie joue un rôle majeur, des lattes de bois révèlent l’oranger, des personnages naissent d’objets… L’équipe d’Ondes de Chok réussit à traduire le message essentiel du roman, le rêve et l’imaginaire ont le pouvoir de transformer la réalité.

Mon Bel Oranger, au Chok Théâtre le 8 décembre à 15 H 30, les 10 et 11 décembre à 20 H 30

pour aller plus loin

vous serez sans doute intéressé par...

Mardi 26 avril 2022 Plus on progresse, plus on se fait du mal et plus on se tue, à petit feu. Avec Bienvenue dans l’espèce humaine, Benoît (...)
Mardi 1 février 2022 « Les premières nuits, tu ne dors pas ». Et puis après… Ca devient ta vie, d’être dans la rue, tout le temps. Un matin, l’homme seul se réveille, et (...)
Mardi 1 février 2022 Formé à l'école stéphanoise des Beaux-Arts au milieu des années 90, Moko Vey a repris les pinceaux en 2015 après 10 années passées dans le domaine audiovisuel. (...)
Mardi 30 novembre 2021 « - Il fallait en finir. - Mais pourquoi ? – Parce qu’on n’était rien. » Il et Elle vivent avec (...)
Vendredi 29 octobre 2021 Sous la plume d’Hugo, Marie était reine d’Angleterre, promise à Philippe mais éprise de Fabiano, lui-même entiché de Jane, en passe d’épouser Gilbert. Transposé à (...)
Mardi 5 octobre 2021 Une ville parmi d’autres, un soir parmi d’autres, une salle de province, petite, minable, comme toutes les autres. Finis les paillettes, les (...)
Mardi 6 octobre 2020 Depuis près de trente ans le peintre stéphanois Hacène Bouziane poursuit son œuvre, où la multiplicité des symboles et des couleurs traduit la richesse des (...)
Mardi 9 juin 2020 Nous avons demandé à quelques responsables de lieux culturels où ils en étaient et comment ils envisageaient la suite des événements... Propos recueillis par Cerise Rochet et Nicolas Bros
Mardi 5 novembre 2019 En parallèle d'une riche programmation annuelle qui s'articule autour du théâtre, de la danse, de la musique mais aussi du jeune public, le Chok théâtre (...)
Mardi 3 septembre 2019 Les idéaux d'une Révolution peuvent-ils résister à l'épreuve du pouvoir et des déviances autoritaires ? Comment rester fidèle à ses idées lorsque sa propre famille (...)
Mercredi 9 janvier 2019 À la frontière de la figuration libre et de l’art singulier, le plasticien Louis Molle présente une étonnante tribu de créatures hybrides et colorées, fruit de (...)
Mardi 4 décembre 2018 « La Street Photography est une branche de la photographie prise en extérieur dont le sujet principal est une présence humaine, directe ou indirecte, dans (...)
Mardi 6 février 2018 Vingt ans après sa déportation, une rescapée des camps de la mort rencontre un universitaire allemand qui a servi comme officier sous le régime nazi. À (...)
Mardi 6 février 2018 Manu Adam ne se refuse aucune matière ni aucune technique, entre dessin, peinture, installations, peintographie et photograture. Le plasticien fait naître (...)
Mardi 2 février 2016 Le 23 mai 1942 au Mont-Valérien, Georges Dudach, mari de Charlotte Delbo, est fusillé. Tous deux militants communistes, le couple s’était engagé dans la (...)
Mardi 5 janvier 2016 La dernière création de la compagnie stéphanoise Collectif 7 s’articule autour d’un texte italien contemporain, "Cassandre on the road". Une pièce engagée. Florence Barnola

restez informés !

entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter