article partenaire
Nouveau cratère sur Mars

"The Neon Demon" : l'objet du désir

The Neon Demon
De Nicolas Winding Refn (ÉU, 1h57) avec Elle Fanning, Jena Malone...

Retour en grâce pour NRW — c’est ainsi qu’il sigle son nom au générique — avec un conte initiatique : celui d’une gamine partant à la conquête du monde de la mode. Le récit d’une ambition dévorante et dévorée, à la superbe… superbe.

Comme une promesse, ou une métaphore de cette foire aux vanités qu’est l’industrie de la mode, la première séquence de The Neon Demon offre un condensé glaçant de sang, de flashes et de voyeurisme. Mais on aurait tort de se fier à ce que l’on a sous les yeux : derrière la splendeur et la perfection sans défaut de l’image ; derrière les surfaces lisses et les miroirs, tout est factice. La beauté pure n’existe pas, et lorsqu’elle surgit sous les traits de Jesse, elle est perçue comme une anomalie, une monstruosité dans cet empire des apparences et de l’illusion. Un élément discordant qui va se corrompre en pervertissant son entourage — la pomme cause-t-elle le ver, ou bien le ver détruit-il la pomme ; toujours est-il que la réunion des deux gâte l’ensemble.

Talent haut

Aux antipodes de la superficialité clinquante de l’ère des supermodels, et de sa foule de mondains papillonnant dans la lumière, déjà croquée par Altman dans Prêt-à-porter (1994), Refn signe une œuvre nocturne, intérieure et solitaire. Lorsqu’il filme Jesse en train de défiler, il capte l’accomplissement d’une transfiguration — la jeune femme prenant progressivement conscience de son image, donc de son pouvoir d’attraction, y compris sur elle-même.

Film sur des vampires se nourrissant symboliquement de la beauté (créateurs de mode, photographes, consommateurs de papier glacé…) The Neon Demon est en soi un film-vampire puisque l’esthétique ultra léchée de Refn depuis Drive semble épouser, refléter et se nourrir des couleurs saturées ou contrastées prodiguées par la publicité. Sa palette vise à érotiser l’image, à faire de chaque photogramme un objet composé achevé — et surtout un objet de désir. Difficile de ne pas succomber à sa venimeuse séduction.

The Neon Demon de Nicolas Winding Refn (É-U, 1h57) avec Elle Fanning, Jena Malone, Bella Heathcote…

pour aller plus loin

vous serez sans doute intéressé par...

Jeudi 8 décembre 2016 Un médecin agit en coulisses pour garantir le succès de sa fille à un examen, au risque de renier son éthique. Entre thriller et conte moral, Mungiu signe une implacable chronique de la classe d’âge ayant rebâti la Roumanie post-Ceaușescu — la...
Mercredi 5 octobre 2016 Lorsque un État fait des économies en étouffant les plus démunis, ceux-ci s’unissent pour survivre en palliant sa criminelle négligence. Telle pourrait être la morale de cette nouvelle fable dramatique emplie de réalisme et d’espérance, qui vaut à...
Mardi 5 juillet 2016 Des retrouvailles affectives en (fausses) dents de scie entre un père et sa fille, la réalisatrice allemande Maren Ade tire une grande fresque pudique mêlant truculence, tendresse et transgression sur fond de capitalisme sournois. Deux beaux...
Mardi 17 mai 2016 Le 47e opus de Woody Allen-réalisateur semble avoir été taillé sur mesure pour effectuer l’ouverture de la 69e édition du festival de Cannes : glamour, artifices et nostalgie des vieilles bobines s’y bousculent. On passe un charmant moment, sans...
Mardi 17 mai 2016 de Shane Black (E.-U., 1h56) avec Ryan Gosling, Russell Crowe, Kim Basinger…
Mardi 17 mai 2016 Si Roméo était fils d’un ogre pêcheur et Juliette travestie, fille d’un industriel de Tourcoing, peut-être que leur histoire ressemblerait à cette proto-comédie de Bruno Dumont. Un régal pour l’œil, mais pas une machine à gags. En compétition...
Mardi 3 mai 2016 En mai, le cinéma ne fait pas ce qu’il lui plaît : il tourne autour de la Croisette, où des dizaines de films sont présentés avec tonitruance à des professionnels réunis en conclave. Le vrai public, quant à lui, devra attendre des mois pour...
Mercredi 22 mai 2013 Nicolas Winding Refn rate le virage post-Drive avec ce film vaniteux qui ressemble à l’œuvre d’un chef décorateur surdoué cherchant sans y parvenir quelque chose à raconter. Christophe Chabert

restez informés !

entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter