Nicolas Winding Refn : « La créativité n'a aucune limite »

The Neon Demon
De Nicolas Winding Refn (ÉU, 1h57) avec Elle Fanning, Jena Malone...

Revenu bredouille de Cannes, The Neon Demon avait pourtant tout pour plaire à George Miller : c’est un film d’horreur adolescent. Explications par ce pince-sans-rire élégant qu’est Nicolas Winding Refn.

Pourquoi avoir jeté votre dévolu sur le milieu de la mode ?
En fait, je ne l'ai pas choisi, je voulais faire un film sur la beauté. Tout le monde a un avis sur cette notion : soit pour la considérer comme étant dépourvue d’intérêt, soit comme étant une valeur absolue. Même si elle apparaît largement dans de nombreuses facettes de notre vie, c’est évidemment dans l'univers de la mode qu’elle est la plus célébrée. Nous vivons dans un monde totalement obnubilé par la beauté, elle est devenue une obsession artistique et générale. Cette “monnaie” n’a jamais été dévaluée, mais sa durée de vie devient de plus en plus éphémère et se récolte de plus en plus jeune.

à lire aussi : "The Neon Demon" : l'objet du désir

The Neon Demon n’est-il pas plus particulièrement un film sur l’intoxication par la beauté — ce qui, au passage, vous a fait encourir un risque de surdose en dirigeant Elle Fanning ?
(rires) Il n’y aurait pas de film sans Elle, c’est sûr ! La diversité d’opinions qui existent sur ce thème est très intéressante. Les gens partent du principe que le film porte une vision critique. Au contraire, il développe une vision futuriste, accentuant la vérité que mes scénaristes et moi avons observée. Notre envie initiale était de faire un film d’horreur sur une adolescente de 16 ans, qui soit également un mélo drôle, intéressant, maniéré ; coloré dans lequel il y aurait de l’obscurité. Mais aussi un film de science-fiction, exaltant, provocateur, avec une histoire conventionnelle — elle est similaire à celle d’Une étoile est née. The Neon Demon est conçu pour être à la fois divertissant, glamour et vulgaire. En un sens, c’est le film parfait pour Cannes !

La créativité n’a aucune limite !

« Provoquer en étant conventionnel » : vous vous sentez un peu dandy ?
Ah oui ! Il y a des similitudes entre Oscar Wilde et moi : on prend plaisir à exposer des tabous de la société et à les utiliser d’une manière à la fois divertissante et flamboyante.

Quelles contraintes esthétiques suppose la représentation de la beauté à l’écran ?
Plutôt que la beauté, je cherche à montrer ce qui est intéressant à regarder. Je ne fais pas du théâtre, mais du cinéma, un art créé pour l’œil ; j’utilise donc tous les outils à ma disposition afin de raconter une histoire que moi-même je voudrais voir.

Donc, lorsque vous devez satisfaire un désir d’histoire, le recours à ces outils peut être sans limite ?
La créativité n’a aucune limite !

D’où vous vient cette attirance pour les couleurs vives, en particulier les teintes rouges ?
Je suppose que c’est parce que je suis daltonien, et que je ne peux faire des films qu’avec les couleurs que je distingue. Le rouge est très dominant parmi le spectre de celles que je perçois…

Pourquoi avoir co-écrit le scénario avec les dramaturges Mary Laws et Polly Stenham ?
Pour les scènes de femmes entre elles. Je ne suis jamais rentré dans les toilettes lorsqu’il y a dix femmes en même temps ; je ne sais pas ce qu’il s’y passe. L’ironie, c’est que lorsque l’on a lu le scénario avec Elle, je lui ai demandé si certaines scènes fonctionnaient de son point de vue de jeune femme de seize ans ; elle m’a répondu par la négative dans la plupart des cas ! Alors on est reparti de zéro… Mais sinon, je ne crois pas que les femmes aient un regard sur l’industrie de la mode qui soit très différent de celui des hommes.

Comment en êtes-vous arrivé à choisir Keanu Reeves pour jouer le directeur du motel où loge votre héroïne, Jesse ?
En réalité, il travaille dans ce motel (rires). En fait, j’ai toujours admiré Keanu ; alors, j’ai fait une sorte de pari : je lui ai proposé très peu d’argent pour être disponible pendant les sept semaines que durait le tournage — qui suivait l’ordre chronologique. Le moment où il a dit « oui » a été très, très, cool !

Ma femme est très belle, elle est née très belle — pas moi.

Avez-vous envisagé que Jesse connaisse une trajectoire moins tragique ?
Qu’on puisse la sauver ? Non ! Nous ne voulions pas faire un film sur une victime. La plupart des films qui traitent de l’industrie du divertissement racontent l’histoire d’une innocence qui arrive en ville, qui se fait corrompre par le système avant d’en ressortir brisée. Ici, c’est Jesse qui est le poison et rend tout le monde fou.

Arrivez-vous à trouver de la beauté autour de vous ?
Ma femme est très belle, elle est née très belle — pas moi. Mes enfants sont très beaux… Si j’étais une jeune fille de seize ans, je serais Elle Fanning.

pour aller plus loin

vous serez sans doute intéressé par...

Mardi 21 décembre 2021 Vingt ans et des poussières après que les Wachowski ont anticipé le principe du métavers en extrapolant les babils d’Internet et les écrits de Philip K. Dick, Lana W. remet le couvert en solo pour un nouvel opus tenant à la fois du palimpseste,...
Jeudi 1 octobre 2020 Il existe des moments d’exception et de plénitude que seuls la culture et l’art peuvent apporter. Le premier album du duo Terrenoire est de ceux-là. Raphaël et Théo Herrerias sont une fierté pour notre territoire stéphanois. De véritables artisans...
Mercredi 4 décembre 2019 Après des expériences au sein d'Elephanz, Pegase et Rhum for Pauline, Thibaud Vanhooland s'est envolé en solo avec le projet Voyou. Coloré mais aussi profond, l'univers de ce jeune auteur, compositeur et interprète est intéressant. Rencontre avec un...
Mercredi 31 octobre 2018 Alors que le cinéma français lui fait les yeux doux depuis une petite dizaine d’années, Manu Payet remonte sur scène pour un deuxième one-man où il se livre… quasi entièrement. Rencontre.
Mardi 6 février 2018 Incontournable sur YouTube où il a successivement "cassé la télé", organisé une "tournée des barbeuks" et mis en ligne des sketchs et spectacles inédits, le jeune humoriste Haroun est désormais en tournée. Il passera au Centre des Congrès pour le...
Mardi 28 novembre 2017 Le funambule électronicien Rone est de retour avec "Mirapolis", un quatrième album plus coloré et aux sons mêlant encore davantage électronique et organique. Sublimé par une pochette et un univers dessiné par Michel Gondry, cet opus est une envolée...
Mercredi 1 mars 2017 Après l'impressionnant Aqualast, le vagabond Rover, revenu de tout et surtout de partout, a passé avec succès l'épreuve de la confirmation avec Let it Glow. Réussissant le tour de force, aux commandes de cette étrangeté apatride qui fait sa...
Mercredi 1 février 2017 Avec Et si je les tuais tous madame ?, l’auteur et metteur en scène burkinabé nous offre un spectacle poético-politique, mêlant la violence d’un texte incisif au rythme de la musique hip hop du groupe Faso Kombat. Propos recueillis par Houda El...

restez informés !

entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

En poursuivant votre navigation, vous acceptez le dépôt de cookies destinés au fonctionnement du site internet. Plus d'informations sur notre politique de confidentialité. X