Ultra « Violette »

Violette

La Passerelle - Site de la Manufacture

ce spectacle n'est pas à l'affiche actuellement

Piano-chant flétri par les ans, "Violetta", version française de la "Traviata", aurait pu rester en jachère sur les étagères de la médiathèque du conservatoire. C'était sans compter sur le sens inné du revival de Robert Parize et de ses talentueux acolytes lyriques ! Alain Koenig

En s'engageant dans son projet d'élève, le metteur en scène Robert Parize, qui s'était déjà affirmé comme une vraie pointure dans Cendrillon de Pauline Viardot, s'élance, à l'assaut d'un véritable sanatorium. Cette Traviata, en version française, ressuscitée avec la fraîcheur des alpages et beaucoup de second degré, devient, avec la complicité de la musicologue Florence Badol-Bertrand, son trésor de guerre. Il décape le blockbuster planétaire de Verdi, dans sa délicieuse traduction d'Édouard Duprez, très Salle Favart, subtilement surannée : « L'amour m'enivre, je veux te suivre...Bientôt fraîche et plus jolie, la rose à ton front renaîtra... ». Il faut dire que la distribution, présentée lors d'une très opportune sortie de résidence, est un sans faute !

Ultra-chic

Amélie Grillon, que les amoureux de belles voix connaissent bien, s'impose comme une évidence vocale et scénique dans ce rôle si périlleux où tant de sopranos lyriques se sont abîmées. Aurélien Raymond, Rodolphe (Alfredo) ténor de charme est tout aussi convaincant que sa contrepartie féminine, tandis qu'il incombe à François Gauthier la lourde charge d'incarner le truchement de la morale paternaliste d'un Second Empire castrateur. D'une contrainte budgétaire, Robert Parize a fait une arme de distinction massive ! Devenu opéra de poche en quatre actes au lieu de trois dans sa version italienne, élagué aux entournures pour ne pas retenir le spectateur plus d'une heure trente, l'ouvrage gagne en impact ce qu'il perd en cabalettes. Jean-Baptiste Mathulin, pianiste émérite, est à lui seul toute une fosse d'orchestre, version bonzaï. Il révèle, respire, soupire avec les chanteurs, tandis que le public est invité à participer aux agapes du « Libiamo », devenu un démocratique - puisque dans sa langue vernaculaire - « Buvons, amis ! ».

Violette de G. Verdi, 30 septembre, 1er et 2 octobre et 30 à 20h, La Passerelle, Cité du Design.

pour aller plus loin

vous serez sans doute intéressé par...

Jeudi 15 juin 2023 Macbeth est l'un des premiers chefs-d’œuvre de Giuseppe Verdi, composé en 1847. Les premières mesures de l'ouverture agissent comme une bande son d'un (...)
Mardi 7 juin 2022 Il y a des œuvres que nous aimons écouter, voir et revoir sans jamais s'en lasser. La Traviata de Giuseppe Verdi en fait certainement partie, au point (...)
Mardi 1 mars 2022 Faisant mentir une fois de plus le dicton qui affirme que « nul n’est prophète en son pays », Le Fil programme deux soirées gratuites en mode scène locale (mais pas que). Deux dates qui s’annoncent riches en découvertes. 
Vendredi 29 octobre 2021 Devenue orpheline, la petite Violette part vivre avec son oncle Régis, agent d’entretien au château de Versailles. Le problème, c’est que Régis, il pue, (...)
Mercredi 4 mars 2020 Loués soient les Amis des Orgues de Saint-Pierre, association hyperactive dont le flair n'est plus à démontrer. En programmant les sublimes Vêpres de la (...)
Mardi 5 avril 2016 Piano-chant flétri par les ans, Violetta, version française de la Traviata, aurait pu rester en jachère sur les étagères de la médiathèque du conservatoire. C'était sans compter sur le sens inné du revival de Robert Parize et de ses talentueux...

restez informés !

entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

En poursuivant votre navigation, vous acceptez le dépôt de cookies destinés au fonctionnement du site internet. Plus d'informations sur notre politique de confidentialité. X