Yohann Fournier,  brasseur d'idées

Puppetmastaz

Le Clapier

ce spectacle n'est pas à l'affiche actuellement

A bientôt 37 printemps, Yohann Fournier est un homme humble et discret. Il est pourtant à la tête d’un bel ensemble d’affaires entre Saint-Etienne et Lyon, dans le petit monde de la bière et de la nuit. Un parcours étonnant, des bancs de la fac de médecine jusqu’à l’ouverture d’un restaurant événementiel dans l’ancienne gare du Clapier.

Nous rencontrons donc un Ligérien pur souche, sourire en coin, dans les murs du Clapier. Au rythme des trains qui relient encore Perrache et Firminy, Yohann peaufine de ses mains l’aménagement de l’ancienne gare, également ex-Mangoune, accouchant fièrement de son tout nouveau bébé. Entrepreneur aux milles idées, il aurait pu prendre la grosse tête tant les affaires qu’il a lancées depuis plus de dix ans ont été couronnées de succès. Pour ce nouveau projet qui fera travailler cinq employés, plus de quatre cent mille euros ont été investis. « J'avais ce lieu en tête depuis longtemps. J'ai toujours pensé que ce serait dommage de ne pas le faire vivre au moins à midi car je reste persuadé qu'il y a une grosse demande dans le quartier : si l'assiette est bonne, les bouches viendront ! On privilégiera une cuisine traditionnelle car pour moi il faudra toujours des patates et une bonne viande. Il y a dans la région suffisamment de bons paysans qui travaillent sérieusement et qui soignent leurs bêtes. Je préfère la qualité à la quantité. Mais nous resterons ouverts à tout, en n'oubliant pas non plus les végétariens. On pourra donc aussi bien manger léger que se faire péter la panse ! »

à lire aussi : "Le Clapier", une nouvelle salle de concerts à Saint-Étienne

Coup de tête

L’achat du bail s’est pratiquement fait sur un coup de tête. Yohann se souvient : « Je suis tombé sur un article qui parlait du lieu (que j'avais justement visité un an plus tôt) et qui évoquait d’hypothétiques projets. Ça gambergeait dans ma tête. Fin janvier 2016 je suis alors allé voir le propriétaire du bail qui m'a confié qu'il allait probablement vendre les murs à la mairie. J'ai aussitôt rédigé un projet et j'ai pris mon bâton de pèlerin pour convaincre non sans mal plusieurs partenaires financiers, puis au final la mairie. J’ai racheté le bail en mai et le mois suivant nous organisions déjà une première soirée !» Les soirées du Clapier seront ouvertes à toutes les disciplines : musique bien sûr, mais aussi théâtre, accrochages et pourquoi pas, aussi, des soirées dansantes : « j'aurai aimé mettre en place ce genre de soirée à l'Assomoir mais cela demandait trop de place. J'imagine tout à fait cinquante ou soixante couples qui viennent danser, boire et manger. » Le Clapier sera ni un bar ni une salle de concert : « on proposera autre chose parce qu'on a entre les mains un lieu atypique, non conformiste. Il faut oser sortir des sentiers battus car, qu'ils deviennent des chemins ou des autoroutes, il faut essayer. Il y a plein de choses intéressantes qui se font dans notre beau pays, il faut savoir prendre les bons trains en marche et si possible au début. Par exemple le Ninkasi avait été précurseur en associant musique et brasserie, ils ont créé un sentier qui est devenu aujourd’hui quelque chose d'important. » Yohann prévoit d’être très présent dans sa nouvelle affaire : « Quand je lance un bébé il faut que je sois là. Et puis je ressens vraiment l'envie de m'investir dans ce lieu. Ce sera d’ailleurs sans doute l'un de mes derniers gros projets. J’ai quand même beaucoup donné ces dernières années. » Le Clapier proposera une soixantaine de couverts à midi et, après un soirée-test en juin dernier, les premiers concerts sont annoncés avec notamment la sortie d’album de Ladybug and the wolf (21 octobre) et l’ouverture du 1001 Bass Festival (27 octobre). Tout d’abord en mode associatif, les soirées pourront accueillir jusqu’à trois cent cinquante spectateurs.

De "Monsieur capotes" à "Monsieur bière"

Le parcours de Yohann reste cependant des plus étonnants. Après son bac S, il tente d’abord le concours des Beaux-Arts. « A l'époque je peignais et je sculptais. Mais ils ne m'ont pas voulu et ça m'a probablement sauvé la vie ! » (Rires...) Yohann commence alors une fac de médecine avec le projet de venir kiné. Il bifurque très vite, acquiert un diplôme de visiteur médical et devient aussitôt commercial pour un laboratoire pharmaceutique, dès 2002. « J'avais financé mes études en étant saisonnier agricole chaque été. Je crois que c'est cette expérience qui m'a appris la culture du travail. » Changeant une fois encore son fusil d’épaule, Yohann crée en 2003 une première entreprise, achetant chez Durex et Manix des petits stocks de préservatifs qu’il revend principalement à son entourage. « Je n'ai fait que cinq cent euros de chiffre d'affaire la première année. Pour faire plus de volume j'ai ensuite traité directement avec des unités de production en République Tchèque puis en Malaisie. J'ai installé des distributeurs de préservatifs un peu partout et, la fibre commerciale s'étant bien installée, j'ai eu envie avec des amis d'ouvrir un bar. En 2005, on a donc racheté le Bar Irlandais que l'on fréquentait quand on était encore au lycée, on en a fait le Soggy Bottom qui maintenant emploie cinq personnes, reste l’un des plus gros débits de bières de la ville et tient, je pense, une vraie place dans la vie nocturne stéphanoise. »

« Il était devenu évident que je sois aussi fabricant de bière.»

Constatant qu'il n’existait pas suffisamment de lieux en centre ville pour programmer des groupes de musique, il monte alors l'Assomoir en 2007. « Mais quand je voyais tous les mecs du milieu alternatif acheter des packs de Kro en grandes surfaces, j'ai eu l’idée de négocier pour eux des fûts de bière blonde à prix sympa, ainsi que des tireuses, auprès d’une brasserie belge. » C’est ainsi qu’est née la Houblonnerie en 2009. Les années 2010-2011 ont été plus chaotiques. « Je me suis associé avec des personnes autour du Nautilus dont le nom le prédestinait à sombrer ! Le naufrage a emporté avec lui la boîte de rénovation que j'avais montée pour l'occasion et dont l'unique employé était mon père. J'ai donc dû licencié mon propre paternel qui en plus était proche de la retraite. » Une jolie calotte et une belle expérience d'échec. Yohann rebondit, décidant de se concentrer sur son activité principale qui est la bière et l'activité nocturne. « J'ai remis de l'ordre dans mes différentes structures, j'ai pris le temps de tout remettre à plat pour mieux redévelopper le Soggy et la Houblonnerie. J’ai même décidé de me séparer de l'Assomoir qui ne convenait plus tout à fait à mon schéma de développement. » Bouclant la boucle, Yohann se lance alors dans le projet de la Brasserie Stéphanoise en 2014. « Il était devenu évident, compte tenu de mes activités, que je sois aussi fabricant de bière.» L’année suivante, visiblement jamais rassasié, il prendra pleinement part au renouveau de la mythique boîte de nuit stéphanoise, le Bul.

Partage

« J'avais vraiment hésité, au tout début, à faire ma vie professionnelle à Saint-Étienne. Mais Sainté est un grand village, c'est un truc de fou ! Si tu t'ouvres à la ville et même si tu te donnes d'une façon sincère à cette ville, elle te le rendra forcément un jour.» Dans la plupart de ses affaires Yohann a eu la bonne idée de s’associer avec des personnes sur qui il peut compter. « J'aime la liberté, l'indépendance. Quand je m'associe ou quand je délègue, je me base sur mon ressenti et mon observation. Quand je sens bien quelqu'un je peux lui laisser une certaine autonomie. On partage le travail, les bons et les mauvais côtés, parfois les risques, il faut donc vraiment bien se connaître et avoir confiance. On gagne ensemble, on perd ensemble. Mon parcours est fait de rencontres humaines et je sais très bien qu’il y a des gens à qui je dois beaucoup. » Lorsqu’on l’interroge sur le temps qu’il lui reste pour sa vie de famille, Yohann explique : « mon travail fait partie de ma vie. Je n'aime pas passer du temps derrière mon bureau quand il faut gérer la paperasserie, mais passer vingt heures par jour à retaper le Clapier ne me fait pas peur, au contraire j'adore ça ! Comme j'ai la chance d'aimer profondément ce que je fais, je n'ai pas l'impression d'aller au travail, je commence ma journée comme d'autres jouent au basket ! »

Yohann en quelques dates :

1979 : naissance au Chambon-Feugerolles
2003 : entreprise de négoce en préservatifs
2005 : inauguration du Soggy Bottom
2007 : démarrage de l’Assomoir
2009 : ouverture de la Houblonnerie
2014 : création de la Brasserie Stéphanoise
2015 : nouvel élan pour Le Bul
2016 : ouverture à Lyon de la houblonnerie « Chez Ju » et du Clapier à Saint-Etienne

pour aller plus loin

vous serez sans doute intéressé par...

Mardi 26 avril 2022 De confinements en couvre-feux, la pandémie aurait presque fait oublier qu’un festival de musiques est avant tout un temps de convivialité partagée, entre amis, dans une foule de mélomanes raisonnablement...
Mardi 26 avril 2022 D’un point d’ancrage à un autre, l’artiste stéphanois porte en lui l’errance joyeuse de ceux qui savent accueillir la vie. Des sens en éveil, une gamberge qui va loin quitte à prendre son temps : portrait d’un poète en quête d’infini.  
Mardi 26 avril 2022 Comme chaque mois, le Méliès Saint-François vous convie à sa grande soirée Quiz, dédiée cette fois-ci (...)
Mardi 26 avril 2022 Voici une belle promesse que nous fait l'Opéra de Saint-Etienne. Tout le monde connaît l'histoire de Lancelot, chevalier de la Table (...)
Mardi 26 avril 2022 Fatigue passagère et moral dans les chaussettes ? La rédaction du Petit Bulletin est là pour prendre soin de ses lecteurs, avec un traitement imparable : les concerts. Et quoi de mieux que le Paroles & Musiques pour se...
Mardi 26 avril 2022 Plus on progresse, plus on se fait du mal et plus on se tue, à petit feu. Avec Bienvenue dans l’espèce humaine, Benoît (...)
Mardi 26 avril 2022 Gerard Watkins revisite le chef-d’œuvre shakespearien à travers le prisme des sixties : pantalons pattes (...)
Mardi 26 avril 2022 Hugo, 23 ans, étudiant en sciences humaines, oscille entre ses origines algériennes et françaises. Lorsque sa mère le (...)
Mercredi 13 avril 2022 Direction le restaurant de la Cité du Design pour un menu du jour digne d’une bonne brasserie avec une vue sur un jardin d’hiver étonnant.
Mercredi 6 avril 2022 Le thème : Bifurcations. La promesse : quatre mois de grande fête autour du design, à laquelle tous les Stéphanois pourraient prendre part. Les questions : la biennale Design sera-t-elle accessible à tous les publics, suffisamment...
Mercredi 6 avril 2022 Troupe amateure mais aussi qualitative que les pros, la LISA organise dès dimanche sa semaine de l’impro, avec au menu, différentes formules… Et pas mal de rigolade.
Mercredi 6 avril 2022 Envie de bamboche, d’une ambiance festive, et de gros son ? Check la liste des soirées qui arrivent, et prépare ton agenda (et ta tenue de gala) : ça sent la grosse bringue.
Mardi 29 mars 2022 Par Sibylle Brunel. Quand les petites bêtises entrainent les grosses, il est difficile de prouver que l’on peut encore répondre à la norme. A-t-on seulement (...)
Mardi 29 mars 2022 Des dernières Biennales Design stéphanoises aux salons du Conseil de l’Union Européenne à Bruxelles, la créatrice textile Jeanne Goutelle marque peu à peu de son empreinte colorée et responsable une œuvre où le réemploi de tissus industriels permet...
Mardi 29 mars 2022 Durant les quatre mois qui vont suivre, la Biennale Design de Saint-Étienne nous invite à « bifurquer ». Envisager la société telle qu’elle est, l’envisager ensuite telle que l’on aimerait qu’elle soit… Puis envisager les chemins possibles...
Mardi 29 mars 2022 Notre civilisation s’effondre, tous les scientifiques le disent. Oui mais alors… Que faire ? Vaste sujet, pourvu que l’on (...)
Mardi 29 mars 2022 Et si la décolonisation n’avait été qu’une succession d’échecs dont on voit et paie encore les pots (...)
Mardi 29 mars 2022 Il y a ceux qui font des goûters d’anniversaire, et puis il y a Positive Education. L’association stéphanoise, à l’origine du Positive Education Festival (que l’on ne présente plus) fête cette année ses dix ans, en sillonnant les routes de France...
Jeudi 17 mars 2022 L’intégralité de la programmation du festival stéphanois a été dévoilée ce jeudi par les organisateurs de l’événement. Au menu cette année, une affiche teintée de découvertes, comme au bon vieux temps.
Mardi 29 mars 2022 Par Sibylle Brunel. Dix bons copains qui montent un groupe de chant dans un garage, de quoi s’attendre à un résultat insolite. Et c’est le cas, puisque (...)
Mardi 29 mars 2022 Par Léonard Chantepy. C'est dans le cadre des XXII° Concerts Spirituels que l'ensemble Unacorda clôturera sa très belle saison (...)
Mercredi 9 mars 2022 Lieu hybride, attenant à l'École de Design, cette cafétéria moderne constitue une adresse où les recettes n’ont pas de frontières tant qu’elles sont cuisinées avec des produits bios et locaux. Exemple avec le sandwiche du vendredi. Par Anaïs...
Mercredi 9 mars 2022 Lieu hybride, attenant à l'École de Design, cette cafétéria moderne constitue une adresse où les recettes n’ont pas de frontières tant qu’elles sont cuisinées avec des produits bios et locaux. Exemple avec le sandwiche du vendredi. Par Anaïs...
Mardi 8 mars 2022 Les présélections du tremplin musical ligérien Nos Talents sur Scène ont démarré jeudi dernier au Pax, et se dérouleront tout au long du mois de mars, dans différents lieux de Saint-Etienne et de la Loire. Des soirées pour soutenir de tout jeunes...
Mardi 1 mars 2022 Né il y a tout juste un an, le collectif BigEye Prod regroupe de jeunes mais talentueux rappeurs qui rêvent de percer, mais aussi d’apporter le Twitch game à Sainté. Récit d’une histoire portée par l’ambition, la foi en un idéal, et une bonne dose...
Mardi 1 mars 2022 Un téléphone. Des coupures sur la ligne. De chaque côté du fil, deux voix : Elle, et Lui. Entre eux, une histoire d’amour qui se termine, une rupture (...)
Mardi 1 mars 2022 Du coup de foudre au coup du destin. Se rencontrer, s’enticher, s’aimer, s’installer, puis vouloir donner la vie… Et ne pas pouvoir. Confrontés à cette (...)
Mardi 1 mars 2022 Ticket en poche, direction la queue pour les Montagnes Russes…  c’est le premier album solo de Lujipeka sorti en novembre 2021, que l’on aura (...)
Mardi 1 mars 2022 Après avoir sorti deux EPs (Genesis en 2019 puis Crack National en 2021), le rappeur stéphanois Mitchy arrive en force ce vendredi 4 mars avec un premier (...)
Jeudi 24 février 2022 19h et des poussières, un vendredi soir d’hiver à Saint-Etienne... ça y est, le weekend peut (enfin) commencer ! L’occasion d’aller boire une bonne bière entre copains. Ah tiens, et si on changeait un peu ? Un cocktail, ça vous dit ? Allez, on vous...
Mardi 1 mars 2022 Avec « Oser » comme mot d’ordre, l’association Oratore propose aux étudiants de l’université Jean-Monnet de participer aux concours de (...)
Mardi 1 mars 2022 « Pardonnez mon retard… On va tous mourir ». Parce que le tri sélectif risque de ne pas suffire, la fin de l’espèce humaine est peut-être (...)
Mardi 1 mars 2022 Le festival du film de voyage Curieux Voyageurs sera de retour à Saint-Etienne en ce mois de mars, flanqué d’un riche programme et de quelques nouveautés.
Mercredi 9 février 2022 Pour sa 30e édition, le festival Paroles et Musiques mettra l’accent sur la découverte musicale, avec, à l’affiche, les peut-être futures pépites de demain… Qui côtoieront bien sûr, les artistes installés sur la scène musicale française depuis déjà...
Mercredi 9 février 2022 Pour sa 30e édition, le festival Paroles et Musiques mettra l’accent sur la découverte musicale, avec, à l’affiche, les peut-être futures pépites de demain… Qui côtoieront bien sûr, les artistes installés sur la scène musicale française depuis déjà...
Mardi 8 février 2022 Bifurcations. C’est le nom donné à la biennale du Design, qui aura lieu du 6 avril au 31 juillet 2022. Au menu : une réflexion sur les changements possibles de notre société, traduite en expositions à la cité, mais aussi dans toute la métropole...
Mardi 1 février 2022  Beau temps et neige en altitude, mais la flemme de skier : on a testé la tyrolienne d'Autrans-Méaudre.
Mardi 1 février 2022 Pour un café du matin, un goûter de l’après-midi, un moment à partager ou encore un lieu sympa où télétravailler, les coffee-shops stéphanois ont chacun leur atout, mais un point commun : la gourmandise. Tour d’horizon des lieux sucrés du...
Mardi 1 février 2022 Difficile à prononcer ? Certainement. Une pépite à voir au Solar en février ? Sans hésiter ! Porté par le batteur australien Ziggy Zeitgeist, le (...)
Mardi 1 février 2022 Le nouveau documentaire de Dominique Dozolme,  Arts croisés, propose de mettre en perspective l’histoire de deux institutions (...)
Mardi 1 février 2022 On va le dire d’emblée : il s’agit sans doute de l’un des spectacles les plus puissants qu’il sera possible de voir cette année. Une gifle ? (...)
Mardi 25 janvier 2022 Pas de place pour se garer ? Bouchons ? Klaxons ? Flambée du prix de l’essence ? L’avantage à Sainté… C’est qu’on peut tout faire à pied. (...)
Lundi 24 janvier 2022   « Au voleur ! Au voleur ! À l'assassin ! Au meurtrier ! Justice, juste Ciel ! Je suis perdu, je suis assassiné, on m'a coupé la gorge, (...)
Mardi 1 février 2022 Des fidèles du festival, des spectacles inédits, des étoiles montantes du rire et des caméras de France TV : Arcomik remet le couvert en ce mois de février.
Jeudi 20 janvier 2022 A Saint-Etienne, une cantine participative vient d’ouvrir ses portes sur les bas du Crêt-de-Roc. Au menu : de bons petits plats, et surtout du faire-ensemble pour mieux vivre-ensemble. Reportage lors de la première journée d’activité, entre régalade...
Mardi 1 février 2022 C’est avec un rare intérêt que le promeneur mélomane pourra assister à deux remarquables projets pédagogiques du Conservatoire Massenet, en ce mois de février. (...)
Jeudi 13 janvier 2022 On serait tenté de croire, voire, de dire, qu’on connait l’histoire par cœur… Et pourtant, on pourrait bien en apprendre encore un peu. NTM, c’est (...)
Mardi 1 février 2022 Après avoir pendant trois ans, électrisé - à tous les sens du terme - l'orchestre de Saint-Étienne, David Reiland s’en est allé prêcher la bonne musique dans (...)
Mardi 1 février 2022 Magicien du mouvement, Angelin Preljocaj incarne le nouvel « Art Total » du 21e siècle. Dans « Le Lac des Cygnes », l’immense chorégraphe fait décoller des corps-instruments, dégagés de la « gravité » terrestre.
Jeudi 6 janvier 2022 Les Ambassadeurs du Méliès, ce sont des lycéens qui aiment le cinéma, qui voient les dernières sorties en salle, et qui livrent leur coup de cœur. Aujourd’hui, Elise et Noah nous parlent de leur « Pépite » du mois, The chef, dernier...
Lundi 3 janvier 2022 1er janvier, 11h44, un texto : « 2022, l’année qui va mieux, alors meilleurs vœux ! » On voudrait y croire. Mais avec ce mal de tête (...)
Lundi 3 janvier 2022 Tête connue de tous les musiciens stéphanois (et d’ailleurs), mec sociable et sympa, tatoué aux doigts de fée, Tony Bakk est de ceux qui, dans l’ombre, contribuent à la lumière des autres. Portrait d’un magicien du son.
Lundi 3 janvier 2022 Connu pour ses comédies légères durant les années 30, le réalisateur Georges Stevens, documentariste pour (...)

restez informés !

entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter