Aristide Tarnagda : « L'universel passe par l'intime »

Et si je les tuais tous Madame ?

La Comédie de Saint-Etienne

ce spectacle n'est pas à l'affiche actuellement

Rencontre / Avec Et si je les tuais tous madame ?, l’auteur et metteur en scène burkinabé nous offre un spectacle poético-politique, mêlant la violence d’un texte incisif au rythme de la musique hip hop du groupe Faso Kombat. Propos recueillis par Houda El Boudrari.

Quelque part dans le monde, un homme sur le trottoir d’une ville interpelle une conductrice qui attend que le feu passe au vert. Dans ce moment de suspension, Lamine dévide son histoire, celle de sa famille, et les tourments de son exil. Comment raconter toute une vie le temps d’un feu rouge ?
Aristide Tarnagda :
Au départ, j’avais écrit ce texte pour l’acteur qui le joue, Lamine Diarra, en réponse à une première pièce Les larmes du ciel d’août qui donnait la voix à la femme restée seule au pays à attendre le père de son enfant. Mais pendant la mise en scène, j’ai ressenti la nécessité d’introduire de la musique pour donner corps à ce texte, et incarner cette parole portée par plusieurs voix : Lamine, l’ami d’enfance Robert mort de n’avoir pas pu soigner son paludisme, le père, la mère. Pour la scénographie, j’ai décidé de faire confiance à la magie des mots et l’intelligence du spectateur. Le feu n’est donc pas représenté, pas de signe de voiture, rien qu’un plateau nu : que des mots, le corps, la voix, et l’énergie de l’acteur devraient participer à créer l’illusion de la rue.

On a l’impression que le "ciel d’août" est aussi un personnage principal de la pièce. Vous le décrivez comme vindicatif, cruel et assassin…
Oui dans les pays africains au climat tropical, le mois d’août apporte son lot de malheurs à ceux qui n’ont pas la chance d’être à l’abri de sa vindicte. Le rapport à la pluie est différent de l’Occident. Tout se fige, les gens rentrent chez eux et les sans-abris sont livrés au déluge, marécages et moustiques porteurs du paludisme.

D’ailleurs, vous glissez, dans le monologue poétique de Lamine, des diatribes anticapitalistes et un manifeste politique contre les Français de la néofrançafrique, les Américains et les Chinois qui viennent vendre leurs téléphones pendant que "les moustiques sèment le palu dans nos corps"…
Je crois à la nécessaire imbrication du poétique et du politique. On ne vient pas au théâtre pour y trouver la réalité crue, mais une poésie qui nous transcende. J’essaie de mettre cette émotion au service d’une autre vision de l’altérité. Quand on croise un Noir dans la rue, on est truffés de préjugés et on ne sait pas que, quelque part, des résolutions prises par l’ONU et des politiques occidentales cyniques et inconséquentes ont poussé ces gens à quitter leur terre, et les ont condamnés à l’exil. Je me suis toujours soucié, dans mon écriture, à ménager cet équilibre entre la magie du verbe qui nous unit et le témoignage de la réalité qui vient d’ailleurs pour qu’un spectateur de Tulle, par exemple, puisse aussi se reconnaître dans la pièce. L’universel passe par l’intime mais aussi par la poésie.

Et si je les tuais tous Madame ?, du mardi 7 au vendredi 10 février à 20h + samedi 11 à 17h, à L'Usine (Comédie de Saint-Étienne)

pour aller plus loin

vous serez sans doute intéressé par...

Lundi 5 décembre 2022 Le premier fils, Dimitri, impétueux, sanguin et violent, est le rival de son père, entiché de la même femme que lui. Le second, Ivan, cynique intellectuel athée (...)
Mardi 6 septembre 2022 Une femme aimante et disponible, un mari charmant et brillant : que pourrait-il arriver à ce couple en apparence parfait ? C’est l’intrigue qui rythme (...)
Mardi 26 avril 2022 Plus on progresse, plus on se fait du mal et plus on se tue, à petit feu. Avec Bienvenue dans l’espèce humaine, Benoît (...)
Mardi 26 avril 2022 On évolue tous avec le temps. On grandit, on comprend, on change. Qu’en est-il de notre débarras ? Lieu de la cachette par (...)
Mardi 26 avril 2022 Gerard Watkins revisite le chef-d’œuvre shakespearien à travers le prisme des sixties : pantalons pattes (...)
Mardi 26 avril 2022 Hugo, 23 ans, étudiant en sciences humaines, oscille entre ses origines algériennes et françaises. Lorsque sa mère le (...)
Mercredi 30 mars 2022 On l’a compris : après les rayons de soleil et les terrasses de la semaine passée, ce week-end, il va falloir ressortir les moufles et les doudounes. Désespérant ? Un peu… Mais pas au point de ne pas bouger du canapé !
Mardi 29 mars 2022 Par Sibylle Brunel. Quand les petites bêtises entrainent les grosses, il est difficile de prouver que l’on peut encore répondre à la norme. A-t-on seulement (...)
Mardi 29 mars 2022 Notre civilisation s’effondre, tous les scientifiques le disent. Oui mais alors… Que faire ? Vaste sujet, pourvu que l’on (...)
Mardi 1 mars 2022 Le mois de mars sera une fois encore tout feu tout jazz à Montbrison, avec une programmation faisant la part belle aux jazz women : Léa Castro, Mélanie (...)
Mardi 1 mars 2022 Du coup de foudre au coup du destin. Se rencontrer, s’enticher, s’aimer, s’installer, puis vouloir donner la vie… Et ne pas pouvoir. Confrontés à cette (...)
Mardi 1 mars 2022 Inspiré du roman Quelques jours dans la vie de Tomas Kusar d’Antoine Choplin, Václav​ et Tomas met en scène la dissidence, la résistance, le combat, le (...)
Mardi 1 mars 2022 « Pardonnez mon retard… On va tous mourir ». Parce que le tri sélectif risque de ne pas suffire, la fin de l’espèce humaine est peut-être (...)
Mercredi 2 février 2022  Après une première moitié de saison d’une densité inédite, les théâtres attaquent 2022 sans baisser de rythme. Les six mois à venir seront riches comme rarement de découvertes et de grandes figures pour se clore sur la venue d’Ariane...
Mardi 1 février 2022 « Les premières nuits, tu ne dors pas ». Et puis après… Ca devient ta vie, d’être dans la rue, tout le temps. Un matin, l’homme seul se réveille, et (...)
Mardi 1 février 2022 On va le dire d’emblée : il s’agit sans doute de l’un des spectacles les plus puissants qu’il sera possible de voir cette année. Une gifle ? (...)
Mardi 1 février 2022 Formé à l'école stéphanoise des Beaux-Arts au milieu des années 90, Moko Vey a repris les pinceaux en 2015 après 10 années passées dans le domaine audiovisuel. (...)
Lundi 24 janvier 2022   « Au voleur ! Au voleur ! À l'assassin ! Au meurtrier ! Justice, juste Ciel ! Je suis perdu, je suis assassiné, on m'a coupé la gorge, on m'a dérobé mon (...)
Mercredi 12 janvier 2022 Dans "Le Jeu des ombres", pensée pour la cour d’honneur du festival d’Avignon 2020 annulé, Jean Bellorini, avec Valère Novarina et Monteverdi, embrasse en musique et en mots, le monde des morts, plus vivant qu’on le croit.
Mardi 4 janvier 2022 Dans un monde en chute libre, où chacun surveille l’autre autant qu’il est surveillé lui-même, il en est qui (...)
Mardi 4 janvier 2022 A Rome, l’empereur Claude est mort. Plutôt que son fils Britannicus, c’est Néron, le fils de sa dernière épouse (...)
Mardi 4 janvier 2022 Depuis son fauteuil, face à la scène, il n’y a pas spectateur de théâtre plus heureux qu’un spectateur qui croit en ce qu’on lui montre. Mais pour en arriver là, la tâche des artistes est souvent longue et difficile, bien loin de la magie qui opère...
Lundi 3 janvier 2022 Pour sa 19ème édition, le festival montbrisonnais Les Poly’Sons monte en puissance avec une riche et belle programmation qui, durant un mois entier, met à l’honneur la chanson francophone. Voici nos deux coups de cœur.
Lundi 3 janvier 2022 Après de nombreux mois de réflexion, réunions, concertations, la création d’un tiers-lieu à l’endroit de l’ancien Nouveau Théâtre Beaulieu est désormais actée. Si nombre de questions restent encore en suspens, on en sait plus sur les activités...
Mardi 30 novembre 2021 « - Il fallait en finir. - Mais pourquoi ? – Parce qu’on n’était rien. » Il et Elle vivent avec (...)

restez informés !

entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter