Silence : Du doute, pour une foi

Silence
De Martin Scorsese (ÉU, 2h41) avec Andrew Garfield, Adam Driver...

En relatant le chemin de croix de jésuites du XVIIe siècle éprouvant leur foi en évangélisant un Japon rétif à ces conversions, Scorsese le contemplatif explore ici sa face mystique — ce nécessaire ubac permettant à son œuvre d’atteindre des sommets

Loin d’être monochromatique, la filmographie de Scorsese reflète depuis toujours une admiration conjointe pour deux mondes ritualisés : le temporel des truands et le spirituel des religieux. S’il n’y a guère de malfrats dans Silence, on y découvre toutefois quelques châtiments pratiqués par les autorités nippones sur les chrétiens refusant d’apostasier, et que des mafieux trouveraient à leur goût ! La violence des confrontations entre ces deux univers autour de la notion de foi ne pouvait que fasciner le réalisateur de Taxi Driver et de Casino. Pour autant, Silence ne s’inscrit pas dans la veine stylistique des Infiltrés ou des Affranchis : la question intérieure et méditative prime sur la frénésie exaltée. Lent, posé, d’inspiration asiatique dans sa facture, il se rapproche du semi ésotérique Kundun (1997).

à lire aussi : Martin Scorsese : « Je vis toujours avec "Silence" »

Chacun sa croix

Débutant par la recherche d’un missionnaire porté disparu, Silence se poursuit par une succession d’introspections pour le père Rodrigues parti sur ses traces, telles que : feindre une abjuration ou fouler aux pieds des icônes dans le but de de poursuivre sa mission d’évangélisation n’est-il pas plus “productif” que de mourir orgueilleusement en martyr — puisque la tentation se présente ? Livrant son lot de réponses contradictoires, le film est une interrogation en mouvement, montrant la labilité extrême de l’être humain face aux grands choix, et notamment son doute chronique quant à l’existence de Dieu. Il révèle aussi son paradoxal besoin d’idolâtre d’adorer des fétiches et de s’y soumettre, quitte à y perdre la vie : les crucifix ici, comme les dollars pour Jordan Belfort. Ce n’est certainement pas un hasard si la lente maturation du livre de Shusaku Endo a abouti après Le Loup de Wall Street : malgré les différences radicales d’approche, Rodrigues est en apparence condamné à abandonner une “illégalité” sans issue, à l’instar de Belfort.

Silence peut dérouter le spectateur, exigeant qu’il adopte son rythme et comprenne son indécision. Mais loin d’être une œuvre prosélyte, il ne recèle ni ne proclame de vérité ; peut-être peut-il aider chacun(e) à se recentrer. Hors des chapelles.

Silence de Martin Scorsese (E-U.-It.- It.-Mex.-Jap., avec avertissements, 2h41) avec Andrew Garfield, Adam Driver, Liam Neeson… (sortie le 8 février)

pour aller plus loin

vous serez sans doute intéressé par...

Mardi 5 octobre 2021 Une querelle entre nobliaux moyenâgeux se transforme en duel judiciaire à mort quand l’un des deux viole l’épouse de l’autre. Retour aux sources pour Ridley Scott avec ce récit où la vérité comme les femmes sont soumises au désir, à l’obstination et...
Mardi 5 octobre 2021 « Je me demande parfois si le musicien n'est pas là pour célébrer le mystère qui se trouve derrière la musique, le silence duquel elle émerge, plutôt que la (...)
Mardi 7 septembre 2021 "Silences épanouis" est la thématique choisie par Geneviève Dumas pour sa biennale de musique contemporaine Festyvocal. Elle mettra à l'honneur les élèves (...)
Mercredi 7 juillet 2021 Espéré depuis un an — son titre est d’ailleurs une quasi anagramme d’“attente” —, le nouveau Carax tient davantage de la captation d’un projet scénique que de ses habituelles transes cinématographiques. Vraisemblablement nourrie de son histoire...
Mardi 5 février 2019 Le blues sera prochainement célébré d'une bien belle manière au Château du Rozier, avec un double programme qui combine cinéma documentaire et musique live sous les riffs de l'Américain Neil Black.
Jeudi 31 mai 2018 Pendant un quart de siècle, Terry Gilliam a quasiment fait don de sa vie au Don de Cervantès. Un dévouement aveugle, à la mesure des obsessions du personnages et aussi vaste que son monde intérieur. Mais l’histoire du film n’est-elle pas plus grande...
Mardi 5 septembre 2017 What if They Went to Moscow ? est à la fois une pièce et un film. La pièce est filmée par une équipe caméra sur le plateau, et le film, monté en direct, (...)
Mardi 3 janvier 2017 Quel est le point commun entre Le Juge Fayard dit Le Shériff d'Yves Boisset, Noce Blanche de Jean-Claude Brisseau, Géronimo de Tony Gatlif et Qui c’est (...)
Jeudi 7 juillet 2016 En résonance avec le Festival sur Lignon, l'exposition De la musique avant toute chose rassemblera huit photographes de la région Auvergne-Rhône-Alpes pour (...)
Mardi 5 juillet 2016 Pour sa 29ème édition, le festival de théâtre contemporain de Pélussin se saisit tout aussi bien des grands sujets d’actualité que des petites anecdotes du quotidien en propulsant de jeunes compagnies prometteuses. A boire et à manger mais surtout à...
Mercredi 22 juillet 2015 Après Frances Ha, Noah Baumbach continue d’explorer le New York branché et sa bohème artistique, transformant Solness le constructeur d’Ibsen en fable grinçante et néanmoins morale où des Bobos quadras se prennent de passion pour un couple de jeunes...
Mardi 5 mai 2015 Bien sûr, les films de Cannes vont polariser — à juste titre — l’attention pendant le mois de mai ; mais ce n’est pas une raison pour oublier deux recommandables sorties venues d’Inde et de Corée du Sud… Christophe Chabert
Mercredi 29 avril 2015 De Giulio Ricciarelli (All, 2h03) avec Alexander Fehling, André Szymanski…
Mardi 24 février 2015 Après La Solitude des nombres premiers, Saverio Costanzo prolonge son exploration des névroses contemporaines en filmant l’enfermement volontaire d’une femme, atteinte d’une phobie radicale du monde extérieur. Un film dérangeant dont la mise en...
Vendredi 27 décembre 2013 La vie de Jordan Belfort, courtier en bourse obsédé par les putes, la coke et surtout l’argent, permet à Martin Scorsese de plonger le spectateur trois heures durant en apnée dans l’enfer du capitalisme, pour une fresque verhovenienne hallucinée et...
Vendredi 22 novembre 2013 Avant le lancement des troisièmes Jazzeries d’Hiver, l’association Gaga Jazz tournera la page 2013 avec un double-concert dans le cadre du festival (...)
Lundi 1 juillet 2013 En noir et blanc et au plus près de sa formidable actrice et co-auteur Greta Gerwig, Noah Baumbach filme l’errance d’adresses en adresses d’une femme ni tout à fait enfant, ni tout à fait adulte, dans un hommage au cinéma français qui est aussi une...

restez informés !

entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter