Piers Faccini : « Les langues sont des instruments »

Piers Faccini

Centre culturel Le Sou

ce spectacle n'est pas à l'affiche actuellement

Pop-world / Le rêve est permis avec Piers Faccini. L'artiste "multi-carte" anglais d'origine italienne mais installé en France depuis plusieurs années, vient de sortir un nouvel opus I Dreamed an Island. Fouillé, ce disque nous emmène dans l'histoire, où les cultures et les langues se mélangent comme à l'accoutumé dans l'œuvre de cet artiste hors pair. Rencontre.

Comment avez-vous débuté la musique ?
Je suis arrivé étrangement à la musique par la peinture. Certes, quand j'étais adolescent, nous avions créé un petit groupe où je chantais, mais je ne prenais pas cela trop au sérieux. Ce que je voulais, c'était entrer à l'école d'art et peindre. C'est d'ailleurs ce que j'ai fait, mais j'ai parallèlement toujours joué de la musique et écrit des chansons. J'ai écrit ma première chanson à 14 ans. Au début, j'étais un peintre qui jouait de la musique. Aujourd'hui, c'est plutôt l'inverse. C'est à cause d'une série de coïncidences que je suis désormais plus musicien que peintre.

Vous continuez à faire des expositions. Avez-vous des expositions prévues prochainement ?
Pour le moment aucune car tout tourne autour de la musique et des concerts en 2017. L'album a été très bien reçu et il y a de nombreuses demandes pour des lives, même à l'international. C'est génial. Mais je continue d'exposer de temps en temps. Entre 20 et 25 ans, j'étais à fond dans la peinture. Puis, j'ai eu envie de monter sur scène. J'ai monté un premier groupe, Charley Marlowe, lorsque j'habitais à Londres. Puis en 2001/2002, j'ai eu envie de faire de la musique en solo, sous mon propre nom. Je n'avais pas imaginé que quinze ans plus tard, je serais encore là.

Est-ce que l'album I Dreamed an Island est le prolongement du travail engagé depuis un moment sur des compositions aux influences variées ou bien un nouveau départ, une œuvre à part ?
Je pense que c'est un peu des deux. Ce jonglage-là est important à faire. Il y a comme un fil rouge en passant d'un album à un autre. Quand on aime un artiste, on a envie de le reconnaître, tout en étant surpris en l'entendant s'exprimer de manière différente. J'essaie toujours de créer cela. Il est vrai que depuis quelques années, j'ai un certain style dans ma manière de mélanger les traditions musicales de musiques du monde. C'est quelque chose que je peaufine et que j'essaie de creuser à chaque album. La différence de cet album-là, c'est son contexte conceptuel très spécifique avec une île utopique.

Comment en êtes-vous arrivé à cette île justement ?
Je m'intéresse beaucoup à l'histoire, je lis beaucoup. J'étais plongé dans des livres d'histoire notamment à propos d'al-Andalus, c'est-à-dire l'Espagne du Sud entre 800 et 1100. C'était une grande période de cohabitation entre les peuples, les religions, avec une énorme floraison de la culture, des avancées technologiques et scientifiques... Puis je suis tombé sur un moment équivalent en terme d'effervescence et de mélanges au 12e siècle, en Sicile et à Palerme en particulier. En découvrant cette page de l'histoire italienne et sicilienne que je ne connaissais pas, je me suis rendu compte que c'était parfait. Je pouvais alors engager un travail de mémoire à la fois personnel, mais valable également pour beaucoup de personnes originaires des régions autour de la mer Méditerranée. De plus, je pouvais montrer que le dialogue entre les cultures est très naturel. Nous avons tendance à l'oublier. Ce n'est pas du tout un travail nostalgique, mais plutôt une inspiration du passé pour parler d'aujourd'hui.

Cet album possède en effet un grand écho dans l'actualité et votre position d'italo-anglais vous met dans une situation idoine pour la réflexion. Vous essayez d'amener vos auditeurs à réfléchir à ce que nous vivons tous ces temps-ci ?
Oui exactement. C'est un travail qui se fait sous plusieurs angles. Le premier est de montrer que lorsqu'on arrive à vivre ensemble, avec tolérance, nous parvenons à créer les plus belles choses. Tout ce que l'on célèbre dans le monde, l'architecture, la poésie, lamusique, etc, en regardant de plus près l'inspiration de ces travaux, on s'aperçoit que c'est toujours le fruit d'un dialogue avec l'autre... C'est paradoxal, car on a tendance à vouloir "blanchir" la vision de l'histoire pour enlever les traces de métissages. Mais c'est pourtant ce qui permet à l'homme de faire les plus belles choses. Quand le roi Roger II avait sa cour à Palerme au 12e siècle, il a encouragé tous les poètes, les musiciens, les scientifiques, les philosophes à venir travailler là-bas. Il a créé un environnement pour qu'ils soient tranquilles. C'est grâce à cela que la Sicile était à cette époque l'endroit le plus sophistiqué au monde. J'essaie de montrer cela par la chanson. Ce n'est pas un manifeste politique. En concert, cela se ressent, car les gens entendent le mélange et le voyage que nous proposons et ils comprennent vite. Tout ce que je viens de dire, je l'ai dit, car je suis passionné par ce sujet et que nous avons une conversation, mais au final, l'argument le plus fort reste d'être touché par la musique.

Pourquoi vous intéressez-vous autant aux dialectes dans vos compositions ?
Ce que j'aime beaucoup dans les dialectes, c'est d'avoir l'impression d'accéder à quelque chose de plus ancien que l'italien ou l'anglais, qui sont des langues récentes... Les langues sont des instruments. Les dialectes sont la représentation d'une culture régionale forte. L'Italie a par exemple su garder ses particularités. Les gens parlent en dialecte chez eux et quand ils sortent parlent en italien.

Sur scène, vous êtes en trio avec Simone Prattico à la batterie et au xylophone et Malik Ziad au guembri et à la mandole. Mais comment avez-vous construit votre live ?
Le concert tourne principalent autour du concept du dernier album, mais nous jouons également des titres d'anciens albums. Chaque concert est unique et suit nos envies du soir en question. C'est un processus que l'on aime bien. C'est chouette de revisiter des anciens morceaux dans le contexte du nouvel album et s'apercevoir que tout reste cohérent.

Piers Faccini, samedi 11 mars à 20h30, au Centre Culturel Le Sou à La Talaudière

pour aller plus loin

vous serez sans doute intéressé par...

Mardi 26 avril 2022 D’un point d’ancrage à un autre, l’artiste stéphanois porte en lui l’errance joyeuse de ceux qui savent accueillir la vie. Des sens en éveil, une gamberge qui va loin quitte à prendre son temps : portrait d’un poète en quête d’infini.  
Mardi 1 mars 2022 Ticket en poche, direction la queue pour les Montagnes Russes…  c’est le premier album solo de Lujipeka sorti en novembre 2021, que l’on aura (...)
Mardi 1 février 2022 Les champs de la photographie sont si vastes que le huitième art ne cesse d’inspirer ceux qui s’y frottent. Détournant les figurines en plastique de (...)
Mardi 30 novembre 2021 Le trio franco-américano-espagnol Slim & The Beast s’est peu à peu éloigné du folk-rock acoustique de ses (...)
Mardi 5 octobre 2021 Ne pas faire un détour par la Salle du Grand Marais à Riorges le mardi 12 octobre serait une grave erreur. Pourquoi ? Eh bien parce que cela voudrait dire (...)
Mardi 5 octobre 2021 La jeune Melba donne l’impression d’avoir déjà une belle expérience derrière elle. Après son premier EP au titre la décrivant si bien - Cœur Combattant - en (...)
Mardi 5 octobre 2021 D’organique à synthétique, la distinction est parfois très ténue. La preuve avec le duo AaRON, qui sortait il y a tout juste un an son quatrième album, Anatomy (...)
Lundi 6 septembre 2021 Les vacances sont finies, mais voici une date à bien marquer dans votre agenda tout neuf : le coup d’envoi de la nouvelle saison du Fil, ce jeudi à Saint-Etienne. Zoom sur l'un des derniers événements de l'été, ou, si l’on préfère, l’un des premiers...
Mardi 7 septembre 2021 Romane Santarelli a le don de redonner une fraîcheur et une belle poésie aux longues envolées techno. Ici, on se trouve dans une électro qui rappelle un Rone, (...)
Mardi 7 septembre 2021 Oui, c'est vrai, elle a la pêche Melba et ca se ressent d'ailleurs sur scène. Mais au-delà du jeu de mots des plus faciles, l'artiste lyonnaise creuse son (...)
Mercredi 5 mai 2021 L'avenir de la musique pop française, c'est Saint-Etienne. Attention, ne voyez pas là l'adjectif "pop" comme un épitèthe péjoratif. À l'instar de ce qu'a pu (...)
Mardi 30 mars 2021 Mickaël Mottet a sorti son premier album en solo en 2020. Intitulé The Glover's Mistake, cette épreuve de celui que l'on connaît également sous le nom d'Angil est un disque poétique et qui se découvre progressivement, au fil des écoutes. Il nous en...
Mardi 8 décembre 2020 La bluette est un « petit ouvrage sans prétention mais finement écrit ». Voilà une définition qui sied parfaitement au premier EP du groupe pop stéphanois (...)
Lundi 19 octobre 2020 Avec l'éPOPée Verte qui s'est déroulée samedi 3 octobre au Fil à Saint-Étienne, c'est tout un pan de la nouvelle "scène stéphanoise" qui s'est produite en live, chez (...)
Mardi 6 octobre 2020 Au fil des albums, tous aussi subtils les uns que les autres, Piers Faccini n’en finit pas de nous caresser les tympans. Tel un artisan aux mains (...)
Jeudi 1 octobre 2020 Il existe des moments d’exception et de plénitude que seuls la culture et l’art peuvent apporter. Le premier album du duo Terrenoire est de ceux-là. Raphaël et Théo Herrerias sont une fierté pour notre territoire stéphanois. De véritables artisans...
Mardi 9 juin 2020 Exit les Raqoons, bonjour BUL ! Le trio de groove-rock stéphanois, qui a notamment joué sur la scène de l'Olympia parisien en décembre 2017 grâce au tremplin Muzik'Casting, a décidé de changer de nom mais aussi d'amorcer un virage musical plus pop...
Jeudi 19 décembre 2019 Le Gin Tonic Orchestra, c'est tout d'abord une belle claque musicale à chaque set du groupe. Même si la formation se définit dans son dossier de presse (...)
Mercredi 8 janvier 2020 Retour en forme olympique d'un très grand Katerine, livrant avec "Confessions" sa complexité évangélique comme on s'offre entièrement.
Vendredi 13 décembre 2019 Si nous parlions de la Vie, de sa beauté, de ses couleurs... le tout en musique ? Sans angélisme mais avec un côté positif engageant, le quintette ligérien La (...)

restez informés !

entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter