Le temps ne fait (toujours) rien à l'affaire

Panorama ciné avril / Coincé entre l’orgie de mars et les promesses de mai, avril joue l’éternel rôle de mois-tampon. Où l’on se rend compte qu’il ne fait pas toujours bon vieillir, et que sa propre vie vaut souvent mieux que celle des autres…

Un jour viendra où les spectateurs finiront par hurler leur lassitude devant la déferlante biopic. Un genre devenu mode trahissant — dans la triste majorité des cas — une pénurie de créativité, un manque d’ambition ou de foi dans l’écriture cinématographique ainsi que le désir régressif de se réfugier dans les bras chauds de célébrités à la destinée édifiante ; un appât pur sucre, enfin, pour comédiens gourmands de récompenses. Se revendiquant de personnes authentiques, ces hagiographies filmées n’aiment pourtant rien tant que prendre des libertés avec l’authenticité. Preuve en est avec l’attendu Django de Etienne Comar (26 avril). Campé par un Reda Kateb appliqué, impeccable aux six-cordes, cet énigmatique portrait de Django Reinhardt se focalise sur la période de l’Occupation et donne l’impression de vouloir plus qu’exonérer le guitariste jazz de son insouciance d’alors en le transformant en proto-résistant. Jusqu’où un cinéaste peut-il laisser voguer son imagination sans travestir l’Histoire, fût-ce en invoquant une licence artistique de Mardi-gras ?

Gold de Stephen Gaghan (19 avril) pose un autre problème : on suit le parcours d’un chasseur d’or poissard ayant découvert un filon extraordinaire en Indonésie, devenant du jour au lendemain la coqueluche de Wall Street… avant de choir pour escroquerie. Le genre de conte de fée sur l’obstination et le succès dont les Étasuniens raffolent, dont on se moque ici comme d’une pépite de pyrite de fer. Mauvaise pioche pour l’interprète principal Matthew McConaughey, mal remis de son Oscar, qui se perd dans un jeu à la Tom Cruise, tout en moulinets de bras.

Pas de quoi rire

Les vieilles gloires de la comédie marquent également le pas, ou plutôt tournent en boucle. Fidèle aux bons sentiments et aux belles valeurs, Jugnot se cyanose dans C'est beau la vie quand on y pense (12 avril), morne buddy movie aux côté du jeune François Deblock, tristement faux. Clavier offre avec le tendancieux À bras ouverts de Philippe de Chauveron (5 avril), un téléfilm tartuffe et convenu, davantage à gloire du patriarcat que de la tolérance. Dominique Farrugia choit dans le machisme graveleux pour Sous le même toit (19 avril), pathétique prolongation potentielle de Delphine 1-Yvan 0 n’ajoutant rien à sa gloire. Reste le lunaire Pierre Richard, dont les étincelles poétiques ou les paillettes burlesques arrachent de tendre souvenirs ainsi que quelques maigres sourires dans Un Profil pour deux de Stéphane Robelin (12 avril), simili Cyrano contemporain.

Au vent en emporte le temps

Heureusement, il reste les films qui contemplent le temps dans sa durée et nous en font mesurer les effets. Comme La Consolation de Cyril Mennegun (5 avril), exercice de style radical autour de la question du dépouillement, d’un retour sur soi par l’ineffable à base de longs plans-séquences contemplatifs et de dialogues ascétiques. Raúl Arévalo, dans La Colère d’un homme patient (26 avril) en fait le ferment d’un thriller dont le héros attend longtemps avant de se faire froidement justice. Moralement discutable, ce polar alambiqué a été vainqueur aux Goya cette année (meilleurs film, acteur et jeune réalisateur). Plus au nord, quelque part entre Lady Chaterley et Loin de la foule déchaînée, The Young Lady de William Oldroyd (12 avril), montre que le temps peut renverser les ordres établis. On y suit Katherine, jeune oie innocente, mal mariée à un Lord brutal dans l’Angleterre rurale victorienne, qui peu à peu va découvrir ses pulsions et prendre le contrôle de son domaine. Minimaliste, mais brillant. Et subtilement pervers.

Parce qu’il est l’outil privilégié des suivis de processus et donc de la variation dans le temps, le documentaire boucle naturellement ce panorama. Qu’il s’agisse de partager pendant un an le quotidien d’une institution culturelle française majeure avec L'Opéra de Jean-Stéphane Bron (5 avril) — prodigieusement intéressant, même s’il n’égale pas Relève, tourné au même moment. Ou d’accompagner comme Stéphane De Freitas avec À voix haute - La Force de la parole (12 avril) de jeunes étudiants du “9-3” dans un concours d’éloquence, de leurs balbutiements maladroits à leur triomphe de rhéteurs. C’est plus pour l’initiative qu’il révèle, et son suspense, que pour sa qualité cinématographique que ce film mérite le regard. Enfin, Régis Sauder nous propose un Retour à Forbach (19 avril), sur les traces de son enfance mosellane. Venu pour solder la maison de famille, le cinéaste arpente l’ancienne cité minière, désormais dévorée par le chômage et gagnée par les votes extrêmes. Le pèlerinage, amer, montre que dans cette région autrefois occupée, les mémoires sont courtes. Glaçant, ce film aura la vertu de les rafraîchir…

pour aller plus loin

vous serez sans doute intéressé par...

Mercredi 8 novembre 2023 Ils s’aiment d’un amour impossible qui les mènera tout droit à la mort. Roméo et Juliette, romance la plus connue de tous les temps, mais aussi Opéra de (...)
Mardi 31 octobre 2023 Chaque année pendant les vacances d’automne, l’opération Toiles de Mômes initiée par le GRAC (groupe régional d’actions cinématographiques) inonde les salles du (...)
Mardi 31 octobre 2023 Édition raccourcie mais augmentée pour le festival Face à Face, dont l’objectif reste la visibilisation de la culture LGBTQIA+ et la lutte contre les LGBTQIAphobies. Tour d’horizon de cette 19e.
Mardi 3 octobre 2023 À Saint-Just-Saint-Rambert, le cinéma le Family créé 15 jours d’événements pour célébrer l’inauguration de sa 8e salle. Tour d’horizon de cette belle fête du grand écran.
Mardi 5 septembre 2023 Après son On 2022 en juin, le festival de courts métrages sans compétition Nouveaux Rêves, porté par l’association Les Chiens Fantômes, organise son premier Off de (...)
Mardi 9 mai 2023 Apprécié de toutes les générations, le tatouage s’allie au cinéma et vous donne rendez-vous le 13 et 14 mai au Méliès pour une convention inédite. Le but n’est pas uniquement d’en ressortir tatoué, c'est aussi de découvrir le monde artistique, du...
Lundi 24 avril 2023 Pour l’honneur, le nouveau film de Philippe Guillard est accessible en avant-première au Mégarama Jean-Jaurès le 26 avril pour une projection inédite en compagnie du réalisateur. Deux villages dans le sud de la France, un combat de clochers à...
Mardi 28 février 2023 A l’occasion de ses 40 ans, l’association ciné Monts du lyonnais organise le festival ll court il court le ciné. Sur leurs petites pattes, les projecteurs (...)
Lundi 6 mars 2023 Depuis petit, on raffole des dessins animés. Les aventures de petites créatures, des bonhommes de pâte à modeler animés, des dessins qui prennent vie : du 20 au (...)
Lundi 6 février 2023 Vacances, le temps du repos et de l'évasion... à la recherche de bonnes activités pour s’occuper ? Rendez-vous au ciné ! Zoom sur le meilleur des programmations des cinémas du département en février
Mercredi 25 janvier 2023 En novembre 2021 était diffusé pour la première fois le documentaire « Zef, une vie de combats ». L’autre bataille derrière ce film, c’est celle de Rayhane Chikhoun, jeune réalisateur stéphanois. Si l’élaboration de son premier 52 minutes, un...
Mardi 3 janvier 2023 Depuis plusieurs années, lycéens et étudiants de la Loire sont invités par certains cinémas à s’immerger dans la vie des structures, et à devenir ainsi de jeunes cinéphiles mordus de films de qualité.
Mardi 24 janvier 2023 Chaque trimestre, les soirées Circuit Court organisées au Méliès accueillent une projection de courts-métrages des cinéastes de la Loire. Zoom sur cet événement, dont la prochaine édition aura lieu ce mois-ci.
Mercredi 18 janvier 2023 Des lauréats de festivals en veux-tu en voilà, du blockbuster encore plus prometteur que Top Gun ; des films annoncés aux sorties promises à modifications multiples en fonction de Cannes, de la concurrence ou des imprévus… Bienvenue dans l’ébauche...
Mercredi 9 novembre 2022 18e édition pour le festival Face à Face, qui propose une semaine de films et d’événements festifs, visant à promouvoir le cinéma et la culture LGBTQI+. Demandez le programme !
Jeudi 13 octobre 2022 Outre le Prix décerné à Tim Burton et ses grandes rétrospectives, le Festival Lumière fourmille de programmations parallèles et complémentaires, cartographiant l’immensité d’un 7e Art devenu patrimoine. Ou plutôt, classique.
Vendredi 16 septembre 2022 Occupée par la brasserie Mosser et Fils dès la fin du XIXème siècle, la friche du quartier Bellevue a vu s’installer en 2004 l’association Coxa Plana, laquelle y fait vivre, depuis lors, un étonnant lieu alternatif de cinéma : Gran Lux. Portrait...
Mardi 5 juillet 2022 Cette année encore, le cinéma sort des salles obscures pour investir nos rues, nos places et nos parcs. Profitant de la fraîcheur des nuits d’été, les villes et les associations proposent de nombreuses séances gratuites en plein-air. Lever de rideau...
Mardi 26 avril 2022 Dans le cadre de l’opération Mai à Vélo, le cinéma Le Family proposera deux animations spéciales dans le (...)

restez informés !

entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

En poursuivant votre navigation, vous acceptez le dépôt de cookies destinés au fonctionnement du site internet. Plus d'informations sur notre politique de confidentialité. X