"Aurore" : L'âge de madame est avancé


Portrait d’une femme à la croisée des émotions et de la vie, cette comédie culottée sur la ménopause brise réellement les règles. Interprète du rôle-titre, Agnès Jaoui donne émotion et fantaisie à ce grand-huit émotionnel, usant de son superbe naturel. Tendre et drôle.

Aurore a la cinquantaine et les hormones en panique. Et quand son aînée lui annonce qu’elle est enceinte, sa cadette son désir d’arrêter ses études, son nouveau patron ses délires jeunistes, la coupe déborde. Au milieu de ce chaos surgit alors un fantôme de son passé : son premier amour.
Heureusement que des actrices comme Agnès Jaoui existent dans la galaxie souvent monochrome du cinéma français pour épouser la figure de la normalité à l’écran. Pour donner une silhouette, un corps et un visage à un personnage féminin irréductible à une seule caractéristique physique ou psychologique ; pour accepter d’être ce qu’elles sont, et non entretenir un paraître pathétique.

Du genre tout public

Film funambule, Aurore se joue de la gravité de son sujet avec une remarquable adresse. Loin de ne s’adresser qu’à une moitié du public, il parle de la féminité, de ses petits et grands tracas et de ses mystères évolutifs à chacun… et à chacune. Blandine Lenoir dédramatise en effet cette puberté à l’envers, montrant à quel point certaines femmes en connaissent mal les mécanismes et les effets — c’est le propre d’un tabou. Et si elle s’/nous amuse avec les clichés sur les bouffées de chaleur ou les variations d’humeur de son héroïne, elles les met en parallèle avec les réactions sinusoïdales de la fille d’Aurore attendant son premier enfant : la ménopause n’est pas une fin, mais le commencement d’une nouvelle étape. Quel contraste avec cette époque pas si lointaine — rappelée par Françoise Héritier dans un document édifiant intégré dans le film — où la femme était au mieux considérée comme supplétif de son “seigneur et maître” !

Tournant autant en dérision les comportements machistes rétrogrades que les paradoxales lois de l’attraction, cette comédie légère et profonde réussit enfin haut la main le test de Bechdel. C’est si peu fréquent que l’on s’en rend compte en voyant la scène qui le valide. Il y a encore du boulot, les gars… et les filles.

Aurore de Blandine Lenoir (Fr., 1h 29) avec Agnès Jaoui, Thibault de Montalembert, Pascale Arbillot… (sortie le 26 avril)

pour aller plus loin

vous serez sans doute intéressé par...

Jeudi 1 juillet 2021 Enchaînant films et sujets opposés, Anne Fontaine s’attaque après Police à l’étage supérieur : le pouvoir suprême et ceux qui l’ont exercé… lorsqu’ils en sont dépossédés. Entre fable et farce, une relecture des institutions et de...
Mercredi 20 novembre 2019 24 heures de feu dans la vie d’une banlieue dans les pas d’un équipage de la BAC, quand tout dérape. Prix du Jury amplement mérité (et joliment partagé avec "Bacurau") à Cannes 2019 pour ce premier long par bien des aspects plus prémonitoire que...
Mercredi 4 avril 2018 Entre cuisine, dépendance et grand jardin, le nouveau ballet orchestré par Jaoui et Bacri tient de la comédie de caractères, s’inscrivant dans la lignée du théâtre de Molière, au point de tendre à respecter la triple unité classique. Une féroce et...
Mardi 6 septembre 2016 En orbite à 400 km d'altitude, la Station Spatiale Internationale (ISS) dont un module apparait au premier plan, bénéficie d'un point de vue imprenable (...)
Mardi 9 juin 2015 Bruno Podalydès retrouve le génie comique de "Dieu seul me voit" dans cette ode à la liberté où, à bord d’un kayak, le réalisateur et acteur principal s’offre une partie de campagne renoirienne et s’assume enfin comme le grand cinéaste populaire...
Mardi 5 mars 2013 Agnès Jaoui et Jean-Pierre Bacri font entrer une fantaisie nouvelle dans leur cinéma en laissant à une génération de jeunes comédiens pris à l’âge des contes de fées le soin de se heurter à leur réalité d’adultes rattrapés par l’amertume et les...

restez informés !

entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter