Lettre de Cannes #3

Festival de Cannes 2017 / Ou comment la courtoisie est une valeur qui se perd, un grand cinéaste se suicide à  Cannes, et Netflix invente le vidéo-film.

Cher PB,

Au son d’un hélicoptère tournoyant dans le ciel, loin au-dessus de la croisette, je t’écris à nouveau pour te parler de cinéma. Mais avant, j’aimerais te raconter un petit jeu que je pratique avec quelques amis depuis que je me rends au festival. Ce jeu, qui est plutôt une forme de compétition honorifique, s’appelle le Prix de la courtoisie. Rien à voir avec la radio d’extrême droite éponyme — cela me rappelle qu’autrefois, quand moi-même je faisais de la radio, un des animateurs ne cessait de présenter les titres musicaux en parlant d’albums « éponymes », sans trop savoir ce qu’il racontait puisqu’il allait jusqu’à dire de certains qu’ils étaient « parfaitement éponymes », laissant penser que d’autres étaient « un peu éponymes » et d’autres encore « moyennement éponymes »…

Le Prix de la courtoisie consiste à saluer chaleureusement TOUS les agents d’accueil que l’on croise avant d’accéder aux projections, de les remercier chaque fois qu’ils font quelque chose pour nous — biper nos badges, nous indiquer nos places… — et, plus globalement, de leur sourire et de ne pas les traiter comme des paillassons. La base, quoi… Sauf au festival de Cannes où les festivaliers : 1) tirent la gueule du matin au soir ; 2) se plaignent de tout ; 3) ont tendance à les regarder comme des machines grossièrement revêtues d’une apparence humaine. Ce matin, cher PB, j’ai donc officiellement reçu le Prix de la courtoisie grâce à cette remarque d’un agent d’accueil : « Tiens ! Enfin un qui a l’air d’être heureux d’être là… ». C’est dire à quel point la concurrence n’était pas féroce cette année…

Car oui, il n’y a pas de raison d’être malheureux, même en veillant tard pour voir le nouveau film de ce boute-en-train de Michael Haneke, dont les deux Palmes d’or n’ont manifestement pas tempéré les remontées de bile noire, si l’on en croit son mal nommé Happy end. Haneke, cette année, a pris le rôle du cinéaste qui, autrefois consacré par le festival, vient s’y suicider artistiquement avec un truc qui suscite, à sa vision, un dosage égal de perplexité et d’hilarité, involontaire évidemment tant on imagine mal Haneke s’esclaffant derrière sa caméra à filmer sa famille de bourgeois dégénérés à Calais comme le résidu d’une France moisie des racines jusqu’aux branches. Ça commence par un plan fort moche au portable où une fille de douze ans filme sa mère faisant ses ablutions dans la salle de bains, annonçant les diverses étapes avec des petits commentaires qui s’affichent à l’écran genre « Rincer » « Cracher » « Pisser », le tout en langage SMS kikou LOL smiley.

Il y a quelques années, un type avait créé un faux compte twitter au nom de Haneke, s’amusant, accent autrichien à l’appui, à dépeindre le quotidien d’un type bien plus détendu du gland dans le civil que dans ses films. Aurait-il cette fois-ci carrément usurpé l’identité du metteur en scène pour faire Happy end ? Car même dans un cauchemar brumeux, alcoolisé ou enschnouffé, il était difficile d’imaginer un jour Haneke filmer un jeune youtubeur de son invention commentant ses propres photos d’enfance, un type improviser une chorégraphie dans une boîte de nuit sur le karaoké en yaourt du Chandelier de Sia ou une très moite conversation sexuelle sur Messenger, montrée plein écran pendant de longues minutes.

Raconté avec des fragments de narration dont on se demande parfois si ils sont même chronologiques — c’est dire la clarté du machin — et qui pour la plupart ressemblent à des scènes coupées des précédents Haneke, de Benny’s video à Amour dont il est une sorte de fausse suite, Happy end semble développer un propos qui lui servirait aussi, c’est tout le problème, de présupposés scénaristique ET de fond de sauce théorique ; on le résumera ainsi : les bourgeois, c’est des gros salauds. Même si on a le droit d’être d’accord avec cette idée, la manière éléphantesque avec laquelle Haneke l’assène, associée à une rumination sur les temps présents fétides et sur la jeunesse, cette engeance malsaine qui développe des instincts (réseaux) sociopathes de plus en plus précoces, laisse un brin pantois.

Dans un numérique plat et laid qui rappelle bien sûr l’image de Caché, le cinéaste reproduit éternellement le gimmick de mise en scène qui en formait le dernier plan : il se passe quelque chose dans l’absence de perspective de l’image, mais c’est au spectateur de deviner quoi car Haneke ne nous donne pas accès aux dialogues que s’échangent les personnages. Un procédé parfaitement synthétisé dans ce passage épouvantable où l’on voit Trintignant remonter longuement, très longuement, un boulevard en chaise roulante, avant de taper la discute avec des migrants, discussion interrompue par l’arrivée d’un bon Calaisien bien blanc et manifestement pas content — de quoi, mystère… Après Desplechin, dont j’ai dit que je ne parlerais pas, voici donc un autre grand cinéaste en manifeste crise d’inspiration pour ce 70e festival, et je pense que les jours à venir ne vont pas être roses pour lui — si tant est que cela crée une différence avec les autres jours à ses yeux.

Laisse-moi maintenant rebondir sur la lettre que je t’ai envoyée ce week-end pour ce que je pourrais appeler la polémique Netflix, acte 2. Dans le premier acte, le film Okja fut chaleureusement accueilli par les festivaliers après avoir été tout aussi chaleureusement conspué avant sa présentation parce que cette production Netflix n’était pas appelée à sortir en salles. J’avais dit que le film était en effet agréable, mais qu’il y avait anguille sous roche, un truc qui cloche, un machin qui me faisait tiquer. Après avoir vu l’autre film Netflix de la compétition, The Meyerowitz stories de Noah Baumbach, j’ai compris le problème : les films Netflix ne sont pas des films de cinéma, mais autre chose, encore difficile à qualifier. Ce n’est pas du cinéma, mais pas des téléfilms non plus — après tout, Netflix, ce n’est plus vraiment de la télé. Ce sont plutôt des vidéo films, au sens où ils appartiennent à un âge numérique ayant ses propres standards de luminosité, de cadrages et de montage et sa propre structure pour ménager des pauses au spectateur au cours de la vision — le Baumbach ressemble par exemple à une série télé compressée…

La différence entre Okja et The Meyerowitz stories, c’est qu’Okja est un bon vidéo film, bien écrit, bien mené, bien pensé, avec un vrai substrat thématique et philosophique, alors que The Meyerowitz stories est un vidéo film cynique et fatigué où Baumbach se caricature dans le rôle du cinéaste juif new yorkais post-Woody Allen, tentant une comédie sur les névroses familiales avec un casting en or massif (Adam Sandler, Ben Stiller, Dustin Hoffman, Emma Thompson, plus Adam Driver et Candice Bergen qui font coucou) dont le budget doit être supérieur à la somme des budgets de tous les précédents films du réalisateur. Laborieux dans ses gags, étriqué dans sa vision des rapports humains, tirant à la ligne à chaque séquence, ce vidéo film donne surtout l’impression que tout le monde est allé à la soupe, là où Bong Joon-ho a surtout profité de l’opportunité pour élargir son audience, quitte à lisser son cinéma. Toujours est-il que cette intrusion de Netflix dans un festival de Cannes par ailleurs de bonne tenue, ne me paraît pas du tout une bonne opération…

Il suffirait d’ailleurs de faire un petit test : aller voir des festivaliers pour leur demander, une semaine après, de citer un maximum de plans de Faute d’amour de Zviaguintsev. Je suis sûr que même le plus fervent détracteur du film en citera au moins vingt. Puis de pratiquer la même opération avec The Meyerowitz stories, deux jours après sa vision : je parie, à l’inverse, qu’il sera incapable d’en décrire un seul. Et là, je dirai, triomphant : CQFD.

A très vite.

C

PS : Je repense à cette histoire de Prix de la courtoisie, et je me mets à rêver à un projet qu’il faudrait monter au débotté pour le vendre au Marché du film… Un film qui s’appellerait Merci et qui ferait écho au Demain de Cyril Dion et Mélanie Laurent. On y montrerait des Français qui, chaque jour, participent à changer le monde avec de petites initiatives, comme dire Bonjour à ses voisins, Merci à la boulangère, ou qui laisseraient sortir les passagers du bus et du métro avant d’essayer de monter dedans. Peut-être même pourrait-on crowdfunder la chose en promettant de beaux mugs aux généreux donateurs qui contribueront ensuite au bouche-à-oreille autour du film, et me rendrait riche par la même occasion. Et puis je me réveille…

pour aller plus loin

vous serez sans doute intéressé par...

Mardi 6 octobre 2020 Thomas Vinterberg s’empare d’une théorie tordue pour s’attaquer à un nouveau “pilier culturel“ scandinave : la surconsommation d’alcool. Une fausse comédie et une vraie étude de mœurs à voir cul sec.
Mercredi 10 janvier 2018 Dans la queue de la comète des films de Cannes 2017 (avec In the Fade de Fatih Akin, la semaine prochaine), ce conte de Naomi Kawase est un objet (...)
Mardi 3 octobre 2017 Morte saison pour la nature, l’automne est au contraire celle d’une insolente éclosion de nouveautés dans les salles — avec le risque pour certaines de finir précocement au tapis. Une vigueur marquée par une étrange surreprésentation de corps...
Mercredi 4 octobre 2017 de Michael Haneke (Fr.-Aut.-All., 1h48) avec Isabelle Huppert, Jean-Louis Trintignant, Mathieu Kassovitz…
Jeudi 14 septembre 2017 de Ben & Joshua Safdie (E.-U.-Lux., 1h40) avec Robert Pattinson, Ben Safdie, Jennifer Jason Leigh…
Mardi 22 ao?t 2017 Un petit éleveur bovin tente de dissimuler l’épidémie qui a gagné son cheptel. Ce faisant, il s’enferre dans des combines et glisse peu à peu dans une autarcie paranoïaque et délirante. Une vacherie de bon premier film à voir d’une traite.
Mardi 5 septembre 2017 « Un seul être vous manque, et tout est dépeuplé ». Deux parents obnubilés par leurs égoïstes bisbilles vont méditer sur Lamartine après que leur fils a disparu. Un (trop modeste) Prix du Jury à Cannes a salué ce film immense et implacable du...
Mardi 5 septembre 2017 Une année à part dans la vie de Godard, quand les sentiments et la politique plongent un fer de lance de la Nouvelle Vague dans le vague à l’âme. Une évocation fidèle au personnage, à son style, à son esprit potache ou mesquin. Pas du cinéma juste ;...
Mercredi 28 juin 2017 Dernier été pour les yeux d’Ava, ado condamnée à la cécité s’affranchissant des interdits ; premiers regards sur le cinéma de Léa Mysius (coscénariste des Fantômes d’Ismaël) avec ce film troublant et troublé, ivre de la séduction solaire de la jeune...
Mardi 2 mai 2017 S’il se targue d’être la plus grande manifestation culturelle au monde, le festival de Cannes demeure un rendez-vous professionnel faisant insuffisamment bénéficier de son aura les salles de cinéma.
Mercredi 6 janvier 2016 De et avec Olivier Loustau (Fr, 1h38) avec Christa Théret, Florence Thomassin…
Jeudi 29 octobre 2015 “Dans l’espace, personne ne vous entendra crier“ menaçait l’affiche d’"Alien". Trente-six ans plus tard, Ridley Scott se pique de prouver la véracité du célèbre slogan, en renouant avec l’anticipation spatiale. Et met en orbite son meilleur film...
Mercredi 22 juillet 2015 Après Frances Ha, Noah Baumbach continue d’explorer le New York branché et sa bohème artistique, transformant Solness le constructeur d’Ibsen en fable grinçante et néanmoins morale où des Bobos quadras se prennent de passion pour un couple de jeunes...
Lundi 1 juillet 2013 En noir et blanc et au plus près de sa formidable actrice et co-auteur Greta Gerwig, Noah Baumbach filme l’errance d’adresses en adresses d’une femme ni tout à fait enfant, ni tout à fait adulte, dans un hommage au cinéma français qui est aussi une...
Vendredi 28 septembre 2012 Reprise opportune de La Trilogie de la Glaciation Émotionnelle de Michael Haneke, accompagnée de son film le plus polémique, "Funny Games", durant tout le mois d’octobre au Méliès : les prémisses d'une œuvre forte, paradoxale et...
Jeudi 27 septembre 2012 Nouveau sommet dans l’œuvre de Michael Haneke, le crépuscule d’un couple comme une ultime épreuve de leur amour face à la maladie. Sublime, grâce à une mise en scène à la bonne distance et deux comédiens admirables. Christophe Chabert
Vendredi 31 ao?t 2012 La saison cinéma sera, du côté du Méliès et du France, l’occasion de sortir du flot infernal des sorties pour faire des pauses avec des réalisateurs, des retours en arrière sur l’Histoire du cinéma ou simplement de prolonger de manière décalée...

restez informés !

entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter