Matmatah : « Pour avoir des choses à raconter, il faut vivre des choses »

Pan + Matmatah

La Forge

ce spectacle n'est pas à l'affiche actuellement

Interview / Lambé An Dro, Emma, L'Apologie... Autant de titres qui évoque forcément l'un des plus grands groupes de rock français et bretons de la fin du 20ème siècle. Matmatah a fait un grand retour en 2017 avec un album énergique et pure : Plates Coutures. Avant son passage aux Oreilles en Pointe, le bassiste de ce groupe de scène, Eric Digoire a répondu à quelques questions sur le pourquoi de ce retour qui bat le rythme à plates coutures.

Comment êtes-vous "revenus aux affaires" avec Matmatah ?

Eric Digaire : Nous nous sommes arrêtés en 2008 après une petite tournée. Nous avons eu notre groupe d'ados attardés. Au bout d'un moment, il y avait quelques distensions humaines avec un des membres du groupe et l'impression de commencer à nous essouffler. De ce fait, avant de manquer de sincérité envers le public, nous avons décidé d'arrêter. Chacun a pris un chemin différent. Petit à petit, nous avons perdu l'habitude de nous voir, jusqu'à n'avoir plus aucun contact pendant 4 ans avec Stan (chanteur et guitariste du groupe). Mais quand on a vécu une expérience humaine aussi forte, au moment où l'on se retrouve, ça repart comme si rien ne s'était arrêté... Nous avons refait un peu de scène. Nous avions également en projet de créer une compilation balayant toutes les époques du groupe. Nous avons travaillé sur la partie visuelle de ce disque et nous sommes rendus compte que nous avions deux titres inédits sous la main que nous n'avions jamais enregistrés. Nous avons proposé à Emmanuel Baroux, guitariste, de rejoindre le groupe. Cela a donné Antaology fin 2014. Et nous nous sommes faits prendre à notre propre piège : l'histoire de Matamatah a alors repris petit à petit.

Nous ne voulions pas faire un disque de vieux revenants avec des mélodies calmes et des thèmes assagis.

Vous avez sorti l'album Plates Coutures en mars 2017. Les thèmes abordés sont une sorte de « constat consterné et concerné » de la société dans laquelle nous vivons. Pourquoi être parti sur ce côté assez noir ?
Pour avoir des choses à raconter, il faut vivre des choses. Quand nous étions dans le vase clos de nos périodes de tournée, nous n'avions que des pauses très courtes, sans avoir vraiment le temps de nous tenir informés de ce qui se passait autour de nous... Lorsque nous avons commencé à plancher sur ce nouvel album, nous voulions que nos chansons puissent déclencher des discussions. Sans être des donneurs de leçons, il y avait de nombreuses choses qui s'étaient déroulées depuis que notre arrêt. Nous avons commencé à discuter politique et très vite, notre discussion est partie en vrille. Mais nous étions tous d'accord sur le fait que les politiques sont accros au pouvoir, prêts à tout pour l'obtenir. Cela a donné le titre Marée Haute, expliquant les retours systématiques de types possédant un très grand nombre de casseroles... Puis nous avons abordé le thème de la montée de l'intégrisme, du Moyen-orient... Stan est féru d'histoire et d'archéologie, il a donc été très touché par les destructions du patrimoine de Palmyre et sa réaction a été la chanson Petite Frappe. Puis il a flashé sur l'histoire des Peshmerga d'où le titre éponyme... Petit à petit, les thèmes se sont trouvés d'eux-mêmes et musicalement nous étions tous d'accord pour obtenir un album énergique. Nous ne voulions pas faire un disque de vieux revenants avec des mélodies calmes et des thèmes assagis.

Vous avez fait intervenir Bruno Green (ndlr : issu du groupe Détroit) à la direction artistique. Pourquoi avoir fait le choix de travailler avec lui et pourquoi être allés en Angleterre, dans le Yorkshire, pour enregistrer ce disque ?
Le choix de l'Angleterre est une suite logique car nous avons presque toujours enregistré nos albums à l'étranger. Nous aimons travailler dans un studio en vase clos, où nous restons tous ensemble pendant plusieurs jours, avec des techniciens qui n'ont aucune idée préconçue sur ce que nous devons faire. De plus, lorsque tu enregistres du rock énergique, il vaut mieux aller dans un pays où il ne fait pas 45 degrés... (rires) Nous avions trouvé un studio en Norvège maisil n'était pas disponible à la période voulue. Du coup, Bruno Green nous a dirigés vers cette adresse anglaise. Concernant l'implication de Bruno sur cet album, nous avions bien aimé son travail avec Détroit, le réalisme et l'humanité qu'il mettait dans son travail. Le hasard des rencontres a fait le reste.

Le live est la seule vérité.

Depuis le début de l'année, vous avez plus de 80 dates de concert à votre actif. Le live est-il la raison d'être de Matmatah ?
Quand nous écrivons des chansons, nous nous imaginons les jouer devant les gens. C'est comme un match de foot, c'est plus intense quand ce n'est pas à huis clos... Le live est la seule vérité puisque soit tu as du monde devant toi soit tu n'as personne. Nous sommes depuis le début un groupe de scène. Quand nous avons commencé, il y avait peu de groupes de rock qui passaient à la radio... Du coup, il fallait écumer les scènes pour exister.

Est-ce que vous avez été surpris de l'engouement autour de votre retour ?

Lorsque nous étions en train de travailler sur notre retour, planqués, devant même mentir à notre entourage pour ne pas ébruiter ce que nous faisions, nous avons vu le retour des Innocents, de Trust, de Louise Attaque, de Téléphone avec les Insus... Nous avions alors l'impression d'être sur une aire d'autoroute en train de pique-niquer et de voir de grosses machines passer devant nous. (rires) Nous avons pris notre temps en respectant ce que nous avons toujours fait : entreprendre une tournée qu'en présence d'un album à défendre. Nous avons pris le risque de voir des salles peu ou pas remplies. Il s'avère que nous sommes le groupe qui a le plus tourné cet été... De plus, nous avons été agréablement surpris de voir notre public se renouveler avec la venue de jeunes ayant découvert certains de nos titres en boîte de nuit ou en soirée. (rires) Nous enchaînons cet automne avec une tournée qui s'annonce bien remplie également. C'est vraiment le pied !

Soirée Ondaine en Pointe : Matmatah + Pan, jeudi 16 novembre à 20h30, à la Forge (Chambon-Feugerolles)

pour aller plus loin

vous serez sans doute intéressé par...

Mardi 31 octobre 2023 … Top, je suis le plus ancien festival du territoire ligérien dédié à la chanson francophone ; je régale les habitants de l’Ondaine, de Sainté et même de bien (...)
Lundi 11 septembre 2023 Depuis près de quinze ans, Buridane trimballe sa poésie intime et sensible sur les scènes hexagonales. Auteur, compositrice et interprète, la native de Rouen (...)
Lundi 20 février 2023 C’est en 2007 que Nina Goern et Yohan Hennequin décident de former le duo Cats On Trees. Posés sur une dialectique piano-batterie, leurs textes (...)
Lundi 7 novembre 2022 Au rythme des marées, le festival des Oreilles en Pointe garde son cap et demeure à ce jour le plus ancien festival ligérien dédié à la chanson française. Avec 7 soirées concoctées à feu doux, la 31ème édition s’annonce à la fois alléchante et...
Vendredi 29 octobre 2021 Annulée quelques jours avant son démarrage l’an dernier, la 30e édition des Oreilles en pointe se tiendra mi-novembre dans l’Ondaine. Au menu : musique, chansons et bonne humeur.
Mardi 7 septembre 2021 Carima Amarouche, plus connue sous son pseudo Karimouche, a commis ce qui est décrit dans sa bio comme une « folie franco-berbère » avec son dernier (...)
Mardi 7 septembre 2021 L’amour a-t-il ses raisons que la raison ignore, et surtout, ses symptômes que la science ne peut expliquer ?  La neurologue Léa Paule se (...)
Mardi 8 décembre 2020 Fondateur et directeur artistique du festival Les Oreilles en Pointe, depuis plus de trente ans Tibert défend vaille que vaille la chanson francophone. En cette fin d'année morose, le chanteur et guitariste sort contre vents et marées...
Mercredi 5 février 2020 La compagnie catalane Eia nous emmène dans le monde du cirque toujours très présent dans l'imaginaire collectif, pour aller cueillir l'humanité et nous (...)
Mardi 5 novembre 2019 Cyrielle Formaz est une jeune artiste suissesse. Avec son projet Meimuna, lancé il y a seulement trois ans, cette artiste touche-à-tout (composition, (...)
Mardi 5 novembre 2019 11e album pour le Brestois Christophe Miossec avec Les Rescapés. Moins égo-centré que ces prédécesseurs, cet album s'ouvre sur des thématiques d'actualité (...)
Mardi 5 novembre 2019 Il est rayonnant comme le nom de son dernier album "Soleil". L'auteur-compositeur-interprète rémois Barcella est assurément un des artistes de chanson française parmi les plus dynamiques. La preuve avec ses multiples casquettes et toute l'énergie...
Jeudi 14 novembre 2019 Voilà un artiste pour le moins atypique. Shauit est sûrement l'un des seuls à mélanger sa langue natale l’innu-aimun avec des rythmes tantôt soul, dancehall ou (...)
Jeudi 14 novembre 2019 Si ses Blues passent pu dans porte, Florent Vollant passe pourtant toujours aussi bien. Actif dans le milieu musical des Première Nations depuis les (...)
Mardi 3 septembre 2019 Le Rémois Barcella est un exemple de générosité scénique. À chaque prestation il emmène le public avec lui. Enfants, adultes... tout le monde y passe ! Si vous (...)
Mardi 3 septembre 2019  Les Oreilles en Pointe constituent un festival de chanson à la saveur un peu particulière. La preuve encore cette année avec une place (...)
Lundi 24 juin 2019 Depuis 1991, le festival Les Oreilles en Pointe fait vibrer dans la vallée de l'Ondaine - mais pas seulement - les sonorités francophones d'où qu'elles viennent. L'édition 2019 du festival se recentre sur cinq soirées hautes en...
Mercredi 31 octobre 2018 L'herbe n'est pas forcément plus verte ailleurs. La preuve avec une sélection d'artistes qui vont faire des Oreilles en Pointe 2018 une prairie radieuse avec une bonne place pour les découvertes.
Vendredi 26 octobre 2018 Feu ! Chatterton s'est imposé en deux albums comme l'un des groupes de rock français parmi les plus lettrés et possédant une créativité sans bornes. Avec la tournée accompagnant L'Oiseleur, leur second opus, la formation démontre...
Mardi 4 septembre 2018 Voilà des poètes pop avec des compositions parmi les plus intéressantes du rock et de la chanson français depuis des années. Puissante et délicate, la (...)
Mardi 4 septembre 2018 Librement inspiré de Moby Dick, l’Ombre de la Baleine nous plonge dans les méandres des rapports familiaux observés à travers l’œil de l’enfant. Seul en scène - (...)
Mardi 3 juillet 2018 Le Foreztival revient en août 2018 après une année de pause. Proposant une programmation musclée, le festival ligérien le plus chaud de l'été est taillé comme les plus grands. Sélection de quatre bonnes raisons d'y faire un saut.
Vendredi 16 février 2018 Après Panda Dub Circle live et Kény Arkana, les noms de la programmation du Foreztival 2018 se dévoilent peu à peu. Le rappeur belge Roméo Elvis et les rockeurs (...)
Mardi 31 octobre 2017 Au même titre que le "Lafayette" de CharlÉlie Couture, l'album "Plates Coutures" de Matmatah a marqué un retour fracassant pour le groupe de rock breton. Avec une énergie scénique intacte, le quatuor brestois continue sa belle tournée et...
Mardi 3 octobre 2017 Avec les différents personnages dans lesquels l’artiste s’est glissé, l’extraordinaire carrière de David Bowie a été jalonnée d’une foultitude de costumes (...)
Mardi 3 octobre 2017 Formé en 2008 par le musicien Florent Marchet et l'écrivain Arnaud Cathrine, Frère Animal est un OVNI dans le paysage musical français. Après avoir jeté un premier pavé dans la mare avec un premier roman musical éponyme, le projet a repris vie en...
Mercredi 4 janvier 2017 Nos confrères de Zoom d'ici viennent d'annoncer la tête d'affiche du festival Celte en Gévaudan de Saugues cette année. Ce sera le groupe de rock breton, (...)

restez informés !

entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

En poursuivant votre navigation, vous acceptez le dépôt de cookies destinés au fonctionnement du site internet. Plus d'informations sur notre politique de confidentialité. X