article partenaire
Nouveau cratère sur Mars

LUTĒCE : « Rester sincères dans notre démarche »

Columbine + Lutece + ZED

Le Clapier

ce spectacle n'est pas à l'affiche actuellement

Rap / Le duo lyonnais LUTĒCE fait partie des groupes les plus prometteurs du rap français. Flow nonchalant, thèmes introspectifs, Ian et Marty font partie des nouvelles signatures régionales à suivre de près, comme le prouve leur très réussi EP Lapse, sorti il y a tout juste un an. Rencontre.

D'où venez-vous ? Comment vous êtes-vous rencontrés ?
Marty :
Nous sommes de Lyon, même si pour ma part je suis né à Saint-Étienne. Nous avons commencé l'aventure de LUTĒCE il y a maintenant 3 ans.

Pourquoi avoir choisi LUTĒCE comme nom de groupe ? Lutèce évoque forcément Paris et pour quelle raison avoir mis un macron sur le premier "e" ?
Ian :
Nous nous sommes rencontrés en faculté de l'histoire de l'art à Lyon. Même si nous ne travaillons pas aujourd'hui dans un secteur lié à cette formation, ces études représentent une étape très importante dans notre parcours. LUTĒCE évoque un peu cette époque avec un équilibre entre la Renaissance et l'ancien temps. C'est également lié à ce que nous voulons faire, à la vision équilibrée de notre musique. Le côté esthétique du mot nous a plu aussi.
Marty : Concernant l'utilisation du macron, il y a plusieurs raisons à cela. Tout d'abord, c'est une manière d'obtenir une certaine singularité. Ensuite, c'est l'accent du cancre, celui que l'on met quand on ne sait pas lequel choisir. Cela correspond également bien au fait que parfois, on n'a du mal à nous positionner entre rap et pop...

Dans vos textes, vous abordez des thématiques assez introspectives, le temps qui fuit, l'isolement, le spleen... Pourquoi abordez-vous ces questions-là ?
Marty :
C'est ce qui nous vient quand on écrit. C'est le feeling du moment. Pour Lapse, c'était ce que nous sentions au moment de l'écrire. Cela ne veut pas dire que nous resterons sur ce type d'idées dans nos futures productions.
Ian : Nous voulons rester sincères dans notre démarche. Nous abordons des choses personnels dans nos productions.

Concernant la composition, comment vous organisez-vous ?
Ian :
La configuration type de LUTĒCE est que je m'occupe principalement des instrus et de la prod' même si Marty intervient et donne son avis. Concernant les textes, chacun apporte sa contribution par ses propres écrits.

Vous avez travaillé avec King Doudou (producteur de Jorrdee, PNL). Comment avez-vous fait sa connaissance ?
Marty :
C'est assez simple, c'était lors d'une session studio où tout le milieu de Lyon était présent. Nous avons sympathisé puis il est intervenu sur un titre, puis deux et ainsi de suite.

Est-ce que jeudi sera la date de votre premier concert stéphanois ? Avez-vous une image du public que vous allez rencontrer ?
Marty :
Oui, ce sera notre première date à Saint-Étienne. Étant originaire de là, c'est intéressant de revenir. On ne sait pas trop comment cela va se passer. On sait que quelques personnes nous écoutent là-bas, vu les stats d'écoutes de nos titres et que l'on nous programme au Clapier. C'est encourageant et motivant !

Est-ce qu'il avantageux d'être un groupe de rap originaire de Lyon et de sa région aujourd'hui ?
Ian :
D'un côté, cela ne change rien d'être de Lyon ou de n'importe où. Il faut avoir une singularité à mettre en avant pour sortir du lot. Par exemple, Columbine avec qui nous serons sur scène au Clapier possède un rap avec des particularités et ils ont un succès mérité.
Marty : Le rap est la musique la plus écoutée actuellement. Il y a des rappeurs de partout et donc il est d'autant plus difficile de se faire une place. Après, concernant Lyon, c'est une ville où il se passe de nombreuses choses. Nous avons de la chance. Plusieurs collectifs sont très efficaces pour véhiculer cette musique.

Un album de LUTĒCE est-il prévu ?
Marty :
Nous allons d'abord sortir des productions en solo, puis nous sortirons avec LUTĒCE un nouvel EP début 2018.

LUTĒCE [+ Columbine + ZED], jeudi 5 octobre à 20h30 au Clapier (Saint-Étienne)

pour aller plus loin

vous serez sans doute intéressé par...

Lundi 5 décembre 2022 Le premier fils, Dimitri, impétueux, sanguin et violent, est le rival de son père, entiché de la même femme que lui. Le second, Ivan, cynique intellectuel athée (...)
Mardi 5 juillet 2022 Depuis des lustres (1988 pour être précis), Craponne-sur-Arzon fait figure de référence sur la planète Country Music. Mais après quelques éditions compliquées et à (...)
Mardi 26 avril 2022 Le confinement, c’est loin. La preuve, vous avez arrêté de faire votre pain. Par chance, d’aucunes en ont fait leur profession.
Mardi 26 avril 2022 La Ville de Lyon et la Métropole réglementent l’offre en matière de logements meublés touristiques longue durée dans un hyper centre lyonnais assez large. Excellente nouvelle pour les habitants.
Mardi 26 avril 2022 Toujours là, ces types en costards Paul Smith et pompes en cuir qui brille. Toujours là, ces poignées de mains viriles à qui serrera le plus fort. Toujours là, (...)
Mardi 26 avril 2022 De confinements en couvre-feux, la pandémie aurait presque fait oublier qu’un festival de musiques est avant tout un temps de convivialité partagée, entre amis, dans une foule de mélomanes raisonnablement...
Mardi 26 avril 2022 D’un point d’ancrage à un autre, l’artiste stéphanois porte en lui l’errance joyeuse de ceux qui savent accueillir la vie. Des sens en éveil, une gamberge qui va loin quitte à prendre son temps : portrait d’un poète en quête d’infini.  
Mardi 26 avril 2022 Comme chaque mois, le Méliès Saint-François vous convie à sa grande soirée Quiz, dédiée cette fois-ci (...)
Mardi 26 avril 2022 Voici une belle promesse que nous fait l'Opéra de Saint-Etienne. Tout le monde connaît l'histoire de Lancelot, chevalier de la Table (...)
Mardi 26 avril 2022 Fatigue passagère et moral dans les chaussettes ? La rédaction du Petit Bulletin est là pour prendre soin de ses lecteurs, avec un traitement imparable : les concerts. Et quoi de mieux que le Paroles & Musiques pour se...
Mardi 26 avril 2022 Plus on progresse, plus on se fait du mal et plus on se tue, à petit feu. Avec Bienvenue dans l’espèce humaine, Benoît (...)
Mardi 26 avril 2022 Gerard Watkins revisite le chef-d’œuvre shakespearien à travers le prisme des sixties : pantalons pattes (...)
Mardi 26 avril 2022 Hugo, 23 ans, étudiant en sciences humaines, oscille entre ses origines algériennes et françaises. Lorsque sa mère le (...)
Mercredi 13 avril 2022 Le photographe Maxence Rifflet présente au Bleu du Ciel un travail particulièrement délicat et intelligent, réalisé dans sept prisons françaises, en étroite collaboration avec les détenus.
Mercredi 13 avril 2022 Direction le restaurant de la Cité du Design pour un menu du jour digne d’une bonne brasserie avec une vue sur un jardin d’hiver étonnant.
Mercredi 6 avril 2022 Le thème : Bifurcations. La promesse : quatre mois de grande fête autour du design, à laquelle tous les Stéphanois pourraient prendre part. Les questions : la biennale Design sera-t-elle accessible à tous les publics, suffisamment...
Mercredi 6 avril 2022 Troupe amateure mais aussi qualitative que les pros, la LISA organise dès dimanche sa semaine de l’impro, avec au menu, différentes formules… Et pas mal de rigolade.
Mercredi 6 avril 2022 Envie de bamboche, d’une ambiance festive, et de gros son ? Check la liste des soirées qui arrivent, et prépare ton agenda (et ta tenue de gala) : ça sent la grosse bringue.
Mercredi 30 mars 2022 On l’a compris : après les rayons de soleil et les terrasses de la semaine passée, ce week-end, il va falloir ressortir les moufles et les doudounes. Désespérant ? Un peu… Mais pas au point de ne pas bouger du canapé !
Mardi 29 mars 2022 Par Sibylle Brunel. Quand les petites bêtises entrainent les grosses, il est difficile de prouver que l’on peut encore répondre à la norme. A-t-on seulement (...)
Mardi 29 mars 2022 Des dernières Biennales Design stéphanoises aux salons du Conseil de l’Union Européenne à Bruxelles, la créatrice textile Jeanne Goutelle marque peu à peu de son empreinte colorée et responsable une œuvre où le réemploi de tissus industriels permet...
Mardi 29 mars 2022 Durant les quatre mois qui vont suivre, la Biennale Design de Saint-Étienne nous invite à « bifurquer ». Envisager la société telle qu’elle est, l’envisager ensuite telle que l’on aimerait qu’elle soit… Puis envisager les chemins possibles...

restez informés !

entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter