"La Belle et la Meute" : Les prédateurs de la nuit

La Belle et la Meute
De Kaouther Ben Hania (Tun-Fr-Lib-Sui-Suè-Nor, 1h40) avec Mariam Al Ferjani, Ghanem Zrelli...

de Kaouther Ben Hania (Tu.-Fr.-Sue.-No.-Lib.-Qa.-Sui., 1h40) avec Mariam Al Ferjani, Ghanem Zrelli, Noomane Hamda…

Étudiante à Tunis, Mariam participe à une soirée de bienfaisance durant laquelle elle rencontre Youssef. Leur idylle naissante est dramatiquement interrompue par une patrouille de police et Mariam est violée par ces prétendus “représentants de l’ordre”. Son enfer ne fait que débuter…

Révélée par le documenteur incisif Le Challat de Tunis (2015), Kaouther Ben Hania poursuit dans la même veine tranchante, dénonçant encore et toujours le sort réservé aux femmes en Tunisie — un Printemps arabe, pas plus qu’un Prix Nobel de la Paix ne suffisent hélas à balayer des années de machisme ni de patriarcat.

La cinéaste use ici d’une forme de narration radicale, mais appropriée : de longs plans-séquences montrent la victime en proie à une cascade de violences psychologiques, ajoutant à son traumatisme. Chacun figure l’une des insoutenables étapes de son interminable calvaire intime, aggravé par des mentalités étriquées et une barbarie administrative (à l’hôpital, au commissariat) rappelant par instants l’excellent I am not Madame Bovary de Feng Xiaogang. L’acte de brutalité initial, le viol, est judicieusement tenu hors champ, dans l’une de ces ellipses scandant le film et le gardant de toute obscénité.

Porté par l’interprétation saisissante de Mariam Al Ferjani, La Belle et la Meute est une épreuve nécessaire. Glaçant et maîtrisé.

pour aller plus loin

vous serez sans doute intéressé par...

Mardi 3 octobre 2017 Morte saison pour la nature, l’automne est au contraire celle d’une insolente éclosion de nouveautés dans les salles — avec le risque pour certaines de finir précocement au tapis. Une vigueur marquée par une étrange surreprésentation de corps...

restez informés !

entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter