Le folk doux-amer de Zacharie

Zacharie

Le Pax

ce spectacle n'est pas à l'affiche actuellement

Folk blues / Avec son premier album intitulé "Giant Bear", le musicien et chanteur Zacharie propose un folk matiné de blues, forgé dans une certaine tradition du genre tout en y incorporant quelques touches subtile de modernité qui en font un mélange très équilibré. Un premier opus réussi entre compositions intimistes, textes anglais bien dosés et univers très imagé. Rencontre avec un artiste simple et authentique.

Comment en êtes-vous arrivé à devenir chanteur et musicien ? Vous avez été réalisateur de films...
Zacharie :
Je vais donner une réponse assez "bête" mais c'est vraiment la vie qui m'a mené à cette aventure... Je n'étais pas du tout prédestiné à faire cela car je suis plutôt quelqu'un de l'ombre. Ma position de réalisateur, au sein de ma société Opossum Productions, me convenait bien. J'étais plutôt discret mais la musique a toujours été présente dans ma vie. J'ai un père musicien, donc c'est un univers familier pour moi. Pendant très longtemps, ma musique a été cantonnée à mon univers le plus intime, sous forme de "petit journal de bord". J'ai toujours un peu "gratouiller" la guitare et chantonner jusqu'à ce que cela devienne une aventure plus collective lors de ma rencontre avec Ismaïl Ziani, qui écrit des textes et avec qui j'ai commencé à composer. Au début, c'était pour affronter un "hiver trop rigoureux" puis cela s'est transformé en discipline plus poussée. Au bout d'un moment, nous nous sommes aperçus qu'un petit répertoire était en train de naître.

Que voulez-vous dire par "un hiver un peu rigoureux" ?
Nous affrontions tous les deux des revers de bâton amoureux à cette période. Comme souvent, c'est une source d'inspiration et de motivation pour les "chanteurs à guitare" (rires). C'était d'abord vraiment pour chasser le spleen.

Comment travaillez-vous avec Ismaïl ? Est-ce dans un ordre précis, c'est-à-dire qu'il écrit d'abord les textes puis vous composez dessus ou inversement ?
Il n'y a jamais vraiment eu de mécanique entre nous. Parfois c'est un texte proposé spontanément par Ismaïl. Parfois j'ai un morceau de musique mais pas de mots. C'est souvent très rapide, un coup de speed, une espèce de petite nécessité. Il suffit ensuite de jouer, jouer et rejouer la chanson dans ma cuisine pour que nous allions plus loin (rires).

Sur cet album, l'univers est assez travaillé et imagé. Comment en êtes-vous arrivé à créer cette atmosphère ?
Cet univers s'est dessiné au fur et à mesure qu'on le bâtissait. Je n'avais pas d'idée très arrêtée sur les choses. Je n'avais pas de plan de carrière ni d'ambition plus poussée que cela. Mais question après question et chanson après chanson, cet univers s'est construit. Effectivement, l'image est très importante pour moi. Le point commun entre la vidéo et la musique est la présence d'une narration. D'autre part, je chante en anglais alors que moi-même, en tant que public, je ne retiens que les images fortes des chansons écrites dans la langue de Shakespeare. Nos titres sont donc baignés dans des images fortes.

Le travail visuel et graphique de l'album sont également poussés...
Oui, c'est Olivier Bonhomme, un ami illustrateur très doué et dont j'adore le travail qui a travaillé sur cette partie. On se disait qu'il avait entre les mains le pendant visuel des chansons avec un côté très technique mais aussi très décalé. Nous lui avons proposé de réaliser la pochette mais également une illustration pour chaque titre pour le livret. C'était une manière de rajouter un degré narratif tout en valorisant l'objet disque.

En combien de temps ont été composées ces chansons ?
J'ai vraiment commencé à chanter au début de l'année 2015. Nous écrivions depuis un an avec Ismaïl. Donc cet album c'est un peu les deux ou trois dernières années de ma vie qui sont photographiées.

Sur votre biographie, il est indiqué que vous êtes gaucher mais que vous utilisez une guitare de droitier sur laquelle les cordes n'ont pas été renversées. C'est assez étonnant.
Là encore, ce n'est pas vraiment un choix. Mon père est guitariste et droitier, donc, de mon point de vue, une guitare correspond à celle des droitiers. C'est assez naturel pour moi. Et puis, lorsque tu es gaucher, tu ne peux pas vraiment jouer sur la guitare des autres car personne n'est gaucher autour de toi. Les droitiers ne peuvent pas non plus jouer sur ta guitare si tu es gaucher (rires). Cela donne une position totalement injuste pour les gauchers. Mais ce n'est pas si compliqué de jouer de cette manière et cela donne une couleur différente au son je trouve car la corde de la basse est située en bas au lieu d'être en haut sur les guitares "classique".

Comment vous présentez-vous sur scène ?
Soit en trio avec Fred Brousse et Teddy Elbaz, soit en solo. Pour l'enregistrement de l'album, nous avons ajouté de nombreux instruments mais tout en gardant l'ambition de proximité avec la voix et de sublimer les chansons par les arrangements. Mais l'album n'est pas chargé et conserve une intention intimiste. Sur scène les chansons sont plus brutes, réadaptées. Mais la chanson reste centrale.

Pourquoi avoir fait le choix d'ouvrir l'album avec une reprise de Stayin' at home de Fats Waller ?
Cette reprise n'était pas tout prévue. Je n'ai pas une passion particulière pour Fats Waller et je suis tombé par hasard sur cette chanson. La mélodie m'est restée dans la tête et je l'ai retranscrite à ma sauce, en folk. C'est un choix un peu particulier d'ouvrir un album de compositions par une reprise, mais c'est plutôt chouette. C'est un format guitare-voix, et c'est finalement comme ça que j'ai commencé. Ensuite, au fil du temps, à force de la jouer, je me suis vraiment approprié ce titre et je ne la considère vraiment plus comme une reprise. Paradoxalement, cette chanson est presque plus personnelle que d'autres tirées de l'album. De plus, cette chanson parle d'un homme qui attend une femme qui ne viendra visiblement jamais, le tout dans un décor cosy, en reflétant un état d'âme très doux, assez heureux. Cela correspond vraiment à la teneur de l'album qui mêle un côté très cosy mais aussi de l'amertume. Cette première chanson pose un personnage que l'on suit tout au long de l'album, dans ses rêves, ses fantasmes.

Zacharie, Giant Bear (Z Productions/Inouïe Distribution), sortie le 13/10

Zacharie, dimanche 15 octobre à 17h, au Pax à Saint-Étienne

pour aller plus loin

vous serez sans doute intéressé par...

Mercredi 5 juillet 2023 Alerte orange au Puy-en-Velay du 17 au 23 juillet : des rafales venant des 4 coins du monde sont à prévoir. Veillez à vous munir d’appuis bien solides, vous (...)
Mercredi 5 juillet 2023 Si vous aviez prévu une randonnée à Chalmazel pour vous retrouver et profiter du calme, il faudra sans doute repasser. Ce 15 juillet, la station de ski la (...)
Mardi 28 février 2023 Après avoir programmé plus de 500 concerts en sept ans au Satellit Café de Villerest, l’association Art Culture et Musique du Monde (ACMM) créait en 2018 le (...)
Mercredi 1 février 2023 Colette ? Colette ? Cooooolette ? Elle est invisible, et pourtant, Colette est bien là. D’ailleurs à force de sentir sa présence, Buridane a décidé de faire un (...)
Lundi 14 novembre 2022 Auteur, compositeur, guitariste et chanteur, Ricky King Russell partage ardemment (depuis plus de quarante ans) un blues généreux et sincère, dans le (...)
Lundi 24 octobre 2022 Le jazz n’est jamais aussi bon que lorsqu’il se métisse de parfums et d’épices venus de pays où il ne pleut guère... Étoiles montantes de la nouvelle scène (...)
Mercredi 7 septembre 2022 Il y a comme ça de belles aventures qui s’inscrivent dans la durée et se bonifient année après année : créé en 2007 par une poignée de mélomanes, le festival Jazz au Sommet poursuit son chemin sans déroger à sa mission initiale. 
Jeudi 15 septembre 2022 Une petite virée sur la côte nord-est de l’Amérique, chaussé de bottes de coy-boy un épi de blé à la bouche… On s’y croirait presque. Our man in the fields, c’est (...)
Vendredi 3 juin 2022 Jazz, techno, rock, disco et grosse ambiance sont au programme de ce mois de juin survolté. Grande répétition avant la saison estivale, on liste pour vous les soirées à ne pas rater. Préparez vos agendas, c’est le dernier échauffement avant l’été !
Mardi 7 juin 2022 Depuis ses origines, le festival La Rue des Artistes est aussi un rendez-vous pour les arts… de la rue ! Performances théâtro-circassiennes, déambulations musicales, clowns et voltige, les spectacles seront joués samedi 18 juin dans toute la ville,...
Mardi 1 mars 2022 A la guitare comme au banjo, à la mandoline comme à l'harmonica, le Canadien Martin Swamps joue un old time blues authentique (...)
Mardi 1 mars 2022 Il y a d’abord la voix de Silène Gayaud : une véritable invitation au voyage, notamment en Irlande d'où la chanteuse a ramené dans ses valises des textes (...)
Mardi 30 novembre 2021 Qu’on se le dise : à la Saint (Jack) Daniel, Feurs sera le temps d’une soirée la capitale du blues ! En (...)
Mardi 5 octobre 2021 Bottle Next, c’est batterie, guitare et une bonne dose d’énergie en prime. Avec leur second opus, Drift (2020), Marty et Pierre enfoncent le clou déjà (...)
Mardi 7 septembre 2021 Le Hall Blues Club de Pélussin est de ces lieux associatifs qui, bravant les tempêtes, parviennent à maintenir une programmation aussi riche que régulière, à (...)
Mardi 8 décembre 2020 Une voix de crooner à l'approche des fêtes, c'est un peu cliché non ? Pas vraiment lorsqu'on annonce le nom de Hugh Coltman. Le chanteur le plus Français des (...)
Mercredi 9 septembre 2020 Ivre de soul Avec pas moins de trente-cinq concerts annoncés mais aussi de la photo, du cinéma et des conférences, la 42ème édition du Rhino (...)
Mercredi 5 février 2020 Une fois n'est pas coutume dans le club pélussinois, la moiteur du blues laissera place à la chaleur sèche de l'afro-reggae-roots de Akylisso. Cinq (...)
Mercredi 8 janvier 2020 Ils sont nombreux les frenchies de la planète blues, mine de rien, à savamment cultiver tous les attributs du genre : voix rocailleuse et/ou éraillée, riffs (...)
Mercredi 4 décembre 2019 Après un concert remarqué au Château du Rozier le mois dernier à Feurs, Jessie Lee et ses quatre alchimistes seront de nouveau en terres ligériennes pour mettre (...)
Mardi 1 octobre 2019 They Call Me Rico propose un blues roots des plus enlevés. En solo – one man band – ou accompagné (avec The Escape sur son dernier album), le Québécois ne laisse personne indifférent. Une nouvelle preuve sera donnée au château de Saint-Victor pour...
Mardi 3 septembre 2019 Les Tellier ont retrouvé les clefs de leur chambre d'ados ! Ils ont rebranché les amplis et les guitares pour regoûter à une belle nostalgie rock des années (...)
Mardi 2 juillet 2019 La réussite d'un festival dépend de la qualité de sa programmation. Mais cela ne suffit pas pour en faire un passage obligé. Si Interfolk est devenu au fil de (...)
Mardi 4 juin 2019 Promouvoir une culture diverse et de qualité accessible au plus grand nombre ! Parce que la culture constitue un formidable levier de développement (...)

restez informés !

entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

En poursuivant votre navigation, vous acceptez le dépôt de cookies destinés au fonctionnement du site internet. Plus d'informations sur notre politique de confidentialité. X