CharlÉlie Couture : « J'ai souvent comparé mon activité à celle d'un triathlète »

Dans l'Shed + CharlÉlie Couture

Le Firmament

ce spectacle n'est pas à l'affiche actuellement

Interview / Avec "Lafayette", son vingtième album studio enregistré en Louisiane, CharlÉlie Couture, artiste touche-à-tout (peinture, photo, littérature et bien entendu musique) a sorti un album fort qui marque le retour "haute-couture musicale" pour le plus Américain des Nancéens. Explications de texte avant son passage en novembre à la Forge pour les Oreilles en Pointe et en janvier au Théâtre des Pénitents à Montbrison.

Quelle a été la motivation vous ayant poussé à aller enregistrer cet album en Louisiane ?
Il y a eu plusieurs motivations à ce choix. La première était que, installé aux États-Unis, à New-York, depuis une quinzaine d'années, je porte en moi cette double appartenance à la culture française et américaine. Par ailleurs, avec le nom de CharlÉlie qui est le mien, les gens me demandaient d'où je venais, imaginant qu'avec un tel nom je pouvais être cajun ou autre... Enfin, la "pulse" que j'ai dans la main gauche est davantage du Sud que de la Côte Est des USA. Toutes ces choses ont fait que j'avais envie d'aller voir en Louisiane à quoi cela ressemblait.

Cet album est une sorte de concentré de toute votre carrière, avec un côté très personnel ajouté à une belle ouverture ?
Je crois qu'il y a ce que l'on est et ce que l'on représente. Je me suis efforcé tout au long de ma carrière d'expérimenter des choses très diverses, aussi bien quand j'ai fait la musique de Tchao Pantin que lorsque je travaillais des musiques plus électroniques, cela m'a toujours passionné. Il est vrai que l'image que se fait le public de moi correspond bien à ce qu'il y a dans ce disque. D'ailleurs, je dois avouer que cet album m'est arrivé de manière très naturelle et facile.

Cet album m'est arrivé de manière très naturelle.

Dans le titre éponyme Lafayette, il y a une phrase intéressante : « Si la liberté est reine, je veux être son roi ». Cette sentence résume bien votre carrière et cet album, marqués par une certaine liberté immuable.
Vous avez raison de dire que sous l'aspect d'apparente joie ou musique festive jouée, il y a beaucoup de messages sous-jacents et subliminaux dans ce disque. C'est ce qui fait la particularité de l'amalgame de cultures. Surtout en sachant que, par exemple, lorsque je suis allé faire des concerts en Californie, le public américain s'est très vite aperçu que ce n'était pas exactement de la musique de Louisiane. Ils la connaissent. C'est une musique "plus simple" par rapport à la mienne, qui peut être un peu plus "sophistiquée" dans les enchaînements d'accords, dans le choix des mots... Du coup, c'est ce qui a donné le côté agréable de ce disque où ont participé des musiciens de Louisiane, avec des structures de morceaux venues d'ailleurs.

Ces musiciens sont-ils venus vers vous ou est-ce vous qui êtes allés vers eux ? Nous pensons à Zachary Richard par exemple.
Tout simplement, je lui ai dit que j'étais là et j'étais ravi qu'il puisse se rendre disponible pour participer au disque. Louis Michot des Lost Bayou Ramblers également. Zachary Richard est un artiste connu, qui a fait beaucoup pour la culture cajun mais Louis Michot est un type qui mériterait vraiment d'être connu en France. Il y a beaucoup de musiciens avec qui cela s'est super bien passé.

Votre aventure new-yorkaise s'est arrêtée ? Vous êtes rentré en France ?
C'est plus compliqué que cela. J'ai dit que j'allais passer plus de temps en France. Cela fait 15 ans que je fais des allers-retours. J'ai gardé un atelier et d'autres trucs là-bas, donc j'irai aux États-Unis quand j'aurai des choses à y faire. Malgré tout, comme j'ai la double nationalité, je peux "be there or be here"... (rires)

En France, vous êtes davantage connu pour votre musique plutôt que pour vos autres œuvres. Est-ce que cela vous touche ?
À un moment donné, cela m'attristait un peu de savoir que l'aspect pictural, qui est pourtant essentiel dans ma vie, était considéré comme un "plus". Mais cette idée, c'était avant mon départ à New-York. Depuis, j'ai appris à me construire sur ce que je suis et ce que je fais. Si vous voulez, dans le mois qui vient, j'ai une conférence à faire pour le Salon de la photo, je suis invité d'honneur à la Foire Internationale de Montpellier, j'ai des expos en route... Maintenant si les médias ne veulent pas en parler, et bien tant pis pour eux. J'irai faire des conférences à l'étranger en parlant de l'art, des relations entre l'art et l'artisanat, du rapport entre l'intuitif et le concret, etc. Comme cadeau "bonux", la tournée fonctionne bien et le disque, passé un peu inaperçu lors de sa sortie en 2016, renaît comme un phénix. Chaque fois que l'on se retrouve avec les musiciens, c'est pour prendre notre pied sur scène. Une chose n'empêche pas l'autre. J'ai souvent comparé mon activité à celle d'un triathlète. Toutes mes activités je les mène avec autant d'aciduité, mais si les gens ont pris l'habitude de me voir d'une certaine manière, il est difficile de changer cela.

Vous avez fait le choix d'attaquer la tournée de Lafayette très tard puisque vous aviez décidé de ne faire que des concerts exceptionnels en 2016, expliquant que vous trouviez barbant le côté répétitif des tournées. Est-ce la seule raison de ce choix ?
Il y avait plusieurs raisons à cela. Tout d'abord, lors de la sortie du disque, les médias n'en ont pas parlé et la maison de disques a baissé les bras tout de suite expliquant que ce disque est un OVNI. Mais je leur ai dit que cela était encore mieux, au contraire, que c'est un disque intemporel, qui aurait pu sortir 10 ans auparavant ou 10 ans plus tard. Dans le monde d'aujourd'hui, les succès doivent être immédiats car une chose chasse très rapidement une autre. Donc, quand le disque n'a pas reçu l'accueil qu'il méritait, j'ai continué et j'ai fait des concerts au coup par coup. Et puis, lorsque je suis rentré en février 2017, les producteurs de la tournée m'ont expliqué être fan de l'album et vouloir lancé des dates. Depuis tout se passe à merveille et les dates vont même perdurer jusqu'en août prochain.

- Soirée Roulez Bayous ! : CharlÉlie Couture + Dans L'Shed, vendredi 10 novembre à 20h30, au Firmament (Firminy) dans le cadre du festival Les Oreilles en Pointe
- CharlÉlie Couture, mardi 9 janvier 2018 à 20h30 au Théâtre des Pénitents (Montbrison)

pour aller plus loin

vous serez sans doute intéressé par...

Mardi 8 décembre 2020 Une voix de crooner à l'approche des fêtes, c'est un peu cliché non ? Pas vraiment lorsqu'on annonce le nom de Hugh Coltman. Le chanteur le plus Français des (...)
Jeudi 1 octobre 2020 Il existe des moments d’exception et de plénitude que seuls la culture et l’art peuvent apporter. Le premier album du duo Terrenoire est de ceux-là. Raphaël et Théo Herrerias sont une fierté pour notre territoire stéphanois. De véritables artisans...
Mercredi 4 mars 2020 S’exprimer et argumenter en public est un exercice très délicat. Le projet Hauts Parleurs mené par la MJC de Rive-de-Gier et le Théâtre Couzon donnent chaque (...)
Mercredi 4 décembre 2019 Après des expériences au sein d'Elephanz, Pegase et Rhum for Pauline, Thibaud Vanhooland s'est envolé en solo avec le projet Voyou. Coloré mais aussi profond, l'univers de ce jeune auteur, compositeur et interprète est intéressant. Rencontre avec un...
Mercredi 31 octobre 2018 Alors que le cinéma français lui fait les yeux doux depuis une petite dizaine d’années, Manu Payet remonte sur scène pour un deuxième one-man où il se livre… quasi entièrement. Rencontre.
Mardi 5 juin 2018 Depuis vingt et un ans déjà, le festival La Rue des Artistes promet trois jours de cirque et de musique tous azimuts, dans la rue comme sur scène. Parmi (...)
Mardi 6 février 2018 Incontournable sur YouTube où il a successivement "cassé la télé", organisé une "tournée des barbeuks" et mis en ligne des sketchs et spectacles inédits, le jeune humoriste Haroun est désormais en tournée. Il passera au Centre des Congrès pour le...
Mardi 28 novembre 2017 Le funambule électronicien Rone est de retour avec "Mirapolis", un quatrième album plus coloré et aux sons mêlant encore davantage électronique et organique. Sublimé par une pochette et un univers dessiné par Michel Gondry, cet opus est une envolée...
Mercredi 29 mars 2017 À l’instar de ses héros humains améliorés par les machines, ce film en prises de vues réelles s’hybride avec toutes les technologies visuelles contemporaines pour revisiter le classique anime de Mamoru Oshii (1997). Une (honnête) transposition,...
Mercredi 1 mars 2017 Après l'impressionnant Aqualast, le vagabond Rover, revenu de tout et surtout de partout, a passé avec succès l'épreuve de la confirmation avec Let it Glow. Réussissant le tour de force, aux commandes de cette étrangeté apatride qui fait sa...
Mercredi 1 février 2017 Avec Et si je les tuais tous madame ?, l’auteur et metteur en scène burkinabé nous offre un spectacle poético-politique, mêlant la violence d’un texte incisif au rythme de la musique hip hop du groupe Faso Kombat. Propos recueillis par Houda El...
Mercredi 4 janvier 2017 Après avoir campé dans Steve Jobs un créateur d’ordinateur, Michael Fassbender endosse pour l’adaptation du jeu vidéo Assassin’s Creed le double rôle de Cal et d’Aguilar, coiffant en sus la capuche de coproducteur. Il mise gros jeu…
Jeudi 1 décembre 2016 Il a la fougue de la jeunesse et propose une musique sans pression. Théo Herrerias, petit-frère de Raphaël, propose, avec son projet 1 000 Chevaux Vapeur, un univers musical baignant dans une electronica très actuelle, où sa voix côtoie les sons...
Mercredi 30 novembre 2016 Après la sortie de son sixième album So What en septembre dernier, Dub Inc repart sur les routes d'Europe et du monde pour une nouvelle tournée avec quatorze nouveaux titres toujours aussi punchy. Avant le très attendu concert au Zénith de...
Mardi 1 novembre 2016 Loudblast, c'est plus de trente ans d'existence et six albums aussi furieux les uns que les autres. Un groupe de trash et de death metal, pionnier du genre en France, qui continue de représenter fièrement la scène française dans le monde et qui...
Lundi 7 novembre 2016 Après trente-deux albums studio, Arno est revenu en humain, tout simplement. Recentré sur la voix, la guitare, la basse et la batterie, Human Incognito est un album qui laisse apparaître une certaine nostalgie mais qui conserve l'énergie qui a fait...
Mardi 5 juillet 2016 Quatuor venu de Madagascar, The Dizzy Brains fait sensation depuis six mois par des prestations scéniques incandescentes où garage rock à la Stooges mâtiné de french pop sixties se mêlent pour en faire l'un des groupes les plus excitants du moment....
Mardi 31 mai 2016 Avec son dernier album Zarabi - "Tapis" en arabe - enregistré en partie dans le désert, la chanteuse marocaine Oum tresse des fils soyeux et chatoyants entre rythmes jazzy, langueurs orientales et percussions africaines. Rencontre avec une artiste...
Mardi 3 mai 2016 Fascinante hydre pop à cinq têtes, Feu! Chatterton est la créature la plus singulière du rock et de la chanson depuis des lustres. Entre transe(s) musicale(s) et textes ébouriffants, elle a su imposer un style aussi unique que volatile. Entretien...
Mardi 3 mai 2016 Parmi les multiples artistes de la "relève" de la scène musicale française programmés au festival Paroles & Musiques cette année, Grand Blanc vient avec son très attendu premier album Mémoires Vives. Sur cet opus, leur cold wave...
Mardi 1 mars 2016 Menant sa carrière avec passion, patience et sagacité, Sébastien Guèze, ayant conquis le monde, revient à Saint-Étienne, en « ténor frémissant », comme il lui plaît de se définir. Propos recueillis par Alain Koenig
Mardi 10 novembre 2015 Comment raconter une tragédie intime au sein de l’une des plus immenses et indicibles tragédies de l’histoire humaine ? László Nemes s’y risque dans son premier long métrage. Grand Prix à Cannes.
Mardi 12 mai 2015 Du 1er au 25 juillet, le Château de la Bâtie d'Urfé, dans la Plaine du Forez, sera le théâtre de la 5e édition du festival pluri-disciplinaire (musique, danse, (...)

restez informés !

entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter