article partenaire
Nouveau cratère sur Mars

Girls In Hawaii : « Nous sommes des enfants des années 80 »

Girls in Hawaii + Voyou

Le FIL

ce spectacle n'est pas à l'affiche actuellement

Nocturne est plus électronique que vos précédents albums, était-ce une volonté de départ ?
Lionel Vancauwenberghe de Girls In Hawaii
: Oui, nous souhaitions ajouter de l'électronique dans l'habillage de nos titres. Nous avions déjà touché à cela auparavant avec Luuk Cox, notre producteur. Nous sommes des enfants des années 80. Pendant toute notre jeunesse, nous avons entendu les Depeche Mode, Jacno, Kraftwerk... C'est une période à laquelle nous nous référons beaucoup dans notre sonorité et donc, ce côté plus électronique en est issu. Dans les années 90, nous étions en totale rupture avec cette décennie 80, nous étions très guitare, grunge... Nous en sommes revenus. C'est assez drôle que Nocturne soit, en quelque sorte, notre pacte de paix avec cette époque.

à lire aussi : Girls in Hawaii : vers les lueurs

Dans une interview, vous expliquiez que « plus vous aviez abordé cet album de manière froide, plus l'émotion revenait de manière différente »...
Avec le décès de notre batteur en 2010 et les années qui ont suivi, nous avons décidé de "débrancher" pour ce nouvel album. Nous l'avons abordé sans émotion alors qu'elle fait d'habitude partie intégrante de notre travail. C'est aussi une des raisons de l'utilisation de l'électronique et de synthétiseurs, pour avoir un côté immédiat, froid, sans but. Nous nous sommes rendus compte qu'en plaquant nos voix sur ces compositions, cela les mettait davantage en avant. Étant donné que la structure musicale gagne en précision avec ce type d'instruments, la fragilité de nos voix ressort de manière plus perceptible. Du coup, nous avons mixé les voix très fort, beaucoup plus que sur les derniers disques. Il y a vraiment ce contraste dans cet album.

Avec Antoine Wielemans, l'autre compositeur du groupe, il paraît que vous vous êtes fixés comme contrainte de ne pas travailler les maquettes plus de 48 heures...
Oui, tout à fait. C'était même parfois 24 heures ! Je travaillais en Islande pendant la composition et Antoine, lui, était resté à Bruxelles. Du coup, nous échangions par Skype et nous nous lancions des défis de création en une journée. Nous avons entassé les compositions "brouillonnes" puis nous nous sommes retrouvés en studio d'une manière "très vierge". Au final, cela était beaucoup plus marrant.

Vous avez également pratiqué l'hypnose pour stimuler votre travail de composition ?
Oui, tout à fait. Comme je le disais, nous voulions avancer dans le disque sans vraiment réfléchir. L'hypnose fut un chouette hasard, un truc très personnel. Antoine et moi, sans nous consulter, nous avons pratiqué l'hypnose chacun de notre côté. Symboliquement, nous aimons dire que cela nous a permis d'ouvrir "notre grande boîte" et de la vider. Cela a servi de thèmes à plusieurs titres de l'album. Nous avons également appelé le disque Nocturne en référence à cela, car il évoque le rêve et tout ce qu'il fait ressortir. Mais cela reste un peu anecdotique car nous n'avons pas continué très longtemps.

Dans cet album, il y a des titres où vous abordez des sujets plus sociétaux qu'auparavant. Pour quelles raisons ?
Depuis le début du groupe, nous étions un peu auto-centrés, avec un côté "carnet d'ados". Nous en avions un peu marre. Nous souhaitions parler de ce qui se passe autour de nous, de parler en "tu", en "ils" et de sortir du "je". Petit à petit, tu te rends compte que tu observes davantage. De plus, les dernières années ont été assez dramatiques. Nous voulions évoquer ce côté apocalyptique, les migrants, ces grands flux, ce grand nombre de morts... Mais cela reste un peu complexe de travailler ces thèmes avec notre style pop. Cela donne des chansons telles que Blue Shape. Elle évoque l'émotion suscitée par l'histoire d'Aylan, ce petit Syrien de 3 ans, retrouvé mort sur une plage turque... Mais la crise est tellement énorme que nous sommes incapables de faire plus que cela.

Le fait d'aller en Islande 3 mois tous les 2 ans a changé quelque chose dans votre travail ?
Oui, clairement. Cela m'influence pour le côté "retraite". C'est un pays très calme, qui flatte le côté contemplatif de mon travail. On a moins les pieds sur terre dans ce genre d'environnement.

Il sort de très nombreux artistes de rap ces derniers temps de Belgique tels que Damso, Caballero & JeanJass, Romeo Elvis... Est-il encore aisé de faire du rock en Belgique ?
Il n'est malheureusement pas facile de faire du rock nulle part tout simplement... (rires) En 2017, les gens écoutent majoritairement du hip hop, style que j'adore aussi. Il suffit de regarder les tops dans les magazines tels que les Inrocks ou Pitchfork pour s'en rendre compte. En Belgique, il y a encore beaucoup de groupes pop-rock très intéressants. On peut citer The Brains ou Robbing Millions... Mais il y a simplement moins de focus médiatiques sur eux.

Girls in Hawaii [+ Voyou], vendredi 9 mars à 20h30 au FIL à Saint-Étienne

pour aller plus loin

vous serez sans doute intéressé par...

Mardi 26 avril 2022 Toujours là, ces types en costards Paul Smith et pompes en cuir qui brille. Toujours là, ces poignées de mains viriles à qui serrera le plus fort. Toujours là, (...)
Mardi 26 avril 2022 D’un point d’ancrage à un autre, l’artiste stéphanois porte en lui l’errance joyeuse de ceux qui savent accueillir la vie. Des sens en éveil, une gamberge qui va loin quitte à prendre son temps : portrait d’un poète en quête d’infini.  
Mardi 26 avril 2022 Et si la vie, ce n’était pas choisir à tout prix, mais au contraire construire un tout ? Et si l’art, ce (...)
Mardi 1 mars 2022 Ticket en poche, direction la queue pour les Montagnes Russes…  c’est le premier album solo de Lujipeka sorti en novembre 2021, que l’on aura (...)
Mardi 1 mars 2022 Ils nous avaient manqué, les 6 d’Asian Dub Fondation sont de retour et fouleront le sol de la salle Du Grand Marais de Riorges, le 15 mars. On se (...)
Mardi 1 février 2022 Un ancien acteur X retourne dans son Texas natal et navigue entre son ex et une jeune serveuse. Une métaphore douce-amère d’une Amérique vivant dans la dèche, sur sa réputation et l’espoir permanent de se refaire la cerise sur le dos des autres…
Mardi 1 février 2022 Les champs de la photographie sont si vastes que le huitième art ne cesse d’inspirer ceux qui s’y frottent. Détournant les figurines en plastique de (...)
Mardi 30 novembre 2021 Le trio franco-américano-espagnol Slim & The Beast s’est peu à peu éloigné du folk-rock acoustique de ses (...)
Mardi 30 novembre 2021 Des statuettes, des balcons, des corbeaux… Des façades venues du passé, des rues et des vitrines décorées, le tout, (...)
Mardi 30 novembre 2021 Nos régions ont du talent ! Il n’y a qu’à regarder le nombre de groupes originaires d’Auvergne-Rhône-Alpes qui (...)
Mardi 30 novembre 2021 Manta, c’est un peu l’enfant caché de Tame Impala et Moses Gunn Collective. Une énergie que le groupe lyonnais libère sur scène, un rock psyché envoûtant, avec (...)
Vendredi 29 octobre 2021 Du rock, du punk et un peu de pop : c’est ce que proposent Manon, Bastien et Maxime. Des rythmes rapides à la guitare et à la batterie, auxquels viennent (...)
Vendredi 29 octobre 2021 1001 Bass et le Clapier, c’est un peu une histoire d’amour. Depuis plusieurs années, l’association  investit régulièrement l’ancienne gare stéphanoise, pour y proposer des soirées techno, trance et électro. Avec la signature d’un bail de...
Mardi 5 octobre 2021 Mélomanes chevronnés, copains, associés, les patrons du Disorder Julien Haro et Thibault Llopis ont retrouvé depuis un peu moins de trois mois la vie, le bon son, la sueur et l’atmosphère si particulière de leur club stéphanois. Récit d’une histoire...
Mardi 5 octobre 2021 Ne pas faire un détour par la Salle du Grand Marais à Riorges le mardi 12 octobre serait une grave erreur. Pourquoi ? Eh bien parce que cela voudrait dire (...)
Mardi 5 octobre 2021 Bottle Next, c’est batterie, guitare et une bonne dose d’énergie en prime. Avec leur second opus, Drift (2020), Marty et Pierre enfoncent le clou déjà (...)
Mardi 5 octobre 2021 La jeune Melba donne l’impression d’avoir déjà une belle expérience derrière elle. Après son premier EP au titre la décrivant si bien - Cœur Combattant - en (...)
Mardi 5 octobre 2021 D’organique à synthétique, la distinction est parfois très ténue. La preuve avec le duo AaRON, qui sortait il y a tout juste un an son quatrième album, Anatomy (...)
Lundi 6 septembre 2021 Les vacances sont finies, mais voici une date à bien marquer dans votre agenda tout neuf : le coup d’envoi de la nouvelle saison du Fil, ce jeudi à Saint-Etienne. Zoom sur l'un des derniers événements de l'été, ou, si l’on préfère, l’un des premiers...
Mardi 7 septembre 2021 Romane Santarelli a le don de redonner une fraîcheur et une belle poésie aux longues envolées techno. Ici, on se trouve dans une électro qui rappelle un Rone, (...)
Mardi 7 septembre 2021 Oui, c'est vrai, elle a la pêche Melba et ca se ressent d'ailleurs sur scène. Mais au-delà du jeu de mots des plus faciles, l'artiste lyonnaise creuse son (...)

restez informés !

entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter