"Mobile Homes" : Cellule familiale

Mobile Homes
De Vladimir de Fontenay (Can-Fr, 1h41) avec Imogen Poots, Callum Turner...

Home/road movie / de Vladimir de Fontenay (Can.-Fr., 1h41) avec Imogen Poots, Callum Turner, Callum Keith Rennie…

Ali partage avec Evan une vie nomade faite de petits trafics, se servant au besoin de Bone son garçonnet. Après un ultime plan foireux, Ali et Bone se réfugient dans un mobile home qui justement est déplacé par Bob, son constructeur. L’espoir pour eux de refaire leur vie ailleurs…

En s’attardant sur coulisses des combines d’Evan (combats de coqs, vente de poudre, effractions etc…) et en insistant sur la déréliction de Bone, ce premier film prend un peu trop de temps à en venir au fait : l’espoir d’une reconstruction pour la mère et le fils dans un environnement sécurisant et stable — quel paradoxe pour un village de mobile homes.

On suppose que Vladimir de Fontenay, qui développe ici la trame d’un de ses courts métrages, a eu du mal à sacrifier l’ambiance canaille du début : la violence interlope et nocturne s’avère toujours séduisante à l’écran. Mais le cocon blanc des mobile homes, havre en chantier ne manque pas non plus d’atouts. D’autant plus qu’il constitue un apaisant contrepoint visuel.

Mention spéciale pour finir à Imogen Poots, dont le physique adulescent renvoie parfaitement aux ambiguïtés d’Ali. En mère-enfant comprenant sur le tard (plutôt qu’apprenant) ses obligations maternelles, elle offre un finale d’une très belle gravité.

pour aller plus loin

vous serez sans doute intéressé par...

Lundi 22 juin 2020 Un jeune couple pris au piège dans une maison-témoin diabolique doit élever jusqu’à l’âge adulte un bébé tyrannique comme tombé du ciel. Une fable de circonstances, entre Le Prisonnier, La Malédiction et le mythe de Sisyphe.
Mardi 6 janvier 2015 De John Boorman (Ang, 1h55) avec Callum Turner, Caleb Landry Jones…

restez informés !

entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter