article partenaire
RCW 86, rémanent coloré.

No One Is Innocent : « Tous les ingrédients pour prendre du plaisir sur scène »

No One is Innocent + NijuKo

Le Clapier

ce spectacle n'est pas à l'affiche actuellement

Rock / Groupe engagé par excellence, No One Is Innocent poursuit sa route vingt ans après ses débuts. Toujours aussi énergique, le rock du groupe n'a pas pris une ride et son dernier album Frankenstein démontre que la créature n'a pas fini d'en découdre. Rencontre avec Kemar, le chanteur charismatique des [no one is innocent], avant le passage de la formation au Clapier.

Quelle différence existe-t-il entre Propaganda, votre album sorti en 2015 et Frankenstein qui vient de paraître ?
Kemar :
Nous avons la sensation qu'il est plus animal, plus organique. On peut ressentir la nervosité du groupe dans les compositions qui sont moins rondes. L'album débute sur le titre À la gloire du marché et on le prend en pleine face ! On se connaît aussi davantage avec notre producteur Fred Duquesne (notamment connu pour son implication dans le groupe Mass Hysteria, NDLR), ce qui donne un son plus acéré que sur notre précédent disque.

Justement, en parlant de Fred Duquesne, il est intervenu la première fois pour vous sur Propaganda, alors que c'est un ami de longue date. Pourquoi avoir attendu si longtemps avant de travailler avec lui ?
C'est très étrange en fait... Ce sont les mystères de la musique. Fred est un pote de bande, on se croise hyper souvent, on sort boire des coups à Paris... À un moment donné, avant de commencer à travailler sur Propaganda, des amis nous disent : « qu'est-ce que vous faites ? Pourquoi vous ne demandez pas à Fred de bosser avec vous ? » Oui, c'était évident au final de le faire intervenir.

Que vous a-t-il apporté dans votre travail et au niveau sonore ?
Nous trouvons que c'est un mec très brillant, intelligent, réfléchi... Il sait également être dans le doute, même s'il apporte une approche très sûre. Il n'est pas borné. Si tu as des choses à défendre, il va faire mine de ne pas t'écouter mais en fait, il enregistre tout. C'est un mec qui permet de maintenir une très bonne ambiance en studio, ça rigole beaucoup et en même temps c'est un grand travailleur. Pour lui, faire un album de No One, ça reste quelque chose d'important, ce n'est pas anodin. C'est un peu le sixième membre du groupe lorsque nous enregistrons.

On a l'impression que No One Is Innocent n'arrête jamais, toujours sur scène ou en studio...
C'est vrai que depuis que l'on a attaqué la tournée de Propaganda en 2015, nous n'avons presque pas arrêté. Il n'y a qu'en 2017 où nous nous sommes un peu calmés pour composer. Ca enchaîne très vite. Nous sommes dans une dynamique géniale où le groupe se sent bien, prend du plaisir à jouer, écrire ensemble. Il n'y a pas d'egotrip entre nous, chacun a sa place. Cela n'a pas toujours été le cas mais aujourd'hui ça l'est. Donc ça donne envie d'y aller, de faire de la musique, de s'investir pleinement. Nous prenons vraiment du plaisir à être ensemble.

No One Is Innocent est un groupe engagé depuis ses débuts. Comment ressentez-vous l'impact de votre travail sur le public, sa manière de penser, de se poser des questions...
Avant le texte et l'engagement, notre travail a changé des gens dans leur parcours musical. Comme des groupes tels que Black Sabbath, AC/DC, Rage Against The Machine, The White Stripes... ont changé notre vision de la musique. On a souvent des contacts avec des personnes qui nous disent que notre musique les remue et ça nous fait extrêmement plaisir. Après, il y a le côté engagement que l'on ressent dans le sens où nous n'avons pas un public de benêts ou de débiles. Il y a un vrai échange, avec les textes, les thématiques abordées... C'est riche.

Sur cet album, il y a d'ailleurs plusieurs thématiques fortes comme sur Les Revenants ou Frankenstein à propos des "monstres" créés par la société...
Oui, surtout sur les gouvernements qui créent ces monstres. Frankenstein est un morceau sur l'ingérence occidentale au Moyen-Orient, pour le pétrole, les ressources naturelles... Ça ne tourne pas rond et il faut conserver un œil très critique sur tout ça.

Sur l'album, vous avez fait le choix de faire un cover du titre Paranoïd de Black Sabbath. Pour quelle raison ?
Shanka (guitariste du groupe, NDLR) avait dans ses tiroirs un début de version qu'il avait créé il y a un moment. Il nous l'a proposée et on a trouvé ça terrible. Cela apportait quelque chose à la version originale. Nous avons voulu également marqué au fer rouge que Black Sabbath constitue l'ADN de No One. Ce groupe a vraiment changé l'histoire du rock.

Sur scène, le live lié à ce nouvel album a-t-il évolué au cours de la tournée ?
C'est peut-être la première fois que cela arrive dans l'histoire du groupe, mais au bout de la troisième date nous avons trouvé la setlist idéale... On peut encore bouger un peu les lignes mais nous tenons quelque chose d'exceptionnel, le public nous emmène, tient le rythme. Ca donne des concerts mémorables. Dans ce live, nous avons réussi à mettre tous les ingrédients pour prendre du plaisir sur scène.

No One Is Innocent [+ NijuKo], vendredi 25 mai 2018 à 20h au Clapier

pour aller plus loin

vous serez sans doute intéressé par...

Mardi 26 avril 2022 Toujours là, ces types en costards Paul Smith et pompes en cuir qui brille. Toujours là, ces poignées de mains viriles à qui serrera le plus fort. Toujours là, (...)
Mardi 26 avril 2022 Et si la vie, ce n’était pas choisir à tout prix, mais au contraire construire un tout ? Et si l’art, ce (...)
Mercredi 6 avril 2022 Envie de bamboche, d’une ambiance festive, et de gros son ? Check la liste des soirées qui arrivent, et prépare ton agenda (et ta tenue de gala) : ça sent la grosse bringue.
Mardi 1 mars 2022 Ils nous avaient manqué, les 6 d’Asian Dub Fondation sont de retour et fouleront le sol de la salle Du Grand Marais de Riorges, le 15 mars. On se (...)
Mardi 1 février 2022 Un ancien acteur X retourne dans son Texas natal et navigue entre son ex et une jeune serveuse. Une métaphore douce-amère d’une Amérique vivant dans la dèche, sur sa réputation et l’espoir permanent de se refaire la cerise sur le dos des autres…
Mercredi 8 décembre 2021 Suite aux dernières annonces gouvernementales, les boîtes de nuit fermeront leurs portes ce vendredi au petit matin, pour 4 semaines. Une dernière soirée entre tristesse, amertume, et joie d’être ensemble une dernière fois avant 2022.
Mardi 30 novembre 2021 Les mineurs joueront (presque) à domicile le 4 décembre, puisque le Clapier, situé à quelques pas seulement du Puits (...)
Mardi 30 novembre 2021 Nos régions ont du talent ! Il n’y a qu’à regarder le nombre de groupes originaires d’Auvergne-Rhône-Alpes qui (...)
Mardi 30 novembre 2021 Manta, c’est un peu l’enfant caché de Tame Impala et Moses Gunn Collective. Une énergie que le groupe lyonnais libère sur scène, un rock psyché envoûtant, avec (...)
Vendredi 29 octobre 2021 Du rock, du punk et un peu de pop : c’est ce que proposent Manon, Bastien et Maxime. Des rythmes rapides à la guitare et à la batterie, auxquels viennent (...)
Vendredi 29 octobre 2021 1001 Bass et le Clapier, c’est un peu une histoire d’amour. Depuis plusieurs années, l’association  investit régulièrement l’ancienne gare stéphanoise, pour y proposer des soirées techno, trance et électro. Avec la signature d’un bail de...
Mardi 5 octobre 2021 Mélomanes chevronnés, copains, associés, les patrons du Disorder Julien Haro et Thibault Llopis ont retrouvé depuis un peu moins de trois mois la vie, le bon son, la sueur et l’atmosphère si particulière de leur club stéphanois. Récit d’une histoire...
Mardi 5 octobre 2021 Bottle Next, c’est batterie, guitare et une bonne dose d’énergie en prime. Avec leur second opus, Drift (2020), Marty et Pierre enfoncent le clou déjà (...)
Lundi 6 septembre 2021 Les vacances sont finies, mais voici une date à bien marquer dans votre agenda tout neuf : le coup d’envoi de la nouvelle saison du Fil, ce jeudi à Saint-Etienne. Zoom sur l'un des derniers événements de l'été, ou, si l’on préfère, l’un des premiers...
Mercredi 12 mai 2021 L'auteur stéphanois Pascal Pacaly revient avec le troisième volume de sa série La France est rock. Intitulé La France est (toujours) rock, cet opus (...)
Mercredi 9 septembre 2020 ★★★☆☆ De Sarah Gavron (G.-B., 1h33) avec Bukky Bakray, Kosar Ali, D'angelou Osei Kissiedu…
Mardi 9 juin 2020 Exit les Raqoons, bonjour BUL ! Le trio de groove-rock stéphanois, qui a notamment joué sur la scène de l'Olympia parisien en décembre 2017 grâce au tremplin Muzik'Casting, a décidé de changer de nom mais aussi d'amorcer un virage musical plus pop...
Mercredi 26 février 2020 De Rupert Goold (G.-B., 1h58) avec Renée Zellweger, Jessie Buckley, Finn Wittrock…
Mercredi 8 janvier 2020 Ils sont nombreux les frenchies de la planète blues, mine de rien, à savamment cultiver tous les attributs du genre : voix rocailleuse et/ou éraillée, riffs (...)
Mercredi 4 décembre 2019 De Staat (qui signifie L'État en hollandais) est un groupe rock majeur chez les Bataves. Emmené par Torre Florim, la formation est difficile à (...)
Mardi 26 novembre 2019 Pour lancer sa quatrième édition dignement, l'équipe du N.N.Y Fest. a fomenté une soirée folle avec la venue des fougueux Pneu et 2 Boules Vanille. Du rock bien (...)

restez informés !

entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter