article partenaire
Pic étoilé dans M16

"Rester vivant - méthode" : Comment ça va avec la douleur ?

Rester vivant : méthode
De Reinier Van Brummelen, Erik Lieshout (Néer, 1h10) avec Iggy Pop, Michel Houellebecq

Aïe ! / de Erik Lieshout (P.-B., 1h10) avec Iggy Pop, Michel Houellebecq, Robert Combas…

De la douleur surmontée naît la création poétique. Tel est le postulat de l’essai signé par Michel Houellebecq en 1991, Rester vivant, méthode. Un bréviaire dont fait ici son miel Iggy Pop, jadis réputé pour ses performances scéniques limites conjuguant scarifications et auto-mutilations diverses. En vénérable pré-punk apaisé, l’Iguane s’emploie à lire devant la caméra quelques stances de l’ouvrage, à les commenter à la lumière de son parcours ; croisant sa propre vie avec celle d’autres artistes aussi marqués par la souffrance que lui. On y découvre les écrivains écorchés Claire Bourdin et Jérôme Tessier, ainsi que le vibrionnant peintre Robert Combas, témoignant tous de leur rapport intime à la maladie — schizophrénie, dépression ou autre plaie intérieure térébrante qu’ils ont convertie en carburant créatif.

Et puis il y a dans un recoin du film, à son extrémité caudale même, un certain “Vincent“, artiste reclus absorbé par un grand œuvre mystérieux. Il s’agit le seul “personnage“ fictif de ce documentaire hybride, interprété par Houellebecq en personne. Visage rongé de stigmates, voix souffreteuse et silhouette débile, l’auteur est l’incarnation idéale de son essai ; un cameo parfait.

Posé, voire léché, Rester vivant - méthode illustre et confirme par l’exemple la théorie houellebecquienne, près de trente ans après sa publication. Et cette validation s’achève par la mise en marche branlante mais triomphale des cinq protagonistes, de front dans une rue parisienne déserte. Connaissant le lest que traîne chacun d’entre eux, voir cette bande d’éclopés déambuler d’un pas vacillant mais décidé a quelque chose de sublime.

pour aller plus loin

vous serez sans doute intéressé par...

Mardi 5 octobre 2021 Barouf : nom masculin, familier, issu de l'italien baruffa, désigne le bruit, le vacarme, le tapage. Synonymes : boucan, raffut, tintamarre. "Cette année, le Rhino Jazz(s) va faire un barouf du tonnerre à Saint-Étienne." Vous...
Mercredi 9 juin 2021 La galerie PASQUI fait partie de ces lieux d’art qui ont traversé la crise covidienne sans trop d’encombre, les acheteurs n’hésitant à enrichir leurs (...)
Mardi 6 janvier 2015 Pas grand chose à se mettre sous la dent en ce mois de janvier cinématographique… En attendant les locomotives américaines de février, conseillons un polar sud-coréen, une machine à oscars plutôt sophistiquée et… un téléfilm enfin à sa mesure sur...
Mercredi 10 septembre 2014 L’errance suicidaire d’un téléopérateur dépressif en maillot de cycliste, où la rencontre entre Houellebecq et le tandem Kervern / Delépine débouche sur un film radical, peu aimable, qui déterre l’os commun de leurs œuvres respectives : le désespoir...

restez informés !

entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter