"En guerre" : La Loi n'a pas dû marcher

En Guerre
De Stéphane Brizé (Fr, 1h52) avec Vincent Lindon, Mélanie Rover...

On ne Loach rien ! / « Celui qui combat peut perdre. Celui qui ne combat pas a déjà perdu » Citant Brecht en préambule, et dans la foulée de La Loi du marché Stéphane Brizé et Vincent Lindon s’enfoncent plus profondément dans l’horreur économique avec ce magistral récit épique d’une lutte jusqu’au-boutiste pour l’emploi. En compétition Cannes 2018.

Quand la direction de l’usine Perrin annonce sa prochaine fermeture, les représentants syndicaux, Laurent Amédéo en tête, refusent la fatalité, rappelant la rentabilité du site, les dividendes versés par la maison-mère allemande aux actionnaires, les sacrifices consentis. Une rude lutte débute…

Nul n’est sensé ignorer La Loi du marché (2015), pénultième réalisation de Stéphane Brizé, qui s’intéresse à nouveau ici à la précarisation grandissante des ouvriers et des employés. Mais il serait malvenu de lui tenir grief d’exploiter quelque filon favorable : cela reviendrait à croire qu’il suffit de briser le thermomètre pour voir la fièvre baisser. Mieux vaudrait se tourner vers les responsables de ces situations infernales conduisant le vulgum pecus à crever de préférence la gueule fermée. Des responsables que Brizé, et Lindon son bras armé, désignent clairement, révèlent dans leur glaçant cynisme et la transparence de leur opacité.

L’histoire d’En guerre est terrifiante. Car elle contient tous les ingrédients au cœur des grands conflits sociaux faisant l’actualité depuis trop longtemps : des accords d’entreprise frelatés (extorqués contre la promesse d’un maintien de l’activité, dénoncés quelques mois plus tard), l’incurie d’un État jouant la neutralité bienveillante mais trop soucieux de sauvegarder les intérêts privés pour s’engager auprès des vraies victimes (et préférant, le cas échéant, les faire tabasser par les CRS) ; un patronat au-dessus des lois comme de la morale, dont l’avidité ne connaît pas de limite. À cette synthèse — on devrait dire “pot-pourri“ — il faut ajouter le facteur temps, dont Brizé montre la redoutable contre-productivité sociale, puisqu’il est de facto l’allié des puissants : un conflit qui dure constitue un terreau propice pour qui souhaite semer des graines de doute, faire fleurir la division et voir éclore les ressentiments larvés.

Clairement engagé du côté des ouvriers, Brizé ne les héroïse pas à la soviétique au nom du dogme, bien au contraire. Face aux prédateurs libéraux froids et dépourvus d’affects, ils sont les seuls à manifester une humanité en étant les esclaves de leurs passions — comme la colère ou les ambitions individuelles. C’est ce qui fracturera le groupe. Comment ne pas penser au finale de La Colline des hommes perdus (1964) de Sidney Lumet…

Épique, éthique et cols bleus

Récit d’une défaite si faiblement victorieuse, En guerre construit son épopée tragique en incorporant à l’objectivité de son énonciation les voix de ces aèdes contemporains que sont les médias d’informations en continu. Dans l’immédiateté, ceux-ci transforment des faits en légende en en livrant une interprétation divergée — la succession des reportages tronquant opportunément la réalité et des communiqués partiaux en témoigne. Débutant par un flash info, s’achevant quasiment par une image amateur tournée au téléphone, En guerre en dit incidemment long sur le poids des images médiatiques, ces condensés forcément biaisés car livrés dépourvus de généalogie factuelle. Et, fatalement, interroge sur l’éthique du regard.

Le “cinéma social” réclame, au nom de la dignité des individus qu’il dépeint (souvent des victimes objectives) et des idées qu’il défend (en général, des valeurs de justice) une adéquation entre la forme et le fond. Soit un traitement brut et une esthétique sobre frisant l’ascèse. Si elle a un peu vitrifié le genre, la caméra à l’épaule des Dardenne ou de Loach, respectait ainsi cet équilibre en donnant une impression d’instabilité liée au “pris sur le vif“. L’absence de tout apprêt mélodique extra-diégétique (la bande originale) accentuait le vérisme des situations, de même que le recours à des comédiens non professionnels. L’enjeu étant, non pas de contrefaire la réalité (au risque de choir dans la caricature pathétique), mais d’en donner à travers la fiction la représentation la plus signifiante possible. Si pour La Loi du marché, Brizé avait opté pour une ligne ultra-radicale, il consent ici à quelques plages musicales qui n’oblitèrent en rien la puissance du réel. Elles apportent même un regain de panache dans la geste ou l’élégie. On pourrait parler de convergence des luttes.

En guerre de Stéphane Brizé (Fr., 1h53) avec Vincent Lindon, Mélanie Rover, Jacques Borderie…

pour aller plus loin

vous serez sans doute intéressé par...

Jeudi 15 juillet 2021 Une carrosserie parfaitement lustrée et polie, un moteur qui rugit mais atteint trop vite sa vitesse de croisière pépère… En apparence du même métal que son premier et précédent long métrage,  Grave, le nouveau film de Julia Ducourneau semble...
Jeudi 2 mai 2019 Une psy trouve dans la vie d’une patiente des échos à un passé douloureux, s’en nourrit avec avidité pour écrire un roman en franchissant les uns après les autres tous les interdits. Et si, plutôt que le Jarmusch, Sybil était LE film de vampires en...
Mardi 11 décembre 2018 de Kirill Serebrennikov (Rus.-Fr., 2h06) avec Teo Yoo, Roman Bilyk, Irina Starshenbaum…
Mardi 2 octobre 2018 Le portrait plein de vie d’une adolescente née garçon luttant pour son identité sexuelle et pressée de devenir femme. Une impatience passionnée se fracassant contre la bêtise à visage de réalité, filmée avec tact et transcendée par l’interprétation...
Mardi 2 octobre 2018 Lars von Trier s'insinue dans la tête d’un serial killer aux ambitions (ou prétentions ?) esthétiques démesurées pour en retirer une symphonie en cinq mouvements criminels. Une variation sur la mégalomanie et le perfectionnisme artistiques forcément...
Mercredi 5 septembre 2018 Un brave toiletteur pour chiens et une brute qui le traite pis qu’un chien sont au centre de Dogman, le nouveau conte moral de Matteo Garrone. Une histoire italienne d’aujourd’hui récompensée par le Prix d’interprétation masculine à Cannes pour...
Mardi 5 juin 2018 Avec Brizé, Pawlikowski et Lee Chang-dong en compétition et trois autres réalisateurs dans les sections parallèles, le distributeur et producteur Michel Saint-Jean a savouré « comme si c’était le premier » le festival de Cannes 2018. Affable mais...
Mardi 15 mai 2018 Sous le délicieux présent, transperce le noir passé… Asghar Farhadi retourne ici le vers de Baudelaire dans ce thriller familial à l’heure espagnole, où autour de l’enlèvement d’une enfant se cristallisent mensonges, vengeances, illusions et envies....
Mercredi 2 mai 2018 Films décalés parvenant enfin (ou pas) sur les écrans, familles séparées finissent par renouer des liens distendus voire coupés… Mai est un mois de retrouvailles. Et de festival, aussi, un peu…
Mercredi 4 avril 2018 Wes Anderson renoue avec le stop motion pour une fable extrême-orientale contemporaine de son cru, où il se diversifie en intégrant de nouveaux référentiels, sans renoncer à son originalité stylistique ni à sa singularité visuelle. Ces Chiens...
Mardi 6 février 2018 Après Marguerite, Xavier Giannoli revient avec L’Apparition. Vincent Lindon y campe un journaliste envoyé par le Vatican dans les Alpes, où une jeune fille affirme avoir eu une apparition de la Vierge. L’enquête est ouverte… Propos recueillis par...
Mardi 30 mai 2017 Pour commémorer le centenaire de sa disparition, Jacques Doillon statufie Auguste Rodin dans ses œuvres. L’incandescence contenue de Vincent Lindon et le feu d’Izïa Higelin tempèrent heureusement une mise en scène par trop classique.
Mercredi 23 novembre 2016 Une ingénue sort du couvent pour se marier et mener une existence emplie de trahisons et de désenchantements. Maupassant inspire Stéphane Brizé pour un récit ascétique situé dans un XIXe siècle étrangement réaliste, et habité jusqu’à la moelle par...
Mardi 19 janvier 2016 S’inspirant de l’affaire de l’Arche de Zoé, Joachim Lafosse confie à un Vincent Lindon vibrant un rôle d’humanitaire exalté prêt à tout pour exfiltrer des orphelins africains. L’année 2016 pourrait bien être aussi faste que la précédente pour le...
Mardi 3 novembre 2015 Si la question de la mort choisie fait l’objet en ce moment d’une mise en lumière particulière grâce au film de Pascale Pouzadoux La Dernière Leçon (04/11), (...)
Mercredi 27 mai 2015 Comment un chômeur de longue durée se retrouve vigile et fait l’expérience d’une nouvelle forme d’aliénation par le travail : un pamphlet de Stéphane Brizé, radical dans son dispositif comme dans son propos, avec un fabuleux Vincent Lindon. Critique...
Mercredi 27 mai 2015 Le Méliès réussit un nouveau joli coup dans sa programmation de séances de cinéma suivies ou précédées par des rencontres en visio-conférence avec des réalisateurs ou (...)
Mardi 31 mars 2015 Même si elle traduit un certain regain de forme de la part de Benoît Jacquot, cette nouvelle version du roman d’Octave Mirbeau a du mal à tenir ses promesses initiales, à l’inverse d’une Léa Seydoux épatante de bout en bout. Christophe Chabert
Mardi 4 février 2014 De Fred Cavayé (Fr, 1h30) avec Vincent Lindon, Gilles Lellouche…
Lundi 15 juillet 2013 De Claire Denis (Fr, 1h40) avec Vincent Lindon, Chiara Mastroianni…
Mardi 6 novembre 2012 D'Alice Winocour (Fr, 1h41) avec Vincent Lindon, Soko, Chiara Mastroianni…
Lundi 17 septembre 2012 Stéphane Brizé, réalisateur de Quelques heures de printemps, cinquième film de cet amoureux des silences gênés, des plans séquences qui donne «vertige» et d’un cinéma qui créerait des émotions (fortes). Propos recueillis par Christophe Chabert
Lundi 17 septembre 2012 Un fils sort de prison et renoue des rapports électriques avec sa mère malade. Avec ce film poignant emmené par une mise en scène sans psychologie ni pathos et deux comédiens incroyables, Stéphane Brizé s’affirme comme un grand cinéaste. Christophe...

restez informés !

entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter