Jain : « Marquer une différence avec la grosse pop américaine »

Terrenoire + Eddy De Pretto + Jain + Nekfeu

Grande Prairie - Parc-Musée de la Mine

ce spectacle n'est pas à l'affiche actuellement

Alors qu’elle vient tout juste de sortir "Alright", nouveau single annonciateur d’un deuxième album en préparation, Jain propose jusqu’à début août un "Warm up tour" dont beaucoup de dates affichent complet. Rencontre avec la jeune princesse de la melting pop à la française à qui l’on doit les tubes "Come" et "Makeba" métissant magnifiquement le mainstream.

Entre votre rencontre avec le chanteur, musicien et producteur Yodelice et la sortie de votre premier album Zanaka en 2015, vous avez mis presque six ans : c'est rare d'avoir la possibilité de prendre le temps ainsi, d'avoir cette liberté…

Jain : Quand j'ai rencontré Yodelice, j'avais 16 ans. Je trouvais ça trop tôt... C'était le premier producteur que je rencontrais. Et je voulais passer mon bac, faire mes études en art. Je n'étais pas du tout sûre de vouloir faire de la musique, tout simplement. On s'est laissé le temps, tous les deux. Je suis revenue le voir à 22 ans, une fois que je savais réellement que je voulais faire de la musique. Et c'est là que l'on a commencé à travailler ensemble sur cet album.

Au cours de votre jeunesse à Abu Dhabi puis au Congo, avez-vous eu des expériences au sein de groupes, avec d'autres musiciens ?

Ma première expérience, c'était à 18 ans à Abu Dhabi : avec un groupe, on faisait des reprises. Après, j'ai très rapidement été seule sur scène. Au Congo, j'étais assez jeune, les musiciens que je connaissais étaient plutôt des rappeurs, il y avait beaucoup de rap à Pointe-Noire et c'est grâce à ça que j'ai rencontré un beatmaker qui s'appelle Mr Flash, qui m'a donné mes premiers logiciels pour m'enregistrer chez moi. Je ne savais même pas que l'on pouvait s'enregistrer chez soi !

Votre univers est proche de M.I.A., de Santigold...

Ce sont des chanteuses que j'adore. C'est vrai qu'elles ont des univers très marqués, leur musique est assez ouverte : on peut les imaginer dans plusieurs styles, c'est ce que je trouve intéressant.

Vous avez cette particularité d'avoir une "famille" qui vous entoure, comme Yodelice, mais aussi Greg & Lio pour les clips.

Complètement. Je suis assez fidèle dans la vie en général, je travaille beaucoup avec les mêmes personnes. Mon manager, je le connais depuis mes 16 ans, comme Yodelice. J'aime avoir des personnes de confiance autour de moi, qui puissent me dire "c'est bien ou c'est pas bien" sans aucune gêne. C'est très important.

Concernant Greg & Lio, on cherchait des réalisateurs avec ma maison de disque pour le titre Come, on a reçu plusieurs synopsis. C'est le leur qui m'a plu de suite, et quand on s'est rencontré, ce fut un coup de cœur artistique. On était exactement sur la même longueur d'onde, ça s'est poursuivi sur les clips suivants.

Comment se passe l'écriture des textes ?

Quand je commence une chanson, souvent c'est parce que quelque chose me dérange et, au fur et à mesure de la chanson, je me console : c'est une sorte de thérapie. Mais ça peut parler de tout, je ne me mets aucun filtre pour les sujets des chansons.

Vous avez fait une année en école d'art, et l'image est très importante sur votre projet. Où sont vos influences côté peinture et photographie ?

Surtout dans la rue. C'est le street art, c'est JR, c'est Basquiat, c'est le pop art très coloré et très festif, qui me parlent. Il y a une sorte de simplicité dans le street art et le pop art qui touche directement les gens et qui me plaît, comme peut le faire Banksy.

Cette simplicité est étonnante dans votre travail : c'est sobre, jamais surchargé, juste ce qu'il faut. C'est inné ou il y a beaucoup de travail en amont ?

C'est une volonté que l'on a de faire quelque chose de sobre, de ne pas trop en faire. C'est aussi pour marquer une différence avec ce que l'on entend dans la grosse pop américaine : revenir à quelque chose de basique. Et d'efficace.

Jain [+ Nekfeu + Eddy De Pretto + Terrenoire], dimanche 1er juillet à 19h, La Grande Prairie (Parc-Musée de la mine) à Saint-Étienne, dans le cadre du festival Paroles & Musiques

pour aller plus loin

vous serez sans doute intéressé par...

Lundi 5 décembre 2022 Le premier fils, Dimitri, impétueux, sanguin et violent, est le rival de son père, entiché de la même femme que lui. Le second, Ivan, cynique intellectuel athée (...)
Mardi 5 juillet 2022 Depuis des lustres (1988 pour être précis), Craponne-sur-Arzon fait figure de référence sur la planète Country Music. Mais après quelques éditions compliquées et à (...)
Mardi 26 avril 2022 De confinements en couvre-feux, la pandémie aurait presque fait oublier qu’un festival de musiques est avant tout un temps de convivialité partagée, entre amis, dans une foule de mélomanes raisonnablement...
Mardi 26 avril 2022 D’un point d’ancrage à un autre, l’artiste stéphanois porte en lui l’errance joyeuse de ceux qui savent accueillir la vie. Des sens en éveil, une gamberge qui va loin quitte à prendre son temps : portrait d’un poète en quête d’infini.  
Mardi 26 avril 2022 Comme chaque mois, le Méliès Saint-François vous convie à sa grande soirée Quiz, dédiée cette fois-ci (...)
Mardi 26 avril 2022 Ce festival, initialement prévu en 2020 pour fêter le 250e anniversaire de la naissance de Ludwig Van Beethoven se réalise enfin. (...)
Mardi 26 avril 2022 Voici une belle promesse que nous fait l'Opéra de Saint-Etienne. Tout le monde connaît l'histoire de Lancelot, chevalier de la Table (...)
Mardi 26 avril 2022 Fatigue passagère et moral dans les chaussettes ? La rédaction du Petit Bulletin est là pour prendre soin de ses lecteurs, avec un traitement imparable : les concerts. Et quoi de mieux que le Paroles & Musiques pour se...
Mardi 26 avril 2022 Plus on progresse, plus on se fait du mal et plus on se tue, à petit feu. Avec Bienvenue dans l’espèce humaine, Benoît (...)
Mardi 26 avril 2022 Gerard Watkins revisite le chef-d’œuvre shakespearien à travers le prisme des sixties : pantalons pattes (...)
Mardi 26 avril 2022 Hugo, 23 ans, étudiant en sciences humaines, oscille entre ses origines algériennes et françaises. Lorsque sa mère le (...)
Mercredi 13 avril 2022 Direction le restaurant de la Cité du Design pour un menu du jour digne d’une bonne brasserie avec une vue sur un jardin d’hiver étonnant.
Mercredi 6 avril 2022 Le thème : Bifurcations. La promesse : quatre mois de grande fête autour du design, à laquelle tous les Stéphanois pourraient prendre part. Les questions : la biennale Design sera-t-elle accessible à tous les publics, suffisamment...
Mercredi 6 avril 2022 Troupe amateure mais aussi qualitative que les pros, la LISA organise dès dimanche sa semaine de l’impro, avec au menu, différentes formules… Et pas mal de rigolade.
Mercredi 6 avril 2022 Envie de bamboche, d’une ambiance festive, et de gros son ? Check la liste des soirées qui arrivent, et prépare ton agenda (et ta tenue de gala) : ça sent la grosse bringue.
Mercredi 30 mars 2022 On l’a compris : après les rayons de soleil et les terrasses de la semaine passée, ce week-end, il va falloir ressortir les moufles et les doudounes. Désespérant ? Un peu… Mais pas au point de ne pas bouger du canapé !
Mardi 29 mars 2022 Par Sibylle Brunel. Quand les petites bêtises entrainent les grosses, il est difficile de prouver que l’on peut encore répondre à la norme. A-t-on seulement (...)
Mardi 29 mars 2022 Des dernières Biennales Design stéphanoises aux salons du Conseil de l’Union Européenne à Bruxelles, la créatrice textile Jeanne Goutelle marque peu à peu de son empreinte colorée et responsable une œuvre où le réemploi de tissus industriels permet...
Mardi 29 mars 2022 Durant les quatre mois qui vont suivre, la Biennale Design de Saint-Étienne nous invite à « bifurquer ». Envisager la société telle qu’elle est, l’envisager ensuite telle que l’on aimerait qu’elle soit… Puis envisager les chemins possibles...

restez informés !

entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter