article partenaire
RCW 86, rémanent coloré.

"Le Grand Bain" : J'ai piscine


Effet aquatique / de Gilles Lellouche (Fr., 2h02) avec Mathieu Amalric, Guillaume Canet, Benoît Poelvoorde…

Chômeur dépressif, Bertrand rejoint un groupe de bras cassés, tous vaguement en déroute personnelle, pour former une très baroque équipe de natation synchronisée masculine. Entraînés par deux ex championnes azimutées, les gars vont se révéler aux autres et à eux-mêmes…

Gilles Lellouche réalisateur, ce n’est pas une nouveauté : co-auteur de courts ainsi que d’un long avec son ancien complice Tristan Aurouet (Narco, 2004), il avait aussi participé à la trop inégale (dé)pantalonnade Les Infidèles (2012) avec un autre de ses potes, Jean Dujardin. En revanche, c’est la première fois qu’il se retrouve en solo derrière la caméra pour un long. Si son fidèle Guillaume Canet figure au générique, il n’en est pas le centre de gravité : Le Grand Bain est authentique histoire sur le groupe et la force de l’union. Pas d’un club de quadra friqués pérorant en buvant des huîtres ; plutôt une collection de paumés de la classe jadis moyenne confrontée aux fins de mois difficiles et/ou à la maladie, à l’évanouissement de ses rêves. Comme des relents de cinéma social anglo-belge…

Plaçant son film sous le signe d’un casse-tête géométrique (la quadrature du cercle), Lellouche revendique d’entrée l’échec ; sans doute pour mieux le conjurer et rendre l’équipée de ses perdants plus respectable. S’il charge la barque de ses personnages (patron caractériel, gérant escroc, employé communal lunaire, coach psychopathe, vieux métalleux à la dérive etc.), le trait est épaissi non pour mépriser mais pour donner de la présence et du poids.

Comédie “d’accomplissement“ (vu l’âge des protagonistes, on ne peut décemment pas dire initiatique), Le Grand Bain doit à l’éclectisme de sa distribution masculine ET féminine ; une somme d’interprètes venus d’horizons aussi divers que ceux qu’ils campent. On ne serait pas étonné de le voir surnager dans les hauteurs du box-office en fin d’automne.

pour aller plus loin

vous serez sans doute intéressé par...

Mardi 7 septembre 2021 Un analyste opiniâtre du BEA ayant découvert que les enregistrements d’un crash aérien ont été truqués, se trouve confronté à l’hostilité générale… Yann Gozlan creuse le sillon du thriller politique, lorgnant ici le versant techno-paranoïde et...
Mardi 21 janvier 2020 « Mes jeunes années (…)/Courent dans les sentiers/Pleins d'oiseaux et de fleurs » chantait Charles Trenet. À ce tableau pastoral, Fabrice du Weltz ajoute sa touche d’intranquillité et de dérangement faisant d’une fuite enfantine une course éperdue...
Mardi 5 novembre 2019 Si Alban Ivanov laisse à penser qu'il est à l'écran plus que sur scène (Le sens de la fête, Le Grand Bain...), il reste un humoriste de scène avant tout. Avant de (...)
Mercredi 14 novembre 2018 Après avoir montré leur mécontentement face au traitement que leur a réservé le distributeur du film de Gilles Lellouche, Le Grand Bain, l'équipe du Méliès (...)
Mardi 2 octobre 2018 Mois à cinq mercredis + vacances scolaires + poids lourds de Cannes et Venise = le plus gros embouteillage de l’année sur les écrans. Bienvenue en enfer. Pardon : en octobre.
Mercredi 4 juillet 2018 Si le script de Garde à vue avait eu un enfant avec le scénario de Inception, il aurait sans doute le visage de Au poste !, cauchemar policier qui commence par un concert et s’achève par un éternel recommencement. Du bon Quentin Dupieux avec...
Mardi 3 juillet 2018 Vieilles gloires, valeurs sûres, piliers de festoches, jeunes pousses, smoothies de genres, et autres étrangetés à découvrir, le festival lacustre baigne l'été musical d'un éclectisme qui attire les foules comme les amateurs éclairés, jusqu'à les...

restez informés !

entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter