"First Man - le premier homme sur la Lune" : L'étoffe des 2.0

First Man - Le premier homme sur la lune
De Damien Chazelle (ÉU, 2h20) avec Ryan Gosling, Claire Foy...

Astrobiopic / de Damien Chazelle (E.-U., 2h20) avec Ryan Gosling, Claire Foy, Jason Clarke…

De son entrée à la NASA comme pilote d’essai à son retour victorieux de la Lune, la trajectoire professionnelle et intime de Neil Armstrong dit Mister Cool ; un ingénieur doté d’une intelligence, d’une chance et d’un sang-froid peu communs, qui fut le premier terrien à fouler le sol lunaire…

L’engouement exagéré pour ce film d’élève appliqué qu’était La La Land aura eu la vertu de propulser Damien Chazelle vers un sujet plus ambitieux : l’aventure exploratoire la plus stupéfiante de l’Histoire. Le cinéaste la raconte en la restreignant à un individu réduit à son absence apparente d’affects — n’est-il pas paradoxal, de posséder des qualités surhumaines, voire inhumaines, pour devenir le “Premier Homme“ ? La désormais légendaire impassibilité (inexpressivité, version bienveillante) de Ryan Gossling sied à merveille pour figurer le non moins fameux flegme de l’astronaute, et le montrer dans ce qui fait sa banalité : sa dévotion mécanique à sa mission. Chazelle suggère cependant qu’elle serait un dérivatif au deuil de sa fille Karen, qu’il pleure par deux fois en secret de sa femme et de ses amis. Gravitant en satellite autour de cet astre solitaire, ceux-ci n’ont de lui qu’une vision périphérique, sans jamais le toucher ni réellement percevoir sa face cachée… humaine.

Minimaliste dans les interactions sociales et spectaculaire dans le ressenti technologique (nul besoin d’artifices pour éprouver tangage, roulis, accélération en vol ou sidération lors de la découverte du sol sélénite : la puissance vibratoire du son suffit), First Man illustre par son jeu des extrêmes le fossé entre “le petit pas“ et “le bond de géant“. Son efficacité est toutefois tempérée par le manque d’inventivité de Chazelle, qui 50 ans après Kubrick persiste avec les valses à trois temps spatiales et dépeint des instantanés de bonheur familial au standycam grand-angle façon Three of Life. Le temps est peut-être venu pour lui de forger ses propres images.

pour aller plus loin

vous serez sans doute intéressé par...

Lundi 3 janvier 2022 Depuis la sortie des films Minuit à Paris (Woody Allen, 2011) puis La La Land (Damien Chazelle, 2016), les écoles de swing ont vu un (...)
Mardi 3 octobre 2017 Denis Villeneuve livre avec Blade Runner 2049 une postérité plus pessimiste encore que le chef-d’œuvre de Dick & Scott. Tombeau de l’humanité, son opéra de bruine crasseuse et de poussière survit à sa longueur ainsi qu’à l’expressivité réduite...
Mercredi 12 juillet 2017 Retour à une forme plus narrative pour le désormais prolifique Terrence Malick, qui revisite ici le chassé-croisé amoureux dans une forme forcément personnelle et inédite.
Mercredi 25 janvier 2017 À Los Angeles, cité de tous les possibles et des destins brisés, l’histoire en cinq saisons de Mia, aspirante actrice, et Seb ambitionnant d’ouvrir son club de jazz. Un pas de deux acidulé vers la gloire ou l’amour réglé à l’ancienne par l’auteur du...
Mardi 17 mai 2016 de Shane Black (E.-U., 1h56) avec Ryan Gosling, Russell Crowe, Kim Basinger…
Mardi 7 avril 2015 Après un petit tour en salle de montage, le premier long de Ryan Gosling arrive sur les écrans dans une version sensiblement plus digeste que celle vue à Cannes. Et s’avère un objet singulier, dont la poésie noire se distille au gré de ses...
Mardi 2 décembre 2014 Pour son premier film, Damien Chazelle raconte une initiation artistique muée en rapport de domination, et filme la pratique de la musique comme on mettrait en scène un film de guerre. Une affaire de rythme, de tempo et de ruptures, parfaitement...
Mercredi 22 mai 2013 Nicolas Winding Refn rate le virage post-Drive avec ce film vaniteux qui ressemble à l’œuvre d’un chef décorateur surdoué cherchant sans y parvenir quelque chose à raconter. Christophe Chabert
Mardi 19 mars 2013 Après «Blue valentine», Derek Cianfrance retrouve Ryan Gosling pour un ambitieux triptyque cherchant à ranimer la flamme d’un certain cinéma américain des années 70 tout en en pistant l’héritage dans l’indépendance contemporaine. Pas toujours à la...

restez informés !

entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter