Lonepsi : « L'élocution est importante pour moi »

Lonepsi + an'Om

Le FIL

ce spectacle n'est pas à l'affiche actuellement

Rap / Lonepsi fait partie de la nouvelle génération de rappeurs de langue française au talent immense. Ciselés, ses textes sont imprégnés d'introspection, de références littéraires et de poésie. Avant de délivrer un premier concert en terres stéphanoises, au Fil ce vendredi 16 novembre, il nous livre quelques clés de lecture de son travail et de sa personnalité. 

Tu as été découvert grâce à Internet. Qu'est-ce-que cela évoque pour toi ? Sans ce média, penses-tu que tu aurais pu arriver au point où tu en es aujourd'hui ?
Lonepsi :
Je suis sûr et certain que non. Sans Internet, j'aurais peut-être fait exactement la même musique mais je serais resté dans ma chambre. De plus, j'ai tellement peu d'audace que je n'aurais pas toqué aux portes des maisons de disques ou encore moins fait de l'affichage dans la rue... Ma musique serait restée pour mes proches mes amis ou mes voisins.

On te met souvent dans la catégorie "rap" mais il t'arrive par exemple de faire des chansons en piano/voix. Tu es à la croisée des styles. Est-ce que cela te gêne d'être catégorisé en rap ?
Comme mon univers musical est né par le rap, ça ne me dérange absolument pas. La case rap est en train de s'élargir énormément et de piocher dans les codes de la variété, du r'n'b pour en faire quelque chose de tout nouveau. Du coup, cela me dérange encore moins. Si l'on observe mes concerts et mes réseaux sociaux, on peut s'apercevoir que je suis capable d’interpréter un texte seulement avec un piano ou une guitare. Et dire que cela n'est pas de la variété française serait mentir quelque part... Alors, oui, j'emprunte à tous les styles musicaux qui m'inspirent afin de proposer un univers qui j'espère me correspond le plus.

Lors d'une interview avec Mrik donnée dans un parc parisien, ce dernier avait expliqué que tu étais un rappeur avec une élocution très audible ce qui n'est pas le cas de tous les rappeurs. Est-ce une volonté de ta part d'être compris très facilement ?
Même moi, j'y ai réfléchi à cette question après cette interview. L'élocution est importante pour moi. Si on s'arrête non seulement à ma musique mais également à ma manière de parler au quotidien, c'est vrai que j'ai tendance à toujours bien articuler mes phrases, mes mots et à faire résonner chaque consonne et voyelle afin que celle ou celui qui est en face de moi me comprenne bien. Je ne sais pas vraiment d'où me vient ce besoin de me faire comprendre. Peut-être que c'est parce que mes deux parents ont un accent très fort. Quand j'étais plus petit, pour comprendre ce qu'ils me disaient, surtout mon père, je devais retourner la phrase trois fois dans ma tête. Non pas qu'ils s'exprimaient mal mais que chaque mot que mon père employait était dit avec un accent terrible. Peut-être que je voulais ne pas faire subir ça à ceux qui m'écoutent.

D'où sont originaires tes parents ?
Ils sont originaires tous les deux d'Argentine. J'ai toujours un lien très fort avec ce pays. En France, je n'ai que mes parents et mon frère. Le reste de ma famille vit là-bas et j'y suis allé de nombreuses fois.

Grâce à Internet, est-ce que ta musique a résonné jusqu'en Argentine ?
Non, pas encore. Mis à part mes proches et la centaine de vues qui proviennent d'Argentine, il n'y a pas eu de résonance particulière. Mais j'adorerais que cela arrive et pouvoir faire des concerts là-bas.

Ton pseudo Lonepsi provient de la lettre grecque Epsilon. Pourquoi avoir fait ce choix ?
C'est un choix assez naturel, sans réelle réflexion. Avec deux amis, nous avions trouvé que ce qui nous correspondait le mieux était un triangle équilatéral. Nous avions choisi comme nom de groupe Delta. Puis lorsque nous avions voulu affirmer notre identité propre au sein du groupe, nous avons encore piocher dans l'alphabet grec et j'ai choisi Epsilon. J'ai découvert par la suite quelques significations que l'on peut rapprocher à mon univers, mais j'aimais bien le chiffre cinq et Epsilon est la cinquième lettre de l'alphabet. En la renversant, je voulais rendre ce pseudo plus authentique.

La mythologie grecque t'a fortement influencé également ?
Oui, tout à fait. Pas forcément dans mon projet mais chaque symbole de la myhtologie grecque, la lecture d'Homère... m'ont renversé. En mai dernier, j'ai sorti le projet Kaïros, faisant référence au dieu grec du temps qualitatif, pas la succession d'intervalles réguliers mais davantage aux moments à saisir. Quand je suis en panne d'inspiration, je me plonge dans la mythologie grecque.

Tu as également un lien fort avec la littérature, avec Baudelaire notamment dans l'intro de ton album. Qu'est-ce que tu apprécies dans cet art ?
J'ai mes périodes. En ce moment, les poèmes de Baudelaire, Eluard, Aragon, Appolinaire... m'accompagnent. Bien qu'ils soient vieux, ils restent intemporels et me parlent énormément. Ils sont très actuels sur la forme et leur rythmes mais également sur le fond avec des thèmes universels et intemporels. Mais je suis entré dans la littérature par un roman qui s'appelle Siddhartha écrit par Herman Hesse et qui n'avait rien à voir avec les poèmes mais dont l'histoire du protagoniste m'a beaucoup parlé à l'époque. Je me suis rendu compte que les livres n'étaient pas seulement des devoirs scolaires mais pouvaient nous apporter d’autres points de vues et même une manière de nous éduquer.

Les thématiques que l'on retrouve dans ton album Sans dire adieu correspondent à l'absence et au manque. Pourquoi une telle orientation ?
Flaubert dit que l'on ne choisit pas ses sujets, on les subit. Il n'y a aucune volonté a priori lorsque j'écris, de parler de telle ou de telle chose. Je suis devant ma feuille et le sujet me vient puis je le développe au maximum. Cela dit, je me suis rendu compte, au bout du troisième titre, que je parlais sans cesse de choses et de personnes que j'avais perdus. Au départ, je pensais appeler ce projet seulement Adieu. En avançant dans le processus d'écriture, j'ai du me mettre au plus près de ces amis, amours et choses que j'ai perdus. Et ces derniers ne m'ont en fait jamais quittés réellement. J'ai donc modifié le titre pour changer le sens.

pour aller plus loin

vous serez sans doute intéressé par...

Mardi 31 octobre 2023 Il fait partie des rappeurs qui noircissent des pages et des pages de textes, littérature à la ceinture et amour des mots dans le sac à dos. Georgio, 30 ans (...)
Mardi 3 octobre 2023 Si vous aimez la castagne, la musique et le chaos, vous êtes au bon endroit. Bagarre Générale réunit 15 gladiateurs qui jouent une tragédie grecque en opéra (...)
Mardi 3 octobre 2023 Comme survenu du plus profond de l'âge d'or du rock'n'roll, Ko Ko Mo sonne désormais comme une évidence dans le paysage rock hexagonal. La faute à leur (...)
Mardi 3 octobre 2023 Depuis plus de deux décennies, Cult Of Luna distille son métal teinté de post-rock sur les scènes du monde entier. Groupe majeur de la scène sludge, style se (...)
Mardi 5 septembre 2023 Autoproclamé meilleur rappeur de France dans un élan d’arrogance, adoubé par la critique et le public en trois ans et trois EP, Benjamin Epps a confirmé, au (...)
Mardi 5 septembre 2023 Formé par trois musiciens bien connus de la scène culturelle tourangelle, Meule est le genre de formation qui ne peut aucunement laisser indifférent le (...)
Lundi 11 septembre 2023 Voilà bientôt dix ans que le premier EP de Théo est sorti. Depuis, celui qui se cache sous l’alias Fakear se produit aux quatre coins du monde. De ses (...)
Mercredi 5 juillet 2023 Depuis plus de trente ans, le village de Craponne-sur-Arzon revêt ses habits de lumière le temps d'un week-end estival pour célébrer la culture américaine. Au (...)
Vendredi 23 juin 2023 Difficile de penser à l’été qui nous attend un jour de pluie ? Projetons-nous à la rentrée ! Pour sa 45e édition, le Rhino Jazz(s) pointe sa corne en direction d’un parcours musical audacieux et comme toujours super-quali.
Mardi 6 juin 2023 Du 6 au 9 juin, le festival culturel universitaire de Jean Monnet revient pour le plus grand plaisir de tous. Avec plus de 350 artistes et 40 spectacles et concerts, le Fest’U est aujourd’hui le plus grand événement universitaire de France. Retour...
Dimanche 28 mai 2023 Fiers de leur territoire d’origine et engagés en faveur du vivre ensemble et de la solidarité stéphanoise, les frangins de Terrenoire annoncent la création d’un festival, au cœur du parc du château de la Perrotière. Quelques détails, en attendant un...
Mercredi 24 mai 2023 Le collectif stéphanois Les Bugnes s’empare de la scène du club, au Fil, le 2 juin prochain, pour une soirée tout en groove, en joie et en vinyles. Amateur de bon son : assure-toi d’avoir une place !
Mardi 23 mai 2023 Edggar, comme Edgar, mais avec 2 G. Edggar, comme une musique assez singulière et évolutive, qui mêle suffisamment d’ingrédients pour pouvoir séduire bien (...)
Jeudi 27 avril 2023 Pour cette deuxième édition, le Fil et les associations LGBTQIA+ stéphanoises, que vous pourrez rencontrer sur place, organise une soirée avec Paulette et Théa vendredi soir. Un événement festif, ouverte à toutes et tous. Let’s pop !
Jeudi 20 avril 2023 Après plusieurs EP une multitude de dates dans la capitale et partout en France, l’enfant du pays rentre au bercail en ce mois d’avril, pour présenter son premier album aux Stéphanois. Avec Amaretto, Fils Cara poursuit une route jalonnée de ses...
Mardi 4 avril 2023 À l’annonce de leur venue en terre stéphanoise, les Niçois Hyphen Hyphen ont réveillé un sentiment singulier auprès de ceux qui ont déjà été témoins de leur lives : (...)
Mardi 28 février 2023 Jetant un pavé dans la marre, Réponses Photo présentait le mois dernier (pour la première fois en couverture d'un magazine photo en France) une image générée par (...)
Lundi 20 mars 2023 Discret depuis l’incroyable épisode de l’Awaze Café, l’insaisissable collectif stéphanois Vert Boucan sort de l’ombre avec un nouveau projet mystérieux : (...)
Mardi 28 février 2023 Le Château du Rozier de Feurs laisse carte blanche au talentueux collectif de rappeurs DYE. Composée de trois jeunes artistes de la région, Khey,  Neij et (...)
Mardi 28 février 2023 Le Sainté Dub Club revient pour un 10e acte dans les murs du Fil encore traumatisé par la dernière édition. Face B l’annonce, cette soirée restera dans les (...)
Lundi 13 mars 2023 Le groupe légendaire The Stranglers vient faire vibrer les murs du Fil le jeudi 16 mars. Avec quarante ans de carrière au compteur, les britanniques occupent encore une place importante de la scène rock punk et new wave. 
Mardi 28 février 2023 Douceur et réconfort couleront dans la ruche du Fil ce vendredi 10 mars. Accompagné de synthés et de guitares, Miel de Montagne représente cette nouvelle génération décloisonnée et décomplexée, déterminée à mélanger toutes les saveurs musicales pour...
Mardi 28 février 2023 Grâce à sa pop électronique qui nous magnétise, Jeanne Added s’est faite une place bien à elle dans le paysage musical français. Avec son style en alternance sombre et lumineux, la chanteuse compte bien partager toute la dualité de son art ce...
Mercredi 15 février 2023 À voir ★★★★☆ L'Astronaute Recalé de la sélection pour intégrer l’Agence spatiale européenne, Jim est devenu ingénieur aéronautique (...)

restez informés !

entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

En poursuivant votre navigation, vous acceptez le dépôt de cookies destinés au fonctionnement du site internet. Plus d'informations sur notre politique de confidentialité. X