article partenaire
Nouveau cratère sur Mars

Sophie Thibeault : « On veut que le public réfléchisse à la valeur d'une pièce de théâtre »

Le Noshow

La Comédie de Saint-Etienne

ce spectacle n'est pas à l'affiche actuellement

Théâtre / La Comédie de Saint-Étienne accueille cette semaine une pièce inédite dans sa forme. Le Noshow, initité par le Collectif Nous Sommes Ici et le Théâtre DuBunker, tout droit venus de la Belle Province québécoise, met le spectateur en face de la réalité de la vie des acteurs. Cela passe notamment par le choix du prix qu'il est prêt à mettre pour voir le spectacle. Quelques précisions avec Sophie Thibeault, une des comédiennes.

Depuis combien de temps tournez-vous avec le spectacle Noshow ?
Nous l'avons créé il y a 8 ans. C'est notre cinquième tournée en France et la première fois que nous jouons à Saint-Étienne. Nous avions joué au Théâtre de la Croix Rousse à Lyon en mars 2017.

C'est une pièce qui essaie de faire réagir sur la condition des artistes, notamment au Québec mais pas seulement ?
Au Québec, nous n'avons pas le statut d'intermittent du spectacle. Au début, quand nous avons créé le projet, jamais nous n'avons pensé que nous aurions la chance de venir jouer en France, de pouvoir présenter ce spectacle hors de notre petite province. Nous voulions alors parler de la condition des artistes et de l'art au Québec. Évidemment, de plus en plus, les gouvernements ne le mettent pas dans leurs priorités. On voulait parler de notre difficulté à créer un spectacle. Initialement, nous voulions monter un grand happening avec deux compagnies, à Montréal et Québec, obtenir de l'aide des deux gouvernements... Finalement, nous n'avons obtenu aucune aide financière ni subvention. Nous avons du changer entièrement notre manière de penser et de faire ce spectacle. C'est de là qu'est né Le Noshow et de parler de ce que nous vivions alors. Quand nous venons en France, les gens ne savent pas forcément qu'il n'existe pas l'intermittence au Québec, mais nous nous rejoignons sur de nombreux points. Autant les artistes que le public français que nous croisons apprennent sur notre situation mais voient qu'il y a des similitudes entre nous.

Depuis la création du Noshow, comment a évolué la situation des artistes au Québec ?
Je dirais que c'est stagnant. On a tous différents projets, en solo, et certaines années sont meilleures que d'autres. Mais notre statut reste en permanence précaire, on ne sait jamais comment ça va se passer. Avec les tournées, nous avons de l'aide financière et c'est ce qui nous permet de jouer hors du Québec. Il est presque désormais plus facile de jouer Le Noshow en dehors du Québec que de faire une nouvelle tournée là-bas. C'est un peu paradoxal...

La forme du spectacle est éclatée. On veut mettre le public dans une position active. Une heure avant le spectacle, nous sommes dans le hall et nous accueillons les spectateurs. [...] Le spectacle a alors déjà commencé.

Pour revenir sur le spectacle en lui-même, vous essayez de faire participer les spectateurs et de les responsabiliser, notamment à travers le choix parmi divers tarifs proposés et leurs correspondances avec d'autres propositions telles qu'un dîner, un spa/massage ou une place de match ?
La forme du spectacle est éclatée. On veut mettre le public dans une position active. Une heure avant le spectacle, nous sommes dans le hall et nous accueillons les spectateurs. Nous leur expliquons la démarche du choix du tarif, avec un bon de commande, on les envoie dans un isoloir... On les prévient aussi que Le Noshow a déjà commencé. On leur propose aussi des hot dogs à la vente et ils doivent, là aussi, choisir combien ils vont mettre pour se le procurer. Par là, on veut qu'ils réfléchissent à la valeur d'une pièce de théâtre.

Comment sont les réactions du public ?
Nous avons différentes réactions. Certaines personnes sont déjà au courant du système en ayant pris leurs billets en avance sur internet. D'autres ne savent rien car notre public vient très souvent grâce au bouche-à-oreille. Parfois, nous avons même des personnes qui possèdent leur billet et qui pensent savoir où ils doivent aller et peuvent nous ignorer. Mais après, elles se rendent compte qu'elles sont obligées de venir nous parler pour qu'on leur explique.

Le public québécois est-il différent du public français ?
Je dirais que les réactions sont les mêmes. Au Québec, il y a beaucoup de gens qui ne savent pas comment nous devons faire pour gagner notre pain. Ils regardent la télévision et pensent qu'un acteur gagne très bien sa vie... On essaie de les amener à découvrir de la réalité du métier d'acteur. En France, c'est à peu près la même affaire. Excepté, que lorsqu'on est en France, on a l'impression que les gens nous aiment déjà, souvent à cause de notre accent... Mais, pour nous, ce sont les Français qui ont un accent. (rires)

Le Noshow, jusqu'à vendredi 7 décembre, à 20h à La Comédie de Saint-Étienne

pour aller plus loin

vous serez sans doute intéressé par...

Mardi 6 septembre 2022 Une femme aimante et disponible, un mari charmant et brillant : que pourrait-il arriver à ce couple en apparence parfait ? C’est l’intrigue qui rythme (...)
Mardi 26 avril 2022 Plus on progresse, plus on se fait du mal et plus on se tue, à petit feu. Avec Bienvenue dans l’espèce humaine, Benoît (...)
Mardi 26 avril 2022 On évolue tous avec le temps. On grandit, on comprend, on change. Qu’en est-il de notre débarras ? Lieu de la cachette par (...)
Mardi 26 avril 2022 Gerard Watkins revisite le chef-d’œuvre shakespearien à travers le prisme des sixties : pantalons pattes (...)
Mardi 26 avril 2022 Hugo, 23 ans, étudiant en sciences humaines, oscille entre ses origines algériennes et françaises. Lorsque sa mère le (...)
Mercredi 30 mars 2022 On l’a compris : après les rayons de soleil et les terrasses de la semaine passée, ce week-end, il va falloir ressortir les moufles et les doudounes. Désespérant ? Un peu… Mais pas au point de ne pas bouger du canapé !
Mardi 29 mars 2022 Par Sibylle Brunel. Quand les petites bêtises entrainent les grosses, il est difficile de prouver que l’on peut encore répondre à la norme. A-t-on seulement (...)
Mardi 29 mars 2022 Notre civilisation s’effondre, tous les scientifiques le disent. Oui mais alors… Que faire ? Vaste sujet, pourvu que l’on (...)
Mardi 1 mars 2022 Le mois de mars sera une fois encore tout feu tout jazz à Montbrison, avec une programmation faisant la part belle aux jazz women : Léa Castro, Mélanie (...)
Mardi 1 mars 2022 Du coup de foudre au coup du destin. Se rencontrer, s’enticher, s’aimer, s’installer, puis vouloir donner la vie… Et ne pas pouvoir. Confrontés à cette (...)
Mardi 1 mars 2022 Inspiré du roman Quelques jours dans la vie de Tomas Kusar d’Antoine Choplin, Václav​ et Tomas met en scène la dissidence, la résistance, le combat, le (...)
Mardi 1 mars 2022 « Pardonnez mon retard… On va tous mourir ». Parce que le tri sélectif risque de ne pas suffire, la fin de l’espèce humaine est peut-être (...)
Mercredi 2 février 2022  Après une première moitié de saison d’une densité inédite, les théâtres attaquent 2022 sans baisser de rythme. Les six mois à venir seront riches comme rarement de découvertes et de grandes figures pour se clore sur la venue d’Ariane...
Mardi 1 février 2022 « Les premières nuits, tu ne dors pas ». Et puis après… Ca devient ta vie, d’être dans la rue, tout le temps. Un matin, l’homme seul se réveille, et (...)
Mardi 1 février 2022 On va le dire d’emblée : il s’agit sans doute de l’un des spectacles les plus puissants qu’il sera possible de voir cette année. Une gifle ? (...)
Mardi 1 février 2022 Formé à l'école stéphanoise des Beaux-Arts au milieu des années 90, Moko Vey a repris les pinceaux en 2015 après 10 années passées dans le domaine audiovisuel. (...)
Mercredi 12 janvier 2022 Dans "Le Jeu des ombres", pensée pour la cour d’honneur du festival d’Avignon 2020 annulé, Jean Bellorini, avec Valère Novarina et Monteverdi, embrasse en musique et en mots, le monde des morts, plus vivant qu’on le croit.
Mardi 4 janvier 2022 Dans un monde en chute libre, où chacun surveille l’autre autant qu’il est surveillé lui-même, il en est qui (...)
Mardi 4 janvier 2022 A Rome, l’empereur Claude est mort. Plutôt que son fils Britannicus, c’est Néron, le fils de sa dernière épouse (...)
Lundi 3 janvier 2022 Pour sa 19ème édition, le festival montbrisonnais Les Poly’Sons monte en puissance avec une riche et belle programmation qui, durant un mois entier, met à l’honneur la chanson francophone. Voici nos deux coups de cœur.
Lundi 3 janvier 2022 Les nostalgiques de Beau Dommage qui ne se retrouvent ni dans Garou ni dans Céline Dion (encore merci pour les acouphènes), (...)
Lundi 3 janvier 2022 Après de nombreux mois de réflexion, réunions, concertations, la création d’un tiers-lieu à l’endroit de l’ancien Nouveau Théâtre Beaulieu est désormais actée. Si nombre de questions restent encore en suspens, on en sait plus sur les activités...
Mardi 30 novembre 2021 « - Il fallait en finir. - Mais pourquoi ? – Parce qu’on n’était rien. » Il et Elle vivent avec (...)
Mardi 30 novembre 2021 A la croisée du cirque et de la danse, la compagnie Recirquel, pionnière du cirque contemporain en Hongrie, livre avec My Land une (...)
Mardi 30 novembre 2021 Il y a le conflit, et puis, il y a les conséquences du conflit. Celles que l’on voit : occupation des terres, du ciel, des (...)

restez informés !

entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter