"YAO" : Cahier d'un retour au pays des ancêtres

YAO
De Philippe Godeau (Fr-Sen, 1h44) avec Omar Sy, Lionel Louis Basse...

De Philippe Godeau (Fr.-Sen., 1h44) avec Omar Sy, Lionel Louis Basse, Fatoumata Diawara…

Petit Sénégalais de 13 ans, Yao vénère la star européenne Seydou Tall, au point de connaître son livre par cœur. Apprenant que l’idole est de passage à Dakar, Yao fait les 400km séparant son village pour le rencontrer. Touché (et poussé par le destin), Seydou décide de la ramener chez lui.

Il s’agit là clairement d’un conte où le voyageur pensant maîtriser son cheminement se trouve “voyagé“, guidé par des forces de plus en plus pressantes à accomplir une mission initiatique à laquelle il n’était pas préparé. Dans ce récit, Yao n’est pas le héros mais le déclencheur inconscient, l’adjuvant à travers lequel le fatum va se manifester pour infléchir la trajectoire de Seydou ; un cicérone malgré lui tirant par ailleurs des leçons profitables de son escapade.

Godeau et Sy ont tenté manifestement d’éviter le “folklorisme“ tout en préservant un certain réalisme dans la vision du pays. Toutefois, il ne faut pas non plus s’attendre à une vérité documentaire : la caméra ne reste pas assez longtemps pour cela, c’est l’histoire qui veut cela… e le genre road movie, qui lui aussi effectue une manière de retour aux sources.

Né peu ou prou à la fin des années 1960 aux États-Unis, le road movie a aussitôt trouvé en Afrique (et notamment au Sénégal) l’immensité constituant sa matière première : Touki-Bouki (1973) de Djibril Diop Mambety, Cocorico Monsieur Poulet (1974) de Jean Rouch… Explorant la distance pour relativiser la durée et surtout transmettre des valeurs aux deux compagnons de route, et en dépit d’une forme de naïveté (sans doute assumée), Yao s’inscrit à sa manière dans cette filiation.

pour aller plus loin

vous serez sans doute intéressé par...

Mercredi 5 février 2020 Le combat de personnages pour pouvoir survivre après la défection de leur public épouse celui d’un père pour rester dans le cœur de sa fille. Beau comme la rencontre fortuite entre Princess Bride et une production Pixar ou dans un film d’auteur...
Mardi 2 octobre 2018 En voilà un qui a fait un sacré bout de chemin depuis sa première apparition scénique à la Havane à l’âge de quinze ans ! En vingt ans, le pianiste-prodige (...)
Mardi 2 octobre 2018 Pour son quarantième anniversaire, le Rhino Jazz(s) festival investit trois gares ligériennes avec les superbes photos live d’un amoureux de la petite note bleue, le photographe Roger Berthet.
Mercredi 3 février 2016 Avec quatre réalisations en dix ans — dont trois depuis juin 2011 — on va finir par oublier que Roschdy Zem a commencé comme comédien. Il aurait intérêt à ralentir la cadence : son parcours de cinéaste ressemble à une course forcenée vers une forme...
Mardi 2 février 2016 Est-il vraiment utile de présenter encore cette immense artiste qu’est Fatoumata Diawara ? Véritable touche-à-tout à la personnalité bien trempée, la (...)
Mardi 1 septembre 2015 Alors on transe Avec sur scène dix musiciens et un VJ, Urban Shaman propose une expérience unique, tant visuelle qu’auditive, portée par une musique (...)
Mardi 14 octobre 2014 Retour du duo gagnant d’Intouchables, Nakache et Toledano, avec une comédie romantique sur les sans papiers où leur sens de l’équilibre révèle à quel point leur cinéma est scolaire et surtout terriblement prudent. Christophe Chabert
Vendredi 3 janvier 2014 Pour ses adieux au cinéma, Hayao Miyazaki propose une fable ample, adulte et très personnelle mêlant histoire du Japon et envol romanesque pour dessiner un autoportrait en créateur aveuglé par sa passion. Magnifique. Christophe Chabert
Lundi 24 juin 2013 Chaque année les jazzophages de tout poil, tontons swingueurs et autres chasseurs de notes bleues se posent la même question au sujet de l'affiche du Rhino Jazz(s), que ce soit au sujet du visuel (même décliné sous toutes ses formes, l'indétrônable...
Jeudi 25 avril 2013 Avec cette adaptation du roman culte de Boris Vian, Michel Gondry s’embourbe dans ses bricolages et recouvre d’une couche de poussière un matériau littéraire déjà très daté. Énorme déception. Christophe Chabert

restez informés !

entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter